ORCS. Forgés pour le guerre

orcs-211x300.jpgStan-2BNicholls-2B-26-2BJoe-2BFlood-2B-2BOrcs-2BForged-2Bfor-2BWar.pngORCS Forgés pour la guerre

Dessin / Couleurs : Joe Flood

Scénario : Stan Nicholls

DL : Mars 2012

202 pages Editions Gallimard Collection Bayou

 

Les Unis plaçaient leur foi en un dieu unique et tout puissant, les Multis adoraient tout un panthéon de dieux et d’esprits de la nature. Ils se livraient une lutte sans fin pour prendre le contrôle de leur pays d’adoption. Dans leurs rangs, on trouvait des êtres qui n’étaient pas humains. Une race différente de toutes les autres : les Orcs ! Stryke est le capitaine d’une compagnie d’Orcs : bagarreurs, belliqueux résistants mais fidèles à leurs paroles. Hardi, compagnons Orcs, debout les maudits de la terre. Sus !

battle.jpg

Tiens, tiens… voila un pitch peu commun…Tiré du best-seller (tout au moins outre manche !) éponyme de Stan Nicholls, Orcs est un comics vu, vécu et raconté du coté des Orcs. Tout vient d’un « what if… » du scénariste, « et si, les Orcs étaient des héros plutôt que les méchants ? ». Ce principe jouissif, à l’origine de l’uchronie, est appliqué ici pour la plus grande joie des amateurs du genre : pourquoi a-t-on toujours droit à  la version des vainqueurs ? Stan Nicholls disgresse allégrement sur la personnalité des Orcs. Il tente ainsi de créer un monde d’héroic-fantaisy avec un bestiaire à la Tolkien. Gobelins, dragons et autres parsèment l’aventure des héros Orcs. Pourquoi tente ? Malgré une très bonne idée de « what if » et 202 pages, le scénario ne décolle pas. Le lecteur est accroché uniquement par le volet vision au travers du prisme Orcs. En dehors de cela, c’est d’une cruelle banalité (surtout pour les fans d’Heroic-fantasy) : mission secrète, embuscades, rixes.… Rien ou très peu sur la vie des Orcs, leurs mœurs. C’est sans doute un choix scénaristique de s’appesantir sur l’action, mais cela ne fait pas une histoire ! Cela manque de punch et de profondeur, même si on ne s’ennuie pas.

 

haskeerjup.jpg


Par ailleurs, ce comics n’est pas vraiment aidé par le dessin de Joe Flood. Si les cases sont riches d’actions, elles manquent de fluidité. Le dessin ligne clair n’accompagne pas le lecteur dans le mouvement. On a du mal à être pris dans les combats et finalement cela tombe à plat. L’absence d’expression des visages y est peut-être pour beaucoup ! Finalement on glisse sur l’image sans s’attarder. A sa décharge, dessiner un monde fantastique à partir d’un roman est une gageure que peu de dessinateurs peuvent se gargariser d’avoir réussie.

 

HASKEER.jpg

Bref, un comics qui se laisse lire car original pour son idée initiale mais desservi par le dessin et le scénario. Je n’ai pas lu le livre de Stan Nicholls et sans doute est-il plus riche que cette transposition peu flatteuse. Dommage ….

Dessin : 7/10

Scénario :7/10

Tigrevolant

Z comme Don Diego, tome 1, Coup de foudre à l’hacienda

2205069419.jpg2205069419_1329491724 copier.jpgUn cavalieeeer qui surgit hors de la nuiiiit (air connu). Tout le monde connaît le héros masqué Zorro ainsi que sa véritable identité Don Diego de la Vega. Z comme comme Don Diego rassemble ses aventures et ses déboires. Don Diego lutte au quotidien pour maintenir l’ordre ainsi que son identité secrète tout en tentant de séduire la belle Sexoualidad.  


 Don Diego affiche un sérieux problème de double personnalité qui donne lieu à de véritables situations burlesques.


 
9782205069419-pjhgtfage3-I400x523 copier.jpgZ comme Don Diego
est une version de Zorro à la sauce vitriol et gag hilarant. On passe du célèbre héros au pitoyable anti héros pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques. Dès les premières pages de l’album, on pense furieusement à la collection poisson-pilote de Dargaud et plus précisément à la série Le retour à la terre de Larcenet et Ferri (thème mis à part) ; le format est identique et on retrouve également des gags en deux strips qui pratiquent avec frénésie l’humour de répétition. Le dessin de Fabrice Erre est à première vue très simple, souple et dégagé du superflu, mais il s’impose progressivement comme une évidence. Les tronches et leurs expressions sont de véritables tremplins pour les gags et les dialogues brillants de Fabcaro.

 

9782205069419-page4-I400x523 copier.jpg

Z comme Don Diego était dans un premier temps présent sur la plate-forme My Major Company BD mais n’a pas rencontré ses internautes et n’a pas atteint les 10.000 euros minimum pour être édité. Comment retrouve-t-on l’album chez nos libraires aujourd’hui ? MMC BD propose un financement participatif, et pas exclusif, de bande dessinée. Chaque album présent est déjà assuré d’être édité, libre aux internautes de participer à l’aventure ou non. Pour Z comme Don Diego, on se demande ce qui a pu se passer. Vu le style de l’album, on a peine à croire qu’il ne puisse trouver son public, d’autant que Dargaud annonce actuellement deux albums de cette saga par an.

 

Le + : Une nouvelle série qui démarre sur des chapeaux de roue. Un véritable univers hilarant et bien réapproprié par ses auteurs. Une réussite comme on en voudrait plus souvent.

 

Le – : Cet album est édité comme une œuvre My Major Company BD Dargaud alors qu’il n’en est rien. Il trouverait probablement mieux sa place dans la collection poisson-pilote.

 

 

Infos en vrac

 Série

Parution : avril 2012

Prix : 10,60 euros

Dessin : Fabrice Erre

Scénario : Fabcaro

Couleur : Sandrine Greff

Editions : Dargaud


9782205069419-page3-I400x523 copier.jpg

 



W comme William


Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑