LA LAME D’AZRAEL

9782365773492-couv-M200x327.jpgURBAN COMICS

Collection DC NEMESIS-Les plus grandes menaces de l’univers DC

SORTIE: 24 JANVIER 2014 – PREMIERE EDITION

SCENARIO: DENIS O’NEIL – DOUGH MOENCH

DESSIN: JOE QUESADA – JIM APARO

PREFACE de ARCHIE GOODWIN ( 1993 )

AZRAEL est l’ange vengeur de l’ordre secret de Saint Dumas; il a été programmé mentalement depuis l’enfance par son père, par la technique dite « le système »; ses connaissances et aptitudes sont égrenées sous la surface de sa conscience.

Lorsqu’il se transforme en AZRAEL, le jeune étudiant Jean-Paul Valley devient une machine à tuer qui ne fait aucune distinction entre le bien et le mal.

 

Voici un héros de la ville de GOTHAM CITY qui peut faire de l’ombre au « noir » BATMAN! tueur sans pitié, il mène une quête vengeresse sous la direction d’une mystérieuse secte secrète existant depuis les tréfonds de l’histoire humaine.

NcsgEYagsp2Y2TwlOgtXzBZZZWbUl76y-page10-1200.jpgTout commence par la mort du premier AZRAEL! ce dernier est entré dans les appartements du vendeur d’armes, Carleton LEHAH, pour l’assassiner mais il commet une erreur et Lehah transperce son gilet pare-balles ( hé oui même les anges exterminateurs ont besoin d’une protection ) en utilisant une arme chargée de balles en Téflon!

Mourant AZRAEL se rend chez son fils, un jeune étudiant de Gotham City, à qui il apprend qui il est et demande de se rendre en Suisse chez une personne qui lui dévoilera le mystère. Sur place le jeune homme apprend d’un nain hideux et diabolique, NOMOZ, qu’il est le rejeton d’un homme appartenant à la secte de Saint Dumas, dissidente de l’ordre des Templiers, qui pourfend les adeptes du mal depuis des siècles.

En parallèle Bruce Wayne et son fidèle majordome enquêtent sur le fait divers qui s’est déroulé lors d’une parade dans les rues de la ville: la chute d’un ange ayant provoqué la panique et fait tuer deux journalistes par des chevaux affolés! ( la chute d’Azrael abattu par Lehah ).

Bruce Wayne va remonter la piste jusqu’à Lehah qui n’est autre que le trésorier de la secte! cette dernière veut l’éliminer car il puisse dans les fonds communs pour son usage personnel (le vilain!).

lalamedazrael5.jpg

Lehah va ensuite être possédé par le démon BIIS, ennemi de la secte. Bruce Wayne sous les traits de BATMAN sera vaincu et kidnappé par le démon et ce seront le nouvel AZRAEL, Alfred le majordome de Wayne et le gnome hideux qui le délivreront dans un combat brûlant dans les sous-sols d’une raffinerie de pétrole.

lalamedazrael1.jpg

Le but de cet album est de faire connaître les origines d’un « héros » de la maison DC COMICS, origines jamais publiées jusque là.

lalame-d-azrael-pg02.jpgQue peut on dire de plus ? un bon scénario, très complexe mais bourré d’invraisemblances, des dessins et des couleurs très à la mode dans les années 90  (l’édition originale est de 1993) mais dépassées aujourd’hui…. reste une aventure de BATMAN où il n’a pas le rôle principal qui plaira aux inconditionnels de la chauve-souris de Gotham. L’album se « fend » du début d’une seconde aventure réunissant BATMAN, ROBIN et AZRAEL qui semble plus intéressante mais dont la suite est à lire ( pub de l’éditeur en fin d’album ) dans les quatre albums de l’aventure intitulée KNIGHTFALL! (sic)

Par contre le préface du regretté ARCHIE GOODWIN est émouvant à souhait! Goodwin, scénariste et éditeur oeuvra avec bonheur pour les séries VAMPIRELLA chez Warren, Fantastic Four, Star Wars et Iron Man pour Marvel, Manhunter et Batman pour DC. 

ma note :   6/10

JR

 

India Dreams Tome 8 Le Souffle de Kali

India dreams,casterman,inde,calcutta,charles,112013,0810,agra,rajasthan,colonie,britanniqueIndia dreams,casterman,inde,calcutta,charles,112013,0810,agra,rajasthan,colonie,britanniqueScénario : Charles, Maryse Charles, Jean-François
Dessin & Couleurs : Charles, Jean-François
Dépôt légal : 11/2013  
Editeur : Casterman
ISBN : 978-2-203-06370-9
Planches : 46

 

C’est toujours avec grand plaisir que je continue de lire la série de Maryse et Jean-François CHARLES : India Dreams. Cette série nous plonge au cœur de l’Inde, à la fin du XIXe siècle, du temps où ce pays était une colonie Britannique.

 

India dreams,casterman,inde,calcutta,charles,112013,0810,agra,rajasthan,colonie,britanniqueDans ce 8e tome, Le souffle de Kali, nous continuons de suivre les destinées de plusieurs protagonistes, le juge Arthur Byle et son épouse Cybill, le capitaine Redfield, le sergent-major Gangootri, Percy Law, le professeur Sybellius et Abe.  L’action ou plutôt les actions vont se dérouler dans plusieurs villes ou lieux de l’Inde : Calcutta, Agra, le Rajastham …. Maryse et Jean-François CHARLES profitent de ces différents lieux pour nous éclairer sur la culture Indienne. Jean-François CHARLES lui nous comble de bonheur avec ses magnifiques illustrations en couleur directe qui sont absolument splendides !!!!  C’est un vrai bonheur pour les yeux !

 

Différents dangers guettent nos protagonistes.  La mort, la guerre, la souffrance … sont au rendez-vous dans ce 8e tome d’India Dreams.  Cependant, malgré ces coups durs le souffle de Kali n’est pas une bande dessinée sombre et triste.  Les couleurs de Jean-François CHARLES viennent sublimer tout cela et nous envoûter de bien belle manière !!! De nombreux rebondissements parsèment cette aventure et nous sommes tenus en haleine jusqu’à la dernière case.

 

En refermant ce tome 8, je n’avais qu’une envie connaitre la suite !!! C’est plutôt bon signe.

 

India dreams,casterman,inde,calcutta,charles,112013,0810,agra,rajasthan,colonie,britannique

 

Ma note : 8/10

 

Revedefer

 

 

 

******************************

 

Les Éditions Casterman et SambaBD sont heureux de vous faire gagner un exemplaire du Souffle de Kali.

 

 

India dreams,casterman,inde,calcutta,charles,112013,0810,agra,rajasthan,colonie,britannique

 

 

Pour ce faire il vous suffit de laisser un commentaire sur cette chronique. Le gagnant sera tiré au sort.

 

Le concours est ouvert jusqu’au dimanche 16 février 2014 à minuit.

Lâcher prise.

lacher prise.jpgLacherPrise-p5.jpgAuteure : Miriam Katin

Editeur : Futuropolis.

Sortie : 01/2014

L’excellence teutonne.

Dans son nouveau livre, Miriam Katin doit faire face à la décision de son fils de déménager à Berlin, une ville qu’elle identifie pour toujours aux nazis. Avec justesse et humour, elle nous raconte sa lutte psychologique pour effacer soixante ans de douleur. 

Suite indirecte (car soixante ans plus tard) de Seules contre tous, Lâcher prise nous montre Miriam Katin, maintenant devenue adulte, essayer de comprendre son fils Ilan, qui a décidé de déménager à Berlin et d’épouser une européenne. Terrible ironie de l’histoire car pour cela, il peut bénéficier de la nationalité hongroise car sa mère est née en Hongrie. Pour Miriam, c’est l’horreur. Berlin et la Hongrie sont les symboles du nazisme, de la guerre et du communisme. Tous ses traumatismes remontent à la surface, la rendant physiquement malade.

 

Ce volcan qu’on croyait éteint.

Pour ceux qui ont connu la guerre, le pardon n’a jamais été une chose facile. Mon grand père par exemple lorsqu’il parlait des allemands les traitait de sales boches ou d’envahisseurs. Il a peut être pardonné au fil du temps mais il n’a jamais oublié.

Dans lâcher prise, c’est ce parcours vers le pardon, vers l’apaisement que va nous narrer la dessinatrice new-yorkaise .Ce chemin est parsemé de petits cailloux de la vie quotidien, d’insectes (si si ) , de souvenirs , d’anecdotes ou de lieux de mémoire .A cause de tous ces sujets , le récit peut sembler assez erratique ou décousu. On passe souvent du coq à l’âne sans y voir un réel fil conducteur .En réalité, il est à l’image des pensées qui torturent son auteure. Comment apaiser cette colère sourde qui brûle en elle ? Là, je vous laisse le découvrir mais attention quand même aux effets de la chouchoute.

Cette BD, c’est aussi une sorte de carnet de voyage .D’ ailleurs le crayonné de Mariam Katin renforce cette idée avec ses  croquis pris sur le vif. Vous aurez droit par moment à un joyeux melting-pot de dessins allant dans tous les sens. A noter qu’ici à l’inverse de seules contre tous, on est en technicolor.

Au final, une tranche de vie très descriptive, parfois marrante, agréable à lire mais aussi  déroutante par moment. 

a06-3e788fc.gifScénario

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

lacher-prise-miriam-katin-futuropol-.jpeg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Seules contre tous.

Couv-SeulesContreTous-web.jpgseule-contre-tous-image.jpgAuteure : Miriam Katin.

Editeur :Futuropolis.

Sortie : 01/2014.

 

La survie.

Dans ce récit envoûtant, Miriam Katin relate son parcours avec sa mère en Hongrie durant la Seconde Guerre mondiale, alors que toutes les deux fuient les persécutions nazies. Tandis que son père est enrôlé dans l’armée hongroise, Miriam et sa mère sont contraintes de quitter Budapest, refusant d’être parquées avec les autres juifs promis à la déportation. Elles se font passer pour une servante russe et sa fille illégitime, vivent dans la clandestinité, croisent des officiers allemands, une ribambelle de traîtres et de collaborateurs, des paysans dépassés et des soldats soviétiques sans foi ni loi. Dans cette fuite éperdue, certains d’entre eux vont pourtant les aider.

La débrouille.

Il s’agit ici d’une réédition  initialement publiée au Seuil pour accompagner le nouveau récit de Miriam Katin  « lâcher prise ».

seules.JPGVoilà bien le genre d’histoire autobiographique où on se sent tout petit.  Cette BD, c’est tout d’abord l’histoire d’une fuite  d’une maman  juive avec de sa petite fille de 3 ans (Miriam Katin) durant la fin de la 2e guerre mondiale. Vous vous imaginez bien que la survie ne fut pas simple. Le crayonné de l’auteure au début très détaillé se fait  plus nerveux, plus hachuré au fil des pages notamment pour décrire les moments éprouvants de cette survie. Quelque part, ça renforce encore plus  la noirceur de ces faits abjects. La couleur est seulement de mise quand on évoque la vie contemporaine de la famille Katin. Mais il y a aussi via les paroles de la petite fille, un aspect d’une grande candeur, qui s’interroge entre autre sur l’existence d’un dieu.

Un récit qui met surtout en valeur le courage d’une maman pour protéger sa petite fille .Certainement les vraies héroïnes de cette guerre  et pourtant elles n’ont jamais eu de monument ni de nom de rue en leur honneur.

a07-3e78901.gif Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a07-3e78901.gif Global.

Samba

MiriamKatin.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

SECRETS – Cavale: tome 2/3.

Secrets, Cavale, Giroud, Germaine, Magda, Dupuis, 01/2014Secrets, Cavale, Giroud, Germaine, Magda, Dupuis, 01/2014Dessin : Magda

Scénario : Frank Giroud et Florent Germaine

Editions Dupuis

Sortie : 10/01/2014

48 pages

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782800154923

Société, drame familial, polar.

Résumé (de l’éditeur): Nadia connaît désormais le secret de sa mère, mais aussi de sa naissance. Son père est à nouveau en cavale et recherché des deux côtés des Pyrénées. Comment recoller les morceaux quand tout ce qu’on croyait connaître de sa vie vole en éclats à 18 ans ? C’est ce que Nadia va devoir apprendre à faire, accompagnée par son oncle et ses souvenirs, pour assumer une réalité trop longtemps occultée.

1401261742470001.JPG

Mon avis : La série « Secrets » scénarisée par Frank Giroud est un gage de qualité en général. Pour « Cavale », il s’est adjoint Florent Germaine au scénario et a fait appel à Magda pour le dessin. Je vous renvoie à mon avis à propos du tome 1 sur Samba BD (lien en fin de cette chronique).

Il s’agit d’une histoire qui est une introspection psychologique de la jeune Nadia qui apprend, alors qu’elle a 18 ans, le lourd passé de ses parents. Comment va-t-elle réagir à ce secret de famille ? S’y mêle un polar. Nadia apprend que son père est en cavale et elle constate qu’elle est suivie, épiée.

Secrets, Cavale, Giroud, Germaine, Magda, Dupuis, 01/2014

Au cours de ce deuxième tome, le lecteur apprend la portée de ce secret et découvre les dommages collatéraux (famille, école, presse,…). Mais on sait déjà qu’il y a un deuxième volet du secret qui est toujours latent, à découvrir…Le lecteur est un peu assis entre deux chaises. Non seulement le titre en dit déjà beaucoup dès le départ de ce triptyque mais les développements me semblent un peu « téléphonés ». C’est un peu ce qui me dérange dans cet album qui j’ai trouvé très prévisible. Reste à attendre la suite des évènements, j’espère que le scénario ne me décevra pas…

Secrets, Cavale, Giroud, Germaine, Magda, Dupuis, 01/2014

Au niveau de la partie graphique, c’est excellent. Magda a un dessin très classe qui n’est pas trop chargé mais pas trop basique. On retrouve une juste balance entre l’essentiel et l’accessoire. La lecture est ainsi très fluide.

Secrets, Cavale, Giroud, Germaine, Magda, Dupuis, 01/2014

J’attends le troisième et dernier tome de « Cavale » pour donner un avis définitif sur cette cavale qui est jusqu’à maintenant un peu décevante. Quand va-t-on avoir enfin l’élément qui bluffe complètement le lecteur, un élément inattendu de la narration ? L’avenir nous le dira probablement rapidement car les tomes se suivent par période de 6 mois…

 

Graphisme :      7,5/10

Scénario :        6,5/10

Moyenne :        7,0/10

 

Lien internet vers le site des éditions Dupuis : ICI.

Lien vers la chronique du tome 1/3 de « Secrets- Cavale » : ICI.

 

Capitol.

Secrets, Cavale, Giroud, Germaine, Magda, Dupuis, 01/2014

Philippe Delaby nous a quitté….

Et merde !!! 

murena.jpg

breveon5670.jpgC’est une nouvelle bien triste que vient de tomber, Philippe Delaby le talentueux dessinateur de Murena, de la complainte des landes perdues vient de décéder à l’age de 53 ans.

Je me joins au monde du 9art pour  pleurer ce grand monsieur, toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches…..

Kraa T3 : la colère blanche de l’orage.

Kraa3.jpgKraa3f.jpgAuteur : Benoit Sokal.

Editeur :Casterman

Sortie :01/2014.

En haut sur la montagne.

La jeune Emily a appris à vivre en autarcie avec Yuma, l’indien mutique, et son inquiétant compagnon ailé, l’aigle Kraa, avec lequel s’est instauré un lien d’essence chamanique. Au prix de bien des souffrances, paix et tranquillité semblent enfin régner. Hélas, ce n’est qu’un leurre. Les travaux de construction du futur barrage viennent juste de commencer ; une menace directe et immédiate pour le paradis jusqu’alors inaccessible d’Emily, Yuma et Kraa. Il est temps pour le rapace et son compagnon de reprendre l’offensive contre les envahisseurs. Et tous les coups sont permis…

 

Les proies.

Sous l’emballage soigné de ce tome 3, on pourrait facilement y entendre des échos de l’actualité récente. 

kraa 2.jpgOn y décrit un ménage à trois, Kraa –Yuma et Emily , ça ne nous change pas tellement de François, Valérie et Julie. En plus, une des trois va terminer à l’hôpital ….mais ici comme médecin. Vous remplacez les chevaux par un scooter et  les chasseurs par de paparazzis et le vaudeville peut commencer. Excusez-moi de cette vision délirante mais je viens de consulter un chaman pour me guérir de mes chroniques décalées mais je n’y arrive pas.

Bon, revenons à nos biquettes, ce tome 3 qui clôt les aventures de Kraa  est dans la lignée du tome 2. Moins percutant donc que le tome initial qui était vraiment captivant par son originalité, rentrer dans la tête d’un volatile, ce n’est pas commun, on est ici plus dans le thriller écologique avec comme souvent « le progrès » contre « la nature ». C’est aussi une belle immersion dans un monde sauvage où la loi du plus fort est de mise.

Pour décrire cette fusion entre un être humain et l’animal, Benoit Sokal excelle dans tout ce qui est fauve animal et végétal. Je suis nettement moins fan des visages proposés (trop expressif voir grimaçant par moment) 

Au final, une histoire marquante mais qui laisse un petit goût de trop peu  dans sa conclusion.

A noter, un coffret avec ou sans cale vient de faire un plongeon dans les bacs des libraires.

 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

 

Samba.

On en parle sur le barrage.

kraa.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

MICHEL VAILLANT – Saison 2- tome 1: Voltage.

Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, 12/2013Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, 12/2013Dessin : Marc Bourgne &  Benjamin Benéteau

Scénario : Philippe Graton &  Denis Lapière

D’après les personnages crées par Jean et Francine Graton

Editions Graton/Dupuis

Sortie : 06/12/2013

56 pages

Prix conseillé : 15,50 €

ISBN : 9782800157795

Aventure, automobile.

 

Résumé (de l’éditeur): Interdit de course jusqu’à la fin de la saison après les événements de la course de Portimão, Michel Vaillant traverse une période de doute. Troublé par la détermination de son fils, engagé dans une entreprise qu’il juge incompatible avec les valeurs de la famille, Michel Vaillant décide de relever un nouveau défi : battre le record de vitesse avec une voiture électrique sur le Lac salé de Bonneville, aux États-Unis. La pression qui pèse sur ses épaules est forte. La crédibilité et le prestige des usines Vaillant se trouvent mis en jeu dans cette performance. Il n’a en effet pas droit à l’échec, tant vis-à-vis des sponsors que de son père, le patriarche de la famille, qui n’a jamais caché son mépris pour l’électrique. S’ajoutent à cette tension les inquiétudes de Françoise, préoccupée par les risques que va prendre Michel en pilotant ce prototype.

Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, 12/2013

Mon avis : Je ne vais pas reprendre les arguments et les développements que j’avais énoncés lors de la première chronique de la saison 2 de Michel Vaillant. Je vous renvoie à celle-ci via le lien repris en fin de cette chronique. Ce tome deux continue sur la même lancée du tome 1, dans le même plan «marketing». Les auteurs nous avaient laissés sur un suspens intenable à la fin du tome précédent. Maintenant, il va falloir développer l’idée de base et ils y parviennent avec maîtrise. Ils sont entrain de creuser le trou dans lequel est plongé Michel Vaillant. Des emmerdes, il en a plein la casquette : l’usine Vaillant, son fiston, sa suspension de licence automobile,…On a parfois les soucis qu’on mérite…Disons que les scénaristes se sont donnés à fond pour sortir une histoire qui sort du plan courses – victoires – coups fourrés du « Leader », son meilleur ennemi.

Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, 12/2013

L’aspect psychologique  est mis en avant et on creuse profond. C’est à ce niveau que la saison 2 est novatrice. Mais on ne laisse pas pour autant tomber les ficelles qui ont fait le succès de la série de Jean Graton. La référence à des personnes vivantes, acteurs du monde des courses automobiles, est toujours bien présente. On rencontre au fil de la narration Alain Menu ou la firme Venturi automobiles qui s’est mis pour objectif de battre le record du monde de vitesse en véhicule électrique. Un feuillet en quadrichromie de 4 pages est d’ailleurs ajouté à l’album et fait le point sur le projet Venturi. C’est la confrontation de la fiction « Michel Vaillant » à la réalité. C’est aussi un rappel, un renvoi, à la saison 1 et à l’album « Mach 1 pour Steve Warson », paru en 1968. Vous l’aurez compris, c’est de la fine mécanique mise en place par le scénario.

Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, Venturi, 12/2013

Au niveau du dessin, c’est globalement d’un très bon niveau graphique. Au niveau des véhicules, il n’y a vraiment rien à dire. On est proche de la perfection. Les personnages récurrents de la saison 1 sont par contre moins bien dessinés. J’ai quelques réticences par exemple sur la façon est dessinée Steve Warson. Pas encore bien maîtrisé le « Steve » ! Je trouve aussi qu’au niveau des expressions des visages, c’est parfois un peu figé.

Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, Venturi, 12/2013

Pour conclure, cet album se lit avec facilité et envie. C’est cela le principal et je pense que la série Michel Vaillant est bien repartie avec un univers plus diversifié, plus riche, plus basé sur la psychologie des personnages qui sont plus que des personnalités bien propres, bien lisses et bien nettes. Les héros de papier ont maintenant le pied sur terre. Ils sont plus vulnérables et cela donne une nouvelle dynamique à la série.

 

Graphisme :      7,5/10

Scénario :        8,5/10

Moyenne :        8,0/10

 

Lien internet vers le site des éditions Dupuis : ICI.

Lien vers la chronique du tome 1- Saison 2 : Au nom du fils : ICI.

Lien vers le site internet de Venturi : ICI.

 

Capitol.

 

Michel Vaillant, Voltage,Graton, Dupuis, 12/2013

 

Moi, jardinier citadin

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810Scénario et dessin : Min-ho Choi

éditeur : Editions Akata

date de sortie : 23 janvier 2014

208 pages

manwha (sens de lecture occidental)

genre : autobiographie, société,écologie

 

 

Min-ho Choi est dessinateur de BD et pour l’animation. Fatigué de la vie moderne, le rythme trépidant de la capitale Coréenne ne lui convient plus et il ne prend plus de plaisir dans un métier en pleine mutation où la production de masse est reine, imposant ses cadences infernales. Il profite de son mariage pour entamer une nouvelle vie en s’installant dans une petite ville au nord de Séoul, en bordure de montagne. Il veut reprendre contact avec la nature et se rapprocher de son rythme. Pour cela, il décide de se lancer dans la culture potagère.

Complètement ignorant en la matière, il fera ses classes dans un jardin collaboratif au contact de voisins truculents, chacun ayant ses propres motivations et méthodes pour faire pousser ses légumes.

Le jardinier novice, sous ses airs candides, boira les paroles de chacun, se fera un peu railler et moquer, mais à force d’observations, de patience et de bon sens, il s’apercevra qu’il n’est pas si compliqué de cultiver un potager en respectant la nature. Et quelle meilleure récompense que celle de savourer ses propres légumes qui ont un vrai goût ?

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

Ce livre est une vraie bouffée d’oxygène. Min-ho Choi à choisit d’appuyer sur la touche « pause » et de nous faire partager cette expérience sous la forme d’un récit un peu naïf, mais d’une fraicheur bienfaisante.

Avec lui, nous prenons le temps de regarder ce qu’il y a autour de nous et surtout, ce qu’il y a sous nos pieds : de la terre ! De la terre dans la quelle poussent des choses que l’on peut manger. Des légumes et des herbes qui grandissent tout seuls ou avec un petit coup de pouce de l’homme, mais surtout, qui s’en sortent très bien sans produits chimiques. Nous redécouvrons aussi les saisons et les activités qui y sont liées, invitant à la patience et à l’harmonie du rythme de la nature. On s’émerveille aussi des premières pousses, on est dépités des dégâts causés par une tempête, on est fâchés après ces insectes qui se repaissent de nos bons légumes bio … Mais, tout compte fait, ne serait-ce pas ça la vraie vie ? A chaque saison ses légumes, à chaque légume son type de terre, son besoin en eau et soleil, à chaque plante son parasite et son anti parasite naturel.

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

La culture potagère n’est pas qu’un simple hobby pour Min-ho Choi mais quasiment une thérapie. Le fait de voir émerger de terre ses tomates, courgettes ou concombres lui fait redécouvrir le sens de la vie et la notion de « terre nourricière ». Dans nos sociétés de consommation où il suffit de mettre les pieds dans un supermarché pour y trouver tout ce veut (qu’on en ait besoin ou pas), il est si facile d’oublier d’où viennent les choses, comment elles ont été faites, le travail qu’il y a derrière chaque produit.

Sans tomber dans le militantisme ostentatoire, l’auteur remet simplement les pendules à l’heure avec beaucoup d’humilité et d’humour. Il nous invite à découvrir l’engouement grandissant de par le monde pour les jardins collaboratifs où règnent partage et convivialité.

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

A ce titre, les Editions Akata s’associent au mouvement Incroyables Comestibles (Incredible Edible) dont l’objectif est de promouvoir l’autosuffisance alimentaire et surtout le « consommer local et sain« . Cette expérience communautaire initiée en Angleterre en 2008, consiste à mettre à disposition gratuitement les légumes cultivés dans des petits potagers qu’ils soient privés ou publics.

Moi, jardinier citadin invite à réfléchir sur la malbouffe, sur le consumérisme déraisonné des sociétés occidentales, mais aussi indirectement à la mainmise sur l’agriculture mondiale d’une certaine multinationale américaine spécialiste en biotechnologie agricole …

 

A l’heure où l’Union Européenne interdit la vente et l’échange des semences ne figurant pas au catalogue officiel (autrement dit toutes les graines et semences anciennes et traditionnelles qui ne sont pas commercialisées par les grosses multinationales), il est bon de voir germer un mouvement de résistance pacifique, convivial et utile au quotidien. C’est le pot de terre contre le pot de fer, mais je veux bien parier sur une victoire du bon sens au profit de la nature et de l’humanité.

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

Pour conclure, malgré des personnages dessinés de manière un peu trop caricaturale dans leurs attitudes et expressions, Min-ho Choi nous livre un rafraîchissant petit traité de jardinage où les plantes sont magnifiquement mises en valeur par des dessins tout en aquarelle. L’ensemble est agrémenté de doubles pages explicatives sur les légumes et leurs vertus ou bien sur quelques techniques potagères.

De quoi glaner de précieux conseils pour qui voudra tenter l’expérience.

 

Ma note : 8/10

Loubrun

 

 

 

 

 

 

Le muret.

muret.jpgmuret 2.jpgAuteur : Céline Fraipont et Pierre Bailly.

Editeur : Casterman (écritures)

Sortie : 01/2014

 

J&B

 

Par deux auteurs nouveaux venus chez Casterman, un portrait d’adolescence sensible et touchant, aux accents mélancoliques et universels.

A treize ans, Rosie vit une situation peu commune : ses deux parents durablement éloignés à  l’étranger et ne s’occupant d’elle qu’épisodiquement, elle doit se débrouiller au quotidien presque entièrement seule. Son seul point d’ancrage est son amie d’enfance Nath, avec qui elle entretient une relation presque fusionnelle. Mais les amitiés sont aléatoires et fluctuantes à  cet âge. 

Progressivement mise à distance par Nath, Rosie, de plus en plus isolée, se réfugie dans l’alcool et l’absentéisme scolaire.

 

Les cellules des chroniques combattantes.

 

le muret.jpgLe terme universel que l’on trouve dans le résumé est pour moi, « on ne peut plus juste ». Car cette histoire d’une adolescente en pleine délinquance a fait écho en moi à pas mal de mes  propres souvenirs. Je serai donc pas très objectif sur ce coup là car les  images du passé sont propres à chacun d’entre nous. 

Déjà l’époque et lieu, la Belgique en 1988, correspondent aux miens. Il y a des détails qui ne trompent pas : les CCC, les slugs ou bien  le bus de la médiathèque, ce sont vraiment des « marqueurs» d’une époque. Comme l’héroïne Rosie, le brossage scolaire fut un temps ma spécialité tout comme les faux mots d’excuse, les premiers concerts, la solitude … bref, j’ai été envahi pas une vague d’émotion, un rien de nostalgie aussi pendant ma lecture. Ah, l’adolescence, ce passage obligé vers l’âge adulte. 

Le point fort de cette œuvre, c’est la justesse des propos, j’ai rarement lu une description aussi pertinente de la solitude et des angoisses qui l’accompagnent.

Elle va descendre très profondément dans l’ abîme la petite Rosie, Il vous sera impossible de ne pas avoir d’empathie pour cette âme en détresse. Et c’est avec un certain bonheur qu’on aperçoit une petite lueur au bout du tunnel pour elle. Vu la justesse de l’histoire, je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’agit d’une autobiographie. Il faudrait demander à l’auteure pour en savoir plus.

Le dessin de Pierre Bailly pourrait paraître assez simple au premier regard mais il arrive à jouer habilement avec le noir et blanc  pour nous permettre de rentrer dans la vie de Rosie d’une façon très intime et percutante. On va plus loin d’une simple description, on EST dans la tête de Rosie. 

J’ai vraiment eu un coup de cœur pour cette tranche de vie entre désarroi et espoir.

 

a07-3e78901.gif dessin.

a09-3e78912.gif Scénario

a09-3e78912.gif Global.

 

Samba.

leMURETt1_Ip001p192_FR_026H copie.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

WAKE UP AMERICA. Tome 1. 1940-1960

Scénario : Lewis, John ; Aydin, Andrew
Dessin : Powell, Nate
Dépôt légal : 01/2014
Éditeur: Rue de Sèvres
Planches : 128

20 janvier 2009. Investiture de Barack Obama. Rosa tiens à être là avec ses deux enfants pour cet évènement hors du commun. Elle en profite pour leur faire rencontrer une légende vivante de la lutte contre les inégalités : John Lewis. Héros de la lutte contre la ségrégation raciale, il ne se fait pas prier pour raconter, en toute humilité, son aventure héroïque contre le système.

Lire la suite « WAKE UP AMERICA. Tome 1. 1940-1960 »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑