LAZARUS Tome 1 – Pour la famille

Couv_239447.jpgLAZARUS – Tome 1:  Pour la famille

Comics Glénat – 15 avril 2015

Scénario: GREG RUCKA

Dessin: MICHAEL LARK

Couleurs: Santiago Arcas, Michael Lark

Encrage: Brian Level, Stephano Gaudiano et Michael Lark

112 pages – 14,95 €

 

Un futur proche! les états n’existent plus, le monde est régi par des familles de riches potentats qui contrôlent des zones dont ils gèrent la vie des habitants et où le pouvoir et l’argent font loi. Ceux qui servent la famille, les serfs, sont bien payés, les autres, les déchets, vivotent. 

Chaque famille possède un membre, entraîné intensivement dès son jeune âge et désigné pour être « la main qui frappe » et « le bouclier qui protège ». Il est nommé « Le Lazare ».

Dans la famille CARLILE le Lazare se nomme ….. Forever CARLILE.

Forever est une jeune femme fière de sa famille, tueuse sans états d’âme, combattante experte, elle obéit au doigt et à l’oeil à son père et chef de la famille Carlile.

 

CCF06062015_00003.jpg

Mais Forever commence à se poser des questions, elle ressent des remords en tuant parfois.. L’âme damnée de la famille, James, qui la soigne et la retape (car elle en prend des coups et des blessures qui tueraient la plupart des gens normaux, le Lazare!) après chaque mission s’en rend compte.

 

CCF06062015_00004.jpg

Il sait, lui, que Forever n’est pas vraiment un membre de la famille, qu’elle n’a aucun lien de parenté avec le vieux ni avec ses deux frères et trois soeurs! ne l’a t’il pas créee à la demande et sur les désirs du chef de famille?

Envoyée en mission par le patriarche, Forever, va mettre à jour un complot hourdi par certains de ses « frères » (le personnage de Jonah est l’archétype du « pourri ») et, surtout, commencer à découvrir qui elle est en réalité et ce qu’elle représente pour sa « famille ».

CCF06062015_00000.jpgVoici qu’arrive en France le plus gros succès américain de ces deux dernières années. Oeuvre maîtresse du très talentueux Greg Rucka, écrivain et scénariste à succès (Queen and Country, Whiteout, Gotham Central), dessinée par Michael Lark, superbe artiste à qui l’on doit des travaux d’exception sur les séries Daredevil, Gotham Central ou encore I am an Avenger, la série LAZARUS va certainement faire un « carton » dans l’Hexagone. 

Cette histoire qui n’a rien de transcendant car elle met en scène une société totalitaire contrôlée par diverses factions, des tueurs sans pitié qui finissent par se révolter contre leurs donneurs d’ordre, des fils de patriarche qui complotent pour renverser leur chef et père… est mise en valeur par un scénario qui monte crescendo révélant petit à petit les tenants et aboutissants de la trame; le dessin moderne et sombre, à la limite du roman photo, donne une intensité visuelle qui met en valeur le récit. Les scènes de combat sont d’un réalisme effrayant et les scènes de dialogue, calmes en apparence, laissent transparaître la tension et le danger permanents!  

Le deuxième tome de ce passionnant comic est annoncé pour le mois d’août! J’en frémis d’impatience.  JR

scénario: 

 

Dessin:    

CCF06062015_00005.jpg

 

 

Face d’ange. Tome 1

 

face d'ange,glénat,koldo,unzueta,grafica,policier,fantastiqueface d'ange,glénat,koldo,unzueta,grafica,policier,fantastiqueScénario : Koldo
Dessin / Couleurs : Ángel Unzueta
Dépot légal : 04/2015 
Editeur : Glénat
Collection : Grafica
Planches : 48

 

Los Angeles, 1959. Paul Ares reçoit un appel de la police. Son ex-femme, Diane, a été retrouvée assassinée dans une chambre d’hôtel. De troublantes similitudes avec son passé de soldat en Corée viennent désarçonner Paul. Il doit, de plus, prendre en charge sa fille, Callie, dont il ignore tout. Trouver une confiance mutuelle ne sera pas une mince affaire, surtout quand d’étranges spectres de Diane viennent se mêler au mystère.

« Rien ne peut arrêter l’amour d’une mère. Pas même la mort »

Vous avez sans doute lu ou feuilleté « Chasseurs de reliques » du duo Koldo / Unzuet aux mêmes éditions. Ce nouveau diptyque du même duo a pour cadre les années 50-60 et comme trame de fond une histoire policière matinée de fantastique.

Que dire de cette histoire ?

Commençons par les côtés négatifs. Si le scénario part fort et vite, il s’avère convenu et sans surprise : le père paumé, sa fille terriblement fragile, l’antagonisme entre les prétendants de la belle Diane, eux-mêmes frères d’armes de la guerre de Corée….le tout avec l’apparition de spectres (bons ou mauvais, c’est selon). Rien ne sera épargné au lecteur comme poncifs. Evidemment, les scénaristes nous réservent des surprises. Il existe, bien-sûr des faux semblants, de fausses pistes. Nul doute que les coups de théâtre vont pleuvoir dans la conclusion et le tome 2 ! Mais il sera difficile au lecteur de ne pas avoir un sentiment de déjà-vu.

Heureusement pour cet album, les dessins sont là pour attraper le lecteur et permettre, ainsi, d’apprécier le tout. Les cadrages sont magnifiques avec des jeux de lumières de toute beauté. Les mouvements sont bien relayés donnant du rythme à l’histoire. L’ambiance sixties est palpable. Du beau travail ! Ángel Unzueta va jusqu’à mettre une touche type « trame de point » finissant l’immersion dans le passé. Le tout donne une impression d’images d’Epinal des graphismes de cette époque.

Vous l’avez compris, votre serviteur n’a pas été emballé par cette nouvelle production. Certes, le coté policier pur ouvre des portes. Mais elles devront s’accompagner de vrais rebondissements dans le deuxième tome afin de donner du corps à l’histoire. Voulu par le scénariste, le versant fantastique est indissociable de l’intrigue mais cela ne donne pas vraiment de sens à l’ensemble, bien au contraire. Reste le dessin. Vous apprécierez, ou non, mais tout le monde sera d’accord sur la qualité de l’ouvrage.

 

Scénario a04-3e788e4.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑