LA CHRONIQUE DES IMMORTELS – Tome 3: Le vampyre (1/2).

La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014Dessin : Chaiko

Scénario : Benjamin Von Eckartsberg & Wolfgang Hohlbein.

Editions Paquet

Sortie : 12/02/2014

48 pages couleurs

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782888906292

Aventure, Fantastique, Histoire.

 

Résumé (de l’éditeur) : Andrej Delany et Frédéric poursuivent le navire du marchand d’esclave Abu Dun pour sauver leurs proches, dont la mère de Frédéric. Mais Abu Dun s’avère être un redoutable combattant et leur tentative de sauvetage dans le delta du Danube échoue… Le marchand d’esclave va alors passer un pacte avec les Delany, dans l’espoir de percer leur secret. Poursuivis par l’inquisition, leur périple les mènera au cœur de la Transylvanie, en pleine guerre contre l’envahisseur ottoman !

La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014

Mon avis : Cette série est adaptée d’un best-seller du célèbre auteur allemand de littérature fantastique Wolfgang Hohlbein. Elle est dessinée au départ (le premier cycle) par Thomas Von Kummant, dessinateur talentueux que nous avons découvert également chez Paquet avec la nouvelle série d’anticipation « Gung Ho ». A partir de ce tome 3, le dessin est repris par Chaiko, un réalisateur de dessins animés basé à Shanghai.

La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014

La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014La série « Les chroniques des immortels » a déjà eu une histoire mouvementée chez Paquet. Le premier cycle avec Von Kummant est sorti initialement en trois tomes. Le tome 1 sort en 2005 et avait enthousiasmé beaucoup de lecteurs. Le tome  2, très attendu, sort 5 ans après une longue attente. Mais c’est la déception. Ce tome 2 ne fait pas progresser l’histoire. Certains parlent de scandale et d’arnaque. Un an après, sort enfin le tome 3 qui remet de l’ordre dans le récit et clôt ainsi ce premier cycle. Les dessins sont fabuleux. La série reste en stand-by. En 2011, sort une intégrale du premier cycle en trois tomes. Nous arrivons en 2014, c’est le moment de la réactivation de la série avec un changement de dessinateur et la réédition du premier cycle mais en deux tomes seulement. Vous me suivez? Voilà en gros le topo. L’éditeur parle d’une nouvelle numérotation des tomes pour une meilleure cohérence et compréhension de l’histoire. Le « couac » du tome 2 est effacé. Autant le dire directement, la lecture préalable des deux premiers tomes est une obligation pour comprendre tous les tenants et aboutissants de ce troisième tome de la saga fantastique à connotation historique.

La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014

Le dessin de Chaiko n’est pas celui de Von Kummant mais en reste proche. Le dessin est toujours superbe. Chaiko y a mis aussi sa patte. Les romans de Wolfgang Hohlbein sont adaptés chacun en deux tomes. A la fin de ce tome 3, nous ne serons donc qu’à la moitié du récit. Le scénario est dans le plus pur style d’une saga fantastique à inspiration historique. Il s’agit des pérégrinations de deux hommes perdus dans une époque très sombre, à l’époque médiévale, en Europe centrale mise à feu et à sang par l’inquisition et les Ottomans. Malgré que ce soit, somme toute, conventionnel, cela ne manque pas de qualité. La série installe le lecteur dans une ambiance mystérieuse, sombre, qui l’embarque rapidement. Les amateurs de ce style de bande dessinée vont vite devenir accros à cette série, si ce n’est déjà le cas. Un album et une série à découvrir. C’est le moment de prendre le train en marche. Espérons que la série a trouvé son équilibre et va maintenant prendre sa vitesse de croisière et nous valoir à espace régulier les prochains tomes de la saga. Intéressant.  

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           7,0/10

Moyenne :           7,5/10

 

Liens vers le site de l’éditeur : ICI.

 

Capitol.

 

La chronique des immortels, Le vampyre, Paquet, von Eckartberg, Hohlbein, Chaiko, 02/2014

 

Le Horla

le horla.jpgguillaume-sorel-le-horla-81.jpgAuteur : Guillaume Sorel.

Editeur : Rue de Sevres

Sortie : 02/2014

 

Sur les rives.

Le narrateur mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine, lorsque d’étranges phénomènes commencent à  se produire. C’est la carafe d’eau sur sa table de nuit qui est bue, des objets qui disparaissent ou se brisent, une fleur cueillie par une main invisible… Peu à  peu, le narrateur acquiert la certitude qu’un être surnaturel et immatériel vit chez lui, se nourrit de ses provisions. Pire encore, cet être, qu’il baptise le Horla, a tout pouvoir sur lui, un pouvoir grandissant… Du Horla ou de l’homme, l’un des deux doit périr. Le Horla comme les contes fantastiques écrits par Maupassant à la fin de sa vie, alors qu’il sombrait dans la folie, joue délicieusement avec nos nerfs en traitant de thèmes très actuels comme l’angoisse, la hantise du suicide, la peur de l’invisible.

Aux rivages de la folie.

 

Les éditions Rue de Sevres continuent leur petit bonhomme de chemin en nous proposant une adaptation d’une œuvre de Guy De Maupassant signé par le talentueux Guillaume Sorel.

Si vous me lisez fréquemment, vous devez connaitre mon admiration pour le talent du dessinateur  d’Algernon Woodcock  , des derniers jours de Stefan Zweig ou de l’hôtel particulier.

Le début de l’album permet justement d’admirer son trait, on contemple la nature, on scrute l’horizon ou on détaille un voilier majestueux. Le temps est  propice à la flânerie et la contemplation. 

Puis vient une sorte de crainte intérieure, une angoisse, une présence  que seul un chat guillaume sorel, sorel, le horla,(presque un fil conducteur dans l’œuvre de Sorel) a pu sentir. L’unique échappatoire semble être la fuite via des voyages ou de nouveau on se dit que le Guillaume, il a un talent fou. La visite au mont St Michel est saisissante à en donner le vertige !

Cet univers où le fantastique s’installe  progressivement est assez caractéristique aussi de la touche Sorel. Cet album c’est aussi une lutte  contre la folie, contre la solitude, contre la peur, contre l’angoisse .Toutes les explications nous amènent à l’orée du fantastique comme dirait notre narrateur. Le combat s’engage donc et la fin nous échappe.

Mais rappelez-vous toujours que les nuits mangent nos jours !

Mélisande rajouterait certainement « la nuit est sombre et pleine de terreur ».

 

a09-3e78912.gif dessin.

a06-3e788fc.gifScénario

a07-3e78901.gifGlobal.

 

Samba.

On en parle sur le forum.

guillaume-sorel-le-horla-1.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑