LA SUITE DE SKOLEM – Tome 1: Apparitions.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015Dessin : Marek – Scénario: Jean-François. Kierzkowski

Sortie : 26/03/2015

Editeur : Editions Pirate(s)

108 pages – Broché – bichromie

Aventure, mystère, humour.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Un être vêtu de noir et au visage monstrueux apparaît comme par enchantement dans les endroits les plus incongrus du globe puis disparaît aussitôt. Ratmir, homme vieillissant et son neveu plein de fougue, Roldek, tentent de résoudre cette énigme à travers l’Europe de l’Est. Une seule certitude : le lieu et la date de chaque apparition semblent obéir à une logique mathématique, une suite de Skolem.

 

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

 

 

«  Ne vous inquiétez pas, vous l’aurez votre monstre de foire, Docteur. En temps et en heure ! »

 

 

Mon avis : En ces périodes mouvementées au niveau de la bande dessinée, on voit apparaître des initiatives nouvelles. C’est parfois de la crise que naissent les solutions. En voici peut-être une, l’avenir nous le dira…La page Facebook de Samba BD voit passer régulièrement des avis d’une nouvelle maison d’édition qui répond au doux nom d’ « Editions Pirate(s) » ! Tout un programme ! Sur la plaquette que j’ai reçue avec l’album en service de presse, il y est noté que cette maison d’édition a été fondée par des auteurs qui sont : David Latini, comédien et clown, Stephane B. Douay, dessinateur (Commandant Achab chez Casterman), J.F. Kierzkowski, scénariste, Marek, dessinateur (Agatha Christie chez Emmanuel Proust), Pascal Follet, dessinateur et peintre. Le but ? Former un collectif d’auteurs et renouer le contact direct avec le lectorat. En d’autres termes, éviter les intermédiaires et vivre plus confortablement de ses droits d’auteur. Bien évidemment, c’est aussi beaucoup plus risqué car il faut créer un réseau de vente directe et être rapidement rentable. C’est comme le petit fermier producteur « bio » au fin fond de sa campagne qui vend directement ce qu’il produit à des consommateurs locaux avides de produits  de qualité, plus abordables et de contacts avec des professionnels. On est ici dans le même trip si ce n’est qu’il s’agit d’un produit culturel. Le net est bien évidemment le moyen de communiquer numéro un avec une page Facebook et un site internet d’information et de vente directe. Le contact via les librairies spécialisées BD et les salons BD est aussi privilégié. D’autres se lancent dans le crowdfunding (financement par des internautes désireux de voir sortir l’album) mais il ne s’agit pas de cela dans le cas présent.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

« La suite de Skolem » est le deuxième album sorti par la maison d’édition après un album intitulé « X » de David Latini et en attente d’un troisième pour le mois de juin intitulé « Ex-nihilo ».

L’album en lui-même est un petit album bien réalisé, imprimé en Bulgarie (probablement pour comprimer les coûts de fabrication), en bichromie. Dommage qu’on ne fasse pas travailler la main d’œuvre locale, seul bémol du système mis en place.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

Jean-François Kierzkowski a déjà quelques albums à son compteur en tant que scénariste avec par exemple la série « Escales » Chez Paquet ou « En route pour le Goncourt » en 2011 chez Cornélius qui a eu son petit succès auprès des critiques. Marek a travaillé pour la série Agatha Christie chez Emmanuel Proust (5 tomes réalisés).

Le dessin de Marek est en ligne claire et très agréable à suivre. La composition des planches est variée tout en restant classique. L’album n’est pas en noir et blanc, ni en couleurs, mais en bichromie. Encore une façon de réduire les coûts tout en se démarquant du flux habituel des sorties. C’est le genre de graphisme tous publics, sans esbroufe, mais qui n’a pas vraiment de défaut. Du bon travail, avenant et qui donne envie de plonger dans l’histoire pour en savoir plus.

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

Le scénario de Kierzkowski mêle à la fois un côté aventure, un  mystère métaphysique, une sorte de polar scientifique teinté d’une bonne rasade d’humour. Les personnages et les situations sont bien typés et portent le lecteur vers la fin de l’album sans problème. Le lecteur est intrigué par la trame de l’histoire. Cartésien s’abstenir. Comme dans toute belle histoire par les temps qui courent, la suite et la fin se liront dans un tome 2 puis qu’il s’agit d’un diptyque. Je vous laisse découvrir ce que c’est la suite de Skolem !

En conclusion, il s’agit d’une belle surprise que cet album venu en droite ligne d’un nouvel éditeur qui veut sortir des sentiers battus. Je vous conseille de suivre les liens en bas de chroniques pour faire plus connaissance avec les Editions Pirate(s) ! Ce genre d’initiative se doit d’être soutenu d’autant plus que la qualité du dessin et du récit sont au rendez-vous!

 

  

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

 

Liens vers le site internet des « Editions Pirate(s) »: ICI.

Liens vers la page Facebook des « Editions Pirate(s) »: ICI.

 

 

Capitol.

 

La suite de Skolem, apparitions, Marek, Kierzkowski, Editions pirate(s), 07/10, aventure, mystère, humour, 03/2015

 

Surcouf – tome 3 – le roi des corsaires

surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710Scénario : Erick Surcouf et Arnaud Delalande

Dessin : Guy Michel

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : 29 avril 2015

genre : histoire, aventure

 

 

Résumé (éditeur)

Jonas Wigg, l’espion anglais à l’origine chargé de tuer Surcouf, fait à présent partie de l’équipage du célèbre corsaire malouin. Grisé par le goût de l’aventure, il a décidé de se joindre aux campagnes de ces hommes fiers et nobles qui fendent la mer au mépris du danger, n’hésitant pas à affronter des frégates parfois dix fois plus armées que les leurs. Il se révèle même une recrue de choix contre ses propres compatriotes…

surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710

L’aventure continue de plus belle et Erick Surcouf, le descendant du plus célèbre des Corsaires, nous emmène au cœur d’une bataille navale des plus farouches. Fin tacticien, aventurier hors pair et n’ayant peur de rien, Robert Surcouf n’hésite pas à affronter des bâtiments trois fois plus gros que le sien et surtout bien plus armés. Il affichera même à son tableau de chasse la fierté de la Royal Navy : le Kent, fleuron de la flotte Anglaise. Faisant trembler et rager l’amirauté anglaise, ses nombreuses victoires commencent à agacer également l’amirauté française qui cherche à s’octroyer la totalité du butin et à supprimer la part revenant de droit au corsaire et à son équipage.

Ce troisième tome racontant la vie de Robert Surcouf est placé sous le signe de l’aventure et nous vaut de majestueuses scènes de combat naval. La partie romancée de cette histoire est bien menée et donne du souffle et de l’épaisseur au récit. De vrai/faux journaliste dans le tome 1, à vrai/faux espion dans le tome 2, Jonas Wiggs, qui se trouve être le narrateur, devient ici un vrai traitre en intégrant les rangs de Surcouf. En mettant en place cette intrigue, les auteurs évitent habilement le piège de la biographie trop documentée et rébarbative.

Dans un graphisme très (trop?) chargé, Guy Michel nous propose des planches grandioses où la marine à voile est mise à l’honneur. C’est dynamique, réaliste et ça fleur bon les embruns. Aussi, on pardonnera volontiers  les petites imperfections dont souffre parfois le dessin tant les scènes de mer sont majestueuses.

 

Mené tambour battant, ce troisième volume se termine dans les salons d’un certain consul d’origine Corse qui s’intéresse de près à ce jeune capitaine intrépide, et laisse planer le mystère quant au final de cette histoire. Dénouement attendu dans le quatrième et ultime tome de la série.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

Lire la chronique du tome 1

Lire la chronique du tome 2

 

 

surcouf,roi des corsaires,delalande,erick surcouf,michel,glénat,histoire,marine,pirates,corsaires,st malo,royal navy,bataille navale,052015,710

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑