MON VIEUX- Tome 1.

115630_c.jpgPlancheA_115630.jpgDessin & Scénario: Tsuru Moriyama

Editions Delcourt

Collection Manga

Sortie : 13/10/2010

194 pages

Prix conseillé : 7,99 €

Aventures, société japonaise

 

Résumé (de l’éditeur: Un soir, dans les quartiers pauvres d’Osaka, Kumiko retourne dans la maison familiale où vivent sa mère et son frère. Elle a besoin d’argent pour fuir son mari qui ne veut pas la laisser partir. Surgit alors une montagne de muscles lardée de cicatrices : le père de Kumiko, disparu seize ans plus tôt après le massacre d’un clan de yakuzas… Un seinen poignant de Tsuru Moriyama (Un bol plein de bonheur).

112503.JPG

 

Mon avis : C’est encore une lecture qui m’a été chaudement recommandée. Cette série comprend 3 volumes et le dernier est paru au début de l’année 2011. Vous devriez les trouver sans trop de problèmes dans les librairies spécialisées « Manga ».Je ne sais pas trop si cette série a cartonné mais je suis persuadé qu’elle doit plaire à un public « jeunes ».Ce livre me laisse un peu sur la réserve et pourtant je l’ai lu très vite, ce qui veut quand même dire que je ne me suis pas ennuyé.

112633.JPG

A la lecture des premières pages, je me rends compte que c’est un manga qui donne la part belle aux scènes de baston, de kung-fu. Cela bagarre ferme à tous les coins de rue. C’est la jungle urbaine sur terre et le « struggle for life ». Une famille dont le père est parti sans laisser de nouvelles est le sujet d’intimidations dans le quartier. Mais le père disparu fait justement sa réapparition. Il est balèze, c’est un « ours » rustre, fier et invincible. Il sait se battre pour défendre sa famille et remettre ses valeurs en place, la justice et l’humanisme.

C’est machiste à l’excès comme ambiance et l’auteur a voulu mettre en avant les valeurs de la société japonaise traditionnelle : le sens du sacrifice et l’amour de la famille.  Le dessin n’est pas génial, loin de là. Les visages font peur à voir car pas franchement bien dessinés, figés. La palette des expressions est assez limitée. C’est sanglant, hémoglobine en veux-tu en voilà et certaines scènes d’action sont un peu déjantées au niveau graphique.

 

112956.JPG

Au niveau du scénario, les bons sentiments font bon ménage avec une violence assumée. Ce manga se veut une chronique sociale des milieux populaires japonais avec l’histoire d’un père qui est  ultra violent pour défendre des valeurs ancestrales. Dérangeants, pas toujours très logiques comme sentiments pour nous autres, européens. Mais pourtant j’ai envie de lire les deux prochains tomes pour approfondir l’étude sociologique du personnage. Le tome 1 est probablement un peu court pour se faire une idée définitive sur cette série…

 

Graphisme :   6,0/10

Scénario :     7,0/10

Moyenne :     6,5/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

112741.JPG

Brit T1 : Baroudeur.

Brit1.jpgBrit1p.jpgAuteurs : Kirkman,Moore et Rathburn.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 08/2011

SOS monstres.

Il est indestructible et cogne sur tout ce qui se met en travers de son chemin. Il ne fait pas dans la dentelle, a participé à deux guerres mondiales, vit avec une strip-teaseuse qui pourrait être sa petite-fille, est en âge de bénéficier de la carte Senior, et pourtant, il est le dernier recours de la nation en détresse. Quand les super-tordus menacent le sol américain, on envoie Brit. Lorsque des dictateurs frappadingues envahissent leurs pays voisins, on envoie Brit. Et si une bande d’aliens baveux fait de la Lune le poste avancé de leur future invasion de la Terre, on bombarde la zone de missiles nucléaires, puis on envoie Brit faire le ménage.

Au service du Pentagone.

Chérie, tu veux bien rentrer le gosse, il y a des aliens qui attaquent.

Voilà la vie de tous les jours de notre bon vieux Brit , âgé mais costaud le bougre , on dit même qu’il serait indestructible.  Un super héros qui s’intègre parfaitement dans le monde de la série  Invincible, d’ailleurs le scénario global est plus ou moins le même : un peu de vie de famille, de gros combats contre des super-vilains et un peu de rigolade .C’est que ça sait se montrer cocasse le super héros.

Franchement, il ne faut surtout pas prendre cette lecture au sérieux, c’est surtout un bon défouloir .Je pense que les auteurs (de fameuses pointures dans le genre) doivent bien  s’amuser à écrire ou à dessiner cet univers. Euh, je te fais un monstre avec 10 tentacules ? Et pour la suite,  tu ne pourrais pas m’envoyer Brit dans une dimension avec des hommes grenouilles ?

C’est basique voir parfois assez burlesque mais  au final on s’amuse et c’est bien là l’essentiel .Il faut dire qu’on s’attache assez vite à ce personnage sans costume seyant qui sort un peu des stéréotypes des supers héros.  Ah, oui, encore un truc qui me fait toujours réagir, 50 morts déchiquetés, aucun souci  mais une paire de seins, là, on occulte, décidément ces américains et leur pudibonderie ridicule me surprendront  toujours.

Dessin : 7/10
Scénario : 7/10
7-17b0.gifGlobal

On en parle sur le forum.

brit.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Assassin’s creed T3 Accipiter.

Assassin's Creed3.jpgAssassin's Creed2.jpgAuteurs : Defali et Corbeyran.
Editeur : Les deux royaumes.
Sortie : 11/2011

A vos joysticks.
Aquilus cherche à venger le meurtre de son père.
Cette soif de vengeance qui va l’entraîner jusqu’à Rome va également coïncider avec la quête de l’ankh dérobée. Au même moment, à l’époque antique, les Barbares, avec à leur tête Accipiter. un autre Assassin. s’apprêtent à fondre sur Lugdunum et sur l’Italie… Les personnages du célèbre jeu vidéo « Assassin’s Creed », vendu à plus de 30 millions d’exemplaires, prennent maintenant vie sous la plume du célèbre scénariste Corbeyran (« Le Chant des Stryges », « XIII Mystery »), et du dessinateur Djillali Defàli (« Uchronies »), pour nous entraîner dans une aventure passionnante qui défie le temps et la science – une aventure totalement inédite, qui va surprendre les amateurs des jeux et les autres !

La baston.
Sur ce coup là, j’ai bafoué toutes les règles de la charte du bon chroniqueur, veuillez me flageller. Pour 2 raisons, de 1 car je n’ai pas lu les tomes précédents et de 2, je ne connais absolument pas l’univers de ce jeu mondialement connu. Honte à moi.
Mais bon, inutile de se voiler la face, cette série est avant tout une opportunité de toucher une nouvelle friche de lecteurs. J’imagine déjà tous les copains d’un fan de ce jeu offrant cette BD  pour lui faire super plaisir. C’est un peu comme les grosses bouses de BD sur les signes astrologiques ou des métiers etc  qu’on donne en cadeau car c’est « amusant ». Typiquement le genre de BD qui restera à jamais au fond d’une armoire une fois lue une ou deux pages, on comprend très vite la nullité de ces BD. Bon, ici, ce n’est pas à ce point là rédhibitoire, c’est quand même deux habitués aux commandes mais je les ai déjà connus plus inspiré. On y bastonne sec comme dans un film d’Hollywood mais aussi avec un scénario aussi famélique que le cinéma américain pour nous pondre malheureusement, tout sur l’action……rien dans le cerveau.
J’ai aussi trouvé peu de passion en lisant ce tome 3, une sorte de minimum syndical, passable sans plus.
Scénario 4/10
Dessin 6/10
5-17ae.gif Global.

Assassin's Creed1.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

EPUISE

114404_c.jpgepuisePL.jpgDessin & Scénario: Joe Matt

Delcourt

Collection outsider

Sortie : 22/09/2010

120 pages

Prix conseillé : 16,95 €

Biographie, société

 

Résumé (de l’éditeur: Joe Matt touche le fond de son addiction aux vidéos porno. Il passe des heures à remonter des scènes de cul en ôtant tout ce qui le dégoûte : visages, poils et fesses masculines… Du coup, ses amis Seth et Chester Brown proposent qu’il se présente aux Eisner Awards en qualité de meilleur monteur vidéo ! À rester obsédé, uriner dans un bocal et collectionner des BD, il y a peu de chance qu’il trouve une copine.

 

171018.JPG

 

 

Mon avis : Encore un album recommandé par une connaissance, amateur d’auteurs anglo-saxons. Il s’agit en réalité d’une réédition en langue française d’un livre paru quelques années plus tôt aux éditions du Seuil. La réédition à lieu dans le cadre de la collection Outsider qui reprend le meilleur de la bande dessinée américaine indépendante. Dans la même catégorie on peut y classer des gens comme Adrian Tomine (déjà chroniqué sur SambaBD), Chester Brown, James Sturm, Seth,…

 

171849.JPG

 

Joe Matt, l’auteur, y raconte sa vie de dessinateur avec ses nombreuses turpitudes. Il n’avance pas ou peu dans son travail car il est obsédé par ses lubies qu’il raconte dans le détail sans pudeur et sans retenue. Si c’est réellement sa vie que Joe Matt raconte, il est franchement gonflé et n’a pas peur du ridicule !…Toutes ses petites manies qui lui pompent son énergie, son temps, son équilibre, sont mises sur la place publique et largement commentées par l’auteur et par ses amis dessinateurs qu’il rencontre régulièrement. Beaucoup de dialogues donc, cela parle beaucoup, même quand il est seul. A la longue, le lecteur qui n’accroche pas au sujet risque vite d’en avoir une overdose…Pour les autres, ils se délecteront de différentes séquences qui en disent plus sur Joe Matt et son environnement. Le remontage des séquences « top » de cassettes pornos, sa voisine de palier Meredith avec qui il partage la salle de bain et le WC, la stupide chatte Maude qui pisse partout, sa vie sexuelle qui est un désert, sa radinerie chronique dans le seul but d’épargner afin de vivre de ses rentes et de ne plus travailler,les discussions avec ses amis dessinateurs à propos de leur travail, sa collection de comics d’avant les années ’40,…Des scènes de la vie quotidienne d’un dessinateur qui tourne en rond et n’avance pas beaucoup sur ses travaux au grand désespoir de son éditeur. Une tranche de vie et quelle tranche de vie !…Dans le plus pur style de la BD américaine indépendante. Pas un super héros en collant mais « pauvre » type, dessinateur de son état, complètement à la masse, qui rêve un jour de devenir riche et célèbre…mais ce n’est pas gagné…

 

172039.JPG

 

Si le scénario part d’une idée originale et est assez bien traité, le dessin est correct mais est loin d’atteindre les sommets. C’est une vraie enquête sociologique qui ravira certains et horripilera d’autres…Pour moi, le curseur se situe entre les deux, certaines scènes étant plus réussies que d’autres…Enfin, pour votre gouverne, cet ouvrage a été nominé à Angoulème en 2008.

 

 

Graphisme :   6,5/10

Scénario :     7,5/10

Moyenne :     7,0/10

 

 

Capitol.

 

 

On en parle sur le Forum : ICI.

 

170735.JPG

Vivre libre ou mourir.9 récits de résistance.

Vivre libre ou mourir !1.jpgVivre libre ou mourir !1p.jpgAuteurs :
Dessin
 1. Chez Georges (Nicolas Delestret)
2. La Messagère (Claude Plumail)
3. Cas de Conscience (Hugues Labiano)
4. Rescapé (Béatrice Tillier – qui s’est occupée aussi de la couverture)
5. L’autre Doisneau (Raphael Drommelschlager)
6. Un bleu (Olivier Brazao)
7. Avant l’Insurrection (Mara)
8. Le témoin (Jean Trolley)
9. Le bruit des balles (Olivier Grenson)
Scénario :JC Derrien
Sortie :09/2011
Editeur : Le Lombard.

Le résumé.
En marge de sa série principale, Jean-Christophe Derrien continue d’explorer les différents visages de la Résistance, à travers ce recueil d’histoires courtes faisant la part belle à tous ces anonymes qui furent et firent cette Résistance. Fabriquer des faux papiers, filmer contre l’oubli, conduire un vélo d’un point à un autre… autant d’actions dangereuses pour ces révoltés volontaires. Derrien évoque également le parcours de Gerhard Leo et conte une anecdote véridique sur le photographe Robert Doisneau.

Pour le musée.
L’entreprise est louable et doit d’abord  être considérée comme un outil didactique pour perpétuer la mémoire des héros de l’ombre de la 2e guerre mondiale. Je pense que cet ouvrage est plutôt destiné à un lectorat jeune voulant découvrir ce qu’était la résistance. Grace aux 9 récits de 6 pages, chacune agrémentée d’une fiche explicative, on a droit à un éventail assez large des diverses activités des résistants de 1940 à 1945. L’intérêt est très variable selon les petites histoires proposées.
Une idée très honorable mais de là à dire que ça m’a passionné, il y a un pas que je ne franchirai pas. J’éviterai aussi de donner une note vu la pléthore de dessinateurs et vu que les histoires  sont trop courtes pour créer un univers prenant.

vivre libre.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Si seulement Tome 1.

Si seulement1.jpgSi seulement1p.jpgAuteurs : Rodolphe et Chabane.
Editeur :Bamboo
Sortie :02/2011

Vers le succès….
Plusieurs fois, la vie de Joe Horton a failli basculer. Aujourd’hui, il va à la rencontre de chacun de ses destins. Joe Horton est un écrivain reconnu. Pourtant, plusieurs fois son destin a failli basculer du bon comme du mauvais côté. À 17 ans, s’il n’avait pas été attaqué par un chien, il aurait rejoint les Vanguards, un groupe dont le succès fulgurant l’aurait probablement propulsé au rang de rock star. Et s’il n’était pas devenu écrivain après de graves erreurs de jeunesse, comme le jour où il incendia le bâtiment d’un voisin irascible, il aurait probablement fini voyou. Aujourd’hui, dans le sous-sol de l’antique demeure qu’il vient d’acquérir, Joe Horton va être confronté à son destin, ou plutôt à ses destins. En face de lui, cinq portes débouchant sur autant de vies parallèles. Et si notre bonne fortune ne tenait qu’à un fil
La 4e dimension.
Bamboo et BDgest nous offre la possibilité de lire gratuitement le tome 1 de Si seulement (ICI jusqu’au 31 mars). Et bien  lisons mes amis et voyons si on est passé à coté d’un chef d’œuvre et que l’achat du tome 2 qui vient justement de sortir (tiens tiens donc) va se relever indispensable.
L’accroche est bonne, le Joe a de la répartie et impose vite  sa force tranquille. Je tique néanmoins un peu sur les décors assez pauvres en arrière fond. Et puis on retrouve vite la touche que  Rodolphe apprécie le plus ç à d le mystère. Et comme d’habitude, c’est agréable à suivre et à lire. Dommage que cette faculté à nous captiver ne va pas de paire avec des fins réussies. Sinon, cette série joue sur la thématique des chemins qu’auraient pu prendre notre vie, si j’avais suivi cette carrière, cette femme, pris cette route, cette porte  qui nous amène vers une autre destinée (c’est fou chaque fois que j’écris ce mot, je pense à Guy marchand..), dans une autre dimension où rien ne correspond.
Le dessin rend bien cette oppression grâce à un cadrage très « cinéma » . Le trait souffre néanmoins de quelques hésitations notamment pour les personnages mais rien de rédhibitoire au final.
Voilà les fans de Rodolphe devraient apprécier ce début de triptyque, pour les autres, bin profitez de l’occasion pour vous forger votre propre opinion.
Dessin : 6.5/10
Scenario : 7.5/10
7-17b0.gifGlobal

Si seulement1v.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

CENTAURES – Tome 1: Crisis.

 

 

144720_c.jpgPlancheA_144720.jpgDessin : Eric Loutte – Scénario: Emmanuel Herzet

Le Lombard

Sortie : 02/12/2011

48 pages

Prix conseillé : 12 €

Genre : aventures – aviation

 

 

Résumé (de l’éditeur: Les îles Amandine, ancien DOM-TOM situé au sud de la Réunion, connaissent une grave crise politique qui dégénère bientôt en guerre civile. S’échappant de justesse de la base d’où ils opèrent dans le cadre d’un accord militaire, les capitaines Yann « TNT » Trégord et Malia « Starbuck » Nozeret sont contraints d’atterrir en territoire…

164333.JPG

 

Mon avis : Voilà que Le Lombard nous sort une nouvelle série sur l’aviation ! Voulant surfer probablement sur le phénomène « cockpit » de chez Paquet, ou des séries parues chez Zéphyr, l’éditeur bruxellois a réunit une équipe de choc, Eric Loutte et Emmanuel Herzet (auteur de la  spin-off d’Alpha).En ouvrant le livre, c’est la qualité générale du dessin qui saute au yeux. On a voulu faire dans le beau, Eric Loutte sait y faire, une sorte d’ « Alpha » de l’aviation. C’est bien vu car c’est très agréable pour les yeux. La composition de certaines planches sont extraordinaires, le carcan des cases est éclaté. Très beau travail graphique. Les couleurs sont du même acabit. On applique les mêmes recettes que pour la série phare de référence.

164628.JPG

Reste le scénario. Il n’est pas mal écrit. L’action ne manque pas. L’histoire nous met directement dans le vif du sujet. Destruction de matériel assuré, on fait dans le hollywoodien. Si on adapte cette BD en film, il faudra un sacré budget…Mais après la lecture de ce livre, j’ai un goût de trop peu, un manque de fraîcheur, de candeur. C’est trop « apprêté », trop « sous contrôle », en d’autres termes, un peu trop politiquement correct. On aurait apprécié quelque part un peu plus de folie, un angle d’attaque un peu plus novateur, être un peu surpris par une narration très conventionnelle.

164147.JPGPour illustrer mes propos, je relève aussi le système de code QR, expliqué et promotionné en long et en large dans cet album. Si vous avez un smartphone, un Gsm de la dernière génération, vous pouvez scanner un carré qui vous relie directement à une vidéo explicative. Déjà au départ, Capitol, votre serviteur, est un peu emmerdé… Car, il ne possède pas encore  ce genre de Gsm (personne n’est parfait!) D’où encore, en plus, cette frustration en fin de lecture. Ai-je raté un élément important dans la compréhension de l’album ?

Heureusement, JMC95, sur le forum SambaBD, me signale dans un message : « Suffit d’aller sur le site de l’album (http://centaures-bd.com/) et les suppléments (dans l’onglet « Interactif ») sont en consultation libre ».

Allons voir…J’y visionne en effet une douzaine de vidéos explicatives sur le fonctionnement du porte-avion Charles De Gaulle, vidéos estampillées le Lombard et le ministère de la défense française. En fin de compte, de « gentilles » vidéos mais qui n’amènent rien de primordial et tout à fait « accessoires » à la compréhension de l’histoire. C’est symptomatique de mon malaise. Les auteurs ont pu bénéficier d’une large ouverture du ministère de la défense pour visiter le Charles de Gaulle, différents sites militaires, prendre des croquis, voir comment cela fonctionne. Cela rend l’histoire très crédible et c’est à mettre au crédit des auteurs.

164451.JPG

Mais par moment, j’ai eu l’impression qu’il s’agit d’une publicité déguisée pour les armées. Les auteurs ont-ils pris le recul nécessaire pour analyser les informations reçues, faire un tri et rester critiques par rapport à une information ciblée, filtrée. Bref, ce qu’on bien voulu leur communiquer…Ce n’est pas aussi direct qu’avec la série aviation de Zéphyr où il y a carrément de la publicité pour les armées. Ici, c’est plus soft mais cela me gêne aux entournures…

164739.JPGCe qui me gène un peu aussi, c’est cette pseudo « histoire – réalité » où on fait intervenir une scène de réunion de crise à l’Elysée avec le Président Sarkozy en « guest-star »…Etait-ce vraiment indispensable ? Les auteurs n’auraient-ils pas pu inventer un président « imaginaire », plus neutre, et ne pas être suspecté ainsi d’Hagiographie ? Voilà, à chaud, quelques développements qui me viennent à l’esprit après la lecture de cette BD.

 

En conclusion, il s’agit d’une série pleine de bonnes intentions mais je demande à lire la suite avant de me faire une idée définitive. Avis aux auteurs : brisez les chaînes !

 

Graphisme :   8,5/10

Scénario :     6,0/10

Moyenne :     7,0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

164957.JPG

La bande dessinée au cinéma en 2012.

Comme toujours, l’année cinéma va être chargée. Le nombre de productions augmente sans arrêt et il devient difficile de voir tous les films d’une année. Donc, il faut choisir, sacrifier, préférer, éliminer, jeter, trier, … et payer sa place de ciné qui, elle aussi, augmente chaque année. Les tarifs peuvent exploser si un film dépasse les deux heures ou s’il est en 3D. Les deux à la fois et votre portefeuille vous fait la gueule, surtout si en plus le cinéma ne vous fournit pas la fameuse paire de lunettes mais qu’elle se fait un plaisir de vous la proposer en vente à un prix fort peu démocratique. Ajoutez à ça un pop-corn et un coca, multipliez le tout par deux (car vous invitez au moins madame), voire plus (vive les familles nombreuses). Voilà, il ne reste rien de votre budget loisir (ou presque). Vous faites déjà la tronche alors que vous n’avez pas encore vu le film. Mais voilà que la séance commence et vous retrouvez le sourire à l’idée de passer un bon moment ciné. Lorsque, deux heures plus tard, c’est la douche froide car le film était effroyable, vous abandonnez madame et les enfants sur le parking, montez dans la voiture et tentez de franchir les 88 miles par heure pour remonter le temps et annuler cette soirée gâchée. 


C’est pour vous éviter de la tôle froissée que Monsieur William, votre serviteur, est allé se promener sur le Cloud pour  collecter des infos.


Décryptage en trois catégories…  

 

   

 

Voilà encore une belle bande de Comics.


Pour ceux qui font déjà une indigestion de collants et de capes, cette année ne va rien arranger.  Entre les sorties 2012, les films en chantier et les projets confirmés (puis annulés puis re-confirmés, puis re-annulés, puis rere-confirmés,…), il va être difficile d’y voir clair tant le secteur frôle la saturation.


Coté cours… (MARVEL


Ghost rider 2 : spirit of vengeance (15 février 2012) sera le premier de l’année mais risque aussi d’être le premier navet de l’année tant le film n’inspire rien de rassurant.  Les photos et la bande annonce nous laissent entrevoir un film de la même trempe que le premier où trop d’effets spéciaux et trop de Nicolas Cage ont tué un film dont on cherche encore le scénario. Nicolas Cage reprend donc son rôle de héros à la tête en feu et Christophe Lambert le rejoint au casting… attention, il ne peut en rester qu’un!!! (Voir zéro, c’est encore mieux).

christophe-lambert.jpg

Christophe Lambert dans Ghost rider 2 (interdiction de rigoler).

 

La suite du programme devrait, normalement, aller en s’améliorant. The Avengers (25 avril 2012) fait partie des films de super héros les plus attendus. Et pour cause, ça fait un moment maintenant que la pression s’est installée, depuis l’apparition de Nick Fury sous les traits de Samuel L. Jackson (comme dans la BD) dans Iron-man en 2008 et l’imagination débordante des fans Marvel du monde entier qui ont tout de suite vu le potentiel d’accueillir le patron du SHIELD. Capitaine America (Chris Evans), Thor (Chris Hemsworth), Iron-man (Robert Downey Jr.), Hulk (Edward Norton a jeté l’éponge au profit de Mark Ruffalo), Nick Fury (Samuel L. Jackson), la veuve noire (Scarlett Johansson) et Oeil de faucon (Jeremy Renner), ils seront tous présents. Et c’est une arme à double tranchant qui peut provoquer le naufrage du film. On risque d’assister à une guerre de stars plutôt qu’à une bataille de super héros. Le réalisateur Joss Whedon (créateur de Buffy contre les vampires) a-t-il eu du fil à retordre pendant le tournage? Réponse le 25 avril. 

11535L.jpg

La planète MARVEL va bien tourner cette année, après The Avengers, ce sera au tour de The Amazing Spider-man (04 juillet 2012). La saga s’offre un re-boot et Spider-man prend les traits d’Andrew Garfield (The social network). Jusqu’à présent, rien de laisse penser que le film va renouveler le personnage en profondeur et surpasser la version de Sam Raimi de 2002. La bande-annonce laisse même penser à un film très semblable et crée une petite polémique sur la spidey vision (caméra subjective qui évolue dans un environnement totalement en animation 3D) qui semble ne pas convaincre pour le moment. Sans douter une seconde que le succès financier sera au rendez-vous, MARVEL studio va devoir surveiller ses héros de près car le publique pourrait se lasser et aller voir ailleurs alors même que plusieurs films sont en préparation. Les suites de Thor, Iron-man, Capitaine America et X-men Origin: Wolverine sont en préparation, ainsi qu’un film sur Nick Fury, un autre sur Ant-man trainent dans les cartons MARVEL remplis de très nombreux projets à des états d’avancement très divers (certains sont annoncés pour 2013 et d’autres sont au bord de l’abandon).

 

 

… coté jardin (DC). 


Du coté DC Entertainment (propriété de Warner Bros), Batman avec The Dark Knight Rises (25 juillet 2012) est probablement LE film le plus attendu de l’année (tous genres confondus). Le réalisateur Christopher Nolan (Inception)  bouclera-t-il sa trilogie entamée en 2005 et 2008 avec son épisode le plus réussi? Il faut dire qu’il a lui-même placé la barre très haute avec The Dark Knight en réalisant probablement le film de super héros le plus réussi de l’histoire du cinéma (n’ayons pas peur des mots). Il n’a pas seulement renouvelé le personnage, il a également donné un énorme coup d’électrochoc à un cinéma américain qui se repose trop souvent sur ses acquis. Le carton que fait actuellement la bande-annonce sur le net est peut-être le premier signe que le film peut écraser les héros MARVEL qui sont obligés de se partager un film à plusieurs avec leurs tronches de premier de classe. Le Batman de Christopher Nolan est différent car il en prend plein la g… (aussi bien le personnage que l’image) et est finalement plus en guerre avec ses démons intérieurs qu’avec des super vilains. Ce côté sale et sombre qui casse l’image trop lisse du super héros semble avoir également été adopté sur le prochain Superman, Man of Steel (prévu pour juin 2013). Les photos du tournage montrent un Superman barbu loin des cheveux gominés et du sourire étincelant qu’on connait. Tous les espoirs sont permis pour ce film réalisé par Zack Snyder qui a déjà prouvé qu’il est très à l’aise avec les adaptations de Comics (Watchmen et 300).

Banniere-US-The-Dark-Knight-Rises_reference.jpg

 

Les enjeux sont de taille pour les studios Warner Bros car le bilan de 2011 n’est pas à la hauteur. Depuis trois ans, Warner était en tête des recettes au box-office mondial mais, l’année passée, il s’est fait dépasser de 5 milliards de dollars par la Paramount (Transformers 3 et Mission impossible 4). Les studios de Bugs Bunny vont devoir batailler ferme avec la Paramount mais également avec Mickey car Disney est propriétaire de MARVEL depuis 2009. Finalement, on en revient aux fondamentaux: Bugs Bunny vs Mickey Mousse, Warner vs Disney.

image_diaporama.jpg

Superman avec une barbe.

De-nouvelles-images-du-tournage-ont-filtre_diaporama.jpg

Superman sans le fameux slip rouge.

 


Après l’échec de 
Green Lantern en 2011, ce ne sont pas les projets Warner qui manquent. Le tournage de Man of Steel n’est pas encore terminé qu’une suite est déjà confirmée, apparemment les premiers rushes ont convaincu les studios. Un re-boot de la saga Batman est déjà annoncé pour 2015 et on peut espérer voir ressortir des projets tels que Wonder Woman ou Justice league.


Entre MARVEL et DC, le judge Dredd va devoir trancher.


Après une année 2012 chargée, Dredd (10 novembre 2012) peut-il créer la surprise générale? C’est difficile à dire. Le juge et bourreau du futur nous revient sous les traits de Karl Urban (Star trek, le seigneur des anneaux) qui a une certaine expérience dans ce genre de production et d’univers. Le réalisateur Pete Travis, qui ne compte pas encore de film marquant dans sa filmographie, s’est fait virer en pleine postproduction et remplacer par le scénariste. Ce dernier, Alex Garland, est déjà l’auteur des scénarios de Sunshine et 28 jours plus tard, deux films de Danny Boyle. Au final, le film accuse déjà un sérieux retard, on parle même de retourner certains plans. Espérons que ce soit pour la bonne cause.

Karl Urban Dredd.jpg

Karl Urban dans Dredd

 

 

 

 

Après le franco-belge made in U.S. en 2011, voici le retour des productions françaises.


 

Malgré Largo Winch 2 et l’élève Ducobu, l’année 2011 fut surtout marquée par deux adaptations américaines de bandes dessinées franco-belges, les Schtroumpfs et Tintin. 2012 sera plus calme de ce côté de l’atlantique car il faudra attendre l’été 2013 pour voir débarquer les Schtroumpfs 2 sur nos écrans. Sans oublier que le deuxième volet des aventures de Tintin est également sur le feu ainsi que l’adaptation du premier album de Benoit Brisefer.


4ecbd206989c2.jpgSur la piste du Marsupilami (04 avril 2012) pourrait donc être l’adaptation franco-belge de l’année. La présence d’Alain Chabat à la réalisation nous rappelle le succès d’Astérix: mission Cléopâtre. L’humour made in Chabat semble bien présent (jusque sur l’affiche) mais il persiste encore une grande inconnue: à quoi ressemble le marsupilami en 3D? A moins de trois mois de sa sortie, pourquoi ne peut-on voir que le bout de sa queue? Est-ce en lien avec l’histoire qui portera d’avantage sur le mystère marsupilami ou bien y a-t-il quelque chose à cacher? Finalement, trois mois, c’est vite passé.


La suite de l’année n’inspire rien de bon. Les vacances de Ducobu (20 juin 2012) rassemble tous les ingrédients pour faire le même four que le premier film, l’élève Ducobu. Même production, même réalisateur, même casting (ou presque) et toujours basé sur la BD Ducobu, les vacances risquent de tomber à l’eau. La bande dessinée est effroyable, le premier film est un navet critique mais un succès publique, alors pourquoi le deuxième serait-il différent?


Asterix-et-Obelix-ont-du-boulot_diaporama.jpgAstérix et Obélix: au service de sa majesté (17 novembre 2012) sera la grande inconnue de l’année. Que faut-il penser de ce projet mais surtout que faut-il en attendre? Certains prédécesseurs de Laurent Tirard, le réalisateur (le petit Nicolas), ont franchement craché dans la soupe. De plus, les traits du petit gaulois ont de nouveau changé et s’affichent avec l’acteur Edouard Baer. Gérard Depardieu reprend, quant à lui, son rôle d’Obélix pour la quatrième fois. Notons la présence de deux acteurs belges, Bouli Lanners et François Damiens, au casting. Alors que faut-il en attendre? Rien mais ce qu’il donnera de bon sera bon à prendre.


 

Y a-t-il un manga pour sauver l’avion ?


 

Ce début d’année sera marqué par la sortie de La collines aux coquelicots (11 janvier 2012), la nouvelle production des studios Ghibli qui réussissent déjà depuis de nombreuses années à nous faire rêver (Mon voisin Totoro, Le voyage de Chihiro, Porco Rosso,…). Ce dessin animé est l’adaptation d’un célèbre manga des années 80. Le tout est comme toujours porté à bout de bras par Hayao Miyazaki, véritable pilier des studios. La colline aux coquelicots est réalisée par son fils Goro Miyazaki qui, s’il a déjà prouvé qu’il était le digne fils de son père, n’a pas encore atteint son niveau. C’est peut-être pour cette année.


image_diaporama.jpgTatsumi (01 février 2012) a beaucoup de chance d’être le rendez-vous des cinéphiles les plus avertis. Ce film d’animation arrivera les bras chargés de quatre nominations au festival de Cannes 2011 dans la catégorie Un certain regard et une récompense au festival international de Tokyo 2011 (mention spéciale- Asie de sud-est). Tatsumi rend hommage au célèbre mangaka Yoshihiro Tatsumi et à son travail.


Sur la planète manga, le chantier à suivre en 2012 est sans hésitation l’adaptation américaine en prise de vue réelle d’Akira. Le chef d’œuvre de Katsuhiro Otomo se voit adapté par les studios Warner. Pour le moment, la production est chaotique et le tournage vient même d’être suspendu (annonce de ce début janvier). Des rumeurs parlent de scénario pas terminé et de budget revu à la baisse. La Warner revoit-elle ses priorités après le coup Paramount ? Une chose est sûre, 2012 va être une année charnière pour le studio. 


Sources:

www.IMDB.fr

www.premiere.fr

www.allocine.fr

www.zoom-cinema.fr

www.cinebel.be


Monsieur William

ASCENSION – Tome 1

113598_c.jpg161206.JPGDessin : Shin’ichi Sakamoto – Scénario: Yoshio Nabeta
Collection Manga
Sortie : 15/09/2010
217 pages
Prix conseillé : 7,50 €
Genre : Roman, aventures sur l’alpinisme

 

Résumé (de l’éditeur: Buntarô Mori n’aime qu’une chose : être seul ! Mais son transfert dans un nouveau lycée bouleversera du tout au tout son existence. Répondant au défi d’un camarade de classe fan d’escalade, il entreprend alors l’ascension d’un bâtiment scolaire. En atteignant le toit, il se sent réellement vivant pour la première fois de sa vie. L’appel de la grimpe sera désormais plus fort que tout…

161349.JPG

 

Mon avis : Si vous avez aimé la fameuse série « le sommet des Dieux » de Jirô Taniguchi et Yumemakura Baku, vous allez adorer la série « Ascension » qui parle de la même passion de l’alpinisme. Commencée en septembre 2010, la série en français est actuellement au tome 7 et l’intérêt ne semble pas faiblir. Le dessin est très abouti, le découpage et les cadrages sont cinématographiques. Des gros plans, de l’action, du suspens au détour des pages tout au long de l’album, le lecteur va être servi.

Au niveau du scénario, je suis rentré directement dans l’histoire et la lecture est agréable. La narration est directe, les personnages sont bien campés, l’intérêt du lecteur est de suite capté même si nous ne sommes qu’au tome 1 de la série, que la trame de l’histoire doit se mettre en place. On peut déjà imaginer pas mal de développements possibles dans le scénario, c’est ce qui fait la bonne base d’une série de longue haleine.

161858.JPG

J’ai beaucoup aimé également le côté didactique et technique bien traité de cet album. Les techniques de grimpe, le matériel, le côté physique et psychologique de l’alpinisme sont aussi traités avec rigueur. Mais ce n’est jamais rébarbatif, loin de là.

Si vous n’êtes pas habitué à lire du manga mais que ce type d’histoire romancée sur un fond sportif, et plus particulièrement l’alpinisme, vous tente, n’hésitez pas! Pas besoin de longs discours…Vous en serez très vite accro!

 

Graphisme :   8,0/10

Scénario :       8,0/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

161515.JPG

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑