SARA LONE – tome 1: Pinky princess

Couv_199089.jpgPlancheA_199089.jpgDessin : David Morancho – scénario : Erik Arnoux

Editions Sandawé

Sortie : 30/10/2013

48 pages

Prix conseillé : 11,95 €

ISBN : 9782930623191

Polar, Amérique.

 

Résumé (de l’éditeur): Toute fin des années 50, au Texas. Une jeune femme au passé sulfureux se retrouve prise dans un engrenage destructeur après le meurtre brutal de son père, patron d’une modeste pêcherie artisanale de crevettes du golfe du Mexique… Quittant les nuits chaudes de la Nouvelle-Orléans, elle revient au pays après des années d’absence pour reprendre l’affaire à son compte, en dépit de l’hostilité ambiante…

 

capitol,sara lone,arnoux,morancho,sandawé,8.510,polar,amérique,102013

 

Mon avis : Sandawé nous propose un nouvel album financé par crowdfunding (les lecteurs financent le projet). Le duo des auteurs est inédit. Erik Arnoux, un pilier de chez Glenat, s’est attelé au scénario. Il s’associe à David Morancho, un dessinateur très talentueux mais inconnu au bataillon dans le monde du franco-belge. Le résultat est étonnant. On en vient même à se poser des questions sur la genèse de cette collaboration et le parcours qui a amené ce projet chez Sandawé. Cet album, c’est l’évidence même. Il devait être publié ou je n’ai jamais lu une bande dessinée…Cerise sur le gâteau, le jour même de la sortie de l’album (tome 1) en librairie, le tome 2 boucle déjà son financement, ce qui est exceptionnel! Autant d’éléments positifs, en si peu de temps, ne peuvent être simplement dû au hasard. Il se passe un phénomène « Sara Lone » et c’est Sandawé qui tiré la floche ! Les premières critiques sont plus que positives et les retours en librairie devraient être très bons. Le tirage a déjà été augmenté en vue de la sortie du tome 2 et le buzz devrait travailler à fond. J’en prends les paris…

Le dessin d’abord de David Morancho fait mouche. Ce dessinateur espagnol (c’est fou ce que les dessinateurs espagnols s’exportent depuis l’arrivée de la grave crise immobilière qui secoue ce pays) a édité en Espagne et aux Etats-Unis. Il a fait de l’illustration, des storyboards pour la publicité. Son dessin est complètement maîtrisé tant au niveau des personnages que des décors. Le trait est fin et a du style. Il a également un sens de la mise en scène et du cadrage. Le lecteur ne peut qu’adhérer directement à ce graphisme élégant. L’Amérique de la fin des années ’50 est très bien rendu.

 

capitol,sara lone,arnoux,morancho,sandawé,8.510,polar,amérique,102013

 

Le scénario d’Erik Arnoux, un nom dans le milieu, tant au niveau du dessin que du scénario, nous offre un polar bien ficelé où vient se mêler une chronique historique des USA, avec en arrière fond la découverte d’un trésor sous-marin, un conflit social, un complot d’Etat. Sara Lone est prise dans cette intrigue qui la dépasse. Mais la jeune femme a une personnalité forte et ne compte pas s’en laisser compter. Dès le départ, j’ai été captivé par l’histoire. Le problème, c’est qu’il faudra maintenant patienter pendant près d’un an avant de connaître la suite.

En conclusion, malgré la sortie dans une période trustée par les gros tirages, je suis persuadé que cet album peut avoir plus qu’un succès critique et faire une percée significative dans le classement des meilleures ventes. Ce sera maintenant le « bouche à oreille » et les libraires qui vont décider du succès commercial de cet ouvrage. Pour moi, il le vaut largement car c’est réellement une des bonnes surprises de cette fin d’année 2013. Bref, faites tourner l’info…

 

Graphisme :      9.0/10

Scénario :        8.0/10

Moyenne :        8.5/10

 

Capitol.

Vous aurez plus de précisions sur cet étonnant album dans l’entretien que nous a accordé Erik Arnoux à paraître en deux parties demain sur SambaBD.

 

capitol,sara lone,arnoux,morancho,sandawé,8.510,polar,amérique,102013

Copyrights « Pincky Princess » (Sara Lone, n°1) par David Morancho et Erik Arnoux © Sandawé, 2013

 

Juge Bao – T5 – Juge Bao & les larmes de Bouddha

juge bao,les larmes de bouddha,patrick marty,chongrui nie,éditions fei,chine,justice,moyen âge,enquêtejuge bao,les larmes de bouddha,patrick marty,chongrui nie,éditions fei,chine,justice,moyen âge,enquêteScénario : Patrick Marty

Dessin : Chongrui Nie

Editeur : Les éditions Fei

Date de Sortie : Novembre 2013

146 pages – petit format à l’italienne

 

 

Résumé éditeur

En route pour la capitale, le juge Bao échappe de justesse à un terrible accident. En pleine tempête de neige et séparé du gros de sa troupe , il trouve refuge dans un monastère, où un Bouddha miraculeux attise les convoitises, un fantôme terrorise les moines, et où notre magistrat seul et sans protection, va devoir lutter pour sa survie…

 

juge bao,les larmes de bouddha,patrick marty,chongrui nie,éditions fei,chine,justice,moyen âge,enquête

 

Pour mon plus grand bonheur, je retrouve le juge le plus incorruptible de la BD. Le voilà cette fois séparé du gros de sa troupe et avec pour seul assistant le jeune apprenti Bao Xing. Ce dernier d’ailleurs mûrit à chaque nouvel épisode et se voit confier de nouvelles responsabilités.

Une fois de plus, le juge est confronté à la cupidité et la naïveté des hommes. Ce qui change dans ce volume, c’est la nature du lieu et des protagonistes. On sort des villages poisseux de la Chine du moyen âge pour toucher à la religion, au mystique, aux croyances et superstitions. Les faibles ne sont pas de pauvres villageois malheureux mais de simples – souvent au sens littéral – moines Bouddhistes, à qui l’on ferait avaler des couleuvres sans difficultés. Le juge est également beaucoup plus impliqué dans l’enquête qu’il mène. Son incorruptibilité lui a valu quelques ennemis qui commencent à s’attaquer directement à lui. Il n’est pas invulnérable, ce qui le rend d’autant plus humain. C’est là une des forces de ce récit et de cette série. Ce juge, impitoyable envers les mécréants et pétris de valeurs humanistes pour protéger les plus faibles, n’est pas un super héros mais juste un homme viscéralement habité par sa mission et une soif de justice sans limite.

 

Si vous ne connaissez pas encore cette série, croyez-moi, vous passez  à côté d’une vraie perle éditoriale. Le Juge Bao est un personnage qui a vraiment existé sous la dynastie des Song du Nord et les histoires que raconte Patrick Marty sont ciselées comme de vrais polars. Les dessins de Chongrui Nie sont de véritables œuvres d’art qui relèvent d’ailleurs plus de la gravure que du dessin. A coups de traits fins et ultra précis, il façonne des images hyper expressives et d’une beauté envoûtante. Les tomes précédents étaient déjà magnifiques, mais Chongrui Nie atteint ici une maturité graphique époustouflante.

 

juge bao,les larmes de bouddha,patrick marty,chongrui nie,éditions fei,chine,justice,moyen âge,enquête


Ma note : 9/10

Loubrun


Pour rattraper votre retard, allez donc lire les chroniques des tomes 1, tome 3, et tome 4

 

 


Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑