Les savants – Tome 1 – Ferrare, 1512. Du plomb en Or.

Scénario : Luca Blengino
 Dessin : Stefano Carloni
 Couleur : Franck Isambert
 Éditeur : Soleil (Quadrants)
 56 pages
 Sortie : 23 mars 2016
 Genre : polar historique


 Les Experts, au temps de la Renaissance.

81fb3-1703095665

1512. Nicholas Copernic vient à Ferrare pour y donner plusieurs conférences devant un parterre de jeunes gens parmi les plus érudits d’Europe. Mais la célèbre université est en émoi en raison du récent suicide d’un étudiant. Un brillant et jeune agitateur du nom pompeux de Paracelse est persuadé qu’il s’agit d’un crime, et il entend bien le prouver à la police locale remplie d’incapables.

Nicolas Copernic a obtenu son diplôme de droit canon en 1503 à Ferrare. En 1512, il commence à travailler sur le système géocentrique de Ptolémée, et à rédiger sa propre hypothèse héliocentriste, qu’il ne publiera que peu avant sa mort, par respect et crainte de l’Eglise, qui soutient alors le premier système.

Théophraste Bombast von Hohenheim, plus connu sous le nom de Paracelse, fut un être bouillonnant, passionné de médecine et d’alchimie. Incompris par ses contemporains, méprisé par les officiels, à contre-courant des idées reçues, il voyage, observe, expérimente, fréquente à travers l’Europe les Universités en auditeur libre… On dit qu’il reçut à Ferrare son diplôme de médecin..

Se rencontrèrent-ils dans la vraie vie ? Les biographies que j’ai parcourues ne le disent pas, mais cela relève du possible…

Blengino, incontestablement féru d’Histoire, a organisé cette rencontre. En respectant au plus près les personnalités et les parcours des deux scientifiques, il les réunit selon une recette connue et rebattue mais qui fait mouche : l’association de deux esprits forts qui résolvent une énigme policière les doigts dans le nez, tenant la dragée haute aux policiers professionnels, toujours en retard de dix indices et de douze déductions.

Carloni et Isambert ont joué avec bonheur les peintres de la Renaissance pour recréer le décor et l’ambiance, en clair-obscur comme il se doit, et nous offrir des portraits et des détails architecturaux très réussis.

 

Hormis l’intervention de deux ou trois imparfaits du subjonctif, les dialogues fusent de la façon la plus moderne dans des tournures plutôt actuelles, et ça passe très bien, ça traduit les étincelles produites par la confrontation entre les intelligences vives et les caractères bien trempés de nos savants enquêteurs, ça donne un rythme et une juste dose d’humour qui n’ont rien à envier aux séries policières auxquelles nous sommes désormais rodés.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment à la lecture de cet album, en essayant de deviner qui était l’assassin, et en appréciant à chaque page les drapés des costumes, les ombres des tavernes ou des cellules d’étude, les lumières des bougies ou celles du jour et de la nuit, les plans variés sur les murs et les toits de la ville…

Quels savants résoudront les prochaines enquêtes ? A suivre dans les prochains tomes…

 

not_8_10_b

Virgule

 

Un commentaire sur “Les savants – Tome 1 – Ferrare, 1512. Du plomb en Or.

Ajouter un commentaire

  1. Moi j’adore les chroniques de Virgule qui réussit à m’intéresser à des BD dont la couv, l’époque ou l’éditeur ne m’attirent pas du tout ! ☺

    J’aime

  2. Oh merci Dgégé !!! Attends, bientôt je vais chroniquer le tome 2 de Requiem Chevalier Vampire, on va voir si ça remarche.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :