Bjorn le morphir Tome 4. Les armées du Roi

thomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsthomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsthomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsScénario : Thomas Lavachery, Thomas Gilbert
Dessin & couleurs : Thomas Gilbert
Dépôt légal : 03/2015
Éditeur : Rue de Sèvres

Bjorn, le morphir, est de retour des enfers. Entouré des siens, il reprend des couleurs. Mais le roi Harald le rappelle pour lui ramener le prince Sven et lui confier la direction des armées. Il devient le Jarlal (le connétable nordique). Le temps presse car le pays est assailli de toutes parts et un attentat audacieux a touché le roi…

Le terme morphir désigne une certaine classe de héros nordique, la plus rare. Le morphir se distingue par l’évolution soudaine de son caractère et de ses aptitudes physiques : d’abord peureux et malingre, il se « lève » un beau jour pour devenir un guerrier d’exception.

thomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsBjorn le Morphir est avant tout une série de romans de Thomas Lavachery publiés à l’Ecole des loisirs entre 2004 et 2012. Une première adaptation sous forme de bandes-dessinées était sortie entre 2009 et 2013 chez Casterman. Cette adaptation était complément passée inaperçue, sans doute due à son format particulier. En ce début de l’année 2015, Rue de Sèvres, la branche BD de l’Ecole des loisirs republie ces 4 tomes parus chez Casterman cette fois en trois volumes. Et un tome 4 en mars 2015. Rue de Sèvres a revu la maquette et le format de Bjorn le Morphir. Elle donne à la série un nouveau souffle. Ce format est franchement une réussite avec de nouvelles couvertures, une jaquette rigide, des planches plus lisibles et plus grandes…. Pour revenir au fond, les vikings, leurs légendes et leurs panthéon ont toujours été une bonne source d’inspiration dans toutes les formes d’expressions artistiques. L’univers médiéval scandinave, rehaussé d’une touche de fantastique, donne ici un excellent résultat sous la plume de Thomas Lavachery. Tout en reprenant le schéma traditionnel des romans d’apprentissage (chevalerie, héros timide qui devient un héros, duels à l’épée), il n’oublie pas l’humour (le troll qui zozotte) et l’inévitable dose de romantisme avec l’amour de la belle Sigrid !

 

thomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikings

 

Si Thomas Lavachery n’introduit rien de bien nouveau sous le soleil de la chevalerie, son imaginaire prend joliment forme sous le crayon de Thomas Gilbert. Ce dernier nous gratifie de très belles planches, dynamiques et colorées. Cela change franchement des débauches numériques de certains auteurs. Le choix d’une ligne claire permet de bien se concentrer sur l’univers du morphir qui se déploie sous vos yeux. A noter, une réelle évolution du trait du dessinateur avec plus de constance et de précision, notamment avec les visages. Ce tome 4 introduit un nouveau cycle après celui des enfers.

Le tout est frais, agréable, fluide et le lecteur passe un excellent moment. Une lecture pour tous les âges !

Scénario a07-3e78901.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a07-3e78901.gif

Tigrevolant

 

Astrid Bromure : Comment dézinguer la Petite Souris

 

Couv_241887.jpg

Astrid Bromure, Comment dézinguer la Petite Souris, Fabrice Parme, Rue de Sèvres, Véronique DreherScénario : Fabrice Parme

Dessin : Fabrice Parme

Editeur : Rue de Sèvres

Date de Sortie : avril 2015

Nombre de pages : 30

Genre : Jeunesse

 

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreherRésumé :

La Petite Souris n’existe pas : Astrid Bromure en est sûre ! Elle va le démontrer en lui tendant un piège infaillible, quitte à la dézinguer.

Mais rien ne va se dérouler comme prévu…

Petite fille au caractère bien trempé et au tempérament archi-gâté-gâteuse, Astrid est une peste excitée comme son nom l’indique, elle a néanmoins un bon fond, s’adresse correctement à ses domestiques, et adore ses animaux de compagnie. Comme Mademoiselle Louise, elle s’ennuie à cause de tout cet argent, et comme Eloïse, elle va inventer milles farfeluosités afin de parvenir à ses fins.

Mon avis :

Enfin un nouveau personnage chez Fabrice Parme, une fille cette fois, qui comme le Roi Catastrophe ne s’en laisse pas compter.

Moins péremptoire que son prédécesseur, cette chipie en uniforme « private school » est dotée d’une imagination sans limite. Toutefois, elle n’est pas naÏve ; et malgré les différentes descriptions de « la petite souris », elle va prouver que celle ci n’existe pas.

Hélas, si les enfants n’ont pas peur des souris, les gouvernantes si !

Pourtant, elles sont si jolies les facétieuses souris blanches de laboratoire qui envahissent l’appartement.

Au fait, Astrid habite dans une demeure victorienne, coiffant un cousin du Chrysler building affublé d’une végétation luxuriante en guise de moumoute.

Enfin bref ! encore un paquet d’aventures dézinguées dans le huis clos de cet appartement cossu d’une métropole américaine.

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

Les dessins de Fabrice Parme sont de véritables petits bijoux ; les personnages sont ciselés et possèdent une forte personnalité.

Les décors taillés au cordeaux et parfaitement détaillés, mettent en images un mix des mouvements « art déco » moderne et droit  au matériau luxueux, et « art nouveau » tout en volutes et arabesques. L’art de la Belle Epoque, les ferronneries de l’escalier du petit salon, les tours de fenêtres, les meubles marquetés.

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

Ouaaah ça donne envie d’être riche ! Le vaisselier et les confitures au dessus, ça donne envie d’être gourmand ! et de perdre à nouveau ses dents, pour laisser le loisir à cette petite souris, blanche et portant des chaussons verts en velours, de déposer une pièce sous mon oreiller, pièce tirée de son sac de satin rouge. « C’est quoi ce délire ?! »

 Et comme dit laurent Cirade sur BD’gest’ : « L’occasion est aussi donnée de retrouver cette mise en couleurs typique recourant à des aplats pastels qui permettent couramment de s’affranchir des contours des cases pour mieux aérer et faire pétiller les séquences. »

Du coup, ça m’a donné envie de déguster ses dessins :

 

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

S’il vous prend l’envie d’en faire autant… allez faire un tour par ici

Ma note :

 

Scénario : 6,5/10

Dessin : 8,5/10

Moyenne : 7,5/10

 

Sophie

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑