Les otages.

les otages.gifles otages1.jpgAuteurs : Arnaud Floc’h,Christiane Germain d’après une histoire de Claude K.Dubois.
Editeur :Futuropolis.
Première parution : 13/04/2012 
195 x 265 mm
88 pages
Prix de vente : 18 €
Code Sodis : 790182
ISBN : 9782754806725

Rêve
Sophie suit les cours de Djembé auprès de Pete, un professeur d’origine Togolaise. Un soir, il annonce à ses élèves qu’il  organise un voyage dans son pays. Pas un circuit touristique classique, mais quelque chose de beaucoup plus authentique. Malgré le caractère bien trempé de Pete et ses propos parfois orduriers, Sophie réussit à convaincre son mari Antoine de participer à ce voyage. Curieusement, Pete refuse de donner avant leur arrivée les contacts sur place au jeune couple.
Autre étrangeté, à l’arrivée à l’aéroport, Pete le rasta s’est transformé en homme d’affaires en costume et au crâne rasé et semble les ignorer. La surprise est encore plus grande quand, une fois arrivé dans un petit village du Togo, Pete s’avère être en fait le grand prêtre de l’église locale. Quant à l’accueil réservé à Sophie et Antoine, il est plus que rudimentaire : saleté, eau croupie, insectes grouillants… Le jeune couple a le sentiment d’être séquestré par Pete et ses fidèles. Pris en otages, ils doivent dorénavant tout négocier contre argent sonnant et trébuchant. Arriveront-ils à fuir de ce lieu ?
Cauchemar.
les otages 47.jpgBrrr, que cette histoire fait froid dans le dos. Tout commence gentiment avec quelques percussions africaines et une belle invitation à un voyage authentique en terre Togolaise. Malgré quelques feux bien oranges, notre couple d’aventuriers décide de partir  un peu comme l’émission TV voyage en terre inconnue avec un bandeau sur les yeux. Et là, les feux passent carrément au rouge .On a mal pour eux notamment quand ils doivent suivre les préceptes de l’église du les otages 41.jpgchristianisme céleste (tout un programme).On voudrait leur dire « mais foutez le camp saint milliard » .Facile à dire quand on vous coupe toutes les possibilités de retraite. Bref, le rêve se transforme vite en cauchemar. Pendant votre lecture, vous sentirez cette oppression, cette manipulation vous envahir. En plus, on n’a pas donné la charge du dessin à n’importe qui. Arnaud Floc’h peut être catalogué comme un « local » de l’Afrique noire puisqu’il y a vécu sa jeunesse au Cameroun et au Niger et retourne fréquemment au Mali .Question authenticité, c’est difficile de faire mieux. Son dessin  très vivant et sa colorisation qui sent bon l’Afrique m’ont  fait penser un peu à ceux d’Emmanuel Lepage.
Une BD  riche en émotion dont vous n’en sortirez pas indemne. Une mésaventure authentique avec un gros lézard manipulateur et sectaire .En parlant de lézard, attention à celui qui quitte la page 44, il pourrait venir vous taquiner, on n’est jamais assez méfiant et prudent.
PS : Figurez vous qu’aujourd’hui, j’ai croisé un grand black en costume très classe .Je l’ai regardé d’un drôle d’air, allez savoir pourquoi !
Scénario : 8/10
Dessin : 7/10
surprises.smileysmiley.com.8.2.gif Global.

Samba.
On en parle sur le forum.

les otages2.jpg

Inscrivez-vous la newsletter.

Un commentaire sur “Les otages.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :