Le cycle de Nibiru T1/2 La loi du sang.

Cycle de Nibiru (Le)1.jpgCycle de Nibiru (Le)1h.jpgScénariste :Izu.

Dessinateur : Mathieu Moreau.

Editeur : Glénat.

Sortie : Janvier 2015.

Genre : SF post apocalyptique de 48 pages.

 

5612 après J.-C. Voilà 3 millénaires qu’un virus hors-norme a infecté la Terre. Conséquence : tous les humains souffrent, dès leur naissance, d’une anémie très forte, condamnés à être transfusés régulièrement pour pouvoir survivre. Source de toutes les convoitises, le sang est devenu la plus grande des richesses et a provoqué des siècles de chaos et de barbarie. Afin de maintenir l’ordre, l’Empire a instauré la Loi du Sang, qui offre à tous ses citoyens un système de répartition égalitaire. Cependant, les fidèles des Seigneurs du sang, des sorciers adeptes de croyances anciennes, résistent à l’hégémonie de l’Empire et collectent le sang, seule « arme » capable d’écarter la fin du monde qu’annonce la légende de Nibiru, la destructrice. En ces temps tourmentés, la jeune Alicia Ek, descendante d’une civilisation oubliée, est peut être le dernier espoir de l’Humanité…

« Présente-lui ton Nagual,il fera le reste . »

 

Cette histoire concoctée par Izu , frère de sang de Xavier Dorison, va vous fouetter le sang par sa violence et son hémoglobine. Bon sang bonsoir j’irais presque à utiliser le terme de gore vu tout le sang d’encre qui jaillit des pages. Je suis d’accord pour qualifier cette BD d’originale vu tous les thèmes abordés comme un monde post apocalyptique avec une fin annoncée aux accents prophétiques saupoudré d’ une dose de SF .Une sorte de pur-sang de la BD d’anticipation en somme mais le sang est un peu contaminé par des personnages stéréotypés et une trame qui ne surprend guère. Heureusement que l’héroïne principale nous sauve d’une anémie générale avec son caractère dynamique. Et puis ces histoires de sang à toutes les pages, c’est à se faire contrôler positif pour taux d’hématocrite trop élevé. 

Le dessin du nouveau venu Mathieu Moreau est plus que correct dans un style moderne proche des jeux vidéo. Je n’ai pas eu trop de difficulté à bien reconnaître les personnages, c’est toujours un bon point. Un auteur certainement à suivre dans le futur (c’est le cas de le dire).

a07-3e78901.gifDessin

a05-3e788c9.gifScénario 

a06-3e788fc.gifGlobal 

Samba.

cycle.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Le merveilleux spectacle de la téléréalité.

9782800163079_1_75.jpg9782800163079_pg.jpgDessinateur et scénariste : Benoit Feroumont .

Editeur : Dupuis.

Sortie en janvier 2015.

Genre : Humour de 186 pages.

 

Il y a quelque temps, grâce à ses enfants, Benoît Feroumont découvre Koh-Lanta, « une téléréalité qui érige la compétition, le coup bas, la stratégie bas de gamme comme manière de vivre ». Livrés à eux-mêmes sur une île déserte, les candidats de Koh-Lanta luttent pour survivre, traqués par l’oeil impitoyable de la caméra. Car, comme le rappelle inlassablement l’animateur Denis Brogniart, à la fin, il n’en restera qu’un.

 

Autant dire qu’il s’agit là d’un merveilleux laboratoire d’observation de la nature humaine, mise à l’épreuve par un étonnant mélange d’humiliation orchestrée, de vraies fausses situations conçues pour piéger les candidats et d’encouragement aux stratagèmes les moins honorables pour gagner.

 

Benoît Feroumont entreprend rapidement de rendre compte, sur son blog, des épisodes de Koh-Lanta, et de la manière dont lui, téléspectateur, perçoit ce qui se joue, chaque semaine, sur l’écran de sa télévision. Un rendez-vous télévisuel auquel il revient, malgré la lassitude, et parfois l’exaspération, séduit par l’exercice créatif que ces comptes rendus constituent, et peut-être devenu aussi un peu accro à ce plaisir coupable. 

 

« A coté, games of thrones, c’est des lopettes ! »

La téléréalité que je qualifierais presque de fléau cathodique normalement  je zappe encore plus vite que Lucky Luke sauf une (et oui, tout le monde a ses faiblesses), et comme il ne doit en rester qu’une, ce sera donc Koh-Lanta. Et ça tombe bien puisque cette BD « brique » ne parle quasiment que de l’émission de Denis Brogniart. Et puis, une BD de Benoit Feroumont que j’ai découverte avec Gisèle et Béatrice, mérite certainement qu’on y jette un œil de barracuda. J’avoue et honte à moi, je ne connaissais pas le blog de l’auteur qui retraçait déjà les aventures des naufragés télévisuels.

Au début de la lecture comme on retrace les émissions de 2010 et 2011, il faut dépoussiérer ses neurones  pour se rappeler des candidats, heureusement qu’il y a des figures de proue comme Gégé, Téhé ou Philippe pour nous remettre les idées en place. 

Le ton se veut explicatif (même si on ne comprend pas tout surtout quand c’est Denis en hélicoptère qui le dit !), moqueur et corrosif à la fois. Parfois l’auteur part dans un bon petit délire et laisse place à son imagination …un Koh-Lanta nudiste ! Petit pervers va !Clin d'œil

On y retrouve aussi tout ce qui fait cette émission, la stratégie des plus faibles pour éliminer les cadors, les trahisons, les manipulations machiavéliques belges  sans oublier les pathétiques torrents de larme.

Le dessin de Feroumont est assez proche de la caricature avec un trait rapide (un peu à la Kroll) et va à l’essentiel .On est loin des standards de la BD traditionnelle .Il ne faut pas oublier qu’à la base, ses dessins étaient destinés à son blog.

Voilà au final, une BD agréable qui nous donne une autre vision de ce phénomène TV  qui sera néanmoins adressée aux amateurs de KL qui auront du plaisir à se replonger dans les jeux de confort ou dans les conseils et les éliminations.

a05-3e788c9.gifDessin 

a08-3e78906.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal

Samba

quatre-bonnes-raisons-de-lire-la-bd-le-merveilleux-spectacle-de-la-tele-realite,M194233.jpg

Le blog de Benoit Feroumont. ICI

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑