Rio – Tome 1 – Dieu pour tous

rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016Scénario : Louise Garcia, Corentin Rouge
Dessin : Corentin Rouge
Éditeur : Glénat
64 pages
date de sortie : avril 2016
genre : thriller, drame, chronique urbaine

 

 

 

L’histoire débute par une séance vaudou durant laquelle le sang d’un poulet coule sur la photo d’une femme. Cette femme c’est Alma, la mère de Rubeus et Nina. Pour survivre dans l’une des plus grande favelas de Rio, Alma est indic pour Jonas, un chef de la police. Elle en est aussi l’amante et attend de lui qu’il la sorte de cette vie misérable. Malheureusement ce flic est pourri jusqu’à la moelle et assassinera sauvagement Alma, sous les yeux de Rubeus.

Ce dernier réussit à s’enfuir et à récupérer sa petite soeur dont il assumera désormais seul la charge. De la favelas à la rue, il ne lui reste plus que la violence pour survivre. Le jeune Bakar va l’entrainer dans sa bande et lui apprendre toutes les combines pour s’en sortir. Mais il existe une autre alternative pour les orphelins : l’adoption par une famille riche. Si cette voie semble convenir à la petite Nina, Rubeus en revanche n’est pas enchanté par cette perspective.

 

« Écoute… pour commencer, apprends que dans ce quartier, les couillons de travailleurs n’ont rien dans les poches. Ceux qui ont d’la thune vont bronzer leur fesses sur les plages : Ipanema, Copacabana …. « 

 

Premier album pour Louise Garcia qui nous plonge de manière réaliste et crédible dans la misère crasse de Rio. Née au Brésil et ayant grandit à Rio, elle connait le sujet et cet album fleure bon la sincérité sans langue de bois. Toute la misère et la violence extrême qui en découle sont décrites avec un réalisme glaçant. On pense bien sûr à la violence entre les gamins livrés à eux-mêmes, quasi obligatoire pour survivre quand on fait partie d’une bande, mais il y a aussi celle des puissants envers les faibles qui veulent éradiquer la misère, en supprimant physiquement ses représentants. Ces flics véreux font froid dans le dos ! Et puis il y a le contraste saisissant de ces mégalopoles Brésiliennes où les plus démunis vivent, dans une indifférence presque générale, au milieu d’une clinquante opulence.

rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016

On est pris aux tripes par cette immersion au sein de cette bande de jeunes devenus délinquants par obligation. On tremble pour eux quand ils se font choper par les flics après avoir dépouillé de riches touristes américaines. On court avec eux et on baisse la tête quand les escadrons de la mort leur tirent dessus à balles réelles. Puis on se met à leur espérer un avenir meilleur quand ils intègrent l’orphelinat, tout en redoutant qu’ils ne tombent dans les mailles d’un piège trop doré.

Cette histoire, on la vit à fond ! Les personnages sont attachants, les scènes sont vivantes, les dialogues percutants et justes.

 

rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016

Ce scénario parfait est mis en image par Corentin Rouge dont on avait déjà remarqué le talent sur l’excellent Juarez de Nathalie Sergeef. Son trait énergique et réaliste contribue avec efficacité à l’immersion totale du lecteur ainsi qu’au dynamisme du récit. Ses personnages ont une vraie gueule, ses décors sentent l’authentique et ne font ni carton-pâte ni catalogue de décoration. Bref, C’est parfait !

Annoncée en 4 tomes, on attend maintenant la suite avec impatience, d’autant que la page 63 se termine sur un cliffhanger des plus surprenants !

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

A lire aussi : Cuervos , Juarez, et Favela Chaos

 

 

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑