LA MORT DE STALINE – Tome 2:Funérailles.

Couv_161709.jpg110918.JPGDessin : Thierry Robin – Scénario : Fabien Nury

Editions Dargaud

Sortie : 25/05/2012

56 pages

Prix conseillé : 13,99 €

ISBN : 9782205068221

Histoire, Communisme, URSS, Staline

 

 

 

Résumé (de l’éditeur: 8 mars 1953, la mort de Staline est annoncée. La nouvelle retentit dans le monde entier. Venus des confins de l’Union soviétique, des millions de civils affluent vers Moscou pour rendre un dernier hommage au «petit père des peuples». Tandis que se préparent des cérémonies exceptionnelles, une lutte sans merci fait rage au sein du Politburo. Qui succédera à Staline ? Beria, Malenkov, Khrouchtchev ? Dans ce 2e album de la série, la guerre des prétendants est ouverte…

111116.JPG

 

Mon avis : Voici le second tome de ce diptyque consacré à la mort de Staline. Dans ma chronique du tome 1 (pour la relire allez dans « chroniques par ordre alphabétique » puis sur « M » et ensuite « Mort de Staline »), j’avais dit tout le bien que je pensais de cet album extraordinaire où la réalité dépassait la fiction. Certains se posaient la question de savoir ce que raconterait le second tome. Pour celui qui a un peu lu sur l’histoire de l’URSS, il savait que la succession de Staline fut loin d’être « un long fleuve tranquille ». L’émission Koh-lanta à côté qui sévit pour le moment sur TF1, c’est un gentil jeu pour boy-scouts prépubaires!

 

111250.JPG

Les intrigues ouvrent ce nouvel album. On y voit également les préparatifs des funérailles qui se feront en grandes pompes…tellement grandes que des bavures vont avoir lieu. La faute à la paranoïa ambiante, la peur des mouvements de foule incontrôlés, de la révolte du petit peuple…Les enfants de Staline sont les premiers rebelles du régime, il faut les garder sous contrôle…Les camarades vont s’entredéchirer pour le pouvoir…Beria contre Khrouchtchev…Malheur au vaincu !…

 

111542.JPG

Rien de changé au niveau du dessin et du scénario. C’est bien raconté, c’est enlevé. J’ai retrouvé avec autant de plaisir ce tome 2 qui est la suite logique du tome 1. Ce n’est pas une surprise et j’ai beaucoup aimé…Pas besoin d’un long discours…

 

Graphisme :   8/10

Scénario :     9/10

Moyenne :     8,5/10

 

Capitol.

111910.JPG

La complainte des landes perdues T3 des chevaliers du pardon.

Auteurs : Dufaux et Delaby.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 03/2012

La dramaturgie.
Sur le chemin des landes perdues, on retrouve Sill Valt et Seamus, le jeune novice devenu Chevalier du Pardon. Tous deux sont engagés dans une lutte sans merci contre les forces du Mal pour sauver Sanctus, la Morigane devenue Fée. Alors que Sill Valt traque le Guinea Lord, maître des Enfers, Seamus affronte Eïrell, l’ami dont le Démon a fait un ennemi. Le jeune Chevalier s’acquittera-t-il de sa mission ? La vie de son premier amour et le destin de l’île en dépendent.

Lire la suite « La complainte des landes perdues T3 des chevaliers du pardon. »

Interview d’Alcante.

Alcante4.JPGSuite à une rencontre lors d’une dédicace, j’ai demandé  au scénariste Didier Swysen plus connu sous le nom de Alcante une interview pour SambaBD .J’ai un peu changé le concept en lui demandant de faire des choix en fonction de ses albums. Ce qui nous permet aussi de faire un petit retour en arrière et qui sait, approfondir certains de ses albums.

1- Quelle est votre album le plus personnel ?
Sans aucun doute « Quelques jours ensemble » que j’ai réalisé avecQuelques jours ensemble.jpg Fanny Montgermont. C’est une histoire beaucoup plus intimiste que celles que j’écris d’habitude, et j’ai mis beaucoup de choses personnelles dedans. C’est aussi l’album qui a le plus marqué les lecteurs je pense, car il y en a beaucoup qui m’en parlent en dédicace. Cet album a fait pleurer un nombre incroyable de gens, ce qui nous rend fier et heureux (non pas qu’on aime faire pleurer les gens :-)) mais parce que ça veut dire que les lecteurs sont réellement entrés dans cette histoire, et qu’ils se sont attachés aux personnages).       

Alcante.JPG

 

2. Le plus vendu ?
XIII.jpgSans surprise, c’est évidemment mon XIII Mystery. Il faut dire qu’avoir « XIII » sur la couverture, ça aide :-)) Et quand c’est François Boucq aux dessins, ça aide également. Ensuite, les séries Rani et Pandora Box arrivent en 2nde position avec des ventes semblables, mais Rani n’en est qu’au tome 3…
     

3-Celui qui aurait mérité de mieux marcher ?
Je dirais « les gardiens des enfers », qui a eu des ventes moyennes alors les gardiens de l'enfer.jpgque j’aimais vraiment bien cette histoire. Les dessins de Matteo méritaient mieux aussi.
 
 

4-Celui où la collaboration avec le dessinateur vous a enchanté ?
Franchement j’ai eu beaucoup de chance car je me suis toujours très bien entendu avec tous les dessinateurs avec lesquels j’ai travaillé !

5- Celui qui mériterait une suite ?
Jason Brice.jpgJason Brice; j’aurais bien aimé développer cette série ! Le T1 avait très très bien démarré au niveau des ventes, mais l’éditeur a quasi sabordé la série en sortant le tome 2 en novembre sans aucune publicité…

6- Celui où vous modifieriez bien quelques petites choses ?
 
Pas facile à dire… Lorsqu’un album est fini, il y a toujours une petite période durant laquelle je ne vois que ses défauts, et ça pour tous mes albums. Ensuite, ça passe et je me dis que finalement c’est pas si mal :-). Donc je dirais tous ou aucun 🙂

7-Celui qui a demandé le plus de travail de recherche ?
Je me souviens que pour « La Gourmandise » (Pandora Box T3), je m’étais énormément Pandora box.jpgdocumenté. Parce que le sujet était complexe et sensible, je ne voulais pas raconter de bêtises.

8- Le plus difficile à faire accepter par un éditeur ?
     
Ars manga.jpgArs Magna, sans doute, mais plutôt parce que j’ai écrit plusieurs versions avant d’être satisfait.
 
9-Celui qui vous a fait le plus voyager ?
Je prépare un voyage en Inde pour me documenter sur Rani… J’ai visité le Chili aussi (où se passe « Clair-obscur Alcante 2.JPGdans la Vallée de la Lune » mais c’était il y a longtemps, bien avant que je n’écrive le scénario). Mon meilleur souvenir est dans doute « les gardiens des enfers » puisque le phare de Southstack existe réellement au Pays de Galle, et que j’ai pu entrer en contact avec le responsable qui nous en a fait une visite guidée exclusivement pour Matteo (le dessinateur) et moi. L’endroit est vraiment impressionnant, et c’est pas tous les jours qu’on peut visiter un phare hanté !

10-Celui que vous aimeriez bien faire dans le futur ?

 Il y en a beaucoup… J’aimerais faire quelque chose qui aurait vraiment un souffle épique, comme le Seigneur des Anneaux, ou bien un livre jeunesse, ou une histoire d’horreur… C’est ça que j’aime bien; pouvoir toucher à tous les sujets et tous les styles !
 

alcante,jason brice,rani,les gardiens des enfers,interview,choix

Voilà, un grand merci à Alcante pour avoir répondu  à ce questionnaire ….j’espère que vous avez appréciez.
Pour se procurer ses albums, simple et facile, cliquez sur BDfugue ou alors chez votre libraire préféré.

CHERUB – Mission 1

cherubcouvbd.jpgCherub-page-38.jpgMission 1 – 100 jours en enfer 

Scénario : Edginton, Ian 

Dessin : Aggs, John 

Dépot légal : 04/2012 

Editeur : Casterman 

Format comics 

172 pages 

 

Pas de chance dans sa jeune vie : mère alcoolique, beau-père violent, recel, quartiers défavorisés, associal, James, 12 ans, les accumule. A la mort de sa mère, James est placé dans un orphelinat sordide. Mais le cours du destin peut parfois vous donner un coup de pouce. Recruté par une école très spéciale « Cherub », il doit suivre un entrainement éprouvant de 100 jours et s’acquitter de sa première mission. Sera t’il à la hauteur ? C’est sa seule chance de ne pas retomber …

 

Cherub-page-59.jpg

 

 

Cherub est tiré d’une série de romans éponymes. Véritable phénomène outre manche, Cherub retrace à chaque tome une nouvelle mission des « Cherub », ces bambins surentrainés et dont nul ne se méfie. L’auteur, Robert Muchamore, tisse un véritable univers lui permettant de broder à l’infini ses histoires et d’en faire une série à succès. « 100 jours en enfer » est la première mission de James, le prologue. On y retrouve tous les ingrédients pour que le public adolescent se retrouve et s’identifie aux personnages. Muchamore n’oublie pas le coté féminin avec des espionnes percutantes.

Si on accroche avec le coté « chien perdu sans collier » de James et son recrutement par l’école spéciale, le scénario marque un net ralentissement dans la deuxième partie de cet opus : James doit infiltrer un groupuscule de « dangereux » activistes écologistes. C’est très manichéen. Rien sur le fond de la lutte des « doux dingues écolos » : ils sont forcement gênants et doivent être démasqués et neutralisés. Point.

Cette adaptation en bande dessinée est sur un mode très, très comics : cadrages serrés, découpages incisifs, plans rapprochés. Les dessins et les couleurs de John Aggs servent à la perfection ce genre de scénario centré sur l’action. Efficace !

Le plaisir d’un moment espionnage est là. C’est indéniable. On lit cette BD d’une traite. Si vous recherchez une BD à offrir à votre neveu ou votre fille adolescente, vous avez fait le bon choix. Mais il ne faut pas s’attendre à des questions existentielles ! A mon avis, nous n’avons pas fini d’entendre parler de « Cherub ». Je vois bien un film type blockbuster avec son cortège de publicités envahissantes.

cherub.png

Je mettrais un bémol. Lorsque j’ouvre une BD, je regarde toujours les crédits : dépôt légal, remerciements, le titre original pour les adaptations ; et la surprise, cette BD Casterman a été imprimée en …Chine. Horreur ! Ca y est la délocalisation atteint le monde de la BD. Merci aux éditions Casterman pour le coup exorbitant de l’empreinte carbone de ce livre. Les « vilains » écologistes de ce tome 1 ont peut être raison …

Vous trouverez toutes les informations  ce dont vous avez besoin sur le site en français : www.cherubcampus.fr .

Dessins : 8/10

Scénario : 7/10

Tigrevolant

Strangers in paradise.T4 : love me tender.

Strangers in paradise4.jpgStrangers in paradise4p.jpgAuteur : Moore.
Editeur : Bulle dog.
Sortie : 05/2002

Ma colocataire.

Francine et Katchoo se sont installées dans leur nouvel appartement. Mais comme il faut bien remplir les assiettes, Francine décide de trouver un travail. Son retour à l’emploi risque bien de lui réserver quelques surprises ! Pendant ce temps, David continue de tourner autour de Katchoo qui a beaucoup de mal à gérer ses sentiments pour lui.

Elvis est vivant.

Après un tome trois tourné vers le polar, ce tome quatre est nettement plus léger . Quoique Francine doit encore perdre quelques kilos superflus. Comme on en a pris l’habitude, cette série va dans tous les sens. On commence avec la séquence onirique qui est attendue un peu comme le messie, elle fait maintenant partie des meubles et puis quelle joie de voir le fantasme violet et la couleur pour quelques cases. Visiblement, la colorisation a disparu dans les futures éditions…  pour une raison d’uniformisation dixit Moore. En tout cas, c’est un joyeux melting-pot toutes ces vieilles éditions (je rappelle que je poursuis cette série via des occasions). J’ai pu avoir en main deux tomes 3 complètement différents. Bon, c’est un peu comme la relation Katchoo avec Francine, c’est compliqué … très compliqué même . Si vous ne supportez pas les contradictions « toutes féminines », passez votre chemin car c’est quelque chose notre pseudo couple. C’est même énervant mais aller savoir pourquoi, on les aime tellement aussi.

Allez! pour rester dans le ton de cet album, un petit jeu: de quelle chanson est tiré cet extrait ?

We’re all excited
But we don’t know why
Maybe it’s cuz
We’re all gonna die

Scénario : 7/10
Dessin : 7/10
surprises.smileysmiley.com.7.3.gif Global.

SAMBA.

Strangers in paradise (Téméraire)3p.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

BLACK CROW – Tome 3: L’arbre aux Hollandais.

Couv_148982.jpgPlancheA_148982.jpgDessin & scénario : Jean-Yves Delitte

Editions Glenat

Sortie : 28/03/2012

48 pages

Prix conseillé : 13,90 €

ISBN : 9782723480468

Aventures

  

Résumé (de l’éditeur: Black Crow est un corsaire, car c’est encore le meilleur moyen de rester libre. C’est un métisse, fils d’un blanc et d’une Algonquin assassinés. Il est aussi Samuel Prescott, un homme endeuillé par la mort de la femme qu’il aimait. Black Crow est toujours en Afrique Noire aux côtés de Van Steenvoorde, coincé par le marché qu’ils ont conclu : avec son équipage, il doit l’aider à retrouver un hypothétique trésor, et au bout de la route, le vieux Flamand libérera Jack, le frère de sa bien aimée disparue. Mais entre les manipulations depuis l’Europe et l’exaspération de l’équipage, les chances de réussite s’amenuisent à mesure qu’ils s’enfoncent dans la brousse…

200338.JPG

 

 

Mon avis : Jean-Yves Delitte, le stakhanoviste de la BD a encore frappé…Comment fait-il pour tenir ce rythme effréné ? Et pourtant, on ne peut pas dire que son dessin soit « bâclé ». Loin s’en faut ! De plus, il nous livre des séries passionnantes et bien développées au niveau du scénario, car il pratique les deux disciplines de façon équivalente et avec brio. Je me remémore ses derniers travaux : Belém, Tanatos, U-boot et Black Crow pour ne citer qu’eux…Ce n’est pas rien ! Son penchant pour les « affaires » maritimes et son titre de « peintre officiel de la marine (belge) » en ont fait un dessinateur à part. Son amour de la mer et des bateaux est pour moi un plaisir renouvelé et un gage de qualité et de sérieux. Voilà pour le préambule.

Et alors ce « Black crow », tome 3 ? Black Crow est bien loin de son bateau ! Il s’est lancé à la poursuite de son commanditaire et dans les profondeurs du continent africain.

200517.JPG

On a droit à une réelle aventure à la « Indiana Jones ». Si vous n’avez pas lu le tome précédent, vous allez avoir des problèmes de compréhension! L’un ne va pas sans l’autre ! On en apprend également plus sur la vie antérieure de notre héros, sur son vécu, son histoire personnelle qui l’a façonné avec ses valeurs mais aussi ses rancoeurs, ses failles. Delitte profite donc de cet album pour approfondir le portrait psychologique de Black crow et tirer de cette histoire une morale. La richesse n’est pas toujours là où on le croit et n’est pas toujours ce que l’on croit…

J’ai apprécié aussi la composition des planches où les cases ne sont pas rigides, elles laissent respirer les personnages et les objets qui s’échappent régulièrement du cadre…Une réussite graphique.

Je vous laisse découvrir le final de cet album enlevé. Sans atteindre des sommets, Delitte nous propose cependant une excellente série d’aventure avec un héros décalé mais pas sans valeurs à défendre…

 

Graphisme :   8.0/10

Scénario :     7.5/10

Moyenne :     7.5/10

 

Capitol.

200836.JPG

JEREMIAH – Tome 31: Le panier de crabes.

Couv_145951.jpgPlancheA_145951.jpgDessin & scénario : Hermann

Editions Dupuis

Sortie : 27/01/2012

48 pages

Prix conseillé : 12,00 €

ISBN : 9782800153766

Aventures

 

Résumé (de l’éditeur: Pour les remercier d’avoir dépanné Verona, la fille de la maison, Jeremiah et Kurdy sont accueillis dans la somptueuse villa d’un riche antiquaire. Piscine, domestiques, c’est un petit paradis. Sans oublier le charme de Verona ! Mais pas question de se laisser engourdir par trop de volupté… car derrière ces apparences fastueuses se niche un danger bien réel.

 

191118.JPG

 

Mon avis : Le 31e tome de Jeremiah est sorti au mois de janvier 2012. C’est à l’occasion d’une séance de dédicace au Malmundarium à Malmedy que j’ai eu la joie de me faire dédicacer cet album par Hermann lui-même. Même s’il était un peu souffrant ce jour là, c’est avec courtoisie que le maître s’est exécuté et qu’il a pu brièvement discourir sur ses projets et sa philosophie du travail. Sous un air un peu bourru et du style « je suis un ancien dessinateur mais j’ai toujours un esprit jeune », Hermann alterne les « one-shot » et les « Jeremiah ».31 tomes, cela fait déjà une somme et pourtant la flamme est toujours là !

191417.JPG

« Je progresse encore dans mon dessin. J’essaye toujours de me perfectionner. Je ne suis jamais complètement satisfait de mon travail. Et si c’était le cas, alors le moment serait venu pour moi d’arrêter de dessiner…Il faut rester humble devant son travail mais j’aime toujours autant dessiner…À propos de la mise en couleur, il est en recherche permanente. Il va encore changer de technique sur ce plan là dans les prochains albums. Il a été déçu par le rendu des couleurs de l’album « une nuit de pleine lune »…Concernant son cadre de travail, il dit détester le fond sonore permanent du style musique de « grand magasin » faite en grande partie de musique anglo-saxonne sans grand relief. « Parfois, cela fait du bien de travailler dans le silence… » Le silence permet aussi parfois de se ressourcer. Il aime bien la musique mais reste très sélectif à ce sujet. Il dit aussi aimer vivre simplement et profiter de la vie, de la nature, de son environnement…

191555.JPG

Pour en revenir à l’album lui-même, j’estime qu’il est plutôt dans la bonne moyenne des Jeremiah. J’avais bien aimé le tome 29, peu apprécié le tome 30. Dans cet album, Hermann met ses personnages dans une situation délicate. Il vont profiter un peu de la vie suite à la rencontre d’une charmante Verona qui ne renâcle pas sur le rapprochement des corps…Mais il y a un règlement de compte auxquels ils vont être mêlé, bien malgré eux…C’est bien amené, c’est bien traité, j’ai apprécié le dessin. Il y a juste au niveau de la morale où ce n’est pas classique. On est loin de la BD franco-belge bien sous tout rapport. Hermann, ces derniers temps, nous donne à lire des scénarios noirs, très noirs où les personnages ne rechignent pas le cas échéant de faire le coup de feu et régler un problème par une issue fatale…Je vous laisse lire cette histoire à la fin peu conventionnelle !

  

Graphisme :   7,5/10

Scénario :     7,5/10

Moyenne :     7,5/10

 

Capitol.

191738.JPG

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑