GOODBYE BUKOWSKI.

1401191230200001.JPG1401191201240001.JPGDessin & scénario : Flavio Montelli

Editions Casterman

Collection  « écritures »

Sortie 22/01/2014

160 pages

Prix conseillé : 15,00 €

ISBN : 9782203070783

Biographie, Histoire, écrivain, Charles Bukowski.

 

Résumé (de l’éditeur): Le portrait touchant et subtil d’une légende de la littérature américaine moderne. À cinquante ans passés, l’américain Charles Bukowski est un écrivain célèbre, autant par ses frasques que par son oeuvre. À la première personne et en noir et blanc, d’un trait à la fois léger et très personnel, Flavio Montelli tient la chronique de ce parcours et de ce destin littéraires hors norme, porté par une personnalité profonde, complexe : provocateur, jaloux, excessif, désaxé, alcoolique, mais aussi désemparé et touchant, Bukowski aujourd’hui comme hier irrite autant qu’il séduit.

1401191202210001.JPG

Mon avis : Les biographies m’ont toujours intéressées et surtout celles d’écrivains car elles sont parfois aussi de vrais romans. Lorsque j’ai reçu la liste des prochaines parutions chez Casterman, j’ai donc de suite pointé l’ouvrage, d’autant plus qu’il est publié dans la collection « écritures », un gage de qualité. Et de me souvenir de la fameuse émission d’Apostrophe de Bernard Pivot en 1978 où Charles Bukowski était complètement ivre, tenant des propos décousus et incohérents. François Cavanna, autre invité de l’émission et pourtant admirateur de l’œuvre, lancera : « Bukowski, ta gueule ! ». En fin de compte, Bukowski partira avant la fin de l’émission. Pivot lancera à l’occasion : « Il ne tient pas tellement la bouteille cet écrivain américain…  ». La vidéo de l’émission fait le tour du monde. Il devient un écrivain culte. La presse a titré : « Un poivrot chez Pivot ». Le buzz fonctionne à fond, le succès éditorial est phénoménal. « Les contes de la folie ordinaire » sera adapté au cinéma par Marco Ferreri alors que « Barfly » deviendra un film en 1988 sous la direction de Barbet Schroeder avec Mickey Rourke dans le rôle principal. Voilà pour « cadrer » le personnage.

1401191203130001.JPG

Voyons maintenant l’album en lui-même. Flavio Montelli est un jeune auteur montant de la bande dessinée italienne. Goodbye Bukowski est son premier roman graphique et a été publié en 2012 en Italie. Casterman en fait donc la traduction française.

L’histoire en elle-même est simple. Je dirais même plus, d’une platitude sans fin. On retrouve Bukowski alors qu’il a 56 ans. Il est un poète et écrivain, tantôt adulé, tantôt contesté par la critique. Il vient de quitter son boulot de postier et vit de sa littérature, surtout de ses lectures publiques à travers les Etats-Unis. Il a déjà beaucoup tâté de la dive bouteille, il est usé par la vie, par son errance. Sa seule fierté, c’est sa fille Marina qui a six ans. Bukowski écrit la nuit en buvant. Il n’est pas très causant, sort peu. Montelli nous raconte donc l’automne de la vie de Bukowski via les femmes qui ont croisé son existence.

1401191203590001.JPG

Au niveau du dessin, cela tient la route, Bukowski est ressemblant mais on n’atteint pas les sommets graphiques. Dans la collection « écritures », on parle plutôt d’un style graphique. Ici, c’est le cas. Montelli a son style mais ne casse pas autant la baraque.

 

Reste le scénario, qui souvent sauve l’album, est le moteur du récit et rend le dessin secondaire, accessoire. A la lecture de cet ouvrage, je dois déplorer que le scénario ne réponde pas du tout à mes attentes. On reste dans le vague, on décrit une vie qui semble presque immobile, sans grands reliefs. Ce scénario est une sorte de « bateau ivre » (au sens premier, pas au sens poétique), sans cap, sans capitaine, sans boussole, qui se laisse porter par les vents, les courants, les fortunes de mer…Je n’irai pas jusqu’à dire que le passager du bateau que je suis, a attrapé le mal de mer et  a remis son dernier repas par-dessus le bastingage…Mais franchement, je me suis ennuyé et j’attendais beaucoup plus de cet album.Le scénario aurait du être plus structuré pour être crédible et plus abordable aux lecteurs.

1401191205400001.JPG

C’est pour moi une déception. Ce genre de bouquin avec beaucoup d’attentes et d’espoirs mais un ratage complet à l’arrivée. Dommage…

 

Graphisme :      6,0/10

Scénario :        6,0/10

Moyenne :        6,0/10

 

Lien internet vers le site des éditions Casterman : ICI.

Lien vers la vidéo de l’émission « Apostrophe » avec Bukowski : ICI.

 

Capitol.

1401191207000001.JPG

Un commentaire sur “GOODBYE BUKOWSKI.

  1. je ne connais l’écrivain que par l’adaptation cinématographique de BARFLY ( très bon film par ailleurs ). Ce n’est pas un album que j’achèterai de part le sujet et le dessin que je n’apprécie pas! Par contre je te félicite en tant que chroniqueur pour ton texte, tu est le meilleur, à mon avis, du blog! bravo Capitol

    J’aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :