Pinkerton Tome 1 – Dossier Jesse James 1875

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,westernpinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,westernScénario : Rémi Guérin

dessin : Damour

couleurs : Paolo Francescutto

Editeur : Glénat

Collection : Grafica

48 pages

genre : western

 

Résumé (éditeur)

Le flic le plus dangereux du Far West…
The Wild Bunch, les Dalton, les Molly Maguires ou encore Butch Cassidy, tous ces noms sont réputés pour être ceux des plus grands hors-la-loi de l’Ouest américain. Mais le monde connaît moins le nom de celui qui les a pourchassés pendant des années… Un homme qui n’a jamais lésiné sur les moyens pour arriver à ses fins, n’hésitant pas à verser le sang et semer les cadavres pour servir la justice. Allan Pinkerton, père de la police moderne, est encore aujourd’hui un paradoxe à lui tout seul, aussi dangereux que les criminels qu’il poursuivait et sans plus de pitié qu’eux. Ce premier volume évoque la traque de Jesse James, où l’on verra que la réalité fut moins enjouée que la chanson qui porte son nom…

 

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,western

La famille James dîne tranquillement dans sa ferme lorsqu’un groupe d’hommes de l’agence Pinkerton donne l’assaut pour arrêter le célèbre Jesse. L’assaut tourne au  massacre et les méthodes employées n’ont rien à envier à celles des criminels que l’agence poursuit. Tout ça pour rien : Jesse James est aux abonnés absents et les victimes sont innocentes. Les autorités et la population locales sont furax :  les frères James jouissent d’une certaine popularité car ils jouent les Robin des bois en distribuant une partie de leur butin aux habitants.

 

Pinkerton et Jesse James. Voilà deux noms emblématiques du Western. Ici, nous avons affaire à un western biographique qui raconte la fin de Jesse James. Malgré quelques libertés prises par l’auteur – notamment sur la manipulation de l’agence Pinkerton menant à la mort de Jesse James, les quelques évènements relatés sont véridiques et bien documentés mais souvent un peu trop vite survolés. Des personnalités aussi fortes auraient mérité un traitement plus approfondi. On apprend finalement peu de choses de Jesse James et de Pinkerton et c’est avec un sentiment de frustration que j’ai refermé cet album, d’autant que la fin se déroule à la vitesse de l’éclair. Une vingtaine de pages en plus ou même un second tome n’auraient pas été du luxe.

 

Le dessin incisif de Damour, bien qu’un poil trop encré à mon goût donne malgré tout un souffle épique à cette histoire. Les codes du genre sont respectés, et l’action est au rendez-vous.

 

Ma note : 6.5/10

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,western

Loubrun

LA FOIRE AUX GANGSTERS (SPIROU)

Couv_176125.jpg1301201755370001.JPGDessin & scénario : Franquin et Jidéhem 

Commenté par Jean-Louis Bocquet et Serge Honorez

Editions Dupuis

Collection Dupuis patrimoine

Sortie : 09/11/2012

88 pages

Prix conseillé : 24,00 €

ISBN : 9782800155715

Aventure, Humour

 

Résumé (de l’éditeur): Initiés au judo par le mystérieux Soto Kiki, Spirou et Fantasio se retrouvent embarqués malgré eux dans une affaire de kidnapping, qui va entraîner Spirou jusque dans les coulisses d’une fête foraine. Mais là où ça se complique, c’est quand, en pleine filature de suspects, il tombe par hasard sur Gaston…

1301201734020001.JPG

Mon avis : Pour bien placer cet album dans le contexte, rien de mieux que de citer les Editions Dupuis pour la présentation de cet album particulier :

 » L’édition définitive d’une pépite de l’oeuvre de Franquin, avec Spirou, Fantasio, et Gaston !
Après « Bravo les Brothers », c’est au tour de cette aventure pittoresque en milieu forain de connaître une édition spéciale. Celle-ci comprend les pages originales en fac-simile, recolorisées, commentées et resituées dans le contexte de leur création. Un album de collection, dans lequel Spirou, Fantasio et Gaston se partagent l’affiche. »

Dupuis continue donc à racler les fonds de tiroir, mais quel fond de tiroir ! Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour encenser un auteur qui deviendra bien vite en notoriété l’équivalent de Hergé ! Cette aventure date de 1959 et a été publiée à l’époque à la suite du nid des marsupilami. Cette histoire en 24 planches est un condensé de l’univers de Franquin avec excusez du peu : Spirou et Fantasio, Spip, le Marsupilami fait une apparition et, en guest-star, Gaston qui rempli son rôle de gaffeur avec une candeur désarmante. Les planches ont été recolorisées par Frédéric Jannin qui s’est basé sur les planches originales de Franquin.

1301201734510001.JPG

Le point fort de l’album, outre le talent de Franquin, c’est l’analyse de Jean-Louis Bocquet et Serge Honorez. On y apprend beaucoup d’informations sur les relations pas toujours sereines entre Franquin et l’éditeur Charles Dupuis, la fascination de Franquin pour la boxe et les fêtes foraines, l’envie de Franquin de faire un polar noir, la collaboration avec Jidéhem, l’impact du design et du style ’58, le début de la mode nippone (le judo, les produits japonais,…) et enfin le parallèle entre la future paternité de Franquin et le kidnapping d’un couffin.

1301201736510001.JPG

On y voit donc des combats de boxe, un marsupilami colérique, un accident de voiture très réaliste,… Charles Dupuis, toujours très à cheval sur la morale et avec le doigt sur la couture du pantalon, n’a vraiment pas apprécié cette histoire qu’il trouvait trop violente et pas vraiment dans la droite ligne du journal Spirou de l’époque.

1301201737240001.JPG

C’est cette mise en contexte qui donne le plus de cet album. C’est un album, qui prendra certainement de la valeur avec le temps, n’est pas une nouveauté mais est une belle mise en lumière.

 

Graphisme :   9,0/10

Scénario :     7,0/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑