LA DYNASTIE DONALD DUCK N°20

Couv_284146.jpgVerso_284146.jpgL’or de glace et autres histoires

(1944-1945)

Scénario & dessin: CARL BARKS

Editions Glénat

388 pages couleur

Parution du 6 juillet 2016

 

 

Voici le vingtième volume de cette magnifique intégrale consacrée à l’oeuvre du génial Carl BARKS.

disney,donald & mickey,carl barks,glénat

Ce volume nous propose les récits publiés dans les magazines Walt Disney’s comics, Donald Duck ou encore Walt Disney’s Mickey Mouse (DELL comics) durant les dernières années de guerre mondiale. Des petits bijoux dans lequels Donald est confronté à toutes sortes de situations cocasses ou dangereuses, des monstres, des vilains (génial Pat Hibulaire) ou des voisins pas commodes ! il faut noter que, à cette époque, le canard n’est pas systématiquement sauvé par ses neveux et semble plus débrouillard que ce qu’il est devenu des années plus tard.

Durand cette période  Carl BARKS produit quantité de petites histoires d’une vingtaine de pages et des films de propagande sur l’Amérique en guerre mettant en scène Donald.

disney,donald & mickey,carl barks,glénat

A souligner également que chaque récit de l’album est accompagné d’un commentaire expliquant le contexte, les sources de l’auteur et détaillant les diverses parutions de l’histoire par année et titre de la publication. En fin de volume un intéressant article sur les films de propagande dont Donald est le héros, un storyboard dessiné par Barks et, pour finir, un hommage à Floyd Gottfredson qui anima et dessina les aventures de Mickey Mouse pendant de longues années. 

Un très bel ouvrage qui comblera les amateurs de l’irascible petit canard.

Ma note:

Scénario: 

Dessin:    

Globale:   

JR

disney,donald & mickey,carl barks,glénat

Pin Up 196 Ladies des comics

Pin Up Ladies, dangereuses, voir mortelles

Lady Mechanika (Kenneth Rocafort)

Pin Up Ladies, dangereuses, voir mortelles

Lady Deadpool (Shunya Yamashita)

Pin Up Ladies, dangereuses, voir mortelles

Lady Rawhide et Lady Zorro (Mike Mayhew)

Pin Up Ladies, dangereuses, voir mortelles

Phantom Lady (Gabrielle Dell’Otto)

Pin Up Ladies, dangereuses, voir mortelles

Lady Deathstrike (Simone Bianchi)

Pin Up Ladies, dangereuses, voir mortelles

Lady Kildare (Raymund Lee)

Roma

1.jpg2.jpgTome 4 – La chair de mon sang

Dessin : Christian Gine

Scénario : Didier Convard, Chantal Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions : Glénat

Collection : Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 14 septembre 2016

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

An 37. Caligula, l’empereur fou, règne sur Rome par le sang, le viol, et la terreur. Il est habité par des visions envoyées par le Palladium qui le convoque et l’appelle. Mystifié par l’idole, il découvre la jeune vestale Aquilina en laquelle il croit retrouver sa défunte sœur Drusilla, dont il est toujours éperdument amoureux. Caligula fait trembler le Sénat et s’enfonce dans la paranoïa. Ker, la déesse enfermée dans le Palladium veut profiter de la démence de l’Empereur pour s’extraire de sa gangue d’orichalque et libérer enfin les ténèbres, puis se venger des Dieux et des Hommes. La très vieille vestale Laena peut seule s’opposer au Palladium et à Caligula, repoussant ainsi pour un temps la Malédiction.

3.jpg

Mon avis :

Petit rappel : à l’origine, Roma est une idée de Gilles Chaillet. Après sa disparition en 2011, Chantal Chaillet, son épouse, avait souhaité que ce projet puisse être développé et mené à terme. Elle a fait alors appel à Didier Convard, aidé par Éric Adam et Pierre Boisserie, pour finaliser les scénarios de cette immense fresque supposée couvrir l’histoire de Rome, de l’Antiquité à 2030, en terminant par un épilogue de science-fiction. A chaque album devait correspondre une époque et un récit indépendant.

5.jpg

Roma se présente donc comme une grande saga historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d’une parution semestrielle, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, a pour cadre un épisode célèbre de l’histoire de Rome. Pour le premier cycle des 5 récits couvrant la période antique, un cahier historique préparé par Bertrand Lançon, spécialiste de la période romaine, vient systématiquement compléter l’ouvrage.

4.jpg

La Chair de mon Sang est donc le quatrième tome. Un titre qui en résume parfaitement le contenu avec la folie de Caligula expliquée par l’emprise du Palladium. Sexe et violence sont au menu pour les dernières heures du tyran. C’est avec plaisir que le dessin semi-réaliste de Christian Gine nous rappelle sa collaboration avec Chaillet sur les Les boucliers de Mars et sa superbe vision de la Rome antique.  

6.jpg

Le cahier documentaire de Bertrand Lançon, historien et professeur émérite d’Histoire romaine à l’Université de Limoges, vient apporter une heureuse et  indispensable touche à la bonne compréhension du contexte historique. Il fait une très intéressante mise au point sur les différentes manières dont le mythique Caligula fut perçu dans les plus ou moins récentes productions romanesques et cinématographiques. Il s’essaie à un plaidoyer pour la BD historique et nous conseille une bibliographie de quelques ouvrages pour nuancer nos connaissances du sujet. Le tome 5 dont l’action se situera en 326  abordera, je suppose, la conversion de l’empereur Constantin au christianisme. Une lecture qui s’avère d’ores et déjà passionnante : quel rôle va bien pouvoir jouer le Palladium dans ce bouleversement ?

1.jpg

 a07-3e78901.gif    Dessin

a07-3e78901.gif     Scénario

a07-3e78901.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.


Une histoire de l’île d’Errance T.2 : Macha

Couv_282371.jpgMachaUneAventuresurlIledelErrance_T2_pl2.jpgScénario : Flora Grimaldi.
Auteure : Maike Plenzke.
Éditeur : Glénat.
64 pages.
Sortie : 8 juin 2016.
Genre : Fantasy.

Résumé :

Lorsque les Humains découvrent l’île d’Errance, elle est peuplée de différentes Créatures qui vivent en parfaite harmonie. Celles-ci tentent d’abord avec bienveillance de laisser une place aux nouveaux arrivants. Mais avec les années, plus les Humains ravagent l’île, plus la guerre devient inéluctable, entraînant Macha et son amant Ronan.

Mon avis :

On avait « Bran », ayant commis l’énorme sottise de blesser mortellement une biche aux cornes d’or. Ce qui lui avait valu un sort le transformant en corbeau le jour pour redevenir humain uniquement la nuit tout en étant obligé de coopérer avec Macha pour trouver le remède absolu. À présent, on a justement cette dernière qui n’a pas bellement d’autres choix que de se battre contre les Humains semant la terreur sur l’île d’Errance, même si son aide aura été d’une très appréciable utilité envers l’un d’eux. Similairement à la BD « La Craie des Etoiles », on est de nouveau immergé dans une oeuvre qui nous point à nous géhenner sur l’humanisme. Sauf que cette fois, l’Humain est le méchant. Difficile de ne pas développer un sentiment de culpabilité, après la lecture de cet album. Facile, par contre, de comprendre cette histoire non pas simple mais simpliste! J’espère que l’auteure voulait nûment nous sensibiliser, rétrocéder un message. Occasionnellement de façon trash, comme on peut le voir à la page 20 où la cheffe des Créatures se fait abjectement couper la main par le chef des Humains. On aurait tort de qualifier cette série de « tout public », sans parler de la nudité qu’on y trouve. En dehors de ça, le dessin est accorte, presque époustouflant! Bravo à la dessinatrice. Pourtant, ça ne suffira pas à nous faire aimer le tome trois en cours. Parce qu’après « Bran » et « Macha », « Sarah » suivra.

ane__macha-page-15-5774d97d70155.jpg

a06-3e788fc.gifGénéral 

Mister Med.

Odyssée sous contrôle

odyssée sous contrôle, perger, dobbs, ankama, stefan wul, science-fiction, adaptation, 6/10,09/2016odyssée sous contrôle, perger, dobbs, ankama, stefan wul, science-fiction, adaptation, 6/10,09/2016Scénario : Dobbs (d’après Stefan Wul)

Dessin : Stéphane Perger

Éditeur : Ankama

56 pages

date de sortie : septembre 2016

genre : science-fiction

 

 

Sur la planète Émeraude, colonie prise aux tentaculaires Cépodes, un agent secret enquête sur de mystérieuses disparitions d’humains. Lorsqu’on tente de l’assassiner, il est alors contraint d’opérer en marge des autorités officielles. Sa mission prend un tour inattendu lorsque la poétesse qu’il a séduite lors de son voyage est à son tour kidnappée de façon très médiatique. Comment l’ennemi connait-il tous ses faits et gestes ? Pourquoi doute-t-il désormais de tout ? Et si le pire restait à venir…

odyssée sous contrôle, perger, dobbs, ankama, stefan wul, science-fiction, adaptation, 6/10,09/2016

 

Depuis 2012, la collection des Univers de Stefan Wul aux éditions Ankama s’agrandit doucement mais sûrement. Sous la plume de Dobbs et les pinceaux de Stéphane Perger, l’adaptation du roman Odyssée sous contrôle paru en 1959 enrichit la collection d’un curieux one-shot qui ne laissera sans doute pas indifférent les amateurs de cette belle collection.

La première impression est très positive grâce à une couverture attrayante et intrigante, puis à des planches sublimes de Stéphane Perger, aux couleurs vives, psychédéliques et envoutantes. Il mêle avec beaucoup de maitrise un découpage classique et plus fantaisiste s’affranchissant des bords de cases ou bousculant celles-ci permettant de mieux répondre aux différents degrés et niveaux du scénario.

Et c’est là que ça se complique ! Car passé le premier tiers, le scénario nous plonge dans une confusion dont on ne ressortira pas avant les deux dernières planches. A partir de la vingtième page, on commence à ne plus rien comprendre des motivations du personnage principal, et ce jusqu’aux avants dernières pages qui nous révèlent de manière abrupte la thématique de l’histoire. Il faut croire que les auteurs ont eu conscience du caractère assez hermétique du scénario puisqu’ils se sont fendu en fin d’ouvrage d’un explicatif sur le sens qu’ils ont voulu donné à leur adaptation. Ils ont gardé la trame et la thématique principale du roman et se sont servi de la carte blanche que les ayants droits leur ont octroyé pour moderniser et rendre plus cynique le twist final. Je ne dévoilerai pas ici cette thématique au risque de trop en révéler et de rompre le charme de la lecture des amateurs des Univers de Stefan Wul. Car les amateurs ne manqueront pas de lire cet album et seront soit – comme moi – déçus de ce traitement aussi nébuleux, soit enchantés de ce scénario complexe qui, comme dans le roman, ne se révèle qu’à la toute fin.

On retiendra de ce space-opéra des planches magnifiques qui tentent vainement de servir un scénario par trop abscons.

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun

 odyssée sous contrôle,perger,dobbs,ankama,stefan wul,science-fiction,adaptation,610,092016

 

 

IGAI, the play dead/alive

Couv_285330.jpgigai,manga seinen,saimura,zombie,horreur survivalIGAI Tome 1

Scénario & dessin: Tsukasa Saimura

Glénat Seinen

196 pages, format Manga

parution du 6 juillet 2016

 

 

Résumé de l’action:

Et si la zombification, tout comme la rage, vous rongeait peu à peu par crises répétées ? Pourriez-vous tuer un zombie, sachant qu’il pourrait redevenir votre petite amie dans quelques minutes ? Que feriez-vous, si votre meilleur ami vous poursuivait avec une batte à la main, en vous traitant de zombie ?

igai,manga seinen,saimura,zombie,horreur survival

Une journée bien tranquille dans un petit lycée comme les autres. Lejeune Akira a rendez-vous avec son amie d’enfance (dont il est amoureux) Kurumi. Mais cette dernière lui demande de l’aide, leur ami commun, Umezawa, (dont Kurumi est amoureuse) est impliqué dans une bagarre. Mais les assaillants d’Umezawa sont très violents, hargneux, ils mordent même ! Hé oui ! Certains des lycéens sont devenus des zombies cannibales…

igai,manga seinen,saimura,zombie,horreur survival

Encore une histoire de zombies me direz-vous ? Oui mais différente ! L’auteur Tsukasa Saimura mêle ici ses deux genres préférés : le « survival » zombie et la racaille des rues. Cela donne un récit hors normes du genre ; les zombies ne le restent pas tout le temps, ils ont des moments de lucidité! Le héros Akira passe son temps à essayer de sauver Kurumi, les survivants courent dans tous les couloirs et allées du lycée essayant de se protéger et, surtout, de reconnaître ceux qui ont été « zombifiés » et pourraient le redevenir.

igai,manga seinen,saimura,zombie,horreur survivalUne petite aventure sans prétention que l’on a plaisir à lire. Le récit mené dans le pur style manga est bien complété par un dessin vif, tout en mouvement qui vous donne l’impression de courir avec les jeunes lycéens et vous oblige à lire le livre à toute vitesse aussi.

Vivement le tome suivant.

JR

ma note: 

Scénario: 

Dessin:    

Global:    

igai,manga seinen,saimura,zombie,horreur survival

 

Chroniques courtes (110) : Game Over T14 ; Miss Harley T1 ;

Game Over T14 : Fatal Attraction.
Auteurs : Midam,Adam et Benz.
Editeur : Glénat.
Sortie : 14 septembre.
Genre : Humour.

59a63-2334927218

 

Best-seller dès le premier tome, Game Over, la série spin-off de Kid Paddle s’est aujourd’hui vendue à plus d’un million d’exemplaires ! Midam vous propose une nouvelle fournée de gags muets parfois marrants, parfois prévisibles, parfois très « coyote et bip bip »… En tout cas, la princesse est toujours aussi « blonde » et nos deux amoureux finissent systématiquement écrasés, acidifiés, gelés, digérés, « nitroglycérinés « , éviscérés….
Un album pour passer un agréable moment de détente mais pas le meilleur de la série.

a05-3e788c9.gif

Samba.

Lire la suite « Chroniques courtes (110) : Game Over T14 ; Miss Harley T1 ; »

Les jours heureux

1.jpg2.jpgTome 2/2 : Nouvelle vague

Auteurs :  Guy Raives et Eric Warnauts 

Editeur : Le Lombard

Collection : Signé

64 pages- cartonné

Sortie : 02 septembre 2016

Fresque historico-romantique

 

Présentation :

5.jpg4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

La saga historique se poursuit.

La page des années 50 se tourne.

Un monde disparaît.

Vient alors le temps de la nostalgie et parfois des regrets.

3.jpg

La narration continue sous sa forme éclatée (on passe du Kivu à Berlin-Est avant de revenir à Liège en faisant un crochet par Paris ou Bruxelles) avec un graphisme qui n’a jamais été aussi bien adapté à son sujet. Les traits des personnages, le choix des teintes, les cadrages des décors viennent souligner le charme amer et sentimental d’une aventure dont on ne voudrait jamais lire la fin.

6.jpg

Les lecteurs qui connaissent Liège seront ravis de faire une balade rétro (en tram !) et s’amuseront à décoder les noms des enseignes commerciales, des cinémas et des panneaux publicitaires. Par ailleurs, les vues de l’est du Congo sont superbes et semblent inviter à un calme contemplatif alors que l’horreur, en 60 comme aujourd’hui, rôde.

 

 a08-3e78906.gif     Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Le Lombard : ICI

 

Skippy.

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑