WW 2.2 – Tome 7 – Paris, mon amour

Couv_201031.jpgww22_PL.jpgScénario : David Chauvel
Dessin : Hervé Boivin
Editeur : Dargaud
date de sortie : novembre 2013
62 pages
genre : guerre, uchronie

 

 

 

Accompagné d’un soldat et de deux scientifiques, le sergent chef Meunier est parachuté en plein territoire Allemand pour détruire la nouvelle arme de destruction massive que fabriquent les allemands à Peenemünde. Mais sa mission va prendre une autre tournure quand il rencontrera un groupe de prisonniers évadés d’un camp de concentration. Il abandonne alors sa mission principale et, avec les évadés, part à l’assaut du camp pour libérer les prisonniers. Mission quasiment suicide, il sauvera la vie d’une fillette et sera le seul survivant. Sa décision aura cependant des répercussions dramatiques quant à la suite de la guerre.

 

ww 2.2,paris mon amour,chauvel,boivin,dargaud,guerre,uchronie,bombe atomique,610,112013

 

Cet ultime volume de WW 2.2 nous ramène presque dans la vraie Histoire. Découverte des camps de la mort par les troupes alliées, et utilisation de l’arme atomique dans le but de faire plier définitivement l’adversaire. Sauf que David Chauvel est passé par là, et que tout le monde aura droit à sa bombe ! Sur un scénario un poil tiré par les cheveux, Chauvel réussit malgré tout à nous tenir en haleine du début à la fin. La narration parsemée de flashback courts permet de raconter deux histoires en conservant le rythme nécessaire à ce genre d’aventures. La séquence racontant les camps de concentration est vraiment bien menée et assez touchante. Sans dialogues, sans commentaires, les images se suffisent à elles-même pour décrire l’horreur sans tomber toutefois dans l’étalage des vues morbides que tout le monde connait.

 

ww 2.2,paris mon amour,chauvel,boivin,dargaud,guerre,uchronie,bombe atomique,610,112013

 

David Chauvel et Hervé Boivin se retrouvent sur ce 7e et ultime volume de cette étonnante uchronie. Étonnante par son originalité où l’Histoire complètement réécrite reste parfaitement plausible. C’est un peu le principe des uchronies, mais ça ne fonctionne pas toujours. De ce point de vue là, WW 2.2 est plutôt réussie.

Il est dommage en revanche que la qualité des 7 albums qui la compose soit très inégale. Cette faiblesse empêchera sans doute la série de rentrer dans le Panthéon de la BD. Cela va du moyen au très bon, tant du point de vue graphique que du scénario.

J’en entend déjà certains dire que c’est là la marque de fabrique des séries concept …

Ceci étant dit, chaque album peut se lire comme un one shot ce qui a pour avantage de ne pas vous obliger à prendre toute la série…

Pour conclure, sans être le meilleur ni le moins bon, ce dernier tome est le reflet de l’ensemble de la série : moyen, mais divertissant malgré tout.

 

Ma note : 6,5/10

Loubrun

tome 1, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6  (et ne me demandez pas pourquoi on n’a pas chroniqué le tome 2 !)

 

Sugar, ma vie de chat.

sugar.jpgsugar 1.JPGAuteur : Serge Baeken.

Editeur : Dargaud.

Sortie : 01/2014

 

 

 

Un chat dans la gorge.

Sugar est la biographie d’un chat noir qui fut pendant 18 ans le compagnon de l’auteur flamand Serge Baeken. En 80 pages, l’auteur va nous raconter la vie à  hauteur des yeux d’un chat : marcher, jouer, attraper les mouches, défendre son territoire, déménager, chasser les souris, faire des câlins, se balader avec ses congénères, etc. Tout cela sur fond de vie de famille presque calme.

 

Ne faite pas confiance au chat quand il y a du poisson au menu.

La vie d’un chat, synonyme de vie facile et confortable pour beaucoup mais pas pour Serge Baeken qui visiblement a bien observé ses chats pour nous livrer cette étonnante BD. Déjà, en ouvrant ces 80 pages, on est surpris par le traitement graphique proposé : 24 cases identiques carrées avec parfois des prolongements sur plusieurs cases. On est loin du pipi de chat pour le cadrage et la perspective. Une chatte y retrouverait même ses petits, c’est dire . Ce traitement nous fait penser  par son aspect aux 3 secondes de Marc-Antoine Mathieu. Par contre ici, on ne joue pas avec les zooms et votre regard « persan » mais on s’amuse à bondir dans tous les sens surtout si une souris passe par là. Les propriétaires de ces petits félins reconnaîtront sans soucis leurs attitudes ou habitudes. Pour leur octroyer encore plus de personnalité, on donne langue au chat mais sans exagération.

Cette BD s’apparente à un exercice de style, à une prouesse artistique .On y adhère ou pas. A vous de voir si vous êtes du coté des chats échaudés par l’eau froide ou du coté de ceux qui retombent toujours sur leurs pattes. 

 

 

a09-3e78912.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gif Global.

Samba.

sugar 2.JPG

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑