Morgane

Scénario : Simon Kansara
Dessin : Stéphane Fert
Éditeur : Delcourt – Mirages
144 pages
sortie : 6 avril 2016
genre : légende arthurienne revisitée


 

 A travers les yeux de Morgane, sorcière rebelle et insoumise, dans une interprétation très personnelle de la légende arthurienne par le duo Kansara-Fert, redécouvrez le cycle du Graal et de la mythologie celte !

 Ne craignez pas de vous aventurer sous les frondaisons maléfiques du Val Sans Retour, et d’y croiser le fourbe Merlin inculquant sa magie à celle qui dépassera un jour le maître…

 Arrêtez-vous aux abords du château de Tintagel, et voyez quelle promesse Morgane fit, enfant, à son père, et quels enchantements l’en éloigneront pour finalement mieux l’en rapprocher…

 Considérez au passage la délectable bêtise des chevaliers de la table ronde, qui n’est pas sans faire penser à certains de leurs descendants dans la série Kaamelott…

 On peut avoir beaucoup de mal à pénétrer les sous-bois ténébreux  de cette aventure au graphisme étrange, et craindre d’y perdre le sens commun.

 Lorsque la magie finit, assez rapidement d’ailleurs, par faire son effet,  on est toutefois précipité dans un kaléidoscope de couleurs  à nulles autres pareilles  dont,  même des plus froides, émanent de troublantes vibrations.

 Une mention spéciale pour le traitement burlesque et le délire façon vaudeville des amours incestueuses de Morgane avec son frère, adultères de Guenièvre avec Lancelot, improbables des uns avec des autres et réciproquement, enfin, pas tout-à-fait,  les apparences sont trompeuses…

 Tant d’influences artistiques se conjuguent par ailleurs, dans cet ouvrage, qu’un grand nombre de pages ou de vignettes sont un hommage magnifique à Klimt, Mary Blair, Gauguin, Matisse, Cézanne, et d’autres.

 « Ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha… » (55 fois « ha », en page 7, quand Arthur rit, recomptez vous-même), cela m’a semblé constituer une citation propre à ne rien déflorer de l’histoire.

  Esthétique et épanouissante lecture !

morgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blair

a07-3e78901.gif

 

Virgule

 

 * * *

 Le saviez-vous ?

Le mot morganatique a plusieurs acceptions en langue française.
On en retiendra une ici :

  • L’effet morganatique un phénomène optique aussi connu sous le nom de Fata Morgana ;
    Une Fata Morgana est un phénomène optique qui résulte d’une combinaison de mirages (perturbations des rayons lumineux au passage à travers un gradient thermique dans l’atmosphère).
    Les Fata Morgana sont assez rares mais ont lieu plus couramment dans certaines régions, notamment dans le golfe de Botnie, dans la mer Baltique, dans la baie de la Table (Le Cap, Afrique du Sud) et dans les régions polaires, mais aussi dans le détroit de Messine.

Origine du nom

C’est au Moyen Âge que ce phénomène a été rapporté pour la première fois, par des croisés qui, naviguant dans la mer Méditerranée, affirmaient avoir aperçu de fantastiques châteaux se refléter dans la brume près du détroit de Messine (entre l’Italie et la Sicile). Ils attribuèrent ce phénomène à la Fée Morgane (d’où le nom de Fata Morgana, « Fée Morgane » en italien, adopté par la suite), qui, d’après la légende arthurienne, avait le pouvoir d’élever des palais au-dessus des flots et d’agir sur le vent.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑