U-boot T3 : Jude.

U-Boot3.jpgU-Boot3d.jpgAuteur : J-Y Delitte.
Editeur : 12 bis.
Sortie : 11/2012.

Lavage de cerveau.
Après avoir détruit le siège central du groupe Maher et assassiné son PDG, l’énigmatique Heinrich Himmel, Jude — la tueuse à la chevelure blanche — s’est réfugiée au Nevada, dans une ancienne base militaire désaffectée connue sous le nom de Aera 51.
Monsieur le président-directeur général.
Voilà bien un album qu’on n’attendait pas. Le mot fin était  pourtant clair et net sur la dernière page du tome 2. Et puis voilà que l’histoire continue en se focalisant sur la tueuse Jude. Il fallait bien un complot machiavélique d’envergure un peu tiré par les cheveux pour faire rebondir l’affaire. On retrouve la même  structure que pour  les deux premiers tomes avec de très nombreux flashback. Heureusement qu’on nous aide avec un repaire temporel pour bien situer l’époque sinon ce serait une belle mayonnaise. En plus, on a une pléiade de personnages secondaires dont les facies ont la fâcheuse tendance à tous se ressembler, c’est bien le seul grief que je ferais pour le dessin car j’ai trouvé l’univers futuriste de Jean Yves Delitte très convainquant.
Franchement, j’ai du mal à savoir sur quel pied danser avec cette série. J’ai bien aimé la qualité des univers proposés, aussi bien le monde clos de l’U-boot que pour les technologies futuristes. Par contre, je n’ai pas ressenti la moindre parcelle d’empathie pour aucun des personnages. C’est souvent le cas d’ailleurs chez Delitte, on fait rarement dans la dentelle et dans l’émotionnel.
C’est sûr, ce n’est pas du Gibrat.
Je qualifierais quand même ce dernier  tome 3 de dispensable mais allez savoir si c’est vraiment la fin.
Scénario : 6/10
Dessin : 8/10
6.5/10 Global.
Samba
On en parle sur le forum.

wallpaper-u-boot3.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

2 commentaires sur “U-boot T3 : Jude.

  1. Ces changements d’époque incessant dans la narration m’ont un peu déstabilisé dans ma lecture. Dommage car j’aime le dessin de Delitte.
    Globalement d’accord avec la chronique de Samba.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :