Django Unchained

django unchained_couv.jpgdjango unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinémaScénario : Quentin Tarantino
Dessin : R.M Guéra, Jason Latour , Denys Cowan, Danijel Zezelj
Editeur : Urban comics
collection : Vertigo deluxe
date de sortie : 24 janvier 2014
272 pages
genre : western, action, aventure

 

 

1858, sud des États-Unis. Le Dr King Schultz, ancien dentiste devenu chasseur de primes, fait l’acquisition de Django, un esclave à qui il propose un marché : l’aider à capturer les frères Brittle en échange de sa liberté. Tandis que les deux hommes entament leur traque, Django ne perd pas pour autant de vue sa principale préoccupation. Dès qu’il sera libre, il partira à la recherche de sa femme, vendue comme esclave à un riche propriétaire terrien du Mississippi.

 

django unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinéma

 

 

Quand j’ai vu ce titre dans le planning de sorties d’Urban comics, j’ai d’abord redouté d’avoir à faire à une pauvre adaptation en bd d’un auteur majeur du cinéma américain. J’ai vite été rassuré en voyant le nom de Tarantino sur la couverture, non pas comme faire valoir, mais comme auteur.

Autant le dire tout de suite, Quentin Tarantino est pour moi un des plus grand, sinon le plus grand réalisateur américain.

Grand amateur de comics et de cinéma populaire, il a absorbé tout ce qu’il a lu et vu dans sa jeunesse pour le resservir à sa sauce dans ses réalisations, créant cet univers complètement barré qui lui est si particulier.

 

django unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinéma

 

Cet album donc, n’est pas une adaptation, mais plutôt l’aboutissement du script intégral écrit pour le film. Ici, pas de scènes coupées au montage, tout ce qu’a imaginé l’auteur y figure. Comme il le dit dans la préface « … si mes scripts n’étaient pas coupés, mes films dureraient 4 heures !« . Django Unchained dure déjà 2h45, ce qui est largement au dessus de la moyenne.

Pour ceux qui ont vu le film, vous retrouverez donc exactement la même ambiance, les mêmes scènes et quasiment les mêmes dialogues. Seule la fin diffère un peu non pas dans l’esprit (le côté vengeance et massacre est bien là) mais plutôt dans le style.

A moins de bien connaître le film, les scènes qui ont été coupées ne sont pas toujours facilement détectables, ce qui montre à mon sens la qualité scénaristique de l’œuvre. A la lecture, aucune séquence ne parait superflue et l’on se régale de bout en bout du souffle épique de ce western violent non dénué d’humour.

 

django unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinéma

 

La différence avec le film vient évidemment du dessin. Si le cadrage et la construction des images sont identiques en BD et en film parce qu’ils découlent d’un story board dessiné, le dessin apportera une nouvelle dimension à l’œuvre.

Il est confié ici à plusieurs auteurs comme c’est souvent le cas en comics. RM Guera (scalped), Jason LaTour (scalped, Wolverine), Denys Cowan (scalped, Wolverine) et Danijel Zezelj (scalped, DMZ …) ont la lourde tâche de faire vivre sur le papier des personnages que la plupart des lecteurs auront vu bouger et entendu parler dans le film.

Difficile en effet de dissocier les personnages des acteurs qui les ont incarnés, tant ces derniers l’ont bien fait. Sans jamais tomber dans la caricature ni dans le portrait photographique, chacun réussit dans son style à évoquer clairement les acteurs qui ont interprété les rôles, ce qui évite de se perdre en comparaisons inutiles du genre ‘ah oui, mais dans le film il est pas comme ça …’ et de rester dans la fluidité de la lecture.

Les différences de style entre les auteurs ne m’ont pas gênées, mais il est possible que cela en perturbe certains. J’ai particulièrement apprécié les planches de Zezelj et Cowan, plus épurées que celles de Guéra et Latour. S’il n’y a pas d’unité graphique, le tout reste cependant parfaitement cohérent.

L’ensemble est vraiment réussi, a tel point que j’ai eu l’impression de revoir le film…

 

Un Comics que je recommande aussi bien aux amoureux de Tarantino qu’aux fans de western qui y trouveront tous les bons ingrédients du genre, et même plus.

 

Ma note : 8,5/10

Loubrun

 

La mondaine Tome ½

la mondaine.JPGla mondaine 1.JPGAuteurs : Jordi Lafebre et Zidrou.

Editeur : Dargaud.

Sortie : 01/2014.

 

 

 

Après le succès de Lydie, Zidrou et Jordi Lafebre se retrouvent à « la Mondaine », dans le Paris des années 30 ! Ce diptyque peint le quotidien de la brigade des mœurs : le jeune inspecteur Aimé Louzeau est initié aux infiltrations et planques pour débusquer les secrets bien utiles aux hautes sphères de l’État. Mais la police aussi a ses secrets et Aimé, fils d’un prêtre défroqué, n’est pas en reste… L’univers de Maigret n’est pas loin avec, en plus, un zeste d’humour incisif et d’inoubliables scènes cocasses !

Ma proxénète à moi.

– Ah te voilà, il faut toujours que tu fourres ton  nez dans tes BD toi !

– euh oui ma Christinou  (là je sens le gros reproche, tu n’utiliserais pas ton temps pour faire quelque chose de nettement plus utile).

-« La mondaine », c’est l’histoire d’une globe trotteuse ?

-(là, je ne peux pas me moquer d’elle ouvertement sinon, ça va barder pour ma pomme) Non, la Mondaine, c’était le nom de la brigade des stupéfiants avant 1975, un service policier typiquement français.

-Fais le malin, tu sais que je ne regarde que des séries US moi ! Passe-moi un peu cette affaire….

mais ….mais … c’est quoi tout cette débauche , ces perversions, cette décadence des mœurs ?

Mais pourquoi ça ne m’étonne pas que tu lises ce genre de BD vicieuse !

-Ma chère Christine, je te ferai remarquer que cette BD est estampillée Zidrou , ton chouchou !

-Ah bon, l’auteur de Lydie, des folies bergère, du beau voyage … 

-Et oui ma chère, donc ce n’est pas que du foutre cette BD, c’est aussi de la sensibilité, des petits détails croustillants, de l’émotion .C’est vrai qu’ici, la douceur danse avec la violence, que la luxure joue avec les images, que le vice s’invite partout même à la police.

-Punaise, le Jordi Lefebre , il envoie la sauce , de vraies belles gifles à la figure ( vous remarquerez le langage châtié de ma Christine).

-Oui, je pense que l’espagnol (que j’avais interviewé pour les folies Bergère) s’est  vraiment bien défoulé sur ce tome 1. On peut dire que le dessin est bien gaulé.

– Et ça nous mène où tout ce racolage ?

-Vers la guerre de 40 à tous les coups ma chère, ce tome 1 est surtout une belle présentation des personnages  vers le final qui ne pourra qu’être orgasmique.

– Bon, en parlant d’ouragan corporel, tu t’occuperais pas un peu de ta petite femme ?

-mmmm certainement.

-Bin alors, tu peux déjà commencer la vaisselle !

 

a07-3e78901.gif Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a07-3e78901.gif Global.

Samba.

la mondaine 2.JPG

 

On en parle dans le forum.

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑