L’EXPEDITION, tome 1, Le lion de Nubie

Mazarano, Frusin, L'expédition, Dargaud, Mazarano, Frusin, L'expédition, Dargaud, Egypte, douze ans après sa conquête par l’empire romain, une barque à la dérive est découverte. Elle contient le cadavre d’un homme qui éveille beaucoup de curiosité.


Il porte des tatouages mystérieux, et transporte avec lui beaucoup de richesses. L’homme semble appartenir à un peuple encore inconnu. D’où vient-il et d’où viennent toutes ces richesses ? Voilà les questions auxquelles tente de répondre Marcus Livius en montant une expédition.

 

 

Mazarano, Frusin, L'expédition, Dargaud,

L’expédition est, en quelque sorte, le juste milieu entre Murena (Dufaux et Delaby), pour le coté politique et géopolitique romain,  et 300 (Frank Miller), pour l’action. On peut même parler de référence à la BD et au film 300. En effet, l’impression de couleur saturée et le clair/obscur un peu forcé sont deux éléments marquants du visuel de 300, le film, comme dans ce premier tome de L’expédition. La couverture est très explicite à ce sujet, la tache de sang dans le titre est un détail qui ne trompe pas. Ne boudons pas notre plaisir, cette œuvre est un vrai bonheur visuel même s’il n’est pas innovant. Le trait appuyé de Marcelo Frusin ravira un large public. Les expressions, les visages sont durs, sombres. Nous avons droit à un dessin viscéral et un découpage très réussi.

 

mazarano,frusin,l'expédition,dargaudRichard Mazarano est le génial scénariste de Le complexe du chimpanzé chez Dargaud. Un triptyque qui voyait revenir sur terre Neil Armstrong et Buzz Aldrin dans leur capsule spatiale…en 2035.

 

Un premier tome très alléchant pour une saga qui se destine à comporter 4 volumes. D’un point de vue scénaristique, Richard Marazano excelle dans la mise en place de cette expédition. Il parvient à installer un réel climat de mystère sur ce voyage vers l’inconnu, vers d’autres croyances et cultures. Les dialogues sonnent juste sans vraiment atteindre la qualité que l’on trouvait dans Murena mais sont très nettement supérieur à ceux, écrit à la truelle, de Les aigles de Rome (Marini).

 


Le + : Une belle mise en place, une tension et un mystère palpables, un dessin et des couleurs réussis, ce premier tome de L’expédition est une pure réussite.

 

Le – : Rien d’innovant au programme. Ça va être difficile de sortir du lot.

 

Infos en vrac

 

Série, tome 1/4

Prix : 13,99 euros

56 pages

Parution : février 2012

Dessin : Marcelo Frusin

Scénario : Richard Marazano

Editions : DARGAUD


William

Gabrielle B. Cycle II Antilles : Liberté.

gabrielle b.jpggabrielle b p.jpgAuteurs : Dominique et Alain Robet.
Editeur : Emmanuel Proust.
Sortie : 10/2011

A l’abordage.
L’espionne de Napoléon est envoyée aux Antilles pour une mission décisive : attirer dans un guet-apens, la flotte de l’amiral Nelson. Une mission secrète très risquée pour la belle Gabrielle … Entre l’absurdité de la guerre et les horreurs de l’esclavage, elle ne pourra compter que sur le fidèle Masque d’Argent.

Chanson du matelot.
Parole de Gaby Oh Gaby:
J’fais ma traversée au milieu des algues et des coraux
Et j’fais mes abordages sur les restes d’un vieux brick, la  Revenante
J’dis bonjour… Faut bien que je me mouille et dérouille mes adversaires
C’est ma dernière escapade, je m’écrase le nez au hublot
J’ai mon contrat de confiance, le Masque qu’il faut
J’ai qu’du bol, j’en vois Nelson qui rigole

Gaby, oh Gaby, tu devrais pas toujours tirer la gueule
J’peux pas dormir, j’fais qu’des mauvaises critiques
Gaby, oh Gaby, tu veux qu’j’te chante la mer
Le long, le long, long des Antilles
Pas très clairs

En r’gardant les résultats d’son attaque
Un pavillon  anglais qui fumait plus à changer de camp
Ca fait frémir, faut savoir dire stop
Tu sais, tu sais c’est comme ce type qui voudrait me prendre ma liberté
Et qu’abandonne sa marque sur le peau des femmes
J’sens comme un vide, ramènes moi sur la Revenante.

Gaby, oh Gaby, tu devrais pas toujours tirer la gueule.
J’peux pas dormir, j’fais qu’des mauvaises critiques
Gaby, oh Gaby, tu veux qu’j’te chante la mer
Le long, le long, long des Antilles
Pas très clairs

Gaby j’t’ai déjà dit qu’t’es bien plus belle en souriant
T’es belle comme un canon qu’attend plus qu’une mèche
Ca fait boum, au feu les boulets
Aujourd’hui c’est Waterloo et j’aimerais bien qu’on m’aime
J’sens qu’j’vais encore finir en cotation et ses  notes sur dix
Et ses Inscrivez-vous à la newsletter ;
Oh Gaby !

Scénario :6.5/10
Dessin :6/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gif Global.

SAMBA.

gaby.jpg

Zombies 0. La mort et le mourant

Couv_152274.jpg

 

 

Résumé de l’album :


Rien n’arrête les morts qui marchent. Ville par ville, ils avancent et dévorent les vivants. La pandémie qui a emporté les pays pauvres se répand maintenant sur le reste du monde. Cependant, les nations développées ne prennent pas la réelle mesure du danger. Lapointe, acteur canadien de série B, pour qui le futile a meilleur goût que l’essentiel, poursuit son existence comme si de rien n’était. Invité d’honneur à un festival de cinéma d’horreur, il se retrouve piégé en Russie. Seul en territoire zombie, il comprend qu’il n’a rien d’un héros quand la réalité rejoint la fiction. Avoir tué des centaines de mort-vivants dans des films ne le rend pas meilleur qu’un autre. Aujourd’hui, plus de scénario, de doublures ou de trucages. Pourtant il doit jouer le rôle de sa vie : Celui de sa survie.

 

Mon avis :

INDISPENSABLE, GENIAL, MAGNIFIQUE !!!!! Les qualificatifs me manquent pour dire combien j’ai apprécié ce Tome 0 préquel de la série Zombies. Mon premier coup de cœur de l’année 2012. J’avais déjà bien accroché aux deux tomes précédents mais là je suis encore plus enthousiasmé.

 

zombies.jpg

Ce Tome 0 apporte un autre éclairage sur Serge Lapointe et nous montre ce personnage sous un autre visage que celui que nous lui connaissions jusque là. Nous trouvons ici la genèse du train de bateau et le pourquoi du comment de l’installation sur une île.

Olivier Péru assume pleinement la comparaison avec Walking Dead d’entrée de jeu en débutant La mort et le mourant par un gros clin d’œil à cette série. Forcement tout au long de la lecture, certaines situations, les humains protégés derrière un grillage, nous rappellent Walking Dead. Mais ici point de plagiat ou de vile copie que nenni. Le scénario est bien construit, dynamique et centré sur Serge Lapointe. Nous voyons comment ce petit acteur de série B va vivre et survivre à sa confrontation en vrai aux zombies qu’il extermine pourtant à tour de bras dans ses films. Oiliver Péru réussit pleinement l’amalgame entre action, réflexion, humour et espoir et il sait rendre ses personnages très attachants.

 

zombies wd.jpg

Les dessins de Leoni n’ont rien à envier à ceux de Cholet. Ils sont aussi aboutis, précis et efficaces. Le rendu des scènes d’actions est parfait !!! Les expressions des différents personnages sont très réussies, ce qui illustre parfaitement la tension et l’horreur présentes dans ce récit.

La mise en couleur avec l’utilisation du sépia est absolument parfaite et apporte le petit plus qui transforme ce tome en réussite complète !!! Rien que pour cela, il vous faut absolument lire cet ouvrage.

zombies armee.jpg

Zombies est vraiment une série absolument indispensable dans votre bibliothèque. Le seul risque que vous courrez avec ces ouvrages, c’est d’en devenir mordu ;-))))

Ma note 9/10

Scénario 9/10
Dessin 9/10
Couleur 9/10


Revedefer

zombies grilles.jpg


UNE NUIT DE PLEINE LUNE

 

 

Couv_136948.jpgPlancheA_136948.jpgDessin : Hermann – Scénario : Yves H.

Editions Glenat

Collection Grafica

Sortie : 14/09/2011

56 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782723480543

Drame, thriller

 

Résumé (de l’éditeur: Karim rêve de retourner vivre un jour au Maroc, dans une villa au soleil, au bord de la mer. Mais pour ça, il aurait besoin de toucher le pactole. Avec une équipe pas vraiment pro, il décide de s’attaquer à la petite fortune d’un couple de particuliers… Ce sont donc cinq jeunes nerveux et mal préparés qui pénètrent un soir chez les Boisseau, un couple âgé vivant dans une maison isolée en rase campagne. L’idée est d’attendre le retour du couple et de les effrayer suffisamment pour qu’ils dévoilent le code de leur coffre. N’importe qui finirait par céder ! Sauf que Boisseau n’est pas n’importe qui…

104124.JPG

Mon avis : C’est un « one shot » d’Hermann au dessin et de Yves H., le fils d’Hermann, au scénario. Autant vous le dire de suite, c’est un drame, une histoire noire, très noire…C’est pas le genre de Bd qui vont vous esbaudir… Oh que non ! Ames sensibles s’en écarter…On se rend compte bien vite que ce petit vol dans une maison cossue va bien vite déraper et partir en eau de boudin. De la faute des apprentis voleurs, de la faute du propriétaire des lieux qui n’est pas n’importe qui non plus! Bien vite, le contrôle de la situation va échapper à leurs initiateurs et tout va basculer…

104338.JPG

Hermann nous livre un travail très sobre, sans grande envolée mais il s’adapte très bien au scénario. Il le sert de façon impeccable.  C’est sombre et ténébreux. Les couleurs sont dans les teintes foncées, grises, noires,…Yves H. se réhabilite par rapport à d’autres travaux antérieurs moins réussis. Il donne aux personnages des personnalités propres et bien campées. Sans faire de trop, il reste sobre dans la narration  et mène l’histoire jusqu’au bout du pire du pire. Le seul reproche qu’on peut lui faire, c’est qu’à la moitié de la BD, on se doute bien de la tournure de  l’histoire et de sa  fin dramatique…Mais l’exercice de style en vaut la peine. Pour les amateurs du genre…

 

104517.JPG

 

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     7,0/10

Moyenne :     7,0/10

 

Capitol.

104222.JPG

Arms Peddler (The) – Tome 1

Couv_154597.jpgarms planche serie.jpg

  • Scénario : Nanatsuki, Kyoichi
  • Dessin : Night Owl
  • Dépot légal : 02/2012
  • Editeur : Ki-oon
  • Collection : Seinen
  • ISBN : 978-2-355-92353-1
  • Planches : 200 

 

 

Présentation :

Le monde est devenu une zone de non-droit, une terre désolée où grouillent démons et criminels de tout poil. Au bord d’une route, la famille de Sona Yuki est assassinée par des bandits. Marqué au fer rouge, le jeune garçon agonise dans un désert aride quand surgit Garami, une marchande d’armes qui lui propose un choix cruel : céder à la facilité en s’abandonnant à la mort ou bien choisir la survie dans un monde hostile et sans merci. Lorsqu’il accepte cette main tendue, Sona découvre que l’inconnue n’a pas menti : jusqu’à ce qu’il ait remboursé sa dette, il restera l’esclave de la jeune femme. Son destin est désormais lié à celui de Garami…et plus d’une fois au cours de leur périple, il regrettera de ne pas avoir préféré la mort…

 

arms planche.jpg

100 pièces d’or pour une vie :

N’étant pas à la base fan de Manga, je n’aurai surement pas fait attention à la sortie de ce premier tome, si BDGest n’avait organisé un concours afin de le gagner. A chaque fois que j’allais surfer sur ce site, un bandeau annonçant ce concours s’affichait et l’agréable jeune femme qui se trouve sur la couverture avait retenu toute mon attention.

J’accompagne mon fiston dans un magasin spécialisé Manga et là en plein à côté de la caisse une PLV et un grand présentoir au couleur de The Arms Peddler. Je prends le Manga histoire de feuilleter et juste regarder sans plus. Là, le vendeur engage la conversation avec moi et commence à me faire l’article. Finalement j’ai craqué et je suis reparti avec, je sais, je suis faible (lol).

1.jpg

Bien m’en a pris !!! J’ai vraiment adoré au point de relire ce tome une deuxième fois, alors que j’ai des tonnes de trucs en retard de lecture ;-)))

L’univers de The Armns Peddler m’a fait penser à la rencontre d’un westerm avec de l’héroïc fantasy. Cinématographiquement cela ressemble au croisement de Mad Max 2 pour le côté fin du monde et à Conan le barbare, celui avec Arnold Schwarzenegger, pour le côté héroïc fantasy. Le monde de The Arms Peddler est peuplé d’humains qui ne sont pas très tendres avec leurs semblables, de nécromanciens qui ressuscitent les morts, de créatures étranges et effrayantes, bref ce n’est pas le coin idéal pour partir en vacances.

 

arms graga.jpg

Les dessins du collectif Night Owl sont fluides et dynamiques, les détails sont très travaillés, le tout dans un style conventionnel. Les scènes d’actions, nombreuses dans ce premier tome, sont particulièrement réussies.

arms Garami nue.jpgLe scénario est bien ficelé et sait nous réserver quelques surprises et quelques débuts de pistes pour la suite de cette aventure. Ce premier tome se terminant sur un cliffhanger qui laisse présager de l’action pour le tome 2. Le duo Garami, Sona fonctionne à merveille, la froideur et le cynisme de l’une contrastant avec la gentillesse et la naïveté de l’autre. Vous l’aurez compris, je suis tombé sous le charme, non pas de la belle Garami, mais de ce Manga et je serai présent pour la suite de cette série.

 

 

 

 

 

Ma note 8/10

Dessins 8/10

Scénario 8/10


Revedefer


arms flamme.jpg


Rabbit (Les) Tome 1 : Carotte Power

Rabbit couv 1.jpgRabbit couv 2.jpg

  • Scénario et Dessin : Sti
  • Couleurs : Ruiz, Felix
  • Dépot légal : 03/2008
  • Editeur : Paquet
  • ISBN : 978-2-88890-253-9
  • Planches : 45

 

 

 

Quoi de neuf docteur ?

Vous avez besoin de vous dérider après une dure journée de travail. Voilà une bonne solution, que vous pourrez partager en famille, la lecture des aventures de la famille Rabbit. Cette Bd d’humour met en scène principalement, Ronan le père et Antoine, euh…, il préfère se faire appeler Tony le fils.

Le principe est simple, je n’ai pas dit simplet, un gag finement ciselé par planche. Ici point de vulgarité ou d’humour sous la ceinture bas de gamme, que du bon. Sti nous distille à merveille de petites tranches de la vie quotidienne, boulot, famille, copains, amour, bref de pures tranches de bonheur.

 

rabbit sup heros.jpg

Les dessins sont simples et agréables, les couleurs sont pétillantes et apportent une touche de gaité à l’ouvrage.

 

rabbit blog 2.jpg

Le petit côté sympa de cet album ; il possède 2 couvertures en vis à vis et possède donc deux sens de lecture : un pour Tony Rabbit et un pour Ronan Rabbit. Cela permet de retrouver parfois le même gag vu des deux côtés de la lorgnette, père, fils et c’est vraiment excellent !!

rabbit blog 1.jpg

Si vous avez raté la famille Rabbit à la sortie de ce tome 1, pas de panique le tome 4 arrive, sortie en avril 2012 dans toutes les bonnes librairies.

Vous voulez en savoir plus sur Sti visitez son blog http://ilovesti.blogspot.fr/

Ma note : 7.5/10

Dessins 7/10  Gags : 8/10


rabbit hulk.jpg


L’appel des légendes T1 et 2 Opération Clayrmore.

Appel des légendes (L')1.jpgAppel des légendes (L')1p.jpgAuteurs : Pailharey et Vignaux.
Editeur : Drugstore.
Sortie : 01/2011 et 08/2011

L’invisible.
Cathya Mac Findly, spécialiste des contes et légendes, vient d’obtenir un travail plutôt original : diriger la section Phoenix, une équipe de quatre enquêteurs qui travaille au sein du Groupe d’Intervention Cryptozoologique, inconnu du grand public et spécialisé dans les événements surnaturels…Car les créatures du bestiaire des mythologies du monde entier existent bel et bien, mais sont invisibles au commun des mortels. Seuls les descendants des anciens mages, des humains dotés d’un talent spécial que l’on nomme les « oreilles d’or », permettent de les rendre visibles aux yeux des hommes. Le travail du G.I.C. consiste à éviter que la panique ne se répande lorsque les êtres de légendes sont découverts par les humains, et ce grâce à leurs talents spéciaux et à des armes bien chargées. Ils récupèrent également les objets magiques et féériques pour les mettre en sécurité. C’est d’ailleurs le but de leur première mission : récupérer Excalibur, l’épée légendaire, en Écosse.

L’orchestre d’Offenbach.
Que je vous explique un peu le concept métaphasique de cet appel.
Il y a un mec qui grâce à une oreille en or entend des mélodies .On détermine l’instrument et une rouquine super sexy examine un gros grimoire et nous sort une formule magique  ou un truc en allemand et hop voilà qu’on découvre des êtres féériques ou autres créatures cauchemardesques ayant la sale habitude de tout vouloir détruire. 
Un exemple.
Son : Les sirènes du port d’Alexandrie ->grimoire : barracuda -> Cloclo apparait pour la promotion de son dernier film. Magique non ?
Son : les trompettes de Jéricho ->grimoire : Wienerschnitzel ->Une Bd bon public misant tout sur le divertissement pur et dur n’ayant pas peur des stéréotypes et des clichés. J’ai failli d’ailleurs bien rigoler tellement les ficelles sont grosses, on ne joue absolument pas sur la crédibilité mais plutôt la série B. Les personnages manquent aussi réellement de profondeur .Par contre, j’ai bien aimé que la jolie rouquine ne soit pas une oie blanche et assume ses choix.
Son : les tambours du Bronx-> Grimoire : Apfel strudel-> un dessin agréable très « soleil ».
Son : Les cloches-> grimoire : l’hallali ->Curieux de voir si on aura une suite vu le grand guignolesque de l’ensemble.
Scénario : 4/10
Dessin : 7/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gif global.

Appel des légendes (L')2.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

La dynastie des dragons T2:le chant du phénix.

Dynastie des dragons (La)2.jpgdynastie dragon.jpgAuteurs :Civiello et Herbeau.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 12/2011

Qui va à la guerre récolte la tempête.
La soif d’immortalité de l’empereur Renzong des Song l’a conduit à sa perte. Depuis sa mort, la décision de ne pas payer le tribut annuel provoque la fureur des Xia et la Terre du Milieu se teinte à nouveau de sang. Plus de mille soldats tombent alors sous leurs lames. Dame Xiào, quant à elle, en proie au mal qui la ronge, fait encore ce rêve. Toujours le même rêve… toujours les mêmes dragons.

Le highlander chinois.
Vous aimez les mythes et légendes chinoises ? Vous aimez  les fresques de Civiello ? Alors cette série BD est pour vous.
Comment ça, c’est court comme chronique ! Pourtant tout est dit. Tout d’abord, le dessin de Civiello , vous devez le connaitre non ? C’est indéniablement « beau » comme graphisme, certain diront qu’il est aussi froid et figé mais c’est d’ignobles balivernes, non ?
Pour l’histoire, j’avoue que je m’y suis vite perdu avec tous ces noms chinois et empires, inconnus pour la plupart des occidentaux. Mais, comme le combat est universel, rien de tel qu’une bonne petite baston entre dragons, ah oui, j’avais oublié, il a une bonne dose de fantastique dans cet ouvrage. Rajoutez-y une ou deux têtes roulantes pour bien découper les pages et on a  une BD plaisante à lire et à regarder. Mais n’allez pas croire qu’elle atteint non plus le firmament quoique les dragons ça vole haut.
Dessin : 8/10
Scénario : 5/10
surprises.smileysmiley.com.7.3.gif Global.

On en parle surle forum.

Dynastie des dragons (La).jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

BONNEVAL PACHA

9782205068481-couv-I400x523.jpgbonneval-pacha-P4.jpgTome 1 : l’insoumis

Gwen de Bonneval

Hugues Micol

DL : mars 2012

56 pages

 

 Sa seigneurie, le Comte de Bonneval dit « le Pacha » est un personnage haut en couleur. Dans ce premier tome, il relate, après s’être fait un peu prier, à un jeune officier français, les grands épisodes de sa vie agitée et fascinante.  

Parmi les personnages anecdotiques du début du dix-huitième siècle, il n’en est pas qui ait plus excité la curiosité en son temps que le Comte de Bonneval : brillant à la guerre, versatile en amitiés, tour à tour au service de la France, de l’Empereur sous les ordres du prince Eugène puis Turc lui-même et pacha à plusieurs queues. Ce récit biographique, sans doute romancé d’un personnage historique, est mené tambour battant par son descendant, Gwen de Bonneval. Dans ses jardins surplombant le Bosphore avec des flash-back sur sa jeunesse dans la Royale ou dans l’armée du Duc de Vendôme en Italie, le Pacha nous entraine dans un tourbillon d’aventures où résonne le fracas des armes, des duels et des joutes orales.

de bonneval,micol,8510,aristocrate,aventure

Si le début du roman est un peu poussif sur ses 10 premières pages, c’est pour mieux vous envouter par cette célébrité. Vous êtes ici au cœur de la bataille navale de Barfleur ou de la guerre de succession d’Espagne. Le choix du vieux Français est une bonne idée. Il rend merveilleusement vivant les coups d’éclat verbaux de monsieur le Comte. Le personnage n’en devient que plus riche et attachant.

imagesCAXMGZD3.jpgServi par un dessin en couleurs directes, le travail d’Hugues Micol peut décontenancer. Si les proportions semblent ne pas etre respectées notamment … sur la couverture, c’est pour mieux souligner les débuts adolescents du Comte et son extraordinaire parcours. Les couleurs surprennent également. Les tons pastel presque lavasses savent pourtant s’adapter à chaque situation et remplissent les cases soit de lumière soit de clair obscur en fonction du contexte. Reste que les scènes de batailles, où se superposent des plans rapprochés et des plans larges, sont époustouflantes de réalisme. C’est bien simple, on se croirait dans un tableau du 17eme siècle. 

Prévu en quatre tomes, l’aventure du Comte de Bonneval, est une agréable surprise après lecture. Acceptez la découverte, ne refusez pas son dessin, n’ayez pas peur et cette œuvre vous le rendra bien.

Scénario : 8.5 / 10

Dessin : 8 /10

Tigrevolant

LES TUNIQUES BLEUES – Tome 55: Indien, mon frère.

 

 

Couv_135015.jpgPlancheA_135015.jpgDessin : Willy Lambil – Scénario : Raoul Cauvin

Editions Dupuis

Sortie : 07/10/2011

48 pages

Prix conseillé : 11,60 €

ISBN : 9782800150987

Aventure, Western, Histoire

 

 

Résumé (de l’éditeur: La cavalerie nordiste n’a pas fière allure : le cheval du colonel Stark a de l’emphysème, et celui de Chesterfield est parkinsonien… Impossible dès lors de charger correctement l’ennemi. Une nouvelle fois, l’avenir des unionistes est entre les mains de Blutch et Chesterfield. Les voilà désignés volontaires pour aller, déguisés en colons, chercher chez les tribus Comanches du Texas les chevaux nécessaires à la poursuite de la guerre. L’occasion de retrouver en route de vieilles connaissances, comme Plume d’argent, ou le colonel Appeltown et sa fille Amélie. Mais aussi de faire des rencontres beaucoup plus inattendues, notamment pour Blutch qui va se découvrir… un frère jumeau chez les Comanches !

164651.JPG

 

Mon avis : Que faire pour renouveler une série qui en est à son 55e tome ? Posez la question à Raoul Cauvin…Il va piquer un petit somme sur son divan et hop-là ! La réponse va arriver de ce petit moment réparateur ! (Véridique !) Cauvin va nous trouver pour ce 55e tome un frère jumeau de Blutch chez les Comanches du Texas…Et nous voilà reparti pour un tour…Willy Lambil s’applique toujours pour nous livrer un travail très professionnel dans le plus pur style de chez Dupuis. Raoul Cauvin lui continue sur son rythme de sénateur. C’est un diesel. Lentement mais sûrement. Il parvient toujours à nous sortir un lapin de son chapeau. La série ronronne bien…Parfois c’est un peu loupé, parfois cela se réveille quelque peu…ici, cela reste dans la bonne moyenne mais rien d’exceptionnel.

164931.JPG

Je suis persuadé que cette série bénéficie toujours d’une flux de sympathie chez les jeunes lecteurs et qu’elle assure son lot de bonnes ventes…C’est le genre de BD qui rassemble les générations, le père et le fils les lisent ensemble…Mais ne vous attendez pas à plus…Gentil mais pas extraordinaire…

 

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     6,0/10

Moyenne :     6,5/10

 

Capitol.

164457.JPG

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑