Combattants du rail – Tome 2 – des cheminots en enfer

combattants du rail,des cheminots en enfer,lamy,sandro,logicfun,zéphir bd,guerre,39-45,train,exode,résistance,sncf,112013,710combattants du rail,des cheminots en enfer,lamy,sandro,logicfun,zéphir bd,guerre,39-45,train,exode,résistance,sncf,112013,710Scénario : Thierry Lamy

Dessin : Sandro

date de sortie : novembre 2013

Editeur : Zéphyr Éditions

48 pages

genre : guerre, aventure

 

 

« Bleu de travail » vs « Vert de gris »

 

Nous sommes en mai 1940 en pleine offensive allemande dans les Ardennes françaises. Pierre Vilmot et Julie Coignard sont deux cheminots qui se sont retrouvés malgré eux en plein milieu du conflit parce qu’ils étaient tout simplement en train d’exercer leur métier de cheminot au moment de l’offensive Allemande. Confrontés à l’exode massif des français fuyant l’ennemi et sens du devoir qui les anime, leur destin basculera en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire (tome 1).

Suite au sabotage d’un train, nous les retrouvons au début de ce deuxième volume en pleine cavale, poursuivis par les Allemands. Ils trouveront refuge chez une garde barrière où un repos bien mérité les remettra vite d’aplomb. Leur fuite prend alors la tournure d’une quête. En effet, Julie est à la recherche de son passé et cherche les assassins de sa mère qui aurait été tuée par un allemand au cours de la première guerre. On suivra donc tout au cours de l’album, les pérégrinations de ces deux cheminots combattants.

 

combattants du rail,des cheminots en enfer,lamy,sandro,logicfun,zéphir bd,guerre,39-45,train,exode,résistance,sncf,112013,710

 

Combattants du rail est une fiction mettant en scène des situations parfaitement vraisemblables qu’on pu vivre certains cheminots à cette époque. L’histoire est cependant plus centrée sur l’aventure personnelle des deux héros (la quête des origines, la vengeance)  que sur le rôle qu’a pu jouer le train dans cette période chaotique de l’invasion Allemande. Les faits de guerre sont tout de même évoqués (sabotages, utilisation du train pour fuir …) mais ils ne constituent pas la trame du récit. Les amateurs de récits de guerre où prédominent tactique et stratégie, ne trouveront pas leur compte ici.

 

Il n’empêche, Combattants du rail est un bon récit d’aventure ancré dans la grande Histoire, bien documenté quant à l’univers du rail, avec des personnages attachants que l’on a envie de suivre. Avec un dessin réaliste très honorable, et une histoire sans surprise mais bien construite, cet album reste agréable à lire.

La série rend par ailleurs un bel hommage à tous ces cheminots, courageux patriotes animés par le sens du devoir qui ont su rapidement choisir le bon camp à une époque où « conduire un train était aussi dangereux que de participer à une attaque d’infanterie en 1914« . (Louis Armand)*

 

Ma note : 7/10

Loubrun


* Louis Armand (1905 – 1971) : Ingénieur à la SNCF en 1938, il devient résistant dès le début de la guerre et fondateur du groupe « résistance fer » en 1943. Il est Arrêté par la Gestapo en juin 1944. Il devient directeur de la SNCF en 1949.

Mattéo Troisième époque (août 1936).

Mattéo3.jpgMattéo3j.jpgAuteur : Jean-Pierre Gibrat.

Éditeur :Futuropolis.

Sortie : 11/2013.

Août 1936. 

C’est le temps du Front populaire. Dix-huit ans plus tôt, au retour de Russie, après la  mort de Gervasio, après aussi que Juliette lui a appris la naissance de son petit Louis, Mattéo s’était livré aux gendarmes : toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt pour désertion, il fut condamné aux travaux forcés, et envoyé à  Cayenne. Ayant purgé sa peine, Mattéo s’installe en région parisienne, où il retrouve son ami Paulin et Amélie, l’infirmière qu’il avait connue à  la guerre. 

 

Un été particulier.

Trois ans se sont écoulés depuis la sortie du tome 2 de Mattéo. On retrouve notre héros en 1936 profitant des premiers congés payés avec ses amis, 15 jours à ne rien foutre comme maugréaient les patrons à l’époque. C’est surtout l’occasion pour lui de retourner voir sa mère à Collioure et aussi fatalement sa Juliette. Cet album est un peu  comme une transition, une parenthèse entre les deux granMattéo3jg.jpgdes crises qui secoueront le XXe siècle. Une pause, un espoir fou pour des millions de Français, de croire en l’homme tout simplement. JP Gibrat condense son récit dans un laps de temps court (15 jours) en un même endroit. On joue donc sur les regards, sur les émotions des protagonistes, on attend aussi le sursaut ou non de Mattéo et  de voir ses motivations pour reprendre le drapeau rouge. C’est aussi l’occasion pour JP Gibrat de montrer l’antisémitisme affiché d’une partie de la population, tout comme nous remettre en mémoire un mouvement d’extrême droite : la cagoule. Nettement plus joyeux, les prolos à la plage sont un bel instantané sur cette période. Pour remplacer l’action pure, l’auteur insuffle de la vie aux scènes quotidiennes par des cadrages et des angles dynamiques. A noter que ses héroïnes n’ont pas pris une seule ride, elles sont toujours aussi élégantes et ravissantes. 

Pour réchauffer nos cœurs pendant nos longues soirées d’hivers, il nous reste donc à les admirer gambader sur la plage, légères et lascives dans leur robe transparente et au chemisier ouvert au vent.

Au final, un album de transition forcement plus calme (ce sont les congés, merde !) et vu ce qui nous attend (la guerre d’Espagne et la deuxième), ça ne peut pas faire de mal une bonne bouffée d’iode. 

a09-3e78912.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario 

a08-3e78906.gifGlobal.

Samba.

On en parle à l’international.

gibrat-matteo.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑