Le fils du yéti

le fils du yéti,tronchet,casterman,roman graphique,filiationle fils du yéti,tronchet,casterman,roman graphique,filiationScénario et dessin : Didier Tronchet

Éditeur : Casterman

Collection : Écritures

date de sortie : mars 2014

200 pages

genre : roman graphique

 

Vous prendrez bien une petite madeleine ?

 

Bling ! Bruit de verre cassé et odeur de fumée. Il fait nuit, il y a le feu dans l’immeuble. Plus désemparé que paniqué, le narrateur est ramené à la réalité par les pompiers qui lui suggèrent de quitter les lieux au plus vite. Quitter les lieux, ok, mais il faut bien tenter de sauver quelque chose du désastre ! Que prendre ? Il décide d’emporter tous ses albums photos et se retrouve en pyjama dans la rue, avec un sac rempli de souvenirs qui le transporteront dans un voyage introspectif pour toute la semaine.

 

Une semaine bien chargée où les évènements vont s’enchainer : un ami qui meurt, une grand mère à enterrer, la découverte d’une vieille lettre rédigée par son père à son attention alors qu’il avait trois ans. Et surtout, toutes les photos de son père, disparu bien trop tôt, qu’il découvre ou redécouvre avec un nouveau regard. Cela fait beaucoup de souvenirs et beaucoup de questions qui font surface d’un coup, mais qui feront le plus grand bien à ce quadra en quête d’identité.

 

le fils du yéti,tronchet,casterman,roman graphique,filiation

Didier Tronchet adapte son propre roman éponyme paru en 2011 aux éditions Flammarion. Plus habitué des récits humoristiques et loufoques, il change ici de registre en abordant un sujet sérieux, celui de la filiation. Pas tout à fait autobiographique mais presque, (la plupart des faits évoqués sont du vécu), ce récit intimiste au ton monocorde et au rythme assez lent est touchant et profond. Ce personnage qui est un anti héros ordinaire profite d’un bouleversement de son quotidien pour faire une sorte d’auto psychanalyse. Les fêlures sont nombreuses mais les plaies seront finalement toutes pansées, et en douceur. Le passé et le présent se rabibochent habilement grâce à une belle madeleine de Proust que représentent les lectures des albums de Tintin partagées avec son neveu, notamment Tintin au Tibet qui permet au passage de comprendre le titre de cet album.

 

Avec son style graphique reconnaissable entre tous, bien qu’ici un peu plus charbonneux et épais, Didier Tronchet nous livre un voyage introspectif émouvant et sensible. Parsemé d’un humour léger et sobre, ce roman graphique invitera le lecteur à considérer ce qui pour lui est essentiel dans la vie.

 

Ma note : 7/10

Loubrun

le fils du yéti,tronchet,casterman,roman graphique,filiation

Inscrivez-vous à la newsletter

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑