Charles Burns – La Ruche

Scénario & Dessin : Charles Burns
Editeur : Cornélius
DL : 10/2012
ISBN : 978-2-360-81046-8
52 Pages.

Dans Toxic, Charles Burns a créé un monde riche et étrangement fouillé se concentrant sur Doug, un adolescent blessé, qui vient de rompre avec sa petite amie Sarah.

charles burns,cornélius,toxic,la ruche,comics

Pour ne plus subir les affreux cauchemars qu’il fait, Doug se répartit les derniers analgésiques de son père décédé. Dans ses cauchemars, il n’est plus Doug mais Nitnit, le personnage qu’il revêt lors des premières parties de groupes underground où on peut le voir avec un masque, ne s’exprimant qu’au travers d’une cassette préenregistrée de sons divers, de dialogues coupés, et de bruit d’insecte collés bout à bout.

charles burns,cornélius,toxic,la ruche,comics

 

D’un coup son cauchemar va passer de fiction à réalité où il n’est plus Doug mais Nitnit.

La Ruche, que l’on peut découvrir en fin de Toxic est ici au centre du récit.

Doug (toujours sous les traits de son alter-ego Nitnit) est employé comme gardien dans la ruche, sorte d’immense usine de reproduction. Il se prend alors d’affection avec une des reproductrices qui ressemble étrangement à Sarah. Ils discutent ensemble des romance comics qu’il lui a ramenés.

charles burns,cornélius,toxic,la ruche,comics

Pour la partie design des romances comics, le trait est très proche d’un Joe Simon ou d’un Romita Sr.

25697-3868241834Charles Burns va s’attacher ici à nous donner de nouvelles pièces du puzzle, de nouvelles couches au récit. Entre la réalité de Doug et celle de Nitnit vient ici s’ajouter les fameux romance comics « Throbbing Heart », sorte de romans photos dont l’histoire est une autre itération de la vie de Doug. Ces romance comics font le lien entre Doug et Nitnit.

Dans la Ruche, nous en apprenons plus de la relation dérangée de Doug et Sarah, sur leur rencontre et les interrogations de Doug.

 

Charles Burns va alterner les thèmes et les sujets : la dépendance et la peur de l’inconnu, l’avortement et le traumatisme, la conscience et l’irréel. Les pièces manquantes de Toxic s’emboîtent tout en laissant certaines questions en suspens.

charles burns,cornélius,toxic,la ruche,comics

Ce tome est plus accessible que le précédent, pourtant il est grandement conseillé d’avoir lu récemment Toxic pour en apprécier les différents niveaux de lecture. Une bonne série. Vivement la suite.

 

Dessin : 7/10
Scénario : 8/10
Global : 7,5/10

JaXoM

5 commentaires sur “Charles Burns – La Ruche

  1. Bien vu Jaxom ! Belle chronique ! Burns est auteur vraiment à part : tant au niveau des dessins et des scénarios (c’est le moins que l’on puisse dire).
    J’ai lu en son temps Toxic : cela m’a fait penser aux film de David Linch (respect !), tu es perdu dans son trip schizophrène mais tu es ravi de l’ etre tellement c’est génial :-))

    J'aime

  2. Oui Tigre, si on devait faire une analogie avec le cinéma, je dirais que c’est le parfait mix entre du Lynch (coté tortueux), du Cronenberg (l’étrange presque dérangeant) et du Gilliam pour son extravagance.

    J'aime

  3. Bienvenu parmi les chroniqueurs Jaxom.
    Sur ce coup là, je passe mais continue à enfoncer le clou, on va finir par céder .

    J'aime

  4. Pas encore lu mais cela ne va pas tarder. J’avais déjà repéré cette sortie dans le flux de fin d’année…Belle chronique, belle première!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :