BATMAN – THE KILLING JOKE

album-cover-large-22073.jpg

 

Il y a deux fous à GOTHAM city, l’un est le plus souvent enfermé à l’asile d’Arkham, l’autre se balade la nuit affublé d’un costume de chauve-souris……….

Le Joker s’est encore évadé de l’asile! il a préparé sa vengeance et acheté un vieux parc d’attractions plus que délabré. Il va se rendre chez le commissaire GORDON, abattre sa nièce Barbara qui lui ouvre la porte, s’attendant à la visite d’une amie, et kidnapper le commissaire.

La séquence est devenue classique par sa violence « esthétique » grâce au dessin très réaliste de BRIAN BOLLAND  et au scénario de ALAN MOORE qui va ainsi définir le futur de Barbara, après cette attaque elle deviendra tétraplégique et aidera son père et Batman à combattre le crime sous le nom d’ORACLE, en développant un système numérique de logiciels de piratage informatique. (rappelons que Barbara agissait, avant le drame, sous l’identité secrète de BATGIRL)

La scène suivante est pire encore: le Joker torture Gordon, nu comme un ver et tenu en laisse par des nains lubriques; il le fait monter dans le train fantôme de son parc et lui passe sur écran géant les photos qu’il a prises de Barbara gisant, blessée et nue, sur le tapis du séjour familial. Le joker veut ainsi faire perdre la raison au pauvre commissaire et montrer que tout le monde peut devenir fou par un seul événement survenu dans une journée.

683124JokerandBarbaraTheKillingJoke.jpg

Ce désir insensé du Joker s’explique par son passé, raconté ici en flashback, et revisité par Moore. Ainsi le Joker était marié, sa femme venait d’avoir un bébé – comique de scène raté il n’arrivait pas à nourrir convenablement sa famille. Alors il s’allia avec des truands pour voler la caisse de l’usine où il avait travaillé avant (fabrique de cartes à jouer – un comble). mais le hasard fit que sa femme mourut électrocutée par un chauffe biberon le soir du vol – bien sur l’opération rata et, en tombant dans un cuve de produits chimiques, le Joker devint……..fou à lier!

936full-batman--the-killing-joke.jpgLe final, d’anthologie, montre un Joker battu par le héros, gisant à terre, sous un fine pluie, qui se met à raconter une blague sur les fous…. Batman, debout, d’abord stoïque, finit par se mettre à rire de concert avec le Joker! Ah, Ah, Ah, Ah……..

Cet album est, à mon avis, le meilleur jamais paru sur la guerre mortelle que se livrent BATMAN et le JOKER. Il a été plusieurs fois édité en France depuis 1989(parution originale US de 1988). L’originalité de cette réédition chez URBAN est qu’il s’agit d’une nouvelle version entièrement re coloriée par le dessinateur BRIAN BOLLAND qui n’aimait pas le résultat final de l’édition originale! Là où la première version insistait sur les rouges et les jaunes, baignant le récit d’une lumière blafarde, cette édition est plus claire, les couleurs plus délavées et les parties du récit contant les « origines » du JOKER traitées en noir et blanc. 

Personnellement je trouve les deux versions aussi belles, mais si vous n’avez jamais lu cette histoire l’achat de cette version de luxe est une priorité absolue.

batman___the_killing_joke_by_liamshalloo-d55ur8n.jpgBATMAN – THE KILLING JOKE

URBAN COMICS – COLLECTION DC DELUXE – FEVRIER 2014

DESSIN ET COULEURS : BRIAN BOLLAND

SCENARIO : ALAN MOORE

 

ma note pour le dessin et le scénario : 10

JR

 

joker-joke-all-images-the-killing-1459657.png

 

Fairest – Tome 01 – Le grand réveil

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Bill Willingham, Phil Jimenez, Adam Hughes, Fairest, Urban Comics, JaxomScénario : Bill Willingham
Dessin : Phil Jimenez
Couverture : Adam Hughes
Dépot légal : 02/2014
Editeur : Urban Comics
ISBN : 978-2-365-77382-9
Nb Pages : 160

Cette chronique contient des spoilers sur la série Fables.

Bill Willingham, Phil Jimenez, Adam Hughes, Fairest, Urban Comics, JaxomUrban Comics nous permet une nouvelle fois de nous intéresser à l’excellent catalogue Vertigo avec ce spin-off de Fables. Ce premier tome de Fairest concerne Ali Baba et La Belle aux bois dormants.

Rappel pour ceux qui ne suivent pas au fond de la classe :

Tiré d’un conte populaire, la Belle aux bois dormants est une princesse pour laquelle son père (le roi donc) organise un somptueux banquet et reçoit la visite de sept fées qui, tout à tour vont bénir et offrir un don à la princesse (Chanter comme un rossignol, beauté, richesse etc.). C’est alors que se pointe une huitième fée (bouh !) qui, frustrée de ne pas avoir été invitée lance une malédiction : la princesse se piquera le doigt sur un fuseau et en mourra. La dernière des fées n’ayant pas encore prononcé son charme atténuera la malédiction en prononçant ses mots : au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans, au bout desquels le fils d’un roi viendra la réveiller. La malédiction sera partagée aux personnes à proximité de la princesse.

Bill Willingham, Phil Jimenez, Adam Hughes, Fairest, Urban Comics, JaxomPièce maitresse de la communauté des Fables dans le plan visant à neutraliser l’Adversaire, la belle aux bois dormants était volontaire pour se piquer sur un fuseau après avoir infiltré le quartier général de l’adversaire. Englobant ainsi dans sa malédiction tout un pan des hauts gradés de l’armée de l’adversaire.

Au départ de ce premier tome de Fairest, Ali Baba le Prince des Voleurs découvre une fiole renfermant un djinn. A la recherche du plus grand trésor de toute la cité le djinn l’emmènera bien vite dans un campement de trolls où, plongée dans un profond sommeil, la Belle aux bois dormants  attend le baiser de l’amour véritable. A côté d’elle se trouve également la glaçante Reine des Neiges. Qui aurait pu prévoir que l’heureux élu serait le célèbre et présomptueux Prince des voleurs, Ali Baba ? Prince des voleurs certes, mais prince tout de même.

 

Bill Willingham, Phil Jimenez, Adam Hughes, Fairest, Urban Comics, Jaxom

 

Un premier tome concocté par Bill Willingham hauts en couleurs avec son lot de rebondissements. Des personnages que l’on n’a pas l’habitude de suivre dans Fables, mais qui sont tout de même intéressants. Comme à son habitude les dessins de Phil Jimenez sont excellents et bien détaillés.

Le tout nous donne un bon premier tome de mise en bouche pour ce spin-off de Fables.

 

Scénario : 07/10
Dessin : 09/10
Global : 08/10

JaXoM

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑