RIDER ON THE STORM – Tome 1: Bruxelles.

 

Couv_176634.jpgPlancheA_176634.jpgDessin : Baudouin Deville – Scénario: Géro

Editions Paquet

Collection carénage

Sortie : 21/11/2012

48 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782888905080

Motocyclisme, polar.

 

Résumé (de l’éditeur): Bruxelles, octobre 1974, Gaspard Sarini, un jeune homme de 20 ans ayant fait l’essentiel de son éducation dans des internats, caresse le rêve de devenir pilote professionnel. La distance affective qui le sépare de ses parents ne le gène pas, il a appris à faire avec. Mais leur désapprobation de ses ambitions professionnelles est source de tensions, contraignant ce dernier à travailler dur pour s’offrir sa moto, une Suzuki GT 750 surnommée « la bouillotte », avec laquelle il fait plusieurs courses de côte…Puis c’est le drame. La descente en enfer commence le jour ou Gaspard, poursuivi par des tueurs qui viennent d’abattre froidement ses parents, échappe de justesse à la mort au terme d’une course épique qui se termine dans le canal de Bruxelles… Recueilli par Jo, un garagiste au grand coeur et ancien pilote, avec qui il a déjà travaillé par le passé, Gaspard va progressivement reprendre le guidon, sous un faux nom cette fois, car il se sait en danger…

1211221036280001.JPG

 

Mon avis : Paquet a lancé la collection « Carénage » centrée sur le monde de la moto. Après un premier album intitulé « Continental circus », l’éditeur sort une nouvelle série prévue en trois tomes intitulée « Rider on the storm ». Il s’agit en réalité d’un polar qui se déroule à Bruxelles en 1974 pour le premier tome. Le personnage principal, Gaspar Sarini, passionné de motos et de compétitions motocyclistes, est poursuivi par des tueurs qui viennent d’abattre froidement ses parents. Il passe à la clandestinité en attendant de démêler l’écheveau.

1211221038500001.JPG

Dès le départ, le lecteur est plongé au cœur du sujet. Gaspar Sarini passe à travers une fenêtre pour échapper à des tueurs et s’engage une course poursuite à moto à travers Bruxelles. Le décor est planté.

1211221039570001.JPG

 Le dessin est de Baudouin Deville (Continental Circus, l’inconnu de la Tamise,…). Il est précis et très « ligne claire ». Le découpage est rythmé, les cadrages recherchés et très cinématographiques. Cette recherche graphique donne ainsi un réel plaisir de lecture. Quelques cases auraient pu être un peu fignolées (par exemple au niveau des mains) mais le résultat global est de très bonne qualité. Je vous conseille aussi de bien regarder dans certaines cases, parfois vous y trouverez des petits détails amusants.

1211221042060001.JPG

Au niveau du scénario de Géro, un nouveau venu, c’est réellement une découverte. Non seulement, il s’agit d’un polar à la sauce motocycliste bien emmené mais en plus, il nous permet de découvrir Bruxelles, ses gens et leur « parler vrai ». Les expressions « brusseleer », les clins d’œil à la musique (très présente dans l’album) foisonnent. « Rider on the storm » est d’ailleurs inspiré de la chanson des Doors sortie en 1971.Dès que vous aurez lu les premières planches, vous aurez compris le rapport avec l’histoire et la petite musique qui s’en dégage. Mais ce n’est pas uniquement un polar, une histoire sombre, il en ressort aussi un humour décalé de bon aloi. Le caractère belge et bruxellois qui s’en dégage est prononcé.

1211221044340001.JPG

Au final, j’ai découvert une nouvelle série très agréable à lire et qui a de l’âme et du punch. Il ne s’agit pas seulement de parler « moto ». Elle est le fil d’Ariane de la collection mais elle n’est pas le sujet monomaniaque. Cette série policière va intéresser d’autres publics que les fans de la moto. Paquet sait y faire avec ses collections thématiques et ne va pas se cantonner seulement sur la course moto mais va par son entremise explorer bien d’autres sujets proches ou plus éloignés.

Et maintenant pour clôturer, chantons ensemble : « Rider on the storm… »

 

Graphisme :   8,0/10

Scénario :     8,0/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

1211221046140001.JPG

2 commentaires sur “RIDER ON THE STORM – Tome 1: Bruxelles.

  1. J’aime la moto, j’aime la BD et j’aime le polar. A première vue, je trouve les dessins vraiment réussis, particulièrement les motos.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :