Le sang des Lâches

001.jpg1.jpgTome 3 – La conjuration

Dessin et scénario : Jean-Yves Delitte

Editeur : Casterman

48 pages – cartonné

Sortie : 25 mai 2016

Aventure – thriller – historique

 

Présentation de l’éditeur :

Quel complot se trame derrière le grand incendie de Londres de 1666 ?

 1666, malgré la restauration de la royauté, l’Angleterre connaît des heures sombres. L’impétueuse République batave des sept Provinces-Unies dispute à la Royal Navy son hégémonie sur les mers et les océans. Dans les campagnes, la famine et le désarroi poussent plus d’un brave homme au brigandage. À la Cour, les complots se font jour pour renverser Charles II. Même les rues de la capitale, qui gardent encore les traces d’une effroyable épidémie de peste, ne sont pas épargnées par le trouble. Un terrifiant individu, caché sous les habits d’un médecin de la peste, éventre les femmes de petite vertu. Le major Arthur J. Joyce Byron Pike, pour avoir porté secours à une favorite du roi, a été invité à la Cour. Mais ce qu’ignore alors l’officier supérieur, enquêteur principal dans la police du roi, c’est qu’il vient de mettre le pied dans un nid de frelons où tous les coups sont permis.

le sang des lâches,tome 3,la cojuration,delitte,casterman,25 mai 2016,aventures

Mon avis :

Le major Arthur J. Joyce Byron Pike reprend du service pour une intrigue au cœur de l’Angleterre du XVIIème siècle. Son côté froid, lucide et implacable anime un scénario basé sur une reconstitution historique documentée mais qui est d’abord la narration d’une passionnante enquête policière. Le rythme est soutenu, le découpage rapide, les scènes d’action alternent avec celles plus dialoguées de mise en place du contexte, il n’y a pas de temps morts !

le sang des lâches,tome 3,la cojuration,delitte,casterman,25 mai 2016,aventures

Le dessin de Delitte est extraordinaire, en ce qui concerne les paysages, les décors et surtout les bateaux, avec des doubles pages dont il a le secret. Son usage des fonds de page noirs ou blancs en alternance vient souligner le cadre narratif, ce qui permet au lecteur de bien se situer dans l’histoire.

le sang des lâches,tome 3,la cojuration,delitte,casterman,25 mai 2016,aventures

Le peintre officiel de la Marine belge signe ici le début d’une nouvelle aventure en deux épisodes, dont on attendra la suite et la fin avec impatience.

le sang des lâches,tome 3,la cojuration,delitte,casterman,25 mai 2016,aventures

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet de Casterman : ICI

 

Skippy.

 

Sept – Tome 17 – Sept mages

sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016Scénario : Serge Lehman
Dessin : Emmanuel Roudier
Éditeur : Delcourt
64 pages
date de sortie : avril 2016
genre : héroïc-fantasy

 

 

 

Féric siège sur le trône du royaume de Cocaigne. Son règne n’est pas des plus reposants puisqu’il doit faire face aux velléités de son frère, Jean le Nécromant, qui cherche par tous les moyens à le renverser. Il a d’ailleurs trouvé un moyen puissant en levant une armée de monstres, mélange de morts-vivants et de goules. Le bon roi n’a qu’un recours pour contrer cette magie noire, celui du dieu Herne qui conseille de recruter sept mages aux pouvoirs très spécifiques. Tous d’origines et de traditions très différentes, les sept mages devront apprendre à combiner leur magie et surmonter leurs divisions pour vaincre l’ennemi.

 

sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016

 

Les séries concept en BD se déclinent parfois en saisons à plus forte raison quand elles sont composées de one-shots. Nous voici déjà rendus à la troisième saison de la série Sept et 17 albums sont déjà parus en comptant celui-ci. Tous ne sont pas du même niveau, mais quelques uns valent le détour et ce, quel que soit le genre du récit. Vous trouverez de tout dans cette série : polar, thriller, héroïc-fantasy, science-fiction, horreur … il y en a pour tous les goûts.

Ici Serge Lehman nous emmène dans un récit médieval-fantasy mâtiné de fantastique et de mythologie. En grattant un peu, on trouve derrière cette histoire assez convenue de lutte fratricide entre le bien et le mal, un deuxième niveau de lecture qui se situe au niveau des forces recrutées par le roi Féric. En faisant se côtoyer la puissance païenne, la sagesse romaine, la philosophie grecque et la charité chrétienne très différentes les unes des autres et que tout semble opposer, Serge Lehman ne cherche-t-il pas à nous montrer que l’union fait la force et qu’à tout bien réfléchir, si l’on arrive à prendre le meilleur de chacun, les forces maléfiques n’ont qu’à bien se tenir ? Ok, c’est un peu simpliste, mais ça fonctionne et ce, malgré une narration un peu trop linéaire et prévisible.

 

Le dessin de Roudier est du même acabit : efficace et sans surprises, avec néanmoins quelques belles séquences évoquant les mythes des super héros lorsque les mages utilisent leurs pouvoirs.

Au final, on a un bon album divertissant mais qui toutefois ne rentre pas dans le top 5 de la série.

 

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016

Un baiser à la vanille – Tome 1

Auteure : Rina Yagami
Éditeur : Soleil manga
192 pages
Sortie : 11 mai 2016.
Genre : Shojo

Le résumé
Kokoa, jeune fille timide, arrive de sa campagne pour entrer dans son nouveau lycée. Tous les jours, elle voit un garçon dans le train, Banri. Il est le plus beau et le plus intelligent de l’école. Cependant, il ne vit que pour les études et ne parle à quasiment personne. Kokoa va néanmoins tomber amoureuse de lui. Pas facile dans ces conditions de tenter une approche, elle qui n’est déjà pas très dégourdie. Bizarrement cela ne prendra pas longtemps avant que ce dernier baisse sa garde…

« Je viens de tomber, je suis toute sale ! »

Lire la suite « Un baiser à la vanille – Tome 1 »

Africa Dreams – Tome 4 – Un procès colonial.

Dessin : Fredéric Bihel.
Scénario : Jean-François et Maryse Charles.
Éditeur : Casterman.
Sortie : 11 mai 2016.
48 pages.
Genre : historique.

 

Le résumé.
Lors de l’Exposition universelle de Bruxelles, 300 Congolais sont répartis en trois zoos humains dans le parc de Tervuren. Au Congo, Paul met de l’ordre dans sa vie privée et découvre de nouvelles perspectives pour sa plantation, tandis que Morel, Casement et le vice-consul Thesiger rédigent un rapport accablant sur les exactions de la compagnie caoutchoutière du Kasaï.

« Le roi a toujours un goût très grand pour tout ce qui est passages secrets, dérobés. Il aime le mystérieux. »



Mon avis.
Ce dernier tome 4 d’Africa Dreams montre bien le cynisme de l’époque pour « nier » l’évidence des exactions des colonisateurs sur les populations congolaises sous l’égide de Léopold II.

Calomnie !

Bon, tous n’étaient pas à mettre dans le même panier comme notre bon cénobite Paul qui tente d’amener un peu d’humanité à cette population. Lire la suite « Africa Dreams – Tome 4 – Un procès colonial. »

Les chroniques courtes (96) : Les enfants de Midvalley T1, Pathfinder T3, Batman Univers HS1.

LES ENFANTS DE MIDVALLEY – Tome 1 – La nuit de l’horloger

les enfants de midvalley.jpgscénario: Benoît Broyart
dessin et couleurs : Romuald Reutimann
Éditions Kramiek
parution du 07 octobre 2015

 

 

Milan et sa petite soeur Rosa doivent passer une semaine chez leur oncle car leur maman sera absente pour cause de recherche d’emploi ! Arrivés à la gare de la grande ville leur oncle n’est pas là ! Ils se rendent donc à son domicile et sont invités par un mystérieux voisin, Monsieur Paul, à prendre un petit déjeuner chez lui en attendant le retour de l’oncle…. Mais c’est là que les ennuis commencent : Paul est horloger et fait travailler des pauvres enfants sur ses mécaniques ! Rosa va lui voler une montre et les deux gamins passeront la nuit à fuir le bizarre horloger qui semble commander au temps.
Une petite histoire qui semblait banale mais qui trouve une intrigue prenante et à la limite du fantastique. Un dessin particulier mais agréable. Le tout fait un album plus intéressant qu’il n’en avait l’air.
Espérons que les deux albums suivants, qui termineront l’histoire, seront aussi captivants. 

les enfants de midvalley t1.jpg

 

Ma note:
a05-3e788c9.gifDESSIN

a06-3e788fc.gifSCENARIO

JR

——————————————————————————————————-
Pathfinder – Tome3 – L’enfant de Lamashtu
pathfinder.jpgpathfinder t3.jpgScénario : Zub, Jim
Dessin : Huerta, Andrew
Éditeur : Glénat
Collection : Grafica
Planches : 64
Dépot légal : 01/2016

 

 
Cette conclusion de la première aventure de nos héros déçoit quelque peu.
Suite et fin des aventures « Pathfinder ». Les héros ont été faits prisonniers par les Gobelins. Ils ont été ligotés, ils vont être obligés de boire l’eau de Lamashtu, une potion dangereuse pouvant corrompre l’esprit ou déformer le corps de celui qui y trempe ne serait-ce que le bout des lèvres. Seule Merisiel l’elfe peut les sauver.
Le seul effet notable des terrifiantes eaux de Lamashtu est de provoquer des flashbacks très pratiques mais arrivant comme un cheveu sur la soupe, en particulier après deux tomes où l’on s’est déjà efforcé d’expliquer les motivations de chacun.
Pourtant c’est là ou le dessin est superbe.
Les scènes de combat avec l’enfant de Lamasthu sont très fournies, très chargées avec des couleurs monochromes : difficile à décrypter, lassant.
Le faible scénario de ce dernier tome finit par ne pas faire entrer dans ma mémoire cette BD.
Les dernières pages donnent quelques idées sur une peut être future BD : Le Dernier Gobelin de Bois-Moussu.

a05-3e788c9.gifDessin/Scénario

Patounet
———————————————

BATMAN UNIVERS HS N°1

pathfinder,les enfants de midvalley,broyard,kramiek,reutimann,glénat,zub,huertapathfinder,les enfants de midvalley,broyard,kramiek,reutimann,glénat,zub,huertaÉditeur : URBAN Comics
Parution : 22 avril 2016 en kiosque
160 pages

 

Vous souvenez-vous du feuilleton BATMAN des sixties ?  DC comics, cédant à la nostalgie actuelle, édite BATMAN’66, une série qui reprend les personnages du feuilleton avec leurs costumes et leurs aventures très kitsch ! Et tout y est ! Les vilains ont les têtes des acteurs qui leur donnaient vie à l’époque, les coups lors des bagarres traduits par des onomatopées, la voix off qui racontait les événements à suivre, etc.
Urban comics nous offre donc cette édition française et ce premier album nous propose même un récit tiré d’un scénario non utilisé à l’époque, oeuvre du grand Harlan Ellison et mettant en vedette Double Face. Chaque épisode est réalisé par des artistes différents tels Ruben Procopio, Ty Templeton ou José-Louis Garcia-Lopez au dessin, Len Wein, Jeff Parker au scénario. Que du beau monde!

pathfinder,les enfants de midvalley,broyard,kramiek,reutimann,glénat,zub,huerta

 

JR

a07-3e78901.gifMa note générale

Barney et la note bleue

Barney et la note bleue, loustal, paringaux, casterman, 27 avril 2016, roman graphiqueBarney et la note bleue, loustal, paringaux, casterman, 27 avril 2016, roman graphiqueScénario : Philippe Paringaux

Dessin :  Loustal

Editeur : Casterman

Sortie : 27 avril 2016

104 pages – cartonné – CD

Edition anniversaire – 3000 exemplaires

Roman graphique et musical

 

Présentation de l’éditeur :

Vibrant hommage à l’un des plus grands saxophonistes de jazz, 20 ans après sa disparition.

 Barney ? L’un de ces astres que la musique ne nous offre qu’avec parcimonie – un ou deux par génération, pas davantage.
Lui est un météore, une étoile filante : saxophoniste génial, jazzman plus qu’inspiré, Barney sidère tout ceux qui croisent sa route, tant il possède à l’excès cette forme de grâce innée qui n’appartient qu’aux très grands. Mais la vie est cruelle. Barney, le sorcier de la note bleue, est aussi un instable, un insatisfait, qui traverse le monde et les événements comme si sa propre existence ne le concernait pas.
Sa trajectoire sera aussi fugace qu’éblouissante : de l’Afrique jusqu’à l’Amérique en passant par Paris, le quotidien de Barney se consume dans la drogue et les amours sans issue. Salut l’artiste, plus dure sera la chute…

Barney et la note bleue, loustal, paringaux, casterman, 27 avril 2016, roman graphique

Initialement publié au milieu des années 80 et désormais proposé dans une nouvelle édition, Barney et la Note Bleue est l’une des plus brillantes créations du tandem Loustal – Paringaux. Poignant comme un thème de Charlie Mingus, scintillant comme un chorus de Miles Davis. Impérissable, à l’instar de tous les vrais classiques.

 

Mon avis :

A la bonne heure ! Voilà qu’on remet « Barney et sa note bleue » en route !

L’effet que ça nous fait, vous ne pouvez même pas imaginer.

On s’appelle.

On s’appelle la nuit.

Il s’est passé tant de choses depuis 1987.

C’est avec ces accents céliniens que Francis Marmande ouvre le dossier de fin d’album consacré à cette très belle réédition de ce mariage réussi entre BD et jazz, entre variation fictionnelle et biographie factuelle. Pour la première fois, la bande sonore est jointe au livre, ce qui permet d’écouter et de (re)lire en parfaite synchronie et harmonie une œuvre graphique majeure avec une musique d’ambiance époustouflante.

Barney et la note bleue, loustal, paringaux, casterman, 27 avril 2016, roman graphique

Alliance de simplicité, de subtilité et d’élégance, les grandes cases stylées sans bulle de Loustal accompagnent la voix-off de Paringaux pour le récit d’une errance perçue d’un angle cinémato-graphique.

Barney et la note bleue, loustal, paringaux, casterman, 27 avril 2016, roman graphique

Textes et images collent parfaitement à la musique pour la chronique sensible d’une vie mouvementée.

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

L’interview de Loustal sur le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

 

 

 

 

 

 

Bitch Planet

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipationbitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipationTome 1, Extraordinary machine

Scénario : Kelly Sue Deconnick

Dessin : Valentine De Landro

Glénat Comics

176 pages – cartonné

Parution : 04 mai 2016

Anticipation

 

Présentation de l’éditeur :

Seule une vraie femme peut survivre à… Bitch Planet !

Le futur. Le monde est gouverné par le diktat des hommes. Les femmes qui ne se plient pas aveuglément à leur volonté doivent être « rééduquées ». À l’issue d’un discours évangélisateur psalmodié en boucle dans leur sommeil, elles sont expédiées dans l’établissement auxiliaire de conformité, une prison pour femmes en orbite au-dessus de la Terre. Ces rebelles qui rejettent les règles masculines vont ainsi découvrir les joies de la vie carcérale dans cette boîte de métal que l’on appelle « Bitch Planet. »

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

En bonus à cette édition Glénat Comics : une couverture inédite, un appareil critique sur le féminisme et la culture populaire rédigé par Pia-Victoria Jacqmart, des interviews exclusives des auteurs, des fausses-pubs, et plein d’autres surprises !

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Mon avis :

Présenté comme un pamphlet social et féministe, phénomène éditorial aux États-Unis, Bitch Planet vaut la peine d’une lecture attentive.

Dans un monde dystopique, être trop grosse ou trop noire par exemple, est un crime. Les femmes « non conformes », qui ne correspondent pas aux canons de la société, sont envoyées dans une prison dans l’espace, à l’Établissement Autoritaire de Conformité (EAC) ou plutôt sur Bitch Planet.

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Le scénario de Kelly Sue Deconnick allie les ingrédients du huis-clos carcéral et violent avec ceux du discours social et politique engagé, le tout baignant dans une atmosphère SF très particulière. D’une galerie de personnages émergent les personnalités de Kamau Kogo, immédiatement identifiable à sa coupe afro, et de Penelope, une femme au caractère irréductible, super-héroïne noire et obèse (impossible de ne pas penser à la série Orange is the new black ou aux films Grindhouse). Ces détenues sont bien décidées à bousculer les règles d’un sport extrêmement violent, le Megaton, sorte de Rollerball, auquel elles vont participer. Les dialogues sont tirés au cordeau et habilement répartis dans les cases, les qualités d’écriture évidentes.

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Le dessin de Valentine De Landro (qui est un garçon) a la particularité de se focaliser sur les visages et les corps en laissant les fonds des cases souvent sans décors et monochromes. L’encrage est gras et l’usage de points de trame colorés rappelle curieusement le travail de Hergé et de Roy Lichtenstein. L’effet est intriguant, mais pas toujours facile à décoder.

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Avec l’espoir que le projet tienne ses promesses, la lecture de ce premier opus, récemment nommé aux Eisner Awards 2016 dans la catégorie « meilleure nouvelle série », offre un excellent moment de divertissement combiné à un intéressante réflexion féministe. Le récit s’avère passionnant et la suite est attendue avec impatience.

 

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet de Glénat comics : ICI

 

Skippy.

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑