Le sculpteur

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015Auteur : Scott Mc Cloud

Éditeur : Rue de Sèvres

485 pages

date de sortie : mars 2015

genre : fantastique

 

 

 

« Nos jours à tous sont comptés »

 

David Smith est un jeune artiste en mal d’inspiration. Il a pourtant tutoyé la gloire suite à une rencontre avec un très riche mécène. Malheureusement, il n’a pas eu les épaules assez larges pour supporter cette notoriété trop rapide et n’a donc pas obtenu la reconnaissance escomptée. La collaboration avec le riche et malhonnête mécène a alors capoté, et il se retrouve sans un sou en poche.

Résigné, il boit ses derniers dollars dans un bar lorsque vient à sa rencontre son grand oncle Harry a qui il se confie. Il lui avoue être prêt à donner sa vie pour être enfin reconnu en tant qu’artiste. Son « oncle » lui propose alors un pacte : il pourra sculpter à mains nues tout ce qu’il souhaite, mais ce sera au prix de sa vie, dans 200 jours. Il accepte sans sourciller ce pacte diabolique, et prendra conscience de l’étendue de son pouvoir dès le lendemain, alors que le compte à rebours est lancé. Le grain de sable surviendra au bout de 11 jours en la personne de Meg, dont il tombe éperdument amoureux.

Comment va-t-il gérer ces deux passions exaltantes et dévorantes ? Alors que le temps lui est compté pour maitriser son nouveau don, il joue avec la matière et crée des œuvres aussi époustouflantes qu’invraisemblables. Mais son travail fait peur et le manque de cohérence entres les différentes pièces l’empêche de rentrer dans les indispensables galeries d’art. Il est néanmoins déterminé, et son amour grandissant pour Meg ne va pas faciliter les choses.

 

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015

Après avoir publié l’art invisible – un essai en bande dessinée sur la bande dessinée – Scott McCloud est considéré comme un des grands théoriciens de la bande dessinée. Le titre parait un brin pompeux, mais McCloud est aussi un vrai artiste et auteur de BD, même si sa production « papier » est assez limitée. Adepte de la bande dessinée expérimentale, il crée dès 1998 des webcomics, visibles sur son site internet, dans des formats aussi divers que variés.

 

Le sculpteur est à ce titre une BD des plus classiques … de 485 pages. Si une telle pagination vous fait peur, je vais vous rassurer tout de suite : Scott McCloud a un sens inné de la narration et quelques pages seulement suffisent à kidnapper le lecteur. Jamais l’on ne s’ennuie dans cette lecture car même les deux ou trois passages un peu long sont au service de la narration. Alors même que le dénouement est censé être connu dès le départ, McCloud réussit à créer un suspense, et à le maintenir sur les 485 pages. Le lecteur doute sans cesse sur cette issue fatale vers laquelle se précipite David et l’on se surprend à croire, espérer, imaginer une autre fin.

C’est volumineux mais la lecture reste très fluide et le nombre de pages sert vraiment l’histoire. L’auteur prend le temps de mettre en scène les effets qu’il souhaite sans avoir recours à une surabondance d’ellipses comme c’est souvent le cas dans des formats plus conventionnels.

 

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015

 

McCloud ancre cette réécriture du mythe Faustien dans la vraie vie, jouée par des personnages réalistes et accessibles. A cette histoire invraisemblable, se greffent mille petites et grandes questions existentielles liées à la création artistique, mais pas seulement. Quelle est la place de l’art dans la société, quelle est sa valeur, quel sens donner aux créations artistiques, et faut-il leur donner un sens, quel sens donner à sa vie, comment vivre sans ses proches, comment affronter la mort, l’amitié et l’amour sont-ils éternels, peut-on maitriser le temps qui passe …

 

La narration parfaite est soutenue par un dessin réaliste clair aux traits simples, donnant un rendu aéré. Sans avoir un coup de crayon éblouissant, Scott McCloud donne du mouvement à son dessin en utilisant les effets visuels de manière judicieuse et toujours à propos. Lignes de vitesse, différences d’encrages, perspectives, arrières plans, constructions des planches, quel que soit l’effet utilisé, il ne phagocyte jamais l’histoire mais renforce toujours le propos. Idem pour la couleur. Le choix de la bichromie dans les tons gris/bleus crée un jeu d’ombres et de lumière de bon aloi, et pose les ambiances. C’est là tout l’art de la BD, où images et textes racontent une histoire à valeur égale.

 

Époustouflante description d’une fuite en avant et d’une mort annoncée, le destin tragique de ce sculpteur sorti de l’esprit de Scott McCloud n’est pas sans rappeler les miroirs aux alouettes qui ont éblouis toutes ces stars du rock, emportées dans la fleur de l’âge.

 

Émanation du groupe de l’école des loisirs, l’éditeur Rue de Sèvres jette là un beau pavé dans la marre et rentre définitivement dans la cour des grands.

 

 

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

COMMENT NAISSENT LES ARAIGNEES

Couv_241449.jpgComment naissent les araignées

CASTERMAN – 25/03/2015

Scénario, dessin et couleurs : MARION LAURENT

Prix : 23,00€ – Relié, cartonné, dos rond, mat.

108 pages – format : 19 x 27,7 cm

ISBN / 2-203-06075-1

 

Etats Unis, une petite ville quelconque, les années 90. Alice est une jeune fille qui vit avec sa mère; les deux femmes ne se comprennent pas, Alice rêve de liberté, Kitty, la mère, a peur de ce qui pourrait arriver à son enfant, elle cherche à la protéger et, en l’occurrence, l’opprime inconsciemment! Patrick son frère comprend mieux sa jeune nièce, il tente toujours de l’aider.

Alice, grâce à son oncle, va avoir l’autorisation de se rendre à une fête chez une copine, elle va y rencontrer dwight, un jeune garçon qui réalise des bandes dessinées, en attendant la gloire il fait le ménage chez Bernie, le snack où tous les jeunes se retrouvent.

 

CCF19042015_00013.jpg

Isadora est une clocharde alcoolique; elle était infirmière et lorsque sa mère est tombée malade elle l’a accompagnée dans la maladie se faisant peu à peu « bouffer » l’existence! Elle s’est mise à boire de plus en plus, à tel point que son mari est parti avec leur petite fille et qu’elle a perdu son travail.

CCF19042015_00014.jpgBillie est une jeune noire. Elle aussi est « sur-protégée » par son grand frère et sa mère, cette dernière, aigrie par l’absence constante du père travaillant sur une plateforme de forage, rend la vie impossible à sa fille. La famille est très croyante et les règles de vie dans la société très strictes.

Avec la voiture que son oncle lui a confié, Alice va partir sur les routes à la recherche de Dwight qui est parti rejoindre ses parents sans même lui dire au revoir. Billie a failli se faire violer par deux copains de son frère en sa présence et ce pour la punir d’avoir osé s’intéresser à un blanc! elle va fuir la ville avec Alice, cette jeune fille qu’elle ne calculait pas à leur cours de danse… sur la route elles vont embarquer Isadora qui, rejetée de tous, a décidé de quitter la ville.

Les trois femmes vont alors apprendre à se connaître et à surmonter leurs préjugés, leur peur de l’autre et de la différence. 

Isadora arrêtera de boire, elle ira voir cette fille qu’elle n’a jamais connue et, rassurée, partira vers une nouvelle vie. Billie reviendra chez elle, elle pardonnera à sa mère son intransigeance et à son frère sa bêtise de jeune mâle noir. Mais, désormais, elle prendra sa destinée en mains. Alice, elle, renouera le contact avec sa mère trop heureuse de retrouver sa fille saine et sauve.

 

CCF19042015_00018.jpg

La vie reprendra avec, pour Alice, le souvenir de Dwight qu’elle n’a jamais retrouvé et qui ne semblait pas tenir à elle puisqu’il n’a jamais redonné de ses nouvelles.

Comment pouvait-elle s’imaginer que Dwight avait pris la route pour assister à l’enterrement de son père. Ce père avec lequel il était brouillé depuis des années, ce père dont le seul souvenir qu’il avait était ce fameux jour où, à la chasse, il l’avait obligé lui, petit enfant, à appuyer sur la détente du fusil et tuer un cerf.

 

CCF19042015_00017.jpg

Comment savoir que, en voiture, roulant à vive allure, Dwight s’en voulait de ne pas lui avoir dit au revoir et que, perdu dans ses pensées, il avait vu trop tard ce cerf ! que pour l’éviter il avait fait une embardé et quitté la route pour se tuer en s’écrasant plusieurs mètres plus bas.

Voici une belle et émouvante histoire sur un instant de la vie de quatre jeunes gens à l’aube de leur existence. Une histoire joliment racontée qui ne pouvait l’être que par un cœur de femme. Marion Laurent signe ici une œuvre prometteuse pour l’avenir de sa jeune carrière.

ma note :                                                                        JR

 

CCF19042015_00016.jpg

 

JOURNAL SPIROU- Numéro spécial : La Terre vue de Spirou.

Communiqué de presse:

Magazine, Spirou, Journée mondiale de la Terre, GIEC, 22/04/2015

 

La Journée Mondiale de la Terre, qui a lieu chaque année le 22 avril, est l’événement écologique le plus important au monde. Il a été créé par le sénateur américain Gaylord Nelson en 1970 pour encourager des étudiants à monter des projets de sensibilisation à l’environnement. Aujourd’hui, la Journée de la Terre est célébrée par plus de 500 millions de personnes dans quelque 184 pays.

Le journal SPIROU rejoint cet événement avec ce numéro spécial qui a pour but de vous expliquer (ou vous rappeler) quelques-uns des enjeux environnementaux majeurs de notre planète. En tant que média s’adressant à la jeunesse, nous nous préoccupons évidemment des générations futures qui hériteront de nos excès en termes de pollution et pensons qu’une information claire est la meilleure alliée pour responsabiliser tout un chacun.

C’est ainsi que Jean-Yves Duhoo est allé à la rencontre du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, dont le dernier rapport confirme que le réchauffement climatique résulte majoritairement de l’activité humaine.

Mathieu Sapin, pour sa part, a rencontré le célèbre animateur écologiste Nicolas Hulot que le président François Hollande a nommé « envoyé spécial pour la protection de la planète » et qui prépare activement l’importante Conférence Mondiale de Paris sur le dérèglement climatique qui aura lieu en novembre 2015 dans le cadre de l’ONU. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a d’ores et déjà lancé un appel pressant : «Nos modes de consommation sont incompatibles avec la santé de la planète. Notre empreinte écologique est démesurée. Nous devons agir maintenant si nous voulons qu’en 2050, la planète soit vivable pour ses 9 milliards d’habitants. Il sera bientôt trop tard.»

Nous espérons que ce numéro spécial vous donnera l’occasion d’aborder ce sujet sensible en famille, entre amis ou à l’école, car il concerne l’avenir de chacun d’entre nous.

 

Spirou n° 4019 du 22/4/2015

2,40 euros

reste en kiosque un mois.

 

 

Ce qu’en pense samba BD:

 

Magazine, Spirou, Journée mondiale de la Terre, GIEC, 22/04/2015

 

Le journal de Spirou ne manque pas une occasion pour faire parler de lui, pour sortir des éditions spéciales. C’est une très bonne initiative qui prouve en effet que la BD peut être réactive par rapport à des événements ou des phénomènes de société. Ici, il s’agit de conscientiser les lecteurs, jeunes et moins jeunes, à la problématique du réchauffement climatique et de l’environnement à l’occasion de la Journée Mondiale de la Terre.

Outre les histoires à épisodes, classiques du journal (Yoko Tsuno, Dent d’ours), une série de planches est consacrée à la problématique que ce soit par des sujets dit « sérieux » ou par l’humour (Dad, l’Atelier Mastodonte,…).

A noter que le lecteur trouvera également un poster au centre de la publication qui porte le titre: « Sauvons la seule planète où on trouve du chocolat! ».

Un numéro abouti et très agréable à lire que samba BD vous recommande.

A cette occasion, Samba BD, en collaboration avec le journal Spirou, offre 5 exemplaires de ce numéro spécial qui risque de devenir bientôt un collector! Il suffit de laisser un commentaire en dessous de cet article Les 5 gagnants seront tirés au sort parmi la liste des participants .Vous pouvez augmenter votre chance en partageant cette info via Facebook ( en public).
Date Limite :1 mai 2015.
Uniquement pour la Belgique ,France et Suisse.

Bonne chance à tous.

Capitol.

 

Journal, Spirou,La Terre vue de Spirou, Journée mondiale de la Terre, GIEC, 22/04/2015

 

 

CENTAURUS – Tome 1: terre promise.

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015Dessin : Zoran Janjetov – Scénario: Leo & Rodolphe

Sortie : 04/03/2015

Editions Delcourt

48 pages – Cartonné

Science-fiction, anticipation, aventures.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): La planète Terre est devenue inhabitable. A bord d’un « vaisseau-monde », nos descendants traversent l’espace à la recherche d’une terre d’accueil. Ils croient l’avoir trouvée dans la constellation du centaure. Mais attention aux simulacres et aux pièges…

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015

 

«Depuis que nous sommes enfants, on nous apprend que nous sommes dans un monde normal…Mais nous sommes à l’intérieur d’un vaisseau spatial. Nous sommes nés sur ce vaisseau.»

 

 

Mon avis : Certains éditeurs ne collaborent pas avec Samba BD. C’est le cas de Delcourt qui ne donne pas suite à nos demandes de collaboration. C’est leur droit le plus strict. Nous ne faisons probablement pas partie de leur politique éditoriale. Du coup, nous ne sommes plus dans l’actualité immédiate des sorties de chez Delcourt mais dans une mise à niveau personnelle, suivant nos achats en librairie, question de ne pas mourir idiot dans notre recherche des bonnes séries à découvrir. Je ne vous cache pas que ma priorité va aux éditeurs qui collaborent avec nous et leurs albums sont lus et chroniqués en priorité. Reste les albums d’éditeurs peu ou pas collaborant qui m’intéressent, que j’achète, et qui restent en réalité en « stand-by » sur ma pile d’album à lire. Cette attente peut durer d’une semaine à un an selon mon envie ou mon temps disponible. « Centaurus » fait partie de cette catégorie d’albums et, heureusement pour lui, je l’ai lu rapidement pendant un long week-end froid et pluvieux. Cette petite explication est je pense nécessaire pour nos nombreux lecteurs réguliers (près de 1000 visites par jour sur Samba BD, chiffres « Skynet ») afin qu’ils puissent comprendre le fonctionnement éditorial de notre site.

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015

Cette mise au point étant dite, Delcourt est un poids lourd de l’édition BD et encore plus depuis le rachat de « Soleil». Mon attention a donc été attirée chez mon libraire préféré par cet album « Centaurus ». Les auteurs sont loin d’être des inconnus. Leo et Rodolphe sont au scénario. Leo, c’est toute la saga « Aldébaran » et toutes les séries dérivées (Betelgeuse, Antares, Kenya, etc…). Il est à la fois dessinateur et/ou scénariste. Il a dessiné aussi la série « Trent » scénarisée par Rodolphe. Et voici notre deuxième scénariste. Rodolphe est un bourreau de travail, à la fois inventif et sur tous les fronts. Il a écrit à ce jour plus de 150 albums de BD, excusez du peu ! Il a collaboré avec Leo sur des séries comme Kenya et Namibia. Zoran Janjetov est un dessinateur serbe qui a comme maître en BD « Moebius » pour qui il a travaillé. Il a dessiné la série « Après l’Incal », « Les Technopères »avec Jodorowsky. Toujours avec le même scénariste, il dessine « Ogregod » chez Delcourt également. Ce sont donc des auteurs chevronnés qui nous proposent ici une déclinaison des précédentes séries. Mais ici, ils font confiance à Delcourt plutôt qu’à Dargaud.

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015

Que faut-il en penser ? Plutôt du bien…Le dessin de Janjetov a été fort inspiré par  Moebius  mais on ne peut nier qu’il a également bien assimilé le graphisme de Leo. On croirait voir en effet des planches de Léo mais avec une petit touche supplémentaire dans les ombres et certains détails qui donnent plus de profondeur au dessin. J’ai même pensé par moment à Enki Bilal. Le résultat final est excellent et donne envie dès l’ouverture de l’album de se plonger dans le récit.

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015

Le scénario est à la hauteur des noms des scénaristes. Certains pourraient se tenir : « encore une déclinaison d’Aldébaran »!  Oui, on peut se rapprocher de cette idée. Mais je pense que Leo et Rodolphe n’avaient pas envie de se planter avec cette nouvelle série et qu’ils devaient rester très créatifs dans leurs univers inventés et éviter les répétitions ou les « copier-coller » de ce qu’ils ont fait auparavant. C’est franchement réussi. C’est un vrai changement dans la continuité. Les personnages sont un mélange à la fois typé (les techniciens de la navette) et innovant (les sœurs jumelles, Bram,…). On retrouve une double énigme à la fois sur le vaisseau et sur la planète à investir, ce qui multiplie les questions et les inconnues.

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015

A noter que la première édition de l’album comporte un petit bonus à savoir un ex-libris du meilleur effet. Avis aux amateurs.

La lecture a été passionnante et limpide. C’est de l’anticipation pure, bien dessinée, bien scénarisée. Lorsque j’ai fermé l’album, j’avais déjà envie de lire la suite. Il faudra attendre hélas…Jusqu’à la dernière planche, le lecteur se pose des questions et sent un danger imminent. Franchement, une des bonnes sorties de ces deux derniers mois !

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a08-3e78906.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne

 

 

Capitol.

 

Centaurus, Janjetov, Leo, Rodolphe, Delcourt, 8/10, science-fiction, anticipation, aventures,03/2015

 

PSG Heroes – tome 2 – péril galactique

psg heroes T2.jpgpsg heroes T2 pl1.jpgScénario : Benj

Dessin : Briones

Éditeur : Soleil (sous licence PSG)

48 pages

date de sortie : mars 2015

genre : aventure, sport, science-fiction

 

 

 

J’aime la BD, j’aime le foot, et j’aime le PSG. Voilà sans doute pourquoi mes camarades chroniqueurs de Samba BD m’ont gentiment laissé ce service presse. Je les remercie chaleureusement de cette bienveillance à mon encontre, car je me suis payé une bonne tranche de rigolade en lisant cette « BD ». Non pas que ce soit là un chef d’œuvre d’humour, loin s’en faut, mais j’ai ri d’imaginer les auteurs en train d’écrire cette histoire ! Ils doivent s’abreuver d’une potion drôlement magique pour pondre un truc pareil ! J’en veux moi aussi de la potion !

 

psg heroes,benj,briones,huet,soleil,paris saint germain,foot,zlatan,ibrahimovic,science fiction,410,032015

Accrochez-vous ! Mais tout d’abord je vous fais un petit résumé du tome 1, car je m’en voudrais de vous perdre dans les abîmes inter-galactiques de cette aventure. Donc, dans le tome 1, des extra-terrestres ont décidé de pulvériser la terre (calmez-vous les gars, il ne s’agit pas de l’OM !) sauf si le PSG, qui domine le foot européen (on peut ici au choix, saluer l’esprit visionnaire qui anime cette bd ou bien y voir la principale caractéristique SF de cette histoire), vient a bout de leur équipe venue d’une autre galaxie. En gros, Zlatan doit sauver le monde. C’est curieux, parce que moi, je l’ai entendu dire ça le gars Zlatan : «Je ne suis pas là pour sauver le monde. Si je pouvais le faire, croyez-moi ce serait déjà fait.»* … Passons sur cette grossière invraisemblance. Zlatan a déjà du mal à sauver le PSG, alors vous imaginez, la terre !

 

Bref, passons au tome 2. La terre et l’humanité sont sauvées. Cool. Zlatan et ses coéquipiers sont devenus de vrais héros et disputent le tournoi galactique organisé par l’ignoble Rock Fükrug. La règle est simple : l’équipe qui perd, voit sa planète anéantie. Le PSG gagnant tout, Zlatan ne supporte plus d’être la cause de tant de destructions (il a quand même un bon fond le bougre). Donc il se rebelle, mais comme c’est pour la bonne cause, il ne prend pas de carton. Parviendra-t-il a sauver une fois de plus la terre ? Le suspense, haletant, est digne d’un PSG – Réal des années 90 ** ou, pour les plus jeunes, d’un Chelsea – PSG.

 

Bon, que dire de plus. Un mot du dessin ? Dans un style imitation comics super héros à la sauce Franco Belge, on peut dire que c’est propre et bien fait pour faire une histoire rythmée et pêchue. Les joueurs sont même à peu près reconnaissables, l’important étant que Zlatan, lui, soit parfaitement reconnaissable.

 

Le meilleur est pour la fin, dans un cliffhanger balbutié par Thiago Silva : « Nos supporters … ils ont …« 

 

… et merde, il va y avoir un tome 3 ….

 

Bon, j’ai beau aimer la BD, j’ai beau aimer le foot, et j’ai beau aimer le PSG, je ne suis pas sûr qu’il soit bien nécessaire de donner une grande place en librairie à cette BD licence marketing.

 

Enfin, ça fait toujours une bd d’action rigolote que les petits footeux en herbe apprécierons. Ou pas. Par contre, je serais curieux de connaitre les chiffres de vente à Marseille …

 

 

 

a04-3e788e4.gif

 

 

 

Loubrun

 

 

 

* je vous jure que c’est vrai !

 

** Une petite page d’histoire ne fera de mal a personne

 

 

 

 

Bjorn le morphir Tome 4. Les armées du Roi

thomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsthomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsthomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsScénario : Thomas Lavachery, Thomas Gilbert
Dessin & couleurs : Thomas Gilbert
Dépôt légal : 03/2015
Éditeur : Rue de Sèvres

Bjorn, le morphir, est de retour des enfers. Entouré des siens, il reprend des couleurs. Mais le roi Harald le rappelle pour lui ramener le prince Sven et lui confier la direction des armées. Il devient le Jarlal (le connétable nordique). Le temps presse car le pays est assailli de toutes parts et un attentat audacieux a touché le roi…

Le terme morphir désigne une certaine classe de héros nordique, la plus rare. Le morphir se distingue par l’évolution soudaine de son caractère et de ses aptitudes physiques : d’abord peureux et malingre, il se « lève » un beau jour pour devenir un guerrier d’exception.

thomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikingsBjorn le Morphir est avant tout une série de romans de Thomas Lavachery publiés à l’Ecole des loisirs entre 2004 et 2012. Une première adaptation sous forme de bandes-dessinées était sortie entre 2009 et 2013 chez Casterman. Cette adaptation était complément passée inaperçue, sans doute due à son format particulier. En ce début de l’année 2015, Rue de Sèvres, la branche BD de l’Ecole des loisirs republie ces 4 tomes parus chez Casterman cette fois en trois volumes. Et un tome 4 en mars 2015. Rue de Sèvres a revu la maquette et le format de Bjorn le Morphir. Elle donne à la série un nouveau souffle. Ce format est franchement une réussite avec de nouvelles couvertures, une jaquette rigide, des planches plus lisibles et plus grandes…. Pour revenir au fond, les vikings, leurs légendes et leurs panthéon ont toujours été une bonne source d’inspiration dans toutes les formes d’expressions artistiques. L’univers médiéval scandinave, rehaussé d’une touche de fantastique, donne ici un excellent résultat sous la plume de Thomas Lavachery. Tout en reprenant le schéma traditionnel des romans d’apprentissage (chevalerie, héros timide qui devient un héros, duels à l’épée), il n’oublie pas l’humour (le troll qui zozotte) et l’inévitable dose de romantisme avec l’amour de la belle Sigrid !

 

thomas lavachery,thomas gilbert,Épreuve,initiation,fantastique,surnaturel,roman d'aventure,vikings

 

Si Thomas Lavachery n’introduit rien de bien nouveau sous le soleil de la chevalerie, son imaginaire prend joliment forme sous le crayon de Thomas Gilbert. Ce dernier nous gratifie de très belles planches, dynamiques et colorées. Cela change franchement des débauches numériques de certains auteurs. Le choix d’une ligne claire permet de bien se concentrer sur l’univers du morphir qui se déploie sous vos yeux. A noter, une réelle évolution du trait du dessinateur avec plus de constance et de précision, notamment avec les visages. Ce tome 4 introduit un nouveau cycle après celui des enfers.

Le tout est frais, agréable, fluide et le lecteur passe un excellent moment. Une lecture pour tous les âges !

Scénario a07-3e78901.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a07-3e78901.gif

Tigrevolant

 

Astrid Bromure : Comment dézinguer la Petite Souris

 

Couv_241887.jpg

Astrid Bromure, Comment dézinguer la Petite Souris, Fabrice Parme, Rue de Sèvres, Véronique DreherScénario : Fabrice Parme

Dessin : Fabrice Parme

Editeur : Rue de Sèvres

Date de Sortie : avril 2015

Nombre de pages : 30

Genre : Jeunesse

 

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreherRésumé :

La Petite Souris n’existe pas : Astrid Bromure en est sûre ! Elle va le démontrer en lui tendant un piège infaillible, quitte à la dézinguer.

Mais rien ne va se dérouler comme prévu…

Petite fille au caractère bien trempé et au tempérament archi-gâté-gâteuse, Astrid est une peste excitée comme son nom l’indique, elle a néanmoins un bon fond, s’adresse correctement à ses domestiques, et adore ses animaux de compagnie. Comme Mademoiselle Louise, elle s’ennuie à cause de tout cet argent, et comme Eloïse, elle va inventer milles farfeluosités afin de parvenir à ses fins.

Mon avis :

Enfin un nouveau personnage chez Fabrice Parme, une fille cette fois, qui comme le Roi Catastrophe ne s’en laisse pas compter.

Moins péremptoire que son prédécesseur, cette chipie en uniforme « private school » est dotée d’une imagination sans limite. Toutefois, elle n’est pas naÏve ; et malgré les différentes descriptions de « la petite souris », elle va prouver que celle ci n’existe pas.

Hélas, si les enfants n’ont pas peur des souris, les gouvernantes si !

Pourtant, elles sont si jolies les facétieuses souris blanches de laboratoire qui envahissent l’appartement.

Au fait, Astrid habite dans une demeure victorienne, coiffant un cousin du Chrysler building affublé d’une végétation luxuriante en guise de moumoute.

Enfin bref ! encore un paquet d’aventures dézinguées dans le huis clos de cet appartement cossu d’une métropole américaine.

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

Les dessins de Fabrice Parme sont de véritables petits bijoux ; les personnages sont ciselés et possèdent une forte personnalité.

Les décors taillés au cordeaux et parfaitement détaillés, mettent en images un mix des mouvements « art déco » moderne et droit  au matériau luxueux, et « art nouveau » tout en volutes et arabesques. L’art de la Belle Epoque, les ferronneries de l’escalier du petit salon, les tours de fenêtres, les meubles marquetés.

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

Ouaaah ça donne envie d’être riche ! Le vaisselier et les confitures au dessus, ça donne envie d’être gourmand ! et de perdre à nouveau ses dents, pour laisser le loisir à cette petite souris, blanche et portant des chaussons verts en velours, de déposer une pièce sous mon oreiller, pièce tirée de son sac de satin rouge. « C’est quoi ce délire ?! »

 Et comme dit laurent Cirade sur BD’gest’ : « L’occasion est aussi donnée de retrouver cette mise en couleurs typique recourant à des aplats pastels qui permettent couramment de s’affranchir des contours des cases pour mieux aérer et faire pétiller les séquences. »

Du coup, ça m’a donné envie de déguster ses dessins :

 

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

S’il vous prend l’envie d’en faire autant… allez faire un tour par ici

Ma note :

 

Scénario : 6,5/10

Dessin : 8,5/10

Moyenne : 7,5/10

 

Sophie

 

 

PETIT-FILS D’ALGERIE.

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015Dessin & scénario: Joël Alessandra

Sortie : 15/04/2015

Editions Casterman

128 pages – Cartonné

Voyage, Histoire, famille, Algérie, racines.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): La famille de Joël Alessandra est originaire d’Italie. Au début du XXe  siècle, elle a quitté la misère pour l’Eden que représentait l’Algérie, un morceau de la France où tout était à construire. À l’aune de ce que l’histoire a retenu des ‘colons’, Joël se pose une question légitime. Ses grands-parents étaient-ils des exploiteurs, des racistes, des esclavagistes ? Étaient-ils proches de l’OAS ? Ils ont tout quitté du jour au lendemain, ruminant à jamais une rancœur profonde et légitime contre ce pays, ses habitants et bien sûr De Gaulle. En 2013, armé de son passeport et d’un visa (et accompagné de l’ « indispensable» guide sur place), Joël se rend pour la première fois à Constantine, ville de sa famille. Il est prêt à affronter ses craintes et ses doutes. Ce livre retrace son parcours… semblable à celui de milliers de familles.

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

 

«Joël, les tiens étaient tout sauf racistes !   Ils parlaient couramment arabe! Ils aimaient l’Algérie, ils aimaient les algériens ! »

 

 

Mon avis : En mars 2014, j’avais eu un coup de cœur pour l’album de Joël Alessandra intitulé « Errance en mer rouge ». Cet album a remporté des prix et a été très bien accueilli par le public et la critique. Joël Alessandra avait répondu à notre demande d’interview. Je vous renvoie vers les liens en fin de chronique pour mémoire ou découverte de cet album et de son auteur.

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

En ce mois d’avril 2015, Joël Alessandra, né à Marseille en 1967 et domicilié près d’Uzès dans le Gard, nous propose à nouveau d’effectuer un voyage, une immersion en Algérie. Mais ce n’est pas n’importe quel voyage ! En effet, il part sur les traces de son père, de son grand-père, de sa famille qui y ont vécu entre le début du XXe siècle et l’indépendance de l’Algérie. La famille Alessandra est d’origine italienne, naturalisée française en Algérie française, puis forcée de tout quitter pour s’installer en France. Ce sont ce qu’on appelle des « pieds noirs ». C’est donc un voyage physique mais aussi et surtout mental, émotionnel que nous propose Joël Alessandra. Que va-t-il découvrir sur sa famille ? A-t-elle laissé des traces, des souvenirs ? La famille Alessandra s’y est-elle bien comportée ? C’est donc dans l’inconnu, le doute et l’appréhension, que l’auteur va nous livrer dans cet album le récit détaillé de son périple algérien. Il est non seulement le dessinateur mais aussi le voyageur, le narrateur, le « reporter » sur le terrain.

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

Au niveau du dessin, il assure un maximum. Comme pour « Errance en mer rouge », il mélange les planches de BD classiques à d’autres plus libres dans la construction. Viennent en plus  se greffer des photos de famille, d’immeubles, des cartes postales, des papiers officiels, un ticket d’avion, des reproductions de son carnet de croquis,… C’est vraiment l’album type de voyage au départ. Les mises en couleur directes sont aussi un atout dans la réalisation de cet album. Le seul petit bémol (mais vraiment petit) c’est parfois l’expressivité des visages qui manque un peu de « peps » mais ce n’est que quantité négligeable dans l’ensemble.

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

Mais « le truc » de Joël Alessandra, c’est le scénario. Cette touche hors du commun pour sortir du voyage commun pour rentrer dans une vraie aventure avec ses incertitudes, ses zones d’ombres et de lumières. Ici, c’est sa propre histoire familiale qui le centre d’intérêt du voyage en Algérie. Retrouver ses racines, ses ancêtres, découvrir quelles furent leurs œuvres et leurs vie en Algérie. Est-ce qu’ils s’y sont bien comportés? Etaient-ils bien intégrés? Ce sont les grandes questions que se posait l’auteur au moment de son départ de France. Au fil de l’album, on suit l’auteur dans sa démarche, son approche personnelle, dans la confusion de ses sentiments. Avec en fin de compte, une délivrance et un réconfort pour l’auteur qui va découvrir sur place, de visu, ce qu’il avait entrevu dans des documents familiaux. Les Alessandra ont été des travailleurs acharnés, des bâtisseurs dont la ville de Constantine se souvient encore. C’est très fort et très bien raconté avec délicatesse et le recul suffisant.

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

On découvre également la ville de Constantine et l’Algérie en elle-même avec ses sites archéologiques de qualité dont celui de Djemila, époustouflant. Cet album est également un magnifique plaidoyer pour le tourisme algérien…

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

Cet album m’a vraiment touché ! C’est plein de découvertes mais aussi de sentiments. Joël Alessandra nous communique ses émotions profondes. C’est exceptionnel et émouvant.

Oui, Joël, ta famille en Algérie, c’étaient des gens bien. Tu peux être très fier d’eux! Et tout est dit… Merci pour ce partage sans égal.

 

 

 a08-3e78906.gifDessin

 

a09-3e78912.gifScénario

 

a09-3e78912.gifMoyenne

 

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album « Petit-fils d’Algérie » chez Casterman: ICI.

Lien vers la chronique de l’album « Errance en mer rouge » sur Samba BD : ICI.

Liens vers l’interview de Joël Alessandra (en 2014) sur Samba BD : ICI.

 

 

Capitol.

 

Petit-fils d'Algérie, Alessandra, Casterman, 9/10, voyage, Histoire, famille, algérie, racines, 04/2015

 

 

 

Les Chroniques Courtes (73): Belle-île en père,Les Voyages de Jhen,Les femmes en Blanc – Tome 37 ,VIETNAN Tome 2,FEMMES EN RESISTANCE Tome 3.

Belle-île en père

belle enpère.jpgbelle ile en pere.jpgScénario : Patrick Weber

Dessin : Nicoby

Dépôt Légal : mars 2015

Editions : Glénat / Vent d’Ouest

Collection : Hors Collection

Pages : 144

 

Retour aux sources, et retour en Bretagne, à la recherche de son passé et de contrées sauvages et isolées.

Vanessa Blue, vedette populaire du petit écran, décide de faire un break dans sa vie de star afin de se ressourcer sur Belle île, haut lieu de tourisme, quelque peu abrupte hors saison.

Elle y côtoie la grande Sarah Bernhardt venue se « confronter aux éléments », et son passé resurgit, non sans désagrément.

 

Comme le dit le résumé : « ce récit est une touchante chronique matinée de mystère sur la quête d’identité, l’accomplissement de soi et le rapport à la célébrité. »

 

C’est un bel album de par son format, néanmoins je n’ai ressenti ni l’aventure, ni les embruns qui apparaissent à chaque visite de l’île. Il y manque un peu de la loufoquerie de « la Divine », ainsi que cette nature indomptée et solitaire des îles bretonnes.

 

a05-3e788c9.gifMa note 

Sophie.

—————————————————————————————

Les Voyages de Jhen

Les Baux de Provence

jhen.jpgjhen 2.jpgDessinateurs : Benoît Fauviaux, Yves Plateau 

Scénariste : Jacques Martin

Dépôt Légal : mars 2015

Editions : Casterman

pages : 48

 

Troisième édition du premier album des « voyages de Jhen » qui nous amène en Provence, au moyen-âge, avec une forteresse terminée au 13ème siècle.

Ce château fait l’objet de continuelles convoitises, que je ne vais pas énumérer ici. L’album en explique parfaitement les tenants et les aboutissants.

Jusqu’à la renaissance, nous assistons aux transformations du château et à l’agrandissement et au développement du village au pied de la basse cour.

Les dessins sont parfaits, mais il est tout de même difficile de s’imaginer l’ensemble de la construction au vu des ruines qui subsistent désormais sur le plateau des Baux.

L’ensemble de l’ouvrage est très agréable, pour qui aime les visites historiques avec maints dessins et images du site, de la vie quotidienne et des armes utilisées au cours du temps.

 

a06-3e788fc.gifMa note 

jhen 3.jpg

 

Sophie.

—————————————————————————————

 

Les femmes en Blanc – Tome 37 : Un bacille heureux

 

femmes-en-blanc-c-4ac8f71.jpgles-femmes-en-bla...lanche-4-4ac8f8b.jpgScénario : Cauvin, Raoul 

Dessin : Bercovici, Philippe 

Dépôt légal : 03/2015  

Editeur : Dupuis 

ISBN : 978-2-8001-6258-4 

Planches : 48

 

Et de 37 pour les aventures des Femmes en blanc et de l’univers hospitalier développé par Cauvin et Bercovici. L’humour est toujours au rendez-vous au détour de gags en une ou plusieurs planches. Les situations diverses et variées, stagiaire pas doué, supporters bêtes, duel au pistolet…mais aussi l’actualité, la plastination ponctue ce nouvel opus.

 

 Il n’est pas facile d’arriver à se renouveler et de proposer toujours des gags au top du top quand une série dure depuis aussi longtemps. Ce tome n’échappe pas à la règle et souffre parfois de quelques petits coups de mou.

 

Une lecture somme toute plaisante pour une BD qui ne figurera pas dans le top 10 des albums de l’année 2015, mais je ne pense pas que c’était l’objectif visé par notre duo d’auteurs.

 

a05-3e788c9.gifMa note 

 

Revedefer

———————————————————————————————-

VIETNAN Tome 2 – Le réveil du Bouddha

vietnam.jpg

GLENAT – collection « treizeétrange »

48 pages – sortie: 25 mars 2015

Scénario: Frédéric Brrémaud

Dessin: Chico Pacheco

 

 

 

 

Nous sommes au Vietnam à la fin de 1971, la guerre fait rage. Le Viet-Cong s’est emparé d’un Bouddha sacré et l’achemine dans la jungle vers un lieu sur. Ce Bouddha intéresse beaucoup de monde, un collectionneur véreux et le F.B.I. 

De son coté le capitaine Wesson, qui a perdu toute sa patrouille au combat, est chargé par le général Walter de retrouver le Bouddha afin de savoir le fin mot de l’affaire; pour cela il lui adjoint une bande de tueurs sadiques et sans scrupules qui devront l’aider, vétérans de l’Algérie Le groupe se nomme « Les Gazelles ».

Tout ce beau monde se lance à la poursuite des Viet-Congs et la plupart y laisseront la vie car le Bouddha sacré est une clé ancestrale menant à une arme secrète et divine…… Combats violents, morts atroces, agents du F.B.I « increvables », la brutalité et l’horreur de la guerre sont ici froidement décrites.

 

 

Voici la fin du diptyque que les auteurs ont situé dans la jungle hostile du Vietnam durant la guerre américaine. Une bonne B.D d’aventures digne des meilleurs films américains sur le sujet.

 

 

a07-3e78901.gifMa note pour le  SCENARIO et le DESSIN

 

 

JR

————————————————————————————————–

FEMMES EN RESISTANCE Tome 3 – Berty Albrecht

femme en résistance.jpg

 

CASTERMAN

64 pages couleurs

sortie: 1″ février 2015

Scénario: REGIS HAUTIERE et FRANCIS LABOUTIQUE

Dessin: ULLCER

Couleurs: DOMNOK

 

 

Berty ALBRECHT fut l’une des grandes figures de la résistance; elle participa activement à l’édition du journal clandestin COMBAT et influencera grandement son compagnon et ami, le capitaine Henri Frenay avec lequel elle combattra l’occupant allemand.

Surveillée dès 1941 par la police française et, vraisemblablement, les services allemands, elle sera arrêtée en 1942 par La Surveillance du Territoire. Elle parviendra à s’évader et continuera la lutte dans la clandestinité.

La Zone Libre étant envahie par les allemands, Berty est arrêtée par les services secrets de l’ABWHER le 28 mai 1943 à Mâcon. Elle est transférée à la prison de Fresnes ou elle se suicidera le jour même par pendaison, sans doute pour échapper à la torture.En 1945 son nom sera tiré au sort avec quinze autres pour inhumation au Mont Valérien dans le mémorial dédié à LA FRANCE COMBATTANTE.

 

 

Cet album nous raconte la vie de cette grande femme pendant les années noires de l’occupation; comme dans les autres albums de la série, un personnage fictif, l’espionne allemande Anna Schaerer, sert de fil conducteur. Berty arrêtée est interrogée d’abord par la Gestapo qui use de violence puis, comme elle ne parle pas, Anna est chargée de l’interroger de « femme à femme ». Berty lui raconte ainsi les grandes lignes de son existence afin que nous les apprenions, une narration judicieuse qui, en mêlant fiction et réalité, accroche le lecteur.

Dommage que le dessin ne soit pas aussi percutant!

 

 

Ma note

 

 

a07-3e78901.gif pour le scénario

a05-3e788c9.gifpour le dessin

JR

—————————————————————-

Les mondes de Thorgal – Louve : Tome 5 : Skald

Scénario : Yann
Dessin : Surzhenko, Roman
Dépôt légal : 01/2015  
Éditeur : Le Lombard
ISBN : 978-2-8036-3540-5
Planches : 46

 

Nous avions laissé Louve en bien fâcheuse posture dans le tome précédant, il en est de même dans ce nouvel opus. Elle est toujours seule dans la forêt, poursuivie par la redoutable et énigmatique Crow. Cette redoutable guerrière déjouant tous ses pièges. Louve qui ne sait plus comment faire pour se débarrasser de Crow décide de laisser la place à son « double animal », afin que ce dernier combatte Crow…

  Lire la suite « Les mondes de Thorgal – Louve : Tome 5 : Skald »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑