Sang noir – 1906, la catastrophe de Courrières

sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastrophesang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastropheScénario et dessin : Jean-Luc loyer

Editeur : Futuropolis

136 pages

date de sortie : mars 2013

genre : documentaire, Histoire Industrielle

 

 

 

Au début du XXe siècle, le nord de la France est en plein essor industriel. Les industries textiles, les aciéries et les mines de charbon tournent à plein régime. La France a besoin de quantités monumentales de charbon. Aussi, les mineurs qui ont obtenu à la fin du siècle précédent quelques avancées sociales n’en restent pas moins enchaînés à leurs mines et victimes de la course au profit d’un patronat peu scrupuleux des conditions de travail de ces milliers d’ouvriers. La main d’œuvre n’est pas chère, on est mineur de père en fils et dès l’âge de  12 ans on peut être Galibot et descendre dans les mines. Le travail est pénible et risqué, et les accidents ne sont pas rares.

 

sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastrophe


Sang noir nous raconte l’histoire du plus tragique accident de mine qu’ait connu l’Europe en ce XXième siècle. Le 10 mars 1906, un terrible « coup de poussière » ravage 110 km de galeries faisant plus de 1000 victimes. La direction arrête les recherches des survivants 3 jours après le drame et condamne les galeries et les puits pour étouffer l’incendie afin de préserver le gisement. 20 jours plus tard, 13 survivants sortiront de cet enfer. Cet accident sera à l’origine d’importantes grèves et de violents conflits opposant grévistes aux forces de l’ordre – diligentées par Clémenceau – mais aussi aux non grévistes.

Cet album est un documentaire terriblement poignant sur l’accident en lui-même mais aussi sur les conditions de vie et de travail des mineurs. Là où les « petites gens » sont sacrifiées sur l’autel du productivisme, la lutte des classes prend tout son sens. Les directeurs et ingénieurs « savent » et les ouvriers n’ont qu’à exécuter sans broncher. Ils sont là pour travailler, produire le plus possible et mourrir. Leurs fils prendront leur place…

 

sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastrophe


Jean-Luc Loyer s’appuie sur les témoignages et les journaux de l’époque pour nous raconter ce drame. En replaçant son récit dans son contexte historique il prend le recul et la distance nécessaires pour rendre hommage aux victimes en particulier et aux mineurs en général. Le récit assez factuel est très émouvant comme en témoignent les 6 pages remplies des noms et âge des victimes (ça démarre à 13ans …)  et parfois très dur. Rien n’est épargné au lecteur, de la détresse de ces femmes qui ont perdu mari et enfants et seront délaissées par la compagnie, aux différentes façons de mourir d’un coup de poussière. Effrayant !


sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastropheLe dessin semi réaliste et la bichromie sépia/noir parsemée de lueurs blanches permettent cependant de supporter l’insupportable. Le dessin est beau et lumineux, ce qui peut surprendre vu le sujet traité. Mais je trouve que c’est là une bien belle manière de rendre hommage à ces ouvriers que de les mettre en lumière. Jean-Luc Loyer a par ailleurs un vrai sens du cadrage et de la mise en scène. Les jeux d’ombres et de lumières donnent du relief au dessin ainsi qu’ au propos.

 

 

sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastrophe


Le livre se termine par un petit dossier présentant quelques documents dont l’édito de Jean Jaurès paru le lendemain de la catastrophe dans le journal l’Humanité.

Après un âpre combat social, les mineurs obtinrent un jour de congé hebdomadaire, mais la compagnie de Courrières à été dégagée de toute responsabilité en juillet 1906.


Ce livre est un vrai condensé d’Histoire : Histoire industrielle, Histoire politique, Histoire du syndicalisme, Histoire d’une région, mais surtout Histoire des travailleurs.


Ma note : 8.5/10

Loubrun

 

sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastrophe

 

sang noir,la catastrophe de courrières,loyer,futuropolis,documentaire,mines,syndicalisme,histoire,catastrophe

 

Pour en savoir plus :

2000 ans d’histoirepodcast de l’émission de France Inter diffusée le 10/03/2006


 

 

 

OPK Tome 2 – Hard Core

OPK2.jpgOPK2d.jpgAuteurs: Bedouel et Matz.
Editeur :12bis
Sortie :03/2013.

La mafia virtuelle.

Mark Marsten et son équipe de l’OPK avance dans leur enquête. Vladimir et Lian se concentrent sur ce mystérieux groupe qui punit les tricheurs du jeu en ligne ROA. Ce groupuscule semble assouvir sa soif de vengeance en faisant assassiner les « mauvais joueurs » aux quatre coins du monde.

De son côté, Mark mène l’assaut sur un sweatshop de Bucarest, dans l’espoir de soutirer des informations à son propriétaire. Les meurtres continuent et l’enquête s’emballe. Mark suit une piste à Rome, en espérant que cela le rapprochera de Ilka… Mauvais calcul. Rien ne se passe comme prévu, et les apparences sont trompeuses.

De bonnes paroles.

Christine, ça te dirait un WK dans la capitale italienne ?

Avant de commencer ma chronique, je voulais vérifier une affirmation de l’inspecteur Marsten , (appelez moi Mark SVP ) qui prétendait que les femmes ne disent jamais non à un W-E à Rome .

Le charme des italiens ou l’attrait du nouveau pontife ? Allez savoir.

opky.JPGBon je m’égare, mais si Christine connaissait la violence qui règne dans cette ville comme à la page 12 bis, elle serait certainement refroidie par le voyage, par contre elle serait  sous le charme de Bedouel à coup sûr. Woaw, ça c’est du dessin percutant, on entend les rafales traverser les pages. La mise en page est incroyablement bien pensée, bien amenée, rien n’est laissé au hasard, on s’y croirait. J’ai rarement vu une telle maitrise dans les scènes d’action en BD. Au premier abord, son dessin ne semble pas très séduisant mais ce serait une grave erreur de se laisser avoir par ce sentiment. Bedouel sera vite intronisé dans la cours des grands, j’en suis quasiment certain.

Christine, tu pourrais au moins me répondre au lieu de jouer sur FB pour des images virtuelles ! C’est une conne non ? Passer son temps et s’énerver pour  du vent. Le pire, c’est que certains payent pour avancer plus vite dans ces jeux. C’est aussi la base de l’intrigue de cette BD mais les sommes y sont nettement plus rondelettes. Là, j’ai quand même un peu du mal à y croire mais bon, ce n’est pas une couleuvre de plus qui va m’empêcher d’apprécier le caractère bougon mais oh combien sympathique de l‘inspecteur Marsten (appelez moi Mark svp). Voilà que Christine vient de claquer la porte, elle n’a pas dû apprécier la «conne» !

j’irais plutôt à Berlin moi, il parait qu’une certaine Ilka, une femme d’exception selon l’inspecteur Marsten ( appelez moi Mark saint milliard !) y habite.

Dessin :8/10
Scénario :7/10

7.5/10 Global.

Samba

opk1.JPG

On en parle sur le forum.
Inscrivez-vous à Interpol.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑