Iroquois

cov (2).jpgi1.jpgAuteur : Patrick Prugne

Editeur : Daniel Maghen

104 pages – cartonné

Sortie : 25 août 2016

Aventures historiques

 

 

Avant-propos :

En 1608, Québec n’est qu’un nom griffonné sur une vague carte d ‘Amérique du Nord, une grande bâtisse fortifiée construite sur les rives du Saint Laurent où une quarantaine d’âmes s’apprêtent à passer leur premier hiver. La France d’Henri IV se soucie peu de ces arpents de neiges habités par une poignée de sauvages. Plus préoccupée par les richesses que lui procurent la pêche à la baleine et la traite des fourrures, elle n’envisage nullement l’installation d’une colonie.

Samuel de Champlain, fondateur de Québec, n’aura alors de cesse de défendre « son » Canada. Il saura imposer un climat de paix et de confiance entre nations amérindiennes (Hurons, Alguonquins, Montagnais) et Français. De ces relations naîtra un commerce florissant. Peaux de castors et de loutres s’échangent à bas prix contre marmites, haches, clou et autres divers objets en fer. Ce juteux commerce ne dure qu’un temps…

Les raids meurtriers incessants que mènent les Iroquois dans la vallée du Saint Laurent contre les convois de pelleterie hurons ou algonquins exaspèrent très vite la petite communauté française.

Soucieux de consolider l’alliance faite avec ses alliés amérindiens, Champlain prend le sentier de la guerre à leurs côtés et part pour l’Iroquoisie. C’est dans ce contexte que se situe l’histoire qui suit. Le long de la Rivière des Iroquois, sur le lac Champlain, un mois de juillet 1609 en Nouvelle France.

i2.jpg

Présentation :

Grands espaces, guerres indiennes et personnages inoubliables sur fond de vérité historique.

i3.jpg

Samuel Champlain, envoyé du roi de France, est chargé de pacifier les rives du Saint Laurent pour y développer le commerce des peaux avec les différentes tribus, régulièrement menacées par les raids iroquois. Aidé d’une quarantaine d’hommes et de ses alliés hurons et montagnais, il s’enfonce en Iroquoisie, guidé par « Le Basque », un trafiquant assoiffé de vengeance qui connaît ces contrées comme personne. En plus de son alliance avec les tribus hurons et algonquines, Champlain dispose d’un atout en la personne d’une otage, « Petite Loutre », fille d’un chef iroquois qui lui servira peut-être de monnaie d’échange …

i4.jpg

Mon avis :

Après Pawnee, Frenchman et Canoë Bay , Patrick Prugne continue à explorer les grands espaces nord-américains. Dans ce récit d’aventures, il met sa virtuosité graphique au service d’un scénario linéaire et classique à l’issue dramatique. La narration alterne point de vue objectif et perception subjective : c’est au travers de la vision de « Petite Loutre » que le lecteur est parfois invité à suivre le cours des événements. Un souffle épique souffle sur cette histoire que de superbes aquarelles mettent en valeur. Elles conviennent parfaitement aux longs et lents silences traduits par des illustrations en grandes cases, pleines ou doubles pages.

i5.jpg

Le souci de précision historique de l’auteur est poussé très loin, en témoigne son cahier d’illustrations d’une douzaine de pages en fin d’album.

 

 

a08-3e78906.gif     Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Daniel Maghen : ICI

 

Skippy.

Androïdes T02 : Heureux qui comme Ulysse.

Dessin:Geyser.
Scénario : Peru.
Éditeur : Soleil.
Sortie:24 août 2016.
52 pages.
Genre: science-fiction.

 

Le résumé.
Au XXVe siècle, l’ISS OXYGEN est le premier vaisseau d’exploration spatiale à quitter la Terre avec des enfants à son bord. Alternant les phases d’hibernation, plusieurs familles se relaient aux commandes du navire. Pour s’occuper des plus petits durant les périodes d’éveil, l’équipage compte sur AC7+, un androïde de compagnie réputé pour son stock illimité d’histoires.

« Un petit pas pour l’androïde, un grand pas pour l’humanité »

Lire la suite « Androïdes T02 : Heureux qui comme Ulysse. »

Andersen, Les ombres d’un conteur

cov.jpga1.jpgScénario et dessin  : Nathalie Ferlut

Editeur : Casterman

128 pages – cartonné

Parution : 31 août 2016

« Biopic » – roman graphique

 

 

Présentation :

Dans les contes, quand un paysan trouve une pièce d’or, il change sa vie avec ! Imaginez un peu ce que serait ton aventure à toi ! Ton conte, ta belle histoire : Tu pourrais être si grand ! Eventyr ! Eventyr !

a2.jpg

Mon avis :

De manière très habile, le scénario nous dévoile les secrets de la vie de l’auteur emblématique de la littérature danoise au XIXème siècle. De la misérable existence d’un enfant confiné à la campagne, en passant par une éducation et une scolarité difficiles, d’apprentissages littéraires aux déboires amoureux, de l’homosexualité (refoulée ?) à la peur de la folie, de la vie mondaine à l’élaboration d’une œuvre au succès inégalé, c’est toute les parts d’ombres d’Andersen qui font la richesse de ce récit biographique. Analysant ses personnages, explorant ses écrits, réactivant ses découpages, Nathalie Ferlut nous livre un récit nuancé et touchant sur celui qui reste un enchanteur de l’enfance. La petite sirène, La petite marchande d’allumettes, Le petit soldat de plomb ou encore La reine des neiges, toutes ses histoires nous les connaissons et nous les (re)découvrons encore aujourd’hui.

a3.jpg

Au niveau graphique, Nathalie Ferlut a déjà prouvé sa maîtrise de différentes techniques et son audace stylistique.  Elle peut passer avec aisance du réalisme à un trait plus brouillon, en choisissant la forme qui correspond le mieux à son propos. Elle alterne le raffinement expressif et l’illustration plus simple des formes monochromes noires, parfois rouges.  Ses couleurs et textures donnent une matérialité picturale à ses cases aux bords finement déchirés. Son utilisation des figures découpées d’Andersen émaille toutes les planches. De l’ensemble de l’album, se dégage une sensation de virtuosité qui imprègne la lecture. Du grand art !

a5.jpg

 

a08-3e78906.gif     Dessin

a08-3e78906.gif     Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

 

 

Les chroniques courtes (106):Pornhollywood T2,Marvel saga N°2.

Pornhollywood Tome 2. Crépuscule
couv_274413-50188a5.jpg306418401.2-50188ab.jpg• Scénario : Noel Simsolo
• Dessin / couleurs : Dominique Hé
• Dépot légal : 03/2016
• Editeur : Glénat
• Collection : Grafica
• Pages : 46

 

Hollywood, 1934. Jim et Jenny filent le parfait amour. Mais il est Juif et elle est Noire. Jim tourne des films pornographiques, faute de mieux et Jenny est entraineuse. Dans les années trente, cette idylle est contre-nature pour le Ku Klux Klan et pourrait se révéler dangereusement mortelle. Et tourner des orgies sexuelles avec des hommes politiques n’est pas forcément une bonne option pour couler des jours heureux voire pour rester en vie …..
Noel Simsolo aime les scénarios complexes. Déjà en pleine tourmente dans le tome 1, Jim et le lecteur se retrouvent à intégrer dans l’équation un nouveau paramètre en la personne des fous d’extrême droite, le Ku Klux Klan. Et des protagonistes, PornHollyhood n’en manque pas. Il faut dire que le scénariste connaît ses classiques de polar. Il intègre tous les ingrédients du genre : drogue, violence, chantage, sexe…. rien ne manque à l’appel. Mais à trop charger le fil conducteur, l’écrivain prend un sérieux risque de perte de substance. Il est alors difficile de s’y retrouver et la lecture s’en trouve alourdie. De plus, le dessin, malgré de bons cadrages, peine à différencier les personnages. PornHollywwod est donc au final un polar juste classique. Les auteurs ont sans doute péché par gourmandise en voulant traiter trop de sujets. Mais il faut reconnaitre l’aspect politique de ce diptyque dénonçant avec virulence les dérives sectaires et les hypocrisies de l’Amérique des années 30. Et rien que pour ça Noel Simsolo et Dominique Hé en sont remerciés !

a05-3e788c9.gifGlobal. 

 

Tigrevolant

___________________________________________

simsolo,hé,pornhollywood,glénat,cinémaMarvel Saga (3e série) N°2 « Le tournoi des Champions »

Panini comics kiosque – 08/2016 – 144 pages couleurs

Dessin: Thomas Labourot, Andrew Crossley, Paco Medina

Scénario: Al Ewing

 

 

 

simsolo,hé,pornhollywood,glénat,cinémaLe tournoi des Champions est un jeu mobile Marvel qui a un grand succès (tu m’étonnes!). Ce mois- ci Marvel Saga nous propose l’adaptation en BD et c’est superbe!

L’idée (tirée d’un one shot des années 80 publié en France par Lug dans le N°3 de la série « un récit complet Marvel ») est géniale : deux entités cosmiques (le Collectionneur et le Grand Maître), membres des « Doyens de l’Univers » parient l’un contre l’autre sur un tournoi où chacun d’eux choisit ses combattants! et que font nos joyeux drilles ? ils vont choisir des super héros et super vilains qu’ils vont forcer à s’affronter dans un combat à mort. Jouissif, non ? et nous avons le plaisir de voir se battre des êtres comme Gamora, Venom, Stick, Hulk, Bullseye (Elektra), Le Maestro, Sentry, Arès, etc.

Un très bon scénario mettant en vedette bon nombre de personnages plus ou moins connus de l’univers Marvel mais très attachants, des dessins de folie… bref ! courez-vite l’acheter car vous lirez un bel album pour pas cher !


JR

Ma note: 

 

Exarcheia, L’orange amère

cov.jpgex 1.jpgRécit de Nicolas Wouters
et Dimitrios Mastoros

Dessin de Dimitrios Mastoros

Editeur : Futuropolis

200 pages – cartonné

Parution : 25 août 2016

Roman (auto) (bio) graphique social

 

Présentation :

Exarcheia est un bastion anarchiste au cœur d’Athènes. Un quartier touché de plein fouet par la crise économique. S’y croisent tous ceux que la Grèce étouffe dans ses tentatives désespérées de surmonter une situation économique de plus en plus inquiétante.

ex2.jpg

On y entre comme dans une forteresse, attiré par une odeur de brûlé et de fête.
Pas d’églises, pas de banques.
Le quartier historique d’Exarcheia dérive au milieu de la mer de béton athénienne, chahuté par ses courants révolutionnaires.
Dans des artères trop étroites, ses habitants rient et se perdent, se faufilent en eaux troubles tels des poissons de nuit…

exarcheia,l'orange amère,wouters,mastoros,futuropolis,25 août 016,roman graphique

 

Mon avis :

Fruit de la collaboration entre Dimitrios Mastoros et le scénariste belge Nicolas Wouters, L’orange amère s’inspire des souvenirs de l’adolescence grecque du dessinateur. Le récit montre le désarroi d’une génération en proie à une crise économique et sociale de grande ampleur. 

ex3.jpg

Avec le personnage de Nikos de retour dans son quartier d’enfance, c’est une tranche de vie âpre et difficile que le lecteur est invité à suivre. Les déboires du jeune homme qui va rapidement réaliser que si l’engagement semble de prime abord excitant, il se révèle très vite épuisant. Progressivement, au fil des rencontres et des confrontations, il va perdre sa naïveté et son idéalisme. Des images aux tonalités sombres, des gris, des noirs, quelques rouges, parfois à la limite de l’abstraction, nous montrent ce long cheminement vers le malaise et l’amertume.

exarcheia,l'orange amère,wouters,mastoros,futuropolis,25 août 016,roman graphique

   a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gif  Scénario

a07-3e78901.gif  Moyenne

 

Le site internet des Editions Futuropolis : ICI

 

Skippy.

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑