Versailles : le crépuscule du Roy

Versailles1.jpgversailles-ext.jpgAuteurs : Adam-Convard et liberge.
Editeur : Glénat.
Sortie : 09/2012

Le Roy !
Alors que débute cette histoire, la vie semble immuable à la cour du roi de France. Intrigues politiques et amoureuses se développent dans les alcôves comme dans les bosquets du parc. Rien ne pourrait troubler la tranquillité de ce lieu enchanteur dédié aux plaisirs et aux distractions.
Bientôt, pourtant, apparaissent des anomalies. Que penser de cette étrange cérémonie où un vieillard mourant passe littéralement le flambeau de la vie à un nouveau-né ? Qui sont les Roberts, mystérieux serviteurs aussi efficaces que discrets ? Les habitants du château sont-ils libres d’en sortir ?
Pour Nicolas de Barberon et Mahaut de Rosny, deux jeunes amoureux, débute une quête périlleuse qui les conduira à découvrir une incroyable vérité !

VersaillesLeCrepusculeduRoy3.jpg

Cet album est le premier volet d’un triptyque – dont chaque volume est autonome – consacré au château de Versailles, trésor du patrimoine mondial.

Veuillez me flageller.

VersaillesLeCrepusculeduRoy1r.jpgOulala, je ne vous raconte pas mes craintes quand j’ai vu le nom de Liberge sur la couverture de cet album. Car le dessin d ‘Eric Liberge et moi, ça fait -21 exposant 4.C’est presque synonyme d’une séance de torture pour moi. Bon, je prends mon courage à deux mains, j’expire profondément, je pense à Bouddha, je peux le faire, je vais le faire, j’ouvre l’album.
Ah tiens, ça à l’air plus lisible qu’à l’habitude. Je constate que le maitre coloriste  Chagnaud a eu une bonne influence sur le rendu de l’ensemble. Saperlipopette, il y a même du mouvement  et du caractère dans les attitudes. C’est un miracle.
Bon là, j’imagine le pire, Liberge associé à JC Bartoll, une sorte de supplice du pal pour BDphiles. Mais non Samba, c’est Convard et Adam au scénario, ça va aller. Je reprends ma respiration, j’essaye de chasser cette vision d’horreur et reprends ma lecture. Incroyable, le ton est de bon alois, les bons mots sont de sortie, quelle bonheur ! C’est que le supplice se transforme est dessert quand arrive cette petite touche moderne complètement anachronique avec le sujet de base. Voilà que ça devient de plus en plus intéressant avec cette incursion  SF qui arrive comme une crème chantilly. Bon, je ne vais pas vous en dire plus mais HG Wells n’est pas loin.
Je me rends compte maintenant  de mon ignoble  blasphème, de mes pensées impies, de mes appréhensions éhontées, j’ai honte d’avoir douté.
Pardonnez-moi oh Saint Liberge !

Scénario : 8.5/10.
Dessin : 7/10
surprises.smileysmiley.com.8.2.gif Global.

Samba.
Public cible : je ne suis pas un prisonnier, je suis un homme libre !

VersaillesLeCrepusculeduRoy1.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑