Les 20 ans de la collection « Signé » – Le Lombard.

Une œuvre, une signature…

 

Signé, Le Lombard

 

C’est en de tels termes que Le Lombard communique pour fêter les 20 ans de la collection « Signé ». Les éditions « Le Lombard » sont parties en 1994 sur la conclusion que les auteurs, au-delà de leur série favorite, avaient parfois envie de s’octroyer une respiration, une récréation mais aussi une occasion de se lancer dans un projet plus novateur, plus risqué, plus intime ou intimiste. Cette collection est au final un écrin de grandes signatures qui donnent le meilleur pour la plus grande joie des lecteurs. Les romans graphiques ont maintenant leur place dans la production du 9e Art et la collection « Signé » y contribue à sa manière.

2014, l’année « Signé ».

8 albums sont programmés en 2014 pour la collection « Signé ». Le 17 janvier 2014, c’est la réédition du formidable album de Boucq et Charyn  intitulé « La femme du magicien », paru en 1986 chez Casterman dans la collection « A suivre ». Le même jour, c’est « Station 16 » de Hermann et Yves H., un voyage fantastique où se mêlent les faits réels et des paradoxes spatio-temporels. Samba BD a pu lire l’album en primeur. Il sera chroniqué sur le 16 janvier, la veille de la sortie en librairie. Probablement, un des points forts dans les sorties de ce début d’année 2014. En février, nous aurons « Après-guerre T2 » de Warnauts et Raives, un autre album très attendu. Au cours de l’année 2014, nous aurons encore « La Fille de Paname T2 » de Kas et Galandon, « Capitaine Trèfle » de Hausman et Dubois, « Le chant du Cygne » de Babouche, Dorison et Herzet, « Le soldat » de Jouvray et Efa et enfin pour novembre 2014, « Little Tulip » un nouvel album de Boucq et Charyn, un nouvel événement pour la fin de l’année qui débute !

Angoulême 2014

Lors des rencontres internationales d’Angoulême, les lecteurs pourront écouter Hermann et Boucq à Angoulême. Les auteurs viendront discuter sur leur travail, leur évolution et leur trait respectif lors d’une rencontre croisée. Lieu : Espace Franquin, salle Bunuel, le samedi 1er février à 16h00.

Capitol.

Signé, Le Lombard

MEDEE Tome 1 L’ombre d’Hécate

médée couv.jpg1389_P9.jpgScénario : Le Callet, Blandine
Dessin : Peña, Nancy
Couleurs : Badaroux Denizon, Céline et Dumas, Sophie
Dépôt légal : 11/2013
Editeur : Casterman
Pages : 64

Médée est sans doute un des mythes féminins le plus disputé, le plus décrié, le plus raconté. Héroïne féministe pour les uns, monstre égoïste pour d’autre, sont histoire est toujours sujette à de lourds mais passionnants débats. Médée est LE sujet à controverse. Tour à tour novice du temple d’Hécate, magicienne (comme sa tante Circée), traitre à son roi de père, amoureuse trahie, mère infanticide … la liste est longue. Il est impossible de faire la liste Des d’œuvres d’art que son mythe inspira. Du théâtre (Anouilh, Corneille…) au cinéma (Pasolini …) en passant par la littérature (Euripide, Sénèque…) et la musique, son mythe est transposé sur tous les supports. Il ne manquait que la bande dessinée pour compléter le tableau. Evidemment, comme tous les mythes, Blandine Le Callet nous livre son interprétation, sa vision de la figure féministe de la mythologie Grecque.

 

Médée3.jpg


Bercée d’insouciance dans le palais de son père Aiétiès, Médée vis l’âge d’or de son enfance. Elle est initiée aux secrets des prêtresses d’Hécate. Fort de ses connaissances, elle est chargée par le Roi de tenter de guérir son frère du mal qui le ronge. Mais entre pharmacopée et pouvoir, la frontière est ténue….

89325444.jpgCe roman graphique est très documenté. Il fourmille de détails et d’anecdotes à l’image de l’héroïne. Les rites religieux, la vie des nobles, le travail des femmes vous plonge dans le passé la mythologique antique. Difficile d’en attendre moins de la part de Blandine Le Callet, brillante spécialiste en philosophie ancienne et en littérature latine sur les monstres dans l’antiquité gréco-romaine. Cela donne un récit très dense et une lecture à l’avenant. Car la « Médée » de Blandine Le Callet n’est pas une BD de lecture en 10 minutes. Elle se déguste doucement et en plusieurs fois, surpris à chaque fois par le travail fouillé du scénario.

Les dessins de Nancy Peña sont de haute qualité. Comme le scénario, les détails sont biens rendus. Les traits des personnages sont très fins avec une touche très féminine. Ce beau travail semble être influencé par les dessins de François Place (« Du pays des amazones aux iles indigo ») façon documentaire. Ce qui explique sans doute ce soupçon de manque de vitesse, de mouvement dans les cases. Mais rien qui ne nuise à la qualité du récit.

 

Médee1.jpg


Le couple Le Callet/Peña redonne la parole à cette « femme libre, savante et meurtrière » plus connue pour sa relation avec Jason et son rôle dans le vol de la toison d’or. La vie bien remplie de Médée mérite bien une série de qualité, et trois tomes ne seront pas de trop. Ce premier tome, « l’ombre d’Hécate », plante les jalons d’une belle histoire.

 

Note : 7,5 / 10

Tigrevolant

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑