Le bois des vierges T2:Loup.

Bois des vierges (Le)2.jpgBois des vierges (Le)2p.jpgAuteurs : Dufaux et Tillier.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 11/2010.

Le prince charmant ?
Le pacte de paix entre les hommes et les bêtes violé, la guerre est déclarée. Aube, jugée responsable, se réfugie dans le bois des vierges. Mais les vierges n’y sont plus les bienvenues et elle court un grand danger, d’autant que les hybrides, conduits par le dieu Pan, comptent la livrer. Clam, l’énigmatique paria, amoureux depuis toujours de la belle, la sauve alors des griffes d’une harpie…

Un monde en danger.
Bois des vierges, bois des légendes, bois des mythes.
Aube croyait y trouver un havre de paix mais là aussi le virus de la haine a gangréné ses habitants. Même le petit chaperon rouge sera molesté par cette folie guerrière .Harpies, faunes, centaures et bien d’autres seront donc au menu de ce tome 2.Il ne manque plus qu’une Djinn ! Un album qui a vécu bien des vicissitudes avant d’arriver dans nos bibliothèques. Mais l’attente en valait largement la peine car c’est avec avidité que j’ai plongé dans la lecture de cette série envoutante. On ne peut qu’être ébahi devant le talent de dame Béatrice. Un vraie djinn du graphisme enchanteur cette dame Béatrice. Que d’émotion dans un simple regard, que de sensualité dans  le mélange des peaux et des poils, que de rage quand la nuit tombe. Je suis sous le charme c’est indéniable.
Pour le scénario, ce mélange de mythes et légendes peut sembler étonnant mais non, tout coule de source et c’est avec intérêt que j’attends de voir comment Jean Dufaux va boucler tous ces destins.
On a aussi un beau message sur la tolérance, sur la différence.
9-17b2.gif

 

 

On en parle sur le forum.

tillier.jpg

Inscrivez vous à la newsletter.

Un poème pour….

Aujourd’hui , une journée spéciale Bois des vierges.
On commence par un poème de Nicolas en l’honneur du tome 2, Loup.
Une première pour ce blog !.

bdv.jpg

 

Hommes et bêtes autrefois les meilleurs alliés
Aujourd’hui en guerre pour une histoire de mari assassiné
L’aube se lève sur un corps, le plus brave des guerriers,
Son frère la protège lui qui en est épris au point de tuer
Aube est son nom et c’est par elle que tout a commencé
Voyez ce beau fruit empoisonné :
Unir le poil à la peau, et sur son refus d’aimer
Recouvrir d’un voile sombre tout espoir de paix.
Dans ce bois maudit, seule une vierge peut y séjourner
Mais n’est-il pas vrai que certains contes
Ne disent pas toujours la vérité ?
Le mien est cruel et je n’en connais pas la finalité
Comme la haine éternelle qui vit au cœur de chaque destinée
Le saigneur de la nuit s’est finalement allié à la rosée,
Le voile des apparences s’est déchiré, là, au milieu des fées
Pourtant rien n’y fait, l’enchantement s’est envolé…
Tout comme l’hymen, celui de la virginité.

Nicolas.

NICO – Tome 2: Opération Caraïbes.

Couv_114863.jpgPlancheA_114863.jpgDessin : Philippe Berthet- Scénario : Fred Duval

Editions Dargaud

Sortie le  22/10/2010

Prix conseillé : 13,50 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Depuis la découverte de deux soucoupes volantes sur les territoires russes et américains, la lutte pour la suprématie technologique entre les superpuissances s’intensifie. L’agent de la C. I. A. Nico et l’espion russe Fidel Castro s’allient pour empêcher Ike Eisenhower de lancer un missile sur le centre de recherche de Guantanamo qu’inaugure le président Kennedy. De son côté, l’agent Moog, père adoptif de Nico, cherche des preuves pour innocenter sa fille, accusée du meurtre du milliardaire Max Wonder, l’inventeur du disque laser. Pendant ce temps, la police est-allemande retrouve la mère de Nico.

 

Mon avis : Voici le tome 2 des aventures de Nico, la dernière série en date de Berthet et Duval. Rappelons qu’il s’agit d’une uchronie qui se déroule dans les années ’60.Que ce serait-il passé si la technologie des soucoupes volantes de Roswell avait été récupérée par les grandes puissances ? Voilà le point de départ du récit. Je dois bien avouer que j’ai des difficultés à rentrer dans la narration. C’est de la science fiction à rebours. Etrange…Beaucoup de clins d’œil à l’Histoire avec un grand H. Cela nous donne au final une espèce d’aventure à la sauce d’un James Bond féminin. Berthet excelle toujours pour dessiner de jolies héroïnes (ici Nico) dans des décors typés année ’60. Esthétisme pas mort…Son dessin épuré et sa fluidité dans la composition des cases et des planches restent ses atouts n°1 dans cet album. Je reste malgré tout sur ma réserve au niveau du scénario et je confirme mon impression du premier tome. Bonne BD mais pas exceptionnelle. A noter que Dargaud s’est donné de la peine pour sortir un bel album, je veux dire par là un bel objet, avec du papier épais et qui a de la classe.En plus un tirage plus limité est également sorti avec un cahier graphique du meilleur effet en fin d’album.

 

7/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Nico2-couv_115924.jpg

LARGO WINCH -Tome 17:Mer noire.

Couv_117360.jpgPlancheA_117360.jpgDessin : Philippe Francq- Scénario : Jean Van Hamme

Editions Dupuis

Sortie le  12/11/2010

Prix conseillé : 11,50 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Largo Winch est impliqué malgré lui dans une affaire de trafic d’armes et de terrorisme international. Cible d’adversaires très organisés, Largo se retrouve avec le FBI aux trousses. Pour comprendre ce qui se passe, il n’a pas le choix : direction les ports de la mer noire, où les eaux sont manifestement des plus troubles…

 

Mon avis : Largo winch fête ses 20 ans avec ce tome 17 qui sera en réalité un diptyque !

L’album commence par une note de service envoyée à tous les collaborateurs du Groupe Winch signée par Largo et qui fait le topo de situation économique actuelle. Une bonne mise en bouche. Les planches 5,6 et 7 sont un pastiche d’une interview de Largo parue dans Newsweek.com. Il y explique les mesures prises pour passer sans trop de casse la crise et sortir son groupe du marasme conjoncturel. Van Hamme remet ainsi l’album dans le contexte du moment et fait passer via son héros sa philosophie de la gestion de la crise, du personnel et des salaires avec des mesures comme celle de raboter de 50% les salaires des Top managers du Groupe W. Certains zapperont ces pages mais elles donnent malgré tout un éclairage particulier sur la psychologie des personnages principaux du groupe W. Page 15 un des Top manager parle à un de ses collègues et dit : « Ma femme râle à mort depuis que j’ai accepté de réduire mes appointements de moitié »…Par petites touches, ça et là, Jean Van Hamme vise juste. Mis à part, c’est deux intermèdes en début d’album, c’est du Largo Winch « pur jus » avec des coups tordus, de l’action, des jolies filles, de l’humour…A la planche n°9, Largo est à une réception de mariage et on y voit l’avocat de Largo qui a les traits de Jean Van Hamme déclarer sous forme de clin d’oeil : « (je suis) Son avocat. Il m’arrive de temps à autre de devoir le tirer d’un mauvais pas ».Autre exemple : planche 28. Largo se retrouve au lit avec son « ex » qui lui dit : « Mmh…Tu as fait des progrès depuis le jour où je t’ai dépucelé ».

Au niveau du scénario, c’est donc très bien parti d’autant plus que l’intrigue se déroule dans le cadre de la marine commerciale, qui est un monde tout à fait à part et qui laisse de grosses perspectives au niveau du récit. Je me réjouis de voir ce que va nous concocter Maître Van Hamme. Une grosse attente donc pour cette suite qui s’appellera : « colère rouge ».

Reste l’aspect graphique. Encore une fois, en ouvrant l’album, c’est les couleurs qui sautent aux yeux.Ca en jette un maximum et je m’extasie toujours des couleurs de Fred Besson et Philippe Francq. Pas franchement naturelles car saturées un maximum mais que c’est beau…

Le dessin de Philippe Francq est toujours aussi exceptionnel : les attitudes, les expressions, les jolies filles, des décors somptueux, un sens du cadrage, c’est du cinémascope sur papier…

Faut pas être grand connaisseur pour s’en rendre compte…

Pour terminer cette chronique, je dirai que c’est du tout bon Largo Winch et cela confirme la tendance existante depuis quatre à cinq volumes. J’ai dévoré d’une traite et il ne fallait pas me déranger à ce moment là… La série Largo Winch se vend bien (pas bien pour les ronchons !) mais c’est aussi vachement bien foutu comme série…

 

8,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

La question du dimanche (9).

Alors la question de ce dimanche sera…

Que pensez-vous des spins offs ?

Les mondes de Thorgal-All Watcher-XIII mystery –L’univers de Troy-etc.

XIII Mystery2.jpg

Perso, je suis assez hermétique à tous ces spins offs, je trouve que ça n’apporte rien de bien neuf à la série mère, j’y vois qu’un produit commercial qui se vendra bien mais je préfère ne pas être intégré à la masse qui achète sans regarder car c’est labélisé XIII, Thorgal etc.

D’accord ou pas ? A vous de défendre votre avis dans les commentaires .Et que ça saute !

Ken Game T3: Ciseaux.

ken_games_t3.pngKen Games.jpgAuteurs :Robledo et Toledano.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 11/2010.

Résumé de l’éditeur :
Ils se nomment Pierre Fermat, Thierry-Jean Feuille alias TJ et Anne Parilou. Ils sont amis. La façade extérieure de leur vie semble lisse et réglée au cordeau : Pierre est un mathématicien à l’avenir prometteur, TJ un banquier propre sur lui et Anne une institutrice qui rêve d’écrire des histoires pour les enfants. La vérité est que chacun d’eux a ses secrets pas toujours avouables et cultive l’art du mensonge avec talent ! Un jeu bien évidemment dangereux mais toute vérité n’est pas toujours bonne à dire…
 
 
Mon avis :
J’ai bien aimé le traitement original et audacieux de cette trilogie dont chaque tome porte le prénom (1-Pierre) le nom (2-Feuille) ou le surnom (3-Ciseaux) d’un célèbre jeu ou chacun est à la fois plus fort que l’un et plus faible que l’autre.
La mise en scène est très subtile, mais petit bémol, demande par moment toute notre attention.
En effet, le scénario est assez alambiqué avec des cases qui s’entrecoupent et se déroulent en parallèle dans un style très cinématographique … mêlant ci et là une voix off, une télé diffusant des grands classiques du cinéma, insérant des flashbacks … donnant une abondance d’info pas évidente à suivre pour la fluidité du récit.
Heureusement l’histoire reste très cohérente et chacun s’en sort comme il peut avec ses propres démons.
Mais ce qui m’a bluffé le plus, c’est la virtuosité graphique du jeune Toledano (30 ans), ses plans et ses superbes couleurs informatiques hyperréalistes … on se prend à rêver d’une version ciné Tarantinesque.

Pour leur première œuvre, ces 2 jeunes auteurs espagnols ont déjà frappé un grand coup dans la foulée de leurs prédécesseurs (les auteurs de Blacksad et Jazz Maynard) … tout l’avenir leur appartient … ils sont vraiment balèzes ces espagnols !
 
Note : 8,5/10 (scénario : 8/10 dessins : 9/10)
 
Dgege

kengames-x.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

NATACHA – tome 21: le regard du passé

Couv_117606.jpgPlancheA_117606.jpgDessin : François Walthéry- Scénario : Mythic et Thierri Martens

Editions Marsu productions

Sortie le  29/10/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Bloquée au Caire, à la suite d’un concours de circonstances, Natacha décide de mettre à profit ce contretemps pour visiter les prestigieux sites de Louxor et de Karnak. Mais son intérêt pour les splendeurs de l’Égypte antique n’est pas seulement archéologique…La belle compte bien en profiter pour résoudre le mystère de la disparition momentanée de sa grand-mère. Quelques dizaines d’années auparavant, en effet, alors qu’elle était membre d’une mission archéologique, elle a été retrouvée errant dans le désert, dépourvue du moindre souvenir de ce qui lui était arrivé. Bien décidée à résoudre cette énigme, Natacha, flanquée d’un Walter bougon et assommé de chaleur, s’enfonce dans la fournaise de l’été égyptien, guidée par un mystérieux vieillard sur qui elle semble exercer une étrange fascination…

 

Mon avis : Natacha fête ses 40 ans et François Walthéry nous sort pour l’occasion son vingt et unième tome et quel tome !… Le maître de Cheratte Hauteur, entre Visé et Liège, est un auteur phare de la bande dessinée. Il a connu les plus grands, travaillé avec des pionniers de la BD dont le plus important fut Peyo. Il est un personnage de légende, connu comme Barrabas, étant de toutes les fêtes et réjouissances de la région de la Basse Meuse, de Liège et environs, ne rechignant jamais à participer à une séance de dédicace. En résumé, c’est « le » dessinateur liégeois incontournable et d’une modestie extraordinaire malgré son parcours professionnel exceptionnel. Alors ce tome ? Excellent ! Le scénario est de Mythic et Thierri Martens, un ancien redac’chef de Spirou. C’est une aventure qui se déroule en Egypte, une sorte d’histoire à l’Indiana Jones avec des rebondissements, beaucoup d’humour, des personnages bien typés (l’entrepreneur de travaux publics bruxellois vaut son pesant d’or…) et j’en passe. Sans se prendre la tête, c’est vraiment un bel ouvrage que nous livrent les scénaristes. Reste le dessin. Un François Walthéry en grande forme, un dessin bien documenté, dynamique…Que demander de plus ? Last but not least, la colorisation est très réussie.

Pour conclure, probablement un des meilleurs Natacha de la série. J’ai dévoré cette BD d’une traite et je suis moi-même étonné de la qualité de cet opus. François Walthery se bonifie encore. A découvrir ou à redécouvrir…

 

8,0 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Interview de Philippe Xavier( Nomade).

Après la chronqiue de l’album, Nomade , voilà une interview de son illustre desinateur, Philippe Xavier . On savoure donc…..

 

xavier2.jpg

 

1 : En lisant la préface de Jean Dufaux, je me suis posé la question de savoir si Nomade sera chaque fois basé sur un personnage différent ou Gauthier des Flandres est il le fil conducteur de cette série ?
xavier5.jpgPour l’ instant nous travaillons sur nomade tome 2, je viens de terminer la planche 25,  suite et fin de ce  »  dyptique   » sur Gauthier de Flandres …….pour la suite on verra, j aimerais rester un peu avec notre preux chevalier il a encore de belles aventures à vivre,  après ? La piste est longue, j’adorerais développer les origines du maitres des machines …par exemple,  ou faire un saut  du coté de Jérusalem pour y découvrir les amours de Syria  …L’univers de Croisade  que nous avons créé est tellement vaste et riche  que nous avons l’embarra du  choix malheureusement ….je ne dessine pas  avec mes 2 mains et les années passent vite …nous verrons bien …Cool

2 : Dans ce premier tome de Nomade, c’est un peu les 1001 nuits version apocalypse. Où as-tu trouvé l’inspiration pour créer ce décorum très spécifique (Décors, ville, vêtements) de cet opus ?
 
xavier4.jpgComme sur  croisade , j ai  besoin de m’ investir totalement dans ce que je dessine , au fil des albums ( 5 en 3 ans …)  je commence à avoir une belle bibliothèque  remplie de livres sur l’ art et  l’ architecture islamique , de peintures orientalistes  .(  il y a quelques semaines  après une séance de  dédicaces  sur Paris  j’ ai pu prendre le temps d’ aller admirer l’ exposition de Jean Léon Gerome au musée d Orsay ….Que dire?  C’est  un voyage au plus profond de l’orient.En quelques heures, on se retrouve dans ces ambiances qui m’ont toujours fait  rêver .Cette recherche d’exotisme est quotidiennement présente dans mon univers, j’en ai besoin, j’ai besoin de m’évader  de sortir de ces murs qui m’entourent.  Les  livres  sont là  sur ma table   ou par terre,  ouverts,   me permettant en  un clin d’ œil de m’y  plonger,  de voyager. Le fait de reproduire un palais, une église   un minaret  tel quel ne m’intéresse pas. Par contre donner une ambiance , une émotion à travers mes dessins,  faire voyager les lecteurs avec moi,  les transporter  dans un orient entre réalité et imaginaire …alors là je suis partant et c’est ce que nous essayons de faire avec Jean Dufaux ….une croisade bien différente des autres  une croisade personnelle  bercée par les contes des 1001 nuits

3 : J’ai l’impression que tu as vu beaucoup de pays ces derniers temps, Istanbul, Paris, USA, expos …Tu es sûr qu’il n’existe pas un 2e Philippe Xavier quelque part que s’occupe du tome 2 ?
 Si j’ai l opportunité de voyager, de découvrir  de nouvelles régions  je ne m en prive pas,  mon métier m’ offre parfois de belles surprises, de belles rencontres. cette année j’ai rencontré des personnes attachantes, respectueuses   avec la tête remplie de rêves, des  étudiants marocains  à Tetouan , Casablanca  Rabat ….ainsi que  des enfants de 9-10 ans à Istanbul…….. J’en profite aussi pour visiter, prendre des photos, m’ asseoir et regarder ….  Un 2eme Xavier? Si seulement vous saviez la vérité Langue tirée .Tu as déjà vu le film avec Michael Keaton dans « mes doubles ma femme et moi ?? Et bien c est un peu  la même chose   :Clin d'œil

xavier1.jpg

4 : Est-ce que tu envisages d’exporter à nouveau tes talents vers les USA un jour – même pour un projet ponctuel – ou est-ce une période définitivement révolue (question de JMC).
 
Je mentirais si je disais que je n’y pense pas ….j’ai effectivement commencé  ma carrière en 1996   aux States  en dessinant pour les comics,  ….C’est là où j’ ai fait mes premières « armes « , 55 comics en 6 ans mais il me manque encore ce projet « mainstream » qui cartonnerait dans les chaumières  franco américaines !!   Un bon Wolverine ou Thor par exemple  … si l’occasion se représente  why not? J’ai toujours des copains scénaristes ou éditeurs  qui bossent là bas, si le bon scénario me tombe dessus, je ne le refuserais pas  mais encore faut il avoir le temps   de le faire car ma priorité aujourd’hui est le  franco belge  ou je jouis d’ une  plus  plus grande liberté graphique et narrative en ayant un contrôle absolu sur mes personnages

5 : Est ce que Jean Dufaux arrive encore à t’étonner avec ses scénarios?

xavier3.jpgAvec Jean nous travaillons  scène par scène …1 ou 2 à la fois….donc je découvre l’histoire au moment où je la dessine  (je serais incapable de lire un scénario en une seule fois…Criant et  oui il continue de  me surprendre.  Bien sûr nous discutons du scénario, on se voit régulièrement ,  souvent   avec Philippe Delaby et Jeremy , mes 2 compères  et là nous discutons , nous échangeons … , Je lui fais part de mes envies, de la direction que j’ aimerais  suivre et pourtant à chaque fois  je me retrouve dans  mes petits souliers de lecteurs de BD et je savoure chaque page .

Un grand merci à Philippe Xavier pour ses réponses à cœur ouvert .Une interview à l’image de Philippe Xavier : chaleureuse, passionnée et  entière.

 

RIC HOCHET: Tome 78: A la poursuite du Griffon d’or

116228_c.jpgDessin : Tibet- Scénario : André Paul Duchâteau

Editions Le Lombard

Sortie le  29/10/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : Polar

 

Résumé (de l’éditeur) : Les balades en forêt ne sont plus ce qu elles étaient ! Cette fois, Ric et Nadine y ont trouvé un homme ligoté et ceinturé d’explosifs qu une balle, signée Monsieur
Bombe, a déclenchés sous leurs yeux. Mais qui pouvait donc en vouloir à ce point à Calewski, célèbre chasseur de trésors engagé dans le « jeu du griffon d’or », consistant à retrouver la précieuse statuette cachée par le Baron Barney ? Le gouvernement chinois, légitime propriétaire de l artefact ? Un concurrent jaloux ? Pour le savoir, Ric n a d autre choix que de s essayer à son tour à l’énigme du Baron…

 

Mon avis : Décédé le 3 janvier 2010, Tibet était entrain de réaliser ce tome 78 intitulé « A la poursuite du griffon d’or ». Il s’agit donc d’un album inachevé. Ce n’est pas un remake de « Tintin et l’Alpha –Art » qui était vraiment un début d’ébauche, à la limite de l’arnaque éditoriale…Rien de tout cela ici puisque Tibet était arrivé à la planche 28 (sur 44).Ce qui est passionnant dans cet album, c’est qu’on peut décortiquer par étapes les différentes phases de la confection graphique des planches. Après une introduction d’André Paul Duchâteau, son ami scénariste depuis près de 55 ans, un bail…, le lecteur découvre sur la page de gauche, une première ébauche rapide de la planche. En face, sur la page de droite, se trouve la planche définitive correspondante. Les planches sont en noir et blanc, pas de couleurs dans cet album. Les planches 1 à 12 sont complètement terminées. Les planches 13 à 17 sont également achevées, sauf que les décors de Frank Brichau n’ont pu être ni contrôlés, ni retouchés par Tibet. Les planches 18 à 27 comportent les personnages encrés par Tibet alors que les décors sont seulement esquissés par l’auteur au crayon. La planche 28, uniquement au crayon, ne comporte que le pré découpage et le texte des bulles. En fin d’album, un résumé du scénario permet au lecteur de se faire une idée de la fin de l’histoire. Quelques photos montrent la table de travail de Tibet, telle qu’il l’avait laissée au moment de son décès.

Cet album permet de voir comment travaillait Tibet. Entre l’ébauche et la copie terminée, on peut déjà voir des changements sensibles au niveau des traits des personnages, des attitudes,…C’est passionnant de comparer les deux versions.

A noter que l’histoire en elle-même ne manquait pas d’allant et Duchateau avait trouvé un bon sujet d’enquête, inspiré par la réalité, la recherche d’un trésor caché dans le cadre d’un concours organisé.

Un album hommage émouvant que j’ai bien aimé. Mais c’est plutôt un album didactique plutôt qu’une vraie BD. Certaines personnes qui ne sont pas au courant et qui n’auront pas pris le temps de feuilleter l’album chez leur libraire seront probablement surpris en l’ouvrant pour le lire…

 

 

7,0 /10

 

 

Capitol.

 

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Nomade t1:Gauthier de Flandres.

nomade.jpgnomade1.jpgAuteurs : Dufaux et Xavier.
Editeur : Le Lombard.
Sortie : 10/2010

Le bon samaritain.
Son nom est El Hadj, celui qui frappe sans pitié (chrétiens comme musulmans). Pour sa « secte des Assassins », le djinn Ottar Benk a une mission : dérober un bien précieux. C’est sans compter sur Gauthier, chevalier sans maître, sans patrie et sans peur de la mort…

Ici, souffle le brasier.
Nomade, c’est surtout un souffle tel un murmure pour nous annoncer la suite de Croisade mais attention ce n’est qu’un écho car cette nouvelle collaboration entre Dufaux et Xavier peut être lue indépendamment de la série mère.
Nomade, c’est un souffle court car les combats sont vitaux et seul le sang peut les arrêter.
Nomade, c’est un souffle créateur, certains diront divin mais on est plus proche du démoniaque quand se lève le Simoun Dja.
Souffle au cœur quand les corps se mélangent.
Souffle coupé quand on admire le dessin  de Xavier et les couleurs écarlates de JJ Chagnaud.
A bout de souffle quand la violence se déchaine, quand les femmes entrent dans le jeu, quand la magie sauve le dernier souffle de Gauthier.
Mais il faudra encore retenir son souffle pour la suite car tout n’a pas été dit……

8-17b1.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

xavier.jpg

Inscrivez vous à la newsletter.

Mattéo T2:deuxième époque (1917-1918)

Mattéo2.jpgMattéo.jpgAuteur : Jean-Pierre Gibrat.
Editeur :Futuropolis.
Sortie :31/10/2010

La révolution.
Toujours déserteur, revenu clandestinement d’Espagne où il s’était réfugié, Mattéo passe à Collioure embrasser sa mère. Nous sommes le 1er août, jour anniversaire de la mort de son père. Le soir même, il revoit Juliette, qu’il tente en vain d’emmener avec lui. Tendre soirée désespérante sur la plage.
Le lendemain, Mattéo, accompagné de Gervasio, l’ami de son père, embarquent pour Petrograd.

La gibrationale.
Debout ! les damnés de la BD !
Debout ! les forçats de la lecture !
La bulle tonne en son phylactère,
C’est l’édition de Futuropolis.
Du tome1 faisons table rase,
Amis bédéphiles, debout ! Debout !
Le monde du 9e art va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

C’est la BD finale
Groupons-nous, et demain,
Gibrat,
Sera le dessinateur ultime.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
Ni Lénine, ni Léa, ni Juliette,
Mattéo sauves toi de tes idéaux !
Décrétons le bagne commun !
Pour que la vodka  rende gorge,
Pour tirer l’anarchiste du cachot,
Soufflons nous-mêmes notre frénésie libertaire,
Battons la révolution tant qu’elle est chaude(comme Léa) !

Le tome 2 comprime son abattement,
Le désabusement  saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose à lui maintenant,
La rhétorique est un mot chantant .
C’est assez languir de sa Juliette,
L’égalité veut d’autres lois :
« Pas de tomes sans bataille, dit-il,
Cinq, pas moins sans galère ! »

C’est la BD ultime….

Enfin presque, un album à l’image de son héros, frénétique au début, traumatisé ensuite et enfin complètement désabusé .Mais le tout admirablement dessiné par Gibrat au sommet de son art.
8-17b1.gif

 

 

On en parle sur le forum.

Mattéo2v.jpg

Inscrivez vous à la newsletter .

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑