Hell West, tome 1, Frontier Force

couverture.jpgboard_243_orig.jpg1875, à l’ouest du Mississippi se trouvent des terres hostiles truffées de créatures fantastiques, d’esprits  et d’indiens shamans appelées le Hell West.

 

A l’est, les White States of America, qui rassemblent les blancs dans une sorte d’Amérique bis, veulent envahir l’ouest. Outburst, qui appartient aux Frontier Forces, en mission pour le Président Jefferson Davis, est chargé de retrouver un objet volé qui alimente les tensions entre les deux camps.


 

Le moins que l’on puisse dire c’est que la maison d’édition Sandawe tire dans tous les sens/ genres. Hell West sort des sentiers battus.

 

Hell West est un roman graphique qui ne ressemble à rien de connu. L’album se singularise par son scénario qui mélange les genres avec un talent rare. Il faut dire que l’histoire nous a montré que le western se fragilise rapidement dès qu’on le mêle à d’autres styles. Le scénariste, Thierry Lamy, réussit pourtant cette prouesse de l’association du western et du fantastique alors que de grands noms de la BD et du cinéma (le western reste avant tout un genre cinématographique) s’y sont cassé les dents (dernier en date : Cowboys et envahisseurs).  Alors, comment Thierry Lamy fait-il la différence ?   Hell West ne se limite pas à greffer du fantastique sur du western, le scénario fait également preuve d’humour et de second degré très habilement distillés tout au long des 112 pages de ce premier tome. Les dialogues, vifs et rafraîchissants, méritent à eux seuls le détour.

 

Hell West rassemble des personnages secondaires improbables. Buffalo Bill, Custer, Wild Bill Hickock et d’autres sont, en quelque sorte, les guest-stars de cet album.

 

Outre la claque scénaristique, il y a l’impact visuel ; le dessin de Frédéric Vervisch est un véritable électrochoc. Cette œuvre en noir et blanc utilise un clair/obscure tranchant, sans concession. Le trait fait, quant à lui, preuve de flexibilité ; il sait se montrer souple dans les moments plus légers et plus raide dans les instants tendus. Les qualités graphiques de Hell West sont indiscutables. Dessin et scénario sont au service l’un de l’autre dans une parfaite harmonie.

 

Sandawe est un éditeur 100% belge qui fonctionne par investissements participatifs. Les internautes deviennent éditeurs, ce sont des édinautes. Le projet Hell West a été financé à hauteur de 40190 euros (en parts de 10 euros).

 

plan large.jpg


 

Le+ : Un projet fou, une claque scénaristique, un choc visuel… l’album que l’on n’attendait pas forcément. Des surprises comme celle-là, on en veut bien plus souvent.

 

Le- : Un tel album méritait un tirage avec de plus belles finitions et surtout un plus beau papier.


Infos en vrac

Série, tome 1/3

Parution : mars 2012

Prix : 13,50 euros

Dessin : Frédéric Vervisch

Scénario : Thierry Lamy

Editions : Sandawe

 


Marc, l’un des 260 édinautes de Hell West a accepté de répondre à trois questions.


Qu’est ce qui vous a poussé à investir dans le projet Hell West ?

J’étais séduit par le concept mais j’avais loupé le premier projet financé Il Pennelo. J’avais envie de voir de l’intérieur comment cela se passe, quels seront les résultats des ventes et des frais, etc. J’ai investi 20 euros sur ce projet car ce montant permet de recevoir un exemplaire de l’album. Je pense que ce n’est pas cher payé pour soutenir un projet. Compte tenu du prix de vente de l’album en librairie (13,50€), un investissement financier à plus long terme de 6.50€ n’est pas excessif, loin de là, pour participer à cette aventure. Par contre, je ne suis pas aussi sûr que des édinautes qui ont investi beaucoup plus revoient la totalité de leur investissement. Je me réjouis de voir dans 6 mois les premiers comptes financiers. Je me suis rabattu alors sur le projet Hell West qui était un des plus avancés et dont le graphisme me plaisait bien.


Que pensez-vous de l’album, maintenant que vous l’avez lu ?


Je l’ai lu!…J’ai d’abord été surpris par la dimension et le type d’album. Je voyais l’album plus grand et cartonné. Je n’ai pas du lire tous les renseignements techniques sur le livre. Je me rappelle aussi que
Sandawe avait abaissé le prix du projet en revoyant le budget à la baisse. Le produit a peut-être évolué. Il faudrait poser la question sur la genèse, le développement et le financement du projet à Sandawe. Mais après réflexion, je trouve l’album sympa et d’un prix abordable compte tenu du nombre de pages. Au niveau du graphisme, c’est à la hauteur de ce qui avait été proposé. Je ne suis pas déçu. Par contre pour le scénario, j’ai eu plus de mal. Le pitch de l’histoire laissait entrevoir quelque chose de déjanté, novateur et sortant de l’ordinaire. A la lecture, j’ai trouvé que cela partait dans tous les sens et à plusieurs niveaux de l’histoire. Par moment, j’ai du sérieusement m’accrocher. Mais je dois bien avouer que ce type de littérature n’est pas spécialement ma tasse de thé. Je m’attendais à une histoire un peu plus soft, moins débridée! Mais j’assume ce choix. Ici, il s’agit de soutenir un projet artistique. Je pense qu’il y a un public, plus jeune que moi, plus ouvert à ce genre de BD. Il faut toujours se souvenir que la présentation d’un projet est toujours réductrice et qu’on ne voit vraiment le résultat définitif qu’à la lecture, lorsque vous avez le livre en main. Un investissement a une part de risque, surtout quand il s’agit d’un projet culturel. Vous comprendrez aussi que la lecture numérique ne m’intéresse pas, je reste un adepte du livre physique.


Y a-t-il d’autres projets Sandawe qui vous attirent ?

A l’heure actuelle, j’ai investi 20 € sur le tome 2 de Maudit mardi de Nicolas Vadot. J’ai beaucoup aimé le tome 1 et c’était beaucoup plus facile pour moi d’investir en ayant lu ce premier tome. Je vais voir de temps en temps sur le site Sandawe pour y jeter un œil. J’espère que Hell West tome 2 sera vite financé car ce serait bête de laisser l’aventure pendante après le 1er tome…C’est probablement mon futur investissement.

 

vervisch,lamy,sandawe,hell west,western,fantastique,héroic fantasy


 


 


William 

 


9 commentaires sur “Hell West, tome 1, Frontier Force

  1. Très belle chronique Wlliam et l’interview de Marc est vraiment très sympa et apporte un plus. Hell West est dans me spriorités d’acahts, j’ai adoré ce que j’ai lu avec la preview de BDGest.

    J'aime

  2. J’espère que MR William me prêtera son exemplaire que je puisse vous faire un petit retour de lecture aussi.

    J'aime

  3. Il est garni de deux superbes dédicaces. Thierry Lamy (scénariste) cache bien son jeu.

    J'aime

  4. A propos de la remarque relative au choix du papier, je tiens à rectifier : le livre a été imprimé sur l’un des meilleurs papiers actuels, le (coûteux) Munken Print White, « la » référence pour les romans graphiques…

    J'aime

  5. Je suis heureux de votre intérêt ainsi que de votre visite sur Samba BD. J’admets volontiers que le terme « un plus beau papier » n’est pas approprié, « un autre papier » eût été plus juste. Un papier couché de finition mate aurait mieux répondu à mes attentes.

    J'aime

  6. Ayé, je viens d’acheter mon exemplaire et la couv’ est encore plus jolie en « live » :-)))) Dès que j’ai lu je vous fais un p’tit retour.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :