Trashed

Auteur : Derf Backderf
Éditeur : Çà et là
237 pages
Sortie : septembre 2015
Genre : Chronique sociale, Humour


  » Imagine l’économie comme un immense tube digestif. Et nous on est là, devant le trou du cul du libéralisme, à nettoyer. »

315c5-3531597294A 21 ans, J. B. se retrouve coincé chez ses parents, dans un patelin du fin fond de l’Ohio. Il vient d’arrêter la fac et doit absolument trouver un travail pour ne plus avoir sa mère sur le dos en permanence. Suite à une annonce providentielle, il est engagé comme éboueur contractuel et est bientôt rejoint par Mike, un ancien copain de lycée. Ensemble, ils vont découvrir les joies du métier, se confronter aux habitants les plus dérangés de la ville, aux éboueurs de longue date, aux chiens errants et aux sacs poubelles mal fermés. Pendant une longue année, ils devront faire leur tournée quotidienne sous la pluie, la neige ou sous un soleil de plomb, surveillés de très près par leur omniprésent chef Will E.

 019dc-11-12-thumb-2

Ça, c’est à la page 191.

Vous l’avez aussi en page 215, de façon plus soutenue, si vous préférez :

« J’ai lu que des économistes se basent sur les ordures comme indicateur économique ! Plus il y en a sur le trottoir, plus l’économie est saine ! »

Ouaip ! Que l’on prenne des gants ou pas, le résultat est le même : la civilisation croule sous ses immondices ! Et ne nous plaignons pas quand nous faisons partie des petits veinards qui n’ont qu’à sortir les poubelles sans s’inquiéter de la suite…

Pour s’intéresser à cette suite, la BD de Derf Backderf est une pépite. Il faut savoir qu’il s’est lui-même trouvé à l’arrière du camion pendant un an en 1979-80 et qu’il a planché sur la question des déchets aux USA et dans le monde, pour nous faire partager aujourd’hui cette expérience, plus ou moins transposée à notre époque, et par l’entremise d’une galerie de personnages déjantés à souhait qui ne dépareilleraient pas dans certains films des frères Cohen.

Voici par exemple Magee : il fume des cigarettes aux clous de girofle, il ne jure que par les cassettes audio, et il fait ses premières tournées de ramassage des ordures avec des santiags et une casquette irlandaise.

Il y en a d’autres, lisez la BD pour faire leur connaissance.

Nos valeureux éboueurs à la mine résignée et fataliste (effet pince sans rire décuplé) ne tarissent pas de commentaires tantôt crus, tantôt pleins d’une philosophie décalée, toujours acides, sur les administrés, les services de la ville, la société… En version originale, on imagine les dialogues avec l’accent du Midwest, truffés de « fucking », de « ass » et de « shit »…

1c2b8-2301329875-2


Philosophe, ou cinglé, on doit le devenir quand on fait ce métier parce que c’est énorme ce qu’on peut avoir à ramasser sur le bord des routes : du chat mort dans sa caisse de litière sale, en passant par le piano défoncé, jusqu’au gars qui démonte sa vieille épave et la sort en pièces détachées, tout au long de l’année, pour finir par le bloc moteur !
Ça ne vous paraît pas si énorme ? Lisez la BD, je vous dis… Et il faut ramasser sans sourciller, parce que certains ont des passe-droits, ils s’arrangent en direct avec le directeur des services municipaux… Petites combines par-ci, petites magouilles par-là, comme partout…

A part ça, on ne compte pas le nombre de boîtes aux lettres cassées ou de murs écornés par le chauffeur du camion…

26f62-2107330193

…ni les coups de potaches que se font entre eux les employés des divers services municipaux.

33618-1277920558-2

Le génie de cette BD, c’est qu’elle nous fait exploser de rire en nous démontrant qu’on a les pieds dans la merde et qu’il n’y a pas grand chose à faire pour en sortir, sans nous tenir, pour une fois, de discours culpabilisant.

80fc8-4237783871


Au début de l’album vous avez une brève histoire des ordures, à la fin un dossier sur leur traitement moderne… Et entre les deux, vous vous poilez avec les dialogues et les situations, sur une bichromie en bleu d’une propreté impeccable. Le dessin est vraiment atypique, personnel, net, limpide, facile à lire, et il n’est pas sans me rappeler le style de mon affectionné Gotlib.

 4144b-derf14cut-05-thumb

e8ff8-4278733444

« Difficile de visualiser une décharge de 400 km² ? Voici quelques trucs qui seraient entièrement enfouis sous un tel dépotoir. Et gardez à l’esprit que nous avons déjà plusieurs décharges profondes d’au moins 120 m ! »

c96a5-1396738416

Ah ! Splendeurs abyssales des ordures de l’humanité, capable du meilleur comme du pire !

Coup de coeur pour :

00643-3841984583

Et je brûle de me procurer les deux autres albums de Backderf :

ed508-arton91-7f0db-2 88b5f-arton106-65246-2

 

 

 

 

 

 

 

05-3e731b2.gif

Virgule

Un commentaire sur “Trashed

Ajouter un commentaire

  1. J’ai tout de suite reconnu le style de Virgule 😉
    Eh oui l’humanité est comme un organisme qui n’a pas de rein. Nous en train de mettre en scene notre propre destruction sans sourcillé tout ca au nom du capitalisme tout puissant
    Fendart les citations 🙂

    J’aime

  2. Mais attention, le traitement de déchets dans nos contrées n’a strictement rien à voir avec ce qui semble être raconté dans ce témoignage.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :