Les démons d’Armoises T1-Prelati

Démons d'Armoises (Les)1.jpgDémons d'Armoises (Les)1p.jpgAuteurs : Gaudin,Clerjeaud et Collignon.
Editeur : Soleil.
Sortie : 01/2012.

Crémation.
Rouen, 30 mai 1431. Jehanne disparaît dans les flammes du bûcher.
La légitimité de Charles VII est sauve, mais que retiendra l’histoire de l’épopée de Jehanne et de ses compagnons d’armes.
En 1436, Gilles de Retz a regagné ses terres et ce, pour le plus grand malheur des enfants de Tiffauges. De sa rédemption acquise auprès de Jehanne il ne reste rien. Jehan de Metz et Bertrand de Polongy compagnons de Jehanne sont dépêchés vers Tiffauges. Les terribles agissements du seigneur de Retz pourraient mettre en péril le trône en mettant à jour le secret des jours victorieux. Une arme, issue d’une ancienne expérience alchimique, une arme occulte, terrifiante, dissimulée au sein du projet « Jehanne d’Arc ».

Burn out.
Voilà bien une BD qui ne va pas réussir à me réconcilier avec le genre « moyenâgeux ». Souvent, en faisant une chronique, j’essaye de  retirer le positif d’une œuvre. Mais quand c’est mauvais, il faut aussi pouvoir le dire. Je pense que les BD dont j’ai abandonné la lecture se compte sur les doigts d’une main et celle ci en fait partie. Je veux bien admettre que cet album soit bien documenté mais il n’y a aucun liant entre les pages. Je me suis souvent demandé le pourquoi d’une telle scène, quand se déroule t’elle et de quoi parle t’on (les multiples  Jehan ou Jehanne on s’y perd). Je pense que seuls les férus d’histoire pourront interpréter et comprendre certaines paroles bien mystérieuses pour moi. Et puis mon dieu, que c’est inutilement bavard, un peu comme un guide de musée qui finit par vous endormir. Ce n’est pas fini, puisque comme ça discute pas mal, il manque de place et c’est parfois à la loupe qu’on doit déchiffrer les phylactères. Un truc qu’il faudra m’expliquer aussi, pourquoi faire un récit rigoureux historiquement, presque didactique, si c’est pour le terminer dans du fantastique obscur? Le dessin aurait pu sauver l’affaire vu le soin du détail que Collignon y apporte mais là non plus, pas de chance, on confond très vite les personnages avec leur coupe au bol. Bref, c’est un véritable supplice pour moi cette BD, de quoi la jeter au bucher !
Scénario : 2/10
Dessin : 6/10
3-17ac.gif Global.

Samba.

demons ar.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑