INTERVIEW MAARTEN VANDE WIELE (I fucking love Paris)

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Maarten Vande Wiele vient de publier chez Casterman l’album « I fucking love Paris », son premier album traduit en français. SAMBA BD a décidé de vous faire mieux découvrir ce talentueux dessinateur flamand.

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?

Maarten Vande Wiele: Je dessine depuis mon enfance et ai toujours aimé lire des bandes dessinées. J’ai publié ma 1ère bande dessinée lorsque je faisais des études d’animation de film. C’était dans un magazine BD alternatif. Ma 1ère bande dessinée ‘ solo ‘ était un petit format intitulé  « Glamourissimo ». Le sujet était une relation difficile mère/fille, dont le final est que la fille mange la mère.

Samba BD : Qu’est ce qui vous a amené à collaborer avec Casterman et à vous faire publier pour la première fois en français ?

Maarten Vande Wiele: En Flandre nous avons le Fond Flamand pour les Lettres ( Flemish Literature Fund ) qui fait de la publicité à l’étranger pour les auteurs de bande dessinée. Ils ont un bon contact avec Casterman et les ont encouragés à publier mon travail. En tant qu’auteur flamand, c’est un rêve d’être publié en français, c’est donc pour moi un rêve devenu réalité.

Samba BD : Que pensez-vous de la bande dessinée flamande actuelle ? Evolue-t-elle ? S’ouvre-t-elle à de nouveaux marchés ?

Maarten Vande Wiele: D’un côté vous avez en Flandre les grandes séries pour la jeunesse comme « Bob et Bobette » qui atteignent un large public et à côté vous avez un groupe d’auteurs qui font des choses étranges et surprenantes. Ils font des histoires personnelles qui ne touchent pas le grand public flamand, mais qui se répandent au niveau international. Nous sommes donc ouvert à de nouveaux marchés et de nouvelles influences étant donné que nous n’avons pas de grand public en Flandre.

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Samba BD : Votre style de dessin me fait penser à l’ « Atome Stijl », à Ever Meulen, Serge Clerc, Ted Benoit,… Pourquoi avoir adopté un tel style de graphisme ? Etes-vous capable d’adopter un autre style, plus réaliste ?

Maarten Vande Wiele: J’ai choisi ce style de dessin car il se marie bien avec les histoires que je veux raconter. J’aime que mes histoires se passent dans le passé. Ma période favorite est les années ’60. J’y aime tout : la mode, les films, les acteurs, l’architecture et le design. Les formes organiques se prêtent bien à ma façon de dessiner. Mais ce style a également ses limites. Je ne peux me permettre de raconter une histoire sérieuse. La suite de « I fucking love Paris» est « Monsieur Bermutier » et est basé sur quelques histoires courtes de Guy de Maupassant. « Monsieur Bermutier » est plus sérieux et plus lugubre d’où un dessin plus réaliste.

Samba BD : S’attaquer au milieu de la mode parisienne et du show business, il fallait oser, c’est un bastion franco-français. Pouvez-vous m’en dire plus sur la genèse du scénario et sur son traitement ? Fallait-il que ce soit des auteurs non français qui s’y attellent ?

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Maarten Vande Wiele: J’ai toujours été intéressé par la mode. Dans les années ’90 nous avions le « hype » de « super modèles », qui a continué à nourrir cet intérêt. L’idée pour « I fucking love Paris » m’est venu en lisant « Valley of the Dolls » de Jacqueline Susann, un roman à scandale des années ’60. Dans ce roman, 3 filles se rendent à New-York à la recherche du rêve américain. Finalement ce rêve les détruit. Je voulais faire quelque chose dans ce genre, mais dans le monde de la mode parisienne. J’ai fait beaucoup de recherches, rassemblé des histoires et finalement fait le livre. En effet, le scénario est composé par des Flamands et c’est pour cela qu’il y a une vision différente du monde de la mode parisienne.

Samba BD : J’ai beaucoup aimé la façon de mettre en scène la mode avec des références claires sur les marques et les stylistes en bas de case pour le lecteur. Avez-vous une base de styliste-designer ? Avez-vous eu recours à une grosse documentation sur la mode ?

Maarten Vande Wiele: Non je n’ai aucune formation de styliste, mais une connaissance de base de l’histoire de la mode et je connais d’importants créateurs de mode. Mais je ne voulais pas utiliser uniquement des créateurs du passé. Je voulais mettre dans mon livre des créateurs moins évidents. Les vrais « fashionistas » ne portent pas uniquement les grandes marques, mais font des combinaisons personnelles. De cette manière je restais au courant des nouvelles collections. Il ne me restait donc plus qu’ à aller à la recherche de vêtements que je pouvais traduire sur papier, car toutes les robes ne sont pas « dessinables ».

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Samba BD : Votre dessin, même s’il est stylisé et épuré, n’en n’est pas moins incisif et cru. Le sexe y est même explicite. Avez-vous eu un débat à ce sujet avec vos scénaristes et votre éditeur ?

Maarten Vande Wiele: Non, je trouvais important de montrer la beauté et la laideur, sinon « I fucking love Paris » n’aurait été qu’une simple « chick lit » (roman écrit pour le marché féminin). Je voulais séduire le lecteur, et à certains moments lui donner des nausées. Ce ne sont pas des personnages agréables et leur comportement est tout simplement blâmable. Et cela s’accompagne de sexe à l’extrême. C’est un de leurs traits de caractère.

Samba BD : Dans votre album, quelle est la part de la fiction et de la réalité ?

Maarten Vande Wiele: La majorité des histoires sont basées sur la réalité, mais c’est au lecteur de déterminer ce qu’il veut croire.

Samba BD : Quels sont les premiers retours depuis la sortie de l’album en librairie ?

Maarten Vande Wiele: « I fucking love Paris » est un livre polarisant. On aime ou on hait. Il n’y a pas de compromis. Les personnes possédant un sens de l’humour l’apprécieront certainement. Il ne faut pas le prendre trop au sérieux, c’est une parabole, une fantaisie. Mon but  était de raconter quelque chose sur la société dans laquelle nous vivons.

http://maartenvandewiele.blogspot.be/Samba BD : Quelles sont vos prochains projets en bande dessinée ?

Maarten Vande Wiele: Mon prochain livre sera « Monsieur Bermutier » qui paraîtra dans le courant du mois d’août sur le marché français. Momentanément je travaille à une autre histoire. Ce sera quelque chose de complètement différent, de joyeux. Après les histoires sombres, j’ai besoin d’un peu de lumière.

Interview réalisée par Capitol pour Samba BD.

La chronique de « I fucking love Paris » sur Samba BD, c’est ICI.

Le blog de Maarten Vande Wiele: ICI.

Remerciements à Anne-Marie pour la traduction.

 

 

 

 

 

 

http://maartenvandewiele.blogspot.be/

 

Un commentaire sur “INTERVIEW MAARTEN VANDE WIELE (I fucking love Paris)

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :