Le Gourmet Solitaire

gourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écrituresgourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écrituresgourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écrituresScénario : Masayuki Kusumi

Dessins : Jiro Taniguchi

 Dépôt Légal : avril 2013

Editeur : Casterman

Collection : écritures

Petit Format

Planches : 179

200 pages, sens de lecture occidental.

avec une postface de Masayuki Kusumi : Le cerisier Fend-la -Roche de Kamaïshi

préface de Patrick Honnoré : traducteur

Ce récit a été publié pour la première fois en France chez Sakka (Casterman) en 2005

 

Résumé :

Un promeneur solitaire se retrouve à chaque fois obligé de trouver un endroit ou apaiser son estomac affamé, soit parce qu’il est en voyage d’affaire, soit parce qu’il est déjà tard pour déjeuner, en tous cas toujours prêt à satisfaire son appétit. Appétit qui s’aiguise souvent à la vue de tout ce qui lui est proposé.

 

gourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écritures

 

Dans des lieux toujours différents, nous découvrons les spécialités culinaires japonaises ainsi que leur tarif, souvent raisonnable, au dire du narrateur. Dans des endroits qui ne payent pas de mine, l’homme semble apprécier la nourriture, ainsi que les souvenirs et les émotions qu’elle développe en lui à chaque repas.

Une madeleine de Proust japonisante.

 

 

gourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écritures

 

Mon avis :

L’équivalent de ce périple en France, serait une tournée des divers « routiers » qui jalonnent les parcours des voyageurs de commerce, ou celui des vacanciers.

Nous avons tous connu ce petit resto, ou cette gargote, qui ne paye pas de mine, et qui reste souvent la seule ouverte au moment ou la faim commence à se faire sentir ; mais qu’est ce qu’on fait là ? et que choisir pour ne pas être déçu ? On peut se rabattre sur le banal steack/frites… mais quelquefois, l’andouillette ou le jambonneau nous tendent les bras. Ainsi que les plats en sauce, ou les spécialités de la région.

 

 

gourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écritures

 

Dans ce récit le japon n’a pas l’air en reste pour proposer des menus très divers et si variés, même si les ingrédients qui les composent nous sont certaines fois complétement inconnus… les haricots noirs sucrés en gelée, sauce au miel ; Algues nori ; Manjû grillés.

 

 

gourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écrituresA travers ce périple, l’auteur nous fais apprécier la culture asiatique ; certains aliments ne se consomment qu’avec de l’alcool, Le fonctionnement des boites repas (que j’ai découvert en déjeunant avec une collègue qui l’utilisait), les sushi tournants et les happy hours pour le thon ôtoro.

 les fast food japonais qui changent un peu des hamburgers traditionnels U.S. et du jambon beurre SNCF…

 

 

 

 Promeneur épicurien, le héros de cette histoire arrête le temps afin de profiter pleinement de son repas. Pareil au héros de « quartier lointain », on retrouve un état de stupeur émerveillée dans ses pérégrinations, comme s’il se détachait de son personnage pour apprécier encore plus ces moments de plaisirs simples qui n’appartiennent qu’à lui.

 

gourmet,solitaire,taniguchi,kusumi,casterman,écritures

Un album au charme discret, un voyageur pensif et rêveur dans l’agitation des métropoles. Un recueillement atteignant à la dévotion devant les nourritures terrestres menant peut-être à l’extase et à la plénitude des sens ?

 

ma note :  8,5/10

mais je suis une inconditionnelle de Jiro Taniguchi…

 

Sophie

 

 

Interview de Benoit Blary pour Sigurd et Vigdis.

Je vous propose une interview du jeune et prometteur dessinateur Benoit Blary pour la sortie du tome 2 de Sigurd et Vigdis au Lombard.

 

9782803633234-couv-I325x456.jpgSigurd et Vigdis se sont rencontrés et enfuis à la tête d’une petite troupe. A présent qu’ils ont conquis leur liberté, à condition d’exercer cette dernière en direction de l’Est, il leur faut affronter le plus terrible des adversaires : l’hiver. Ils ignorent encore que certains n’ont pas digéré leur idylle. Mais qu’importe : les amants maudits sont prêts à écrire leur légende en lettres de sang !

Et maintenant place à l’itw !

 

 

1-SambaBD-Avant de parler de Sigurd et Vigdis, peux-tu nous parler de ton parcours professionnel jusqu’ici ?

AVT_Benoit-Blary_3750.jpegBenoit Blary-Suite à mes études à l’Institut St-Luc à Bruxelles, j’ai travaillé en tant qu’illustrateur et ai réalisé du storyboard pour des courts et moyens métrages, des clips et documentaires. Parallèlement à ceci, je montais divers projets de bande-dessinée et les membres de l’Atelier 510ttc, à Reims, à qui je venais montrer mon travail régulièrement m’ont gentiment proposé d’intégrer leurs rangs. J’ai signé mon premier album au Lombard, avec Hervé Loiselet, quelques-temps après. 

2-Ton trait que je qualifierais de « crayonné à l’aquarelle » est très caractéristique, comment procèdes tu pour réaliser une planche ? As-tu constaté une évolution dans ton style par exemple par rapport à 20 ans de guerre ?

314-l490-h370-c.jpg

 

Je commence par un storyboard en format proche du A5 que j’agrandi ensuite aux dimensions de la planche pour le reprendre à la table lumineuse, pour la préparation de la page. Je précise ensuite le dessin, sans le finaliser, pour essayer de garder un peu de vie et de dynamisme lors de l’étape suivante de « l’encrage » au stylo-bille noir. Puis je termine en appliquant l’aquarelle. Le tout étant sur la même feuille comme il se doit pour une technique à la couleur directe classique.

J’espère avoir évolué depuis mon premier album qu’est « 20 ans de guerre ». La technique en elle-même n’a pas changée, pour l’instant, stylo-bille et aquarelle, mais je m’efforce d’être plus efficace dans le dessin et l’application de la couleur, en synthétisant, en jouant sur les ambiances, etc.

 

315-l490-h370-c.jpg


3- Comment se passe une rencontre entre Benoît Blary et Hervé Loiselet ? Te mêles tu aussi du scénario ?

Hervé et moi ne nous rencontrons physiquement que très rarement. L’essentiel du travailsigurd-et-vigdis-portfolio-benoit-blary-3481-l215-h315-c.jpg se fait par email. Nous avons une passion commune pour l’Histoire et divers sujets qui rend notre collaboration agréable. 
 
Je n’interviens pas sur le scénario. Hervé me le transmet sous forme de découpage écrit, à partir duquel je fais le storyboard. Je ne modifie pas les dialogues et le découpage d’ensemble de l’album, des séquences, bien entendu, mais j’ai la chance d’avoir une certaine liberté pour la mise en scène dans les pages, les cases. Je peux ajouter ou retirer une case si je l’estime nécessaire, choisir les angles de vues, etc,. Cette étape du storyboard me plaît beaucoup, me permet de m’immerger dans l’histoire. Je procède ainsi sur mon autre série, « Virginia », avec Séverine Gauthier.

4-Qui est le plus passionné de la période viking  toi au Hervé? Quelle est la partie « véridique » dans Sigurd et Vigdis ?


sigurd et vigdis,blary,loiselet,vikings,aventures,le lombard,interviewNous n’avons jamais fait de concours pour savoir qui est le plus passionné par le sujet… Je lui demanderai combien il possède livres traitant des vikings. Si il en a plus que moi on pourra dire que c’est lui le plus passionné ! En tout cas c’est un sujet qui nous intéressait tout les deux depuis de nombreuses années. Et nous intéresse encore.

Hormis le fond (vêtements, armes, architecture, coutumes, etc. Sans prétendre être parfait non plus) il n’y a pas de volonté d’être véridique, au sens historique du terme, dans cette BD. C’est avant tout un récit d’aventures ancré dans un environnement passé. Il y a des bouts de « vérité » ici ou là pour rendre l’univers crédible (du moins l’espérons-nous) mais c’est tout.  Hervé va peut-être bondir en lisant cela mais c’est ainsi que je le vois !

  

5-Il me semble que les aventures de Sigurd et Vigdis vont nous mener bien loin, des grands explorateurs ces vikings ? En combien de tome S & V ?

sigurd.jpg

Le projet fut signé en deux tomes, mais Hervé à effectivement pensé son récit dès le départ comme une grande saga pouvant conduire nos personnages dans des contrées (très) lointaines. Sait-on jamais, les dieux leur permettront peut-être de poursuivre leurs aventures.

 

 

6-Il me semble que tu as particulièrement fait attention aux habits et aux apparats portés  par tes personnages.

 

316-l490-h370-c.jpg


Oui, c’est un point qui m’intéresse, qui permet de parfaire sa culture, qui donne du corps aux images, et qui aide (je l’espère) à se plonger dans l’univers décrit. Hervé aussi accorde de l’importance à ceci et me fournit parfois de la doc sur certains points. Mais ce n’est pas pour autant historiquement juste à chaque fois même si j’essaie de le faire avec sérieux, n’ayant ni le temps ni les connaissances historiques approfondies permettant d’être infaillible. Et comme je l’ai dit plus haut, c’est un récit d’aventures et non un traité d’historien.

7- Ça ne doit pas être évident de se documenter sur cette période assez obscure? 

Il  y a de nombreux livres sérieux traitant des vikings et on peut accéder à des photos de pièces de musées sur le net. En recoupant les sources on obtient pas mal de choses.

8- Quittons Sigurd et Vigdis , es-tu aussi un lecteur de BD ? Tes coups cœurs ?

BigFootDumontheuil3_09062008_224343.jpgOui, je lis de la BD bien que je sois plus souvent plongé dans des Couv_198620.jpgromans, des livres sur les musiciens, etc. En BD, j’ai découvert dernièrement « Big Foot » de Nicolas Dumontheuil que j’ai beaucoup aimé, tant au niveau graphique que du scénario. Il faudra d’ailleurs que je lise le roman dont c’est adapté. Sinon, dans les réelles nouveautés je citerai « Battling Boy » de Paul Pope, qui est un auteur que j’apprécie depuis longtemps.

9-Tes ambitions pour le futur ? Déjà d’autres projets en tête ?

Pouvoir continuer à raconter en bande-dessinée  des histoires me plaisant. 

9782203047808.jpgConcernant les projets, je travaille actuellement sur le tome 02 de « Virginia » chez Casterman et scénarisé par Séverine Gauthier ainsi que sur des dessins pour la seconde saison de la série documentaire « Sur nos traces » diffusée sur Arte. Et j’ai d’autres projets en préparation mais rien dont je puisse parler pour l’instant.

10-le bonheur pour Benoit Blary , c’est ….

 Vaste question… Le fait que mon entourage, famille et amis, se porte bien y est pour beaucoup, en règle générale.

Voilà, c’est fini.

 

Un grand merci à Benoit  pour sa disponibilité et sa rapidité.

On lui souhaite que du bon pour le futur.

 

Samba.


Vous voulez gagner cette série ?

 SambaBD lance un concours pour gagner un lot des 2 tomes de cette série et un autre tome 1. Comment faire ? Laissez simplement  un commentaire en dessous de cette interview et s’inscrire à la newsletter.

Le concours court jusqu’au 31 novembre.

Bonne chance à tous.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑