Carnet du Pérou

six pieds sous terre, carnet du pérou, fabcaro, angoulèmesix pieds sous terre, carnet du pérou, fabcaro, angoulèmeRésumé de l’éditeur: Depuis une dizaine d’années, Fabcaro trace sa route d’auteur à travers des bandes dessinées pleines d’humour et d’autodérision, oscillant entre autobiographie et rire grinçant, seul ou officiant au scenario pour d’autres.

En décembre 2011, lors d’un atelier en pays Cathare, il croise la route d’une jeune plasticienne en résidence, originaire de Cuzco, qui, selon lui, « dégageait une énergie qu’on sentait jaillie de cette terre lointaine dont je ne savais rien ». Entre eux va naître une forte complicité artistique et humaine. Dès lors, il n’a qu’une obsession : se rendre dans ce pays. Ce qu’il finira par faire en juillet 2012, s’engageant dans un périple qu’il souhaite le moins préparé possible afin d’en conserver toute l’authenticité, la virginité du voyageur qui a tout à découvrir, refusant d’être parasité par les clichés et les préjugés. Il va alors s’immerger dans un univers fascinant dont il découvre jour après jour la richesse et la diversité des mythes, rites et croyances. Il va croiser des destins, s’émouvoir, tisser des liens forts mais aussi approfondir une culture indigène dont les détails pittoresques le feront plonger dans une altérité salvatrice. Il en reviendra profondément transformé. Jusque dans son travail : changeant de cap et délaissant l’humour qui était jusque là sa marque de fabrique, pour ramener un carnet poignant et plein d’humanité, vrai voyage philosophique aux portes d’un ancien monde qui n’a pas encore été entièrement submergé par la modernité.

Ainsi, ce Carnet du Pérou est aussi la description du parcours d’un homme profondément remué dans ses fondements et ses certitudes, à l’orée d’un revirement artistique salvateur, découvrant que l’autobiographie peut être aussi un exercice ouvert sur le monde, tourné vers l’autre plutôt que sur soi. Apprendre enfin à se décentrer afin de devenir un modeste passeur, témoin de trésors insoupçonnés d’humanité dont regorge l’extérieur.

Néanmoins, s’agissant de Fabcaro, il faut quand même s’attendre à tout.

 

six pieds sous terre,carnet du pérou,fabcaro,angoulème

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Fabcaro, il est l’auteur de quelques O.V.N.I. du paysage de la BD francophone, riches en autodérision et en humour crétin, dans le bon sens du terme évidemment (-20% sur l’esprit de la forêt, Z comme Don Diego, Amour passion et cx diesel, …). Si vous ne voyez toujours pas de qui il s’agit, sachez qu’il fait partie d’une belle bande de zozos (Fabrice Erre, Gilles Rochier, James, et autres Terreur Graphique) très active dans des revues comme Mauvais Esprit, Jade, Alimentation générale ou encore Tonton (pour ne citer que celles-là). Pour tous ceux qui ne connaissent vraiment  pas (mais vraiment vraiment pas) Fabcaro, méfiez vous! A première vue, Carnet du Pérou n’est pas à l’image de ce que l’auteur a l’habitude de donner de lui… à première vue seulement.

 

six pieds sous terre,carnet du pérou,fabcaro,angoulème


L’album débute sous la forme d’un carnet de voyage assez standard mais au fur et à mesure de sa lecture il est entrecoupé de planches qui illustrent le travail en off de Fabcaro. Si la partie carnet est mise en page comme un carnet de croquis, la partie off permet au fan de retrouver l’auteur qu’il connait bien. Il est assez difficile de parler du tour de force de ce carnet sans vous faire une révélation qui peut vous ruiner tout le plaisir (comme si on venait vous dire dès le début du 6ème sens que, en fait, Bruce Willis est mort ou, pire encore, que Keyser Söze est en réalité Kevin Spacey. On en a condamné à mort pour moins que ça.). Néanmoins, il faut savoir que Fabcaro signe probablement sa plus belle œuvre, qui sort des sentiers battus, et amène à poser de très sérieuses questions sur le travail d’auteur et d’éditeur à l’heure actuelle. Peut-on dire qu’il s’agit d’un pavé dans la marre? Pas vraiment, il serait plus juste de parler d’une palette entière de pavés de 10×10 en pierre bleue chinoise à -20% chez Monsieur Bricolo. La réussite est telle que Carnet du Pérou fait partie de la sélection officielle d’Angoulème 2014.   Alors qu’Angoulème représente la marre et le Carnet du Pérou le pavé, qu’est-on en droit d’attendre de cette sélection? Le débat reste ouvert!

 

six pieds sous terre,carnet du pérou,fabcaro,angoulème


Le + : La plus belle réussite de Fabcaro est un album qui remet en question le monde de la BD actuel… un véritable pied au cul. Jetez au feu vos Guy Delisle et vos Lewis Trondheim. Au final c’est comme Highlanders, il ne peut en rester qu’un… et ce sera Carnet du Pérou!


Le – : Angoulème?!… ha ha… la bonne blague.


Je clique chez:


SIX PIEDS SOUS TERRE

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑