L’homme qui tua Lucky Luke

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016Scénario et dessin : Matthieu Bonhomme

Éditeur : Lucky comics

64 pages

date de sortie : avril 2016

genre : western, hommage

 

 

 

 

Un homme face contre terre. Il porte jean, gilet noir, chemise jaune et foulard rouge. Aucun doute possible, c’est bien la légende de l’ouest, l’homme qui tire plus vite que son ombre, le célèbre Lucky Luke. La chance ne semble pas lui avoir souri cette fois-ci !

Quelques jours plus tôt, il tombe des cordes sur Froggy town et les grenouilles s’ébrouent dans les flaques d’eau en jouant entre les sabots du cheval d’un cavalier solitaire qui entre en ville. C’est Lucky Luke qui arrive là en pleine nuit pour y trouver refuge le temps d’une halte rapide. Bien entendu, il ne trouvera ni quiétude ni repos et sera rapidement plongé dans une sale histoire locale, comme les petits villages miniers de l’ouest Américain savent si bien les inventer.

 

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

« Vous pouvez vous occuper de mon cheval pour la nuit ? » (*)

 

On dirait pas comme ça, mais Lucky Luke va prendre 70 ans cette année ! Et le bougre n’a pas pris une ride, n’a pas de problème d’arthrose, chevauche avec toujours autant de facilité et d’élégance son facétieux cheval blanc, et est toujours aussi habile de la gâchette. Sans doute les bienfaits de l’arrêt du tabac !

Pour célébrer cet âge canonique, les festivités et évènements éditoriaux ne manqueront pas en 2016. Expositions, beau livre (l’Art de Morris), réédition de 10 albums mythiques au prix de 7 euros, réédition luxueuse en grand format à partir des planches d’origines de Phil Defer, l’édition d’une intégrale documentée, et deux albums hommages, l’un réalisé par Matthieu Bonhomme et l’autre par Guillaume Bouzard.

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

Matthieu Bonhomme nous propose ici sa version toute personnelle de ce personnage emblématique de la BD. Il rend un magnifique hommage à son créateur en optant pour un choix narratif osé et un graphisme très personnel qui reprend pourtant certains codes propres à la série. Ainsi, son Lucky Luke avec ses traits semi-réalistes lui conférant un air plus moderne et plus sérieux, est malgré tout très proche de celui de Morris. Le choix des couleurs participe aussi de l’hommage, avec arrières-plans et personnages colorés d’aplats en bichromie. Les décors et cadrages ne sont pas en reste avec des références évidentes au cinéma de genre, donnant des planches sublimes sur les quelles il fait bon s’attarder.

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

Bien évidemment, de belles planches ne suffisent pas à faire un bon album. La veine historique de Lucky Luke, c’est le western caricatural et humoristique sublimé par la période Goscinny, maitre du calembour. Calembours qui soit dit en passant ne plaisaient pas à Morris. Matthieu Bonhomme n’a pas cherché à piétiner les plate bande de ses maitres et s’est affranchi de cette veine historique en réalisant tout simplement un vrai western. Un western avec une mine d’or, des indiens, des traitres, des shériffs véreux, une diligence, un saloon, des parties de poker, une jolie fille, un docteur malade. Ne manque qu’une seule chose : du tabac ! Et voilà la trouvaille géniale de Matthieu Bonhomme. Ce petit fil rouge humoristique dont on retrouve un brin presque à chaque page, à la manière d’un running gag, finit par devenir quasiment le thème principal de l’album, et donne un vrai motif à Lucky Luke d’avoir arrêté de fumer. Et moi je préfère cette version à celle de la bête censure des lobbies anti-tabac !

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

L’homme qui tua Lucky Luke est une réussite totale : une couverture splendide, des couleurs maitrisées, un dessin magistral, une histoire bien écrite.

Voilà un vrai bel hommage, œuvre personnelle faite avec avec humilité et beaucoup de respect pour ces immenses créateurs que furent Morris et Goscinny.

 

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

(*) dans quasiment tous les westerns, à un moment donné il y a un gars qui demande à un autre de s’occuper des chevaux. Vous ferez attention la prochaine fois que vous regarderez un western. 🙂

 

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

 

Kaplan & Masson (Une aventure de) -Tome 2 – Il faut sauver Hitler

Couv_274394.jpgPlancheA_274394.jpg Auteur : Jean-Christophe Thibert
Éditeur : Glénat
Collection : Caractère
Planches : 46
Dépot légal : 03/2016
Genre : espionnage burlesque

 

 

Le colonel Kaplan a un problème épineux : il doit sauver Hitler ! Ou plus exactement une chèvre, une doublure des services secrets français (SDECE – ancêtre de la DGSE. NDLR) afin de révéler un réseau d’anciens nazis. Et qui de mieux pour assurer cette mission que le très efficace Nathan Masson doublé de Monsieur Watanabé ? Comme de bien entendu, la CIA et le KGB ont eu connaissance de la « résurrection » d’Hitler et veulent eux aussi mettre la main sur lui.

Thibert-pl9a2.jpg

 

Il aura fallu pas moins de 7 ans pour avoir la publication du tome 2 des aventures de Kaplan & Masson. 7 ans d’attente et d’interrogations : les éditions Glénat ont-elles décidé d’arrêter là ? JC Thibert et Didier Convard sont-ils fâchés ? De nombreuses spéculations ont mis les nerfs des fans à rude épreuve (dont votre serviteur). Toujours est-il que le résultat est à la hauteur de l’attente. JC Thibert est seul aux commandes : scénario et dessin. Il emploie les mêmes ressorts que pour le premier tome : aventures débridées mâtinées d’humour, sur fond de guerre froide. Avec ce type de décors, l’espionnage a, bien sûr, le beau rôle ! JC Thibert paye son tribut à E.P Jacobs : le couple de héros (un militaire et un savant) est évidemment une transposition franchouillarde de Blake et Mortimer. Cette filiation (jusque dans le graphisme) est pleinement assumée par l’auteur. Il n’hésite pas à rajouter une touche personnelle à ses héros, les rendant tout de suite plus proches de nous. Ainsi, ils fument et ont une vie sexuelle (by Jove ! Chocking) ! Ceci dit les personnages ont des personnalités individualisées. Ils sont fouillés, y compris les personnages secondaires comme la sculpturale Line. Le scénario est lui aussi, très bien conçu avec des rebondissements, des courses poursuites, et surtout des caricatures de nazis ou d’espions, très drôles et très réussies.

17697557252_cca3c80c15_z.jpg

Le dessin est époustouflant. Dans la droite ligne de la ligne claire, JC Thibert pousse le trait très loin. Il est précis, très fluide et surtout très documenté. Le lecteur ne peut être qu’impressionné par le travail préliminaire de recherche d’archives retranscrites en dessin. Ainsi les voitures sont d’époque avec le souci du détail. Les « wunderwaffen » imaginés par les nazis sont raccord avec la réalité. Vous découvrirez, outre les célèbres ME 262, un prototype V2 piloté : le Heinkel Lerche (totalement improbable !). Cela contribue grandement à l’immersion dans le scénario.

Les aventures de Kaplan & Masson sont une véritable surprise. Qui a dit que la ligne claire était du passé ? Voilà un parfait contre-exemple totalement réussi ! Chaque album se lit comme un one shot. Mais je ne saurais que vous conseiller de vous procurer au plus vite la lecture du tome 1 (la théorie du chaos). Vous y trouverez un vrai moment de bande dessinée avec des morceaux d’humour et d’aventure à l’intérieur. Jubilatoire !

Scénario a08-3e78906.gif
Dessin a08-3e78906.gif
Total a08-3e78906.gif

Tigrevolant

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑