TOUT L’ART DU JOKER

couv_242711-4b4e604.jpgURBAN COMICS – collection TOUT L’ART GRAPHIQUE DES COMICS ET AU-DELA

SORTIE: 10 AVRIL 2015

PRIX: 29.00 € 

240 PAGES

 

 

Une blague par jour chasse la morosité pour toujours! (LE JOKER)

 

 

Dans la culture populaire ce vilain est une institution ! Il est le clown, prince du crime. L’arlequin de la haine, le tueur sadique au sourire mortel… il est LE JOKER.

 

 

Voici encore un très bel ouvrage édité par URBAN comics qui nous raconte, étape par étape, les événements, histoires passionnantes et faits notoires qui ont fait de ce personnage le vilain le plus connu de l’histoire de la bande dessinée.

 

 

Agrémenté d’une longue et intéressante préface de MARK HAMILL ( le Luke Skywalker de StarWars mais aussi la voix la plus connue du JOKER depuis de nombreuses années), l’album part de la première blague du JOKER ( Detective comics N°1 de mars 1937) et se poursuit durant toutes ces longues années de comics plus ou moins bons, feuilletons radiophoniques, séries T.V et films grand écran (les acteurs, scénaristes, dessinateurs etc sont cités et l’on apprend des petits détails croustillants des diverses réalisations).

 

 

Le JOKER est un personnage sombre, ambigu, le mal incarné mais aussi un être complexe et miné par des obsessions, craintes et peurs pathologiques. Ne s’exclame-t-il pas dans un épisode fameux : « SANS BATMAN, LE CRIME N’EST PLUS AMUSANT! » – il croit à ce moment qu’un malfrat à tué Batman ! il va d’ailleurs venger son « ennemi » en tuant de façon horrible le bandit qu’il croit coupable ! Après ce meurtre il aura une autre de ses phrases célèbres : « ma foi, on s’est bien marrés ! si on allait manger chinois ? » Le Joker est l’envers du miroir de Batman, il ne peut exister sans lui et Batman ne serait rien s’il n’avait pas le Joker à empêcher de nuire.

Le livre détaille aussi tous les moyens graphiques utilisés dans la BD, des dessins classiques du début aux peintures d’artistes, en passant par les images digitales…. Bref ! tout, tout pour ravir les inconditionnels du JOKER.

De nombreuses illustrations, reproductions de couvertures, signées des plus grands dessinateurs tels Jerry Robinsons, Briand Bolland, Bruce Timm, Jim Lee, Neal Adams ou Dick Giordano, des scénaristes de talent parmi lesquels Grant Morrison, Alan Moore, Dennis O’Neil.

Les amis, ennemis, amours et alliés ne sont pas oubliés … Harley Quinn, Double Face, WonderWoman, Robin etc.

 

 

Un livre hommage au criminel de Gotham qu’il faut avoir dans sa bibliothèque ! 

 

 

a08-3e78906.gifMa note globale 

joker-4b4e60a.jpg

JR

Dent d’ours T3 : Werner

Couv_244390.jpgPlancheA_244390.jpgAuteurs : Henriet et Yann

Editeur : Dupuis.

Sortie : 7 mai 2015.

Genre : Aviation de guerre.

Le résumé.

25 avril 1945, un avion militaire allemand de reconnaissance arrive à se poser miraculeusement au coeur de Berlin, ville assiégée par les troupes russes. En émergent un haut gradé blessé et un pilote qui demandent à être conduits d’urgence au bunker d’Hitler. Ils en ressortent avec une mission aussi secrète que capitale pour le destin du IIIe Reich.

 

« Jawohl !le führer a donné l’ordre de déclencher la projekt A ».

Mon avis.

Verso_244390.jpgCe qui charme tout de suite avec dent d’ours, c’est la qualité du dessin d’Henriet. Rajoutez-y une colorisation réussie d’Usagi et on obtient là une BD qui sait attirer les regards.

Pour parfaire l’histoire, on a fait appel à un routinier des aventures humaines sur fond de tumultes guerriers : Yann. Il est d’ailleurs dans la même veine que ses dernières réalisations avec Romain Hugault tel que le pilote à L’Edelweiss, pin up wings  ou le grand duc.

 

Ce tome trois apporte l’essentiel des réponses à nos questions sauf que la fin reste bien ouverte et sujette à de nombreuses spéculations. On y flirte aussi par moment avec l’uchronie bien que de nombreux faits ou projets ont bel et bien existé.

La nouveauté vient qu’initialement prévue en 3 tomes, cette série va jouer les prolongations avec un nouveau cycle de 3 albums.

Cette extension est assez révélatrice que Dent ours a trouvé son public (20.000 Ex pour le T1 et 17.000 ex pour le T2).

Maintenant libre à vous de continuer ou pas l’aventure.

 

Pour ma part, j’ai apprécié cette lecture mais je commence à connaitre un peu trop les astuces de Yann et c’est sans grande surprise que j’ai découvert les ressorts de ce tome 3.

Une bonne BD mais je n’irais pas jusqu’ à crier au chef d’œuvre.

 

a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba.

 

Attention, ce tome 3 est à gagner sur SambaBD, voir encart en haut à droite.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

GOLDEN CUP – tome 6: Le truck infernal.

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015Dessin : Alain Henriet – Scénario: Daniel Pecqueur

Sortie : 18/02/2015

Editeur : Delcourt

48 pages – Cartonné

Aventure, thriller, course automobile.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): En Inde, des hommes kidnappent les jolies jeunes filles esseulées pour les proposer à de riches clients. Borano est déjà sur l’affaire lorsqu’il rencontre Holly, l’une des victimes. Cette dernière se propose de l’aider à retrouver les coupables. De son côté, Daytona, grand favori de la Golden Cup, s’apprête à gagner cette dernière étape. Mais certaines personnes en ont décidé autrement…

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015

 

«  Dans le truck, il y a une bombe destinée à détruire Golden City ! »

 

 

Mon avis : La course infernale s’achève. C’est ce qu’annonce un autocollant bleu et  rond sur la couverture de l’album. Ce 6e et dernier tome (provisoire ?) de la série va mettre un terme à la course appelée « Golden Cup » dont l’arrivée se situe à Golden City. Mais ce serait trop facile de simplement passer la ligne finale en vainqueur ou à une place d’honneur. Non ! Il faut en plus déjouer un attentat terroriste qui a pour but de détruire Golden City. Rien moins que cela…

 

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015

 

Le dessin est réalisé par Alain Henriet qui vit du côté de Dalhem en région liégeoise. Il n’est plus un inconnu car, outre Golden Cup,  il cartonne actuellement avec la série « Dent d’ours » qui vient de voir paraître son troisième tome en librairie. L’album est en ce mois de mai 2015 en tête des meilleures ventes. Henriet est secondé dans cet album  pour les couleurs par sa compagne Usagi. Daniel Pecqueur est le scénariste de cette série. Il s’agit d’une série dérivée de la fameuse série « Golden City » dont il est le créateur avec le dessinateur Nicolas Malfin. Il a encore d’autres scénarios à son actif dont la série « Arctica », toujours chez l’éditeur Delcourt.

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015

Au niveau du dessin, on a vu au fil de la série Alain Henriet s’imposer dans son style graphique parvenant à asseoir un dessin précis dans une ligne claire propre et nette, proche du style de Nicolas Malfin. En effet, le style « Golden » est bien présent à travers l’univers inspiré des cogitations de Daniel Pecqueur. Nous avons donc un dessin très agréable et lisse qui se laisse regarder et lire très facilement. Les couleurs d’Usagi sont également dans la charte graphique de l’univers « Golden » avec des couleurs franches et soutenues. Les ciels sont on ne peut plus bleus, le fameux « truck » est rouge de rouge et tout est du même avenant avec ce côté « flashy » !

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015

Daniel Pecqueur nous a concocté un dernier tome rythmé, avec des surprises, des moments de retournement. Bref, cela bouge beaucoup jusqu’à la fin de l’album. Le scénariste se permet aussi dans les dernières planches de faire une projection future de la carrière de Daytona, le héros principal de la série. Cette façon de clore l’album me fait penser qu’il n’y aura probablement pas une suite, du moins directement.

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015

Cette série est la série type dite « de détente ». On vous raconte l’histoire d’une course automobile à travers le monde où il se passe un paquet d’événements, où vient se mêler un thriller bien mis en place. Rien de révolutionnaire, simple, direct mais très professionnel. Le jeune public appréciera certainement à sa juste valeur cette BD au look attirant.

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

 

Capitol.

 

Golden Cup, le truck infernal, Henriet, Pecqueur, Delcourt, 7/10, aventure, thriller, course automobile, 02/2015

 

LA SUITE DE SKOLEM – Tome 1: Apparitions.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015Dessin : Marek – Scénario: Jean-François. Kierzkowski

Sortie : 26/03/2015

Editeur : Editions Pirate(s)

108 pages – Broché – bichromie

Aventure, mystère, humour.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Un être vêtu de noir et au visage monstrueux apparaît comme par enchantement dans les endroits les plus incongrus du globe puis disparaît aussitôt. Ratmir, homme vieillissant et son neveu plein de fougue, Roldek, tentent de résoudre cette énigme à travers l’Europe de l’Est. Une seule certitude : le lieu et la date de chaque apparition semblent obéir à une logique mathématique, une suite de Skolem.

 

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

 

 

«  Ne vous inquiétez pas, vous l’aurez votre monstre de foire, Docteur. En temps et en heure ! »

 

 

Mon avis : En ces périodes mouvementées au niveau de la bande dessinée, on voit apparaître des initiatives nouvelles. C’est parfois de la crise que naissent les solutions. En voici peut-être une, l’avenir nous le dira…La page Facebook de Samba BD voit passer régulièrement des avis d’une nouvelle maison d’édition qui répond au doux nom d’ « Editions Pirate(s) » ! Tout un programme ! Sur la plaquette que j’ai reçue avec l’album en service de presse, il y est noté que cette maison d’édition a été fondée par des auteurs qui sont : David Latini, comédien et clown, Stephane B. Douay, dessinateur (Commandant Achab chez Casterman), J.F. Kierzkowski, scénariste, Marek, dessinateur (Agatha Christie chez Emmanuel Proust), Pascal Follet, dessinateur et peintre. Le but ? Former un collectif d’auteurs et renouer le contact direct avec le lectorat. En d’autres termes, éviter les intermédiaires et vivre plus confortablement de ses droits d’auteur. Bien évidemment, c’est aussi beaucoup plus risqué car il faut créer un réseau de vente directe et être rapidement rentable. C’est comme le petit fermier producteur « bio » au fin fond de sa campagne qui vend directement ce qu’il produit à des consommateurs locaux avides de produits  de qualité, plus abordables et de contacts avec des professionnels. On est ici dans le même trip si ce n’est qu’il s’agit d’un produit culturel. Le net est bien évidemment le moyen de communiquer numéro un avec une page Facebook et un site internet d’information et de vente directe. Le contact via les librairies spécialisées BD et les salons BD est aussi privilégié. D’autres se lancent dans le crowdfunding (financement par des internautes désireux de voir sortir l’album) mais il ne s’agit pas de cela dans le cas présent.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

« La suite de Skolem » est le deuxième album sorti par la maison d’édition après un album intitulé « X » de David Latini et en attente d’un troisième pour le mois de juin intitulé « Ex-nihilo ».

L’album en lui-même est un petit album bien réalisé, imprimé en Bulgarie (probablement pour comprimer les coûts de fabrication), en bichromie. Dommage qu’on ne fasse pas travailler la main d’œuvre locale, seul bémol du système mis en place.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

Jean-François Kierzkowski a déjà quelques albums à son compteur en tant que scénariste avec par exemple la série « Escales » Chez Paquet ou « En route pour le Goncourt » en 2011 chez Cornélius qui a eu son petit succès auprès des critiques. Marek a travaillé pour la série Agatha Christie chez Emmanuel Proust (5 tomes réalisés).

Le dessin de Marek est en ligne claire et très agréable à suivre. La composition des planches est variée tout en restant classique. L’album n’est pas en noir et blanc, ni en couleurs, mais en bichromie. Encore une façon de réduire les coûts tout en se démarquant du flux habituel des sorties. C’est le genre de graphisme tous publics, sans esbroufe, mais qui n’a pas vraiment de défaut. Du bon travail, avenant et qui donne envie de plonger dans l’histoire pour en savoir plus.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

Le scénario de Kierzkowski mêle à la fois un côté aventure, un  mystère métaphysique, une sorte de polar scientifique teinté d’une bonne rasade d’humour. Les personnages et les situations sont bien typés et portent le lecteur vers la fin de l’album sans problème. Le lecteur est intrigué par la trame de l’histoire. Cartésien s’abstenir. Comme dans toute belle histoire par les temps qui courent, la suite et la fin se liront dans un tome 2 puis qu’il s’agit d’un diptyque. Je vous laisse découvrir ce que c’est la suite de Skolem !

En conclusion, il s’agit d’une belle surprise que cet album venu en droite ligne d’un nouvel éditeur qui veut sortir des sentiers battus. Je vous conseille de suivre les liens en bas de chroniques pour faire plus connaissance avec les Editions Pirate(s) ! Ce genre d’initiative se doit d’être soutenu d’autant plus que la qualité du dessin et du récit sont au rendez-vous!

 

  

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

 

Liens vers le site internet des « Editions Pirate(s) »: ICI.

Liens vers la page Facebook des « Editions Pirate(s) »: ICI.

 

 

Capitol.

 

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

 

Surcouf – tome 3 – le roi des corsaires

surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710Scénario : Erick Surcouf et Arnaud Delalande

Dessin : Guy Michel

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : 29 avril 2015

genre : histoire, aventure

 

 

Résumé (éditeur)

Jonas Wigg, l’espion anglais à l’origine chargé de tuer Surcouf, fait à présent partie de l’équipage du célèbre corsaire malouin. Grisé par le goût de l’aventure, il a décidé de se joindre aux campagnes de ces hommes fiers et nobles qui fendent la mer au mépris du danger, n’hésitant pas à affronter des frégates parfois dix fois plus armées que les leurs. Il se révèle même une recrue de choix contre ses propres compatriotes…

surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710

L’aventure continue de plus belle et Erick Surcouf, le descendant du plus célèbre des Corsaires, nous emmène au cœur d’une bataille navale des plus farouches. Fin tacticien, aventurier hors pair et n’ayant peur de rien, Robert Surcouf n’hésite pas à affronter des bâtiments trois fois plus gros que le sien et surtout bien plus armés. Il affichera même à son tableau de chasse la fierté de la Royal Navy : le Kent, fleuron de la flotte Anglaise. Faisant trembler et rager l’amirauté anglaise, ses nombreuses victoires commencent à agacer également l’amirauté française qui cherche à s’octroyer la totalité du butin et à supprimer la part revenant de droit au corsaire et à son équipage.

Ce troisième tome racontant la vie de Robert Surcouf est placé sous le signe de l’aventure et nous vaut de majestueuses scènes de combat naval. La partie romancée de cette histoire est bien menée et donne du souffle et de l’épaisseur au récit. De vrai/faux journaliste dans le tome 1, à vrai/faux espion dans le tome 2, Jonas Wiggs, qui se trouve être le narrateur, devient ici un vrai traitre en intégrant les rangs de Surcouf. En mettant en place cette intrigue, les auteurs évitent habilement le piège de la biographie trop documentée et rébarbative.

Dans un graphisme très (trop?) chargé, Guy Michel nous propose des planches grandioses où la marine à voile est mise à l’honneur. C’est dynamique, réaliste et ça fleur bon les embruns. Aussi, on pardonnera volontiers  les petites imperfections dont souffre parfois le dessin tant les scènes de mer sont majestueuses.

 

Mené tambour battant, ce troisième volume se termine dans les salons d’un certain consul d’origine Corse qui s’intéresse de près à ce jeune capitaine intrépide, et laisse planer le mystère quant au final de cette histoire. Dénouement attendu dans le quatrième et ultime tome de la série.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

Lire la chronique du tome 1

Lire la chronique du tome 2

 

 

surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710

 

MONIKA – Tome 1: Les bals masqués.

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015Dessin : Guillem March – Scénario: Thilde Barboni

Sortie : 07/05/2015

Editeur : Dupuis

64 pages – Cartonné

Polar, Thriller, suspense, érotisme.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): Monika, vidéaste et plasticienne, accepte de cacher Théo, génial inventeur sur le point de construire un androïde convoité. Avec l’aide de son ami hacker, Monika enquête sur sa sœur disparue. Elle est alors entraînée dans le monde interlope des « bals masqués »… Elle rencontre et séduit Christian Epson, le dernier homme à avoir vu Erika. Charismatique, Epson est un politique et est en voie d’accéder aux plus hautes marches du pouvoir. Mais des attentats éclatent et viennent troubler le jeu voluptueux de la performeuse.

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015

 

«  Je vois que malgré vos airs effarouchés, vous vous y connaissez en plaisirs raffinés ! »

 

Mon avis : Ce mois de mai 2015 est le mois des sorties BD pour Thilde Barboni qui sort coup sur coup deux albums, un chez Sandawé (Les anges visiteurs, tome 1) et le premier tome de « Monika » qui sort chez Dupuis. Cet album est dessiné en collaboration avec Guillem March. On sent de suite que Dupuis compte sur cet album. Envoi de presse, relance par mail, proposition d’interview, rien n’est oublié pour faire parler de cet album dans la presse, sur internet.

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015

Thilde Barboni est traductrice de profession et une écrivaine belge. Elle a déjà à son actif une bonne dizaine de romans parus en Belgique, France et Suisse dont certains ont été traduits aussi en allemand et en coréen. Elle a écrit également plusieurs pièces de théâtre et a collaboré à des émissions radiophoniques avec la RTBF. Au niveau de la bande dessinée, en tant que scénariste, rappelons à son actif  l’album « Rose d’Elisabethville » ou « Agence Interpol » édités chez Dupuis. Guillem March est un dessinateur espagnol spécialisé dans les comics. Il a déjà fait des petites incursions dans le franco-belge via Dupuis et Paquet. C’est le premier ouvrage en commun du tandem.

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015

Quand j’ai eu l’album en main et que j’ai vu la couverture très suggestive, je me suis dit que le récit risquait d’être chaud. Ma première impression en feuilletant l’album est d’avoir affaire à un récit érotique mais le scénario allait-il être à la hauteur des espérances? Un deuxième élément m’a frappé de suite c’est l’aspect graphique et surtout l’emploi des couleurs. Les teintes sont très claires, le blanc domine d’autant plus que l’héroïne principale de l’histoire est au début du récit une sorte d’oie blanche, court vêtue, à la peau digne d’un hiver arctique. Mais enfin, chacun sait que les premières impressions peuvent être trompeuses. C’est encore le cas pour cet album qui m’a paru étrange à première vue. L’album en lui-même est très soigné, la couverture très classe et agréable au touché. La reliure est bien réalisée, le papier est de qualité. L’impression a été réalisée par l’imprimerie Lesaffre, une référence.

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015

Le dessin de March est très épuré. Il connait bien l’anatomie et nous sert les corps de ses personnages sur ses planches de façon très élégante et plastique. La composition des planches est relativement classique, les expressions corporelles sont parfaites. Les visages pourraient être améliorés, manquent parfois de relief, de sentiments. La colorisation de March est atypique et pourrait en décontenancer certains. Il a fait dans le léger. Nous ne sommes pas dans les couleurs saturées d’un Largo Winch ou d’un XIII !

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015

Le scénario de Thilde Barboni m’a plutôt étonné, en bien. Ce n’est pas simplement une histoire à base érotique avec une histoire légère, trop légère. Non, il s’agit d’un vrai polar, un thriller aussi, mais qui débute dans des soirées spéciales, des sortes de « bals masqués » pour une certaine caste de personnages friqués et avides de quelque peu s’encanailler. Il faut bien un peu attirer le chaland de lecteur. Monika recherche sa sœur disparue qui fréquentait ce milieu un  peu louche, très secret,…Et en plus, le premier contact de Monika a lieu avec un jeune politicien promis à un brillant avenir…Sexe, politique, mystère, menaces, manipulations…Vous avez tous les ingrédients pour monter un polar, un thriller digne des meilleures productions hollywoodiennes.

 

Se cacher est un plaisir. Fuir, une volupté.

 

Notons qu’il s’agit d’un diptyque et que la fin de l’histoire sera pour bientôt (septembre 2015). Quelques planches graphiques explicatives du travail du dessinateur ponctuent la fin de l’album.

Pour ma part, j’ai été séduit par la façon qu’ont eue les auteurs de traiter le sujet. Thilde Barboni en tant que romancière a bien distillé l’histoire au fil des planches avec les éléments adéquats pour faire monter la sauce et donner un sens au récit. March impose son graphisme qui lui est propre, très stylisé et dépouillé. Seul la couleur pourra en déstabiliser certains mais encore une fois, même dans le domaine de la colorisation, il assume ses choix de façon convaincante. J’ai bien aimé ce voyage dans ce monde entre lumière et ténèbres.

 

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a08-3e78906.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne

 

 

Liens vers la fiche technique de l’album chez Dupuis : ICI.

 

 

Capitol.

Monika, Les bals masqués, March, Barboni, 8/10, Polar, Thriller, suspense, érotisme,05/2015

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑