Re-mind Tome 1.

Re-Mind1.jpgRe-Mind.jpgAuteurs : Mutti et Alcante
Editeur : Dargaud.
Sortie : 04/2010

Le FBI innove.
L’Amérique se réunit pour commémorer les attentats ayant eu lieu dix ans auparavant et qui restent encore douloureusement gravés dans les mémoires.
Bien décidés à ne plus laisser de pareils événements terroristes se reproduire, le FBI est plus vigilant que jamais. Ils ont mis au point un système qui permet quelque chose de tout à fait extraordinaire : ayant prouvé qu’un homme mourant voit sa vie défiler devant ses yeux, ils ont réussi à créer un appareil permettant d’enregistrer ses images, il faut juste réussir à l’utiliser avant que la victime ait le temps d’emmener définitivement ses secrets dans sa tombe.

Comme dans un film.
Le concept de départ est énorme, tellement gros qu’il est très difficile d’y croire .Une fois avalée  cette amorce, on se retrouve comme dans le film Déjà Vu (avec Denzel Washington) à courir dans tous les sens et à analyser des images venues du passé. C’est donc une BD qui joue à fond le jeu du grand divertissement. Et ça fonctionne car on ne s’ennuie pas une seule seconde. En plus comme le dessin de Mutti (Le syndrome de Caïn) est dynamique, on suit ces courses poursuites avec intérêt. Dommage que ce tome 1 se lise si vite. En tout cas, je suis partant pour le tome 2 qui ne devrait pas tarder (janvier 2011) ….
7-17b0.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

Re-Mind111.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Le casse T6: L’héritage du Kaiser.

Casse (Le)6.jpgCasse (Le).jpgAuteurs: Herik et Hairsine
Editeur: Delcourt
Sortie :12/2010
 
Le résumé.
Allemagne, 1936.
Fer de lance des services spéciaux allemands, Le Major, as des missions d’éliminations et caméléon implacable, est un homme redoutable et redouté. La cicatrice qui lui barre le visage n’est d’ailleurs qu’une douce introduction au regard de quoi cet homme est capable…
Véritable légende au sein de l’armée la plus puissante, en pleine préparation d’une deuxième guerre mondiale (1939-1945) encore plus meurtrière que la première, ainsi que des nouveaux jeux olympiques (qui avaient effectivement eu lieu à Berlin, la même année), cet homme va pourtant changer de camp pour une raison connue de lui seul.
On se doute peu à peu qu’il ne partage plus la logique antisémite de son état-major, mais est-ce bien là la seule raison ? Ce serait trop simple.
 
Mon avis.
Premier scénario écrit par Herik Hanna, L’héritage du kaiser frappe d’emblée par sa justesse de ton et les nombreuses références historiques intelligemment insérées au fil de l’histoire. Haute précision, belle concision d’ensemble et rythme agréable. Voilà ce que je retiens d’une histoire particulièrement bien construite. Petit regret cependant : comme il s’agit d’un one-shot, il manque quelques pages supplémentaires qui auraient permis – à mon goût – d’en apprendre un peu plus sur le casse proprement dit. Il manque des détails, notamment sur les motivations et le passé du Major, personnage troublant et très charismatique.
L’ambiance des années trente, quant à elle, est excellemment rendue par Trevor Hairsine, auteur de comics jouissant déjà d’une belle réputation dans le milieu. Son dessin est torturé, vif, teinté de rouge et de noir, pour souligner à la fois la personnalité elle-même tourmentée du personnage principal : héros de l’ombre, à l’aube de réaliser son coup le plus brillant, et cette industrialisation à outrance, ce noir tâché de rouge, symbole d’une Allemagne assoiffée de revanche !
 

Dernier tome d’une collection décidément fort convaincante, et mon préféré avec Soul man (le troisième tome de la collection, scénarisé par David Chauvel), L’héritage du Kaiser est un album que je vous recommande chaudement. Un plus par ce temps !
 
8-17b1.gif

 

 

 (scénario : 7/10. Dessin : 9/10)

On en parle sur le forum.

NICOLAS.

INDIA DREAMS – Tome 6: D’un monde à l’autre.

Couv_117145.jpgPlancheA_117145.jpgDessin : Jean François Charles – Scénario : Maryse Charles

Editions Casterman

Sortie le  03/11/2010

Prix conseillé : 13,00 €

Genre : Aventures/Histoire

 

Résumé (de l’éditeur)  Angleterre, fin du 19e siècle. Londres, un paquebot quitte la métropole à destination de Calcutta. Pour la plupart des passagers dont c’est le premier voyage au Raj, les Indes apparaissent à la fois fascinantes et effrayantes. Le peu qu’ils en connaissent provient de récits, d’aquarelles, de la vie sur le sous-continent reconstituée dans la mère patrie par les nababs nostalgiques de cet autre monde. Parmi ces passagers se trouvent le professeur Sybellius, pour qui ce départ est la seule chance d’échapper à un scandale et aux rigueurs de l’époque victorienne ; le juge Arthur Byle, nommé à la Cour Suprême de Calcutta et qui embarque avec toute sa famille ; un militaire voulant réhabiliter son père, ancien officier dans l’armée des Indes ; une jeune femme, Virginia Moore, accusée d’un horrible meurtre et ayant réussi à embarquer sous une fausse identité. Sur ses pas, le terrible et déterminé enquêteur Abott Pimlicott, bien décidé à la poursuivre jusqu’au bout du monde.

 

Mon avis : Une mise au point tout d’abord. Ce tome 6 est en réalité le premier tome du deuxième cycle. C’est donc une nouvelle histoire qui débute, antérieure dans le temps au premier cycle. Il n’est donc pas obligatoire d’avoir lu les cinq premiers tomes. Le premier cycle vaut cependant qu’on s’y attarde car d’excellente facture mais ce n’est pas le propos ici.

Jean-François et Maryse Charles nous ont habitué  à sortir des BDs de très grandes qualités et cet album ne déroge pas à la tendance générale de la production des époux Charles. On pourrait cependant se demander comment il est possible de produire autant en si peu de temps. (Africa dreams, Ella Mahé,…). Cet album se déroule pour la grande majorité à Londres et explique par le détail la trajectoire des personnages principaux qui vont embarquer sur le Mystic India, le bateau qui va les amener en Indes. C’est surtout une description de la société londonienne du 19e siècle. Les Indes ne sont vues que via le filtre très réducteur des livres de voyage, dessins, et caricatures colportées dans la société bien pensante. On ne sait si la promotion d’un poste à Calcutta peut être considéré comme un avancement ou comme une malédiction. Quoiqu’il en soit, c’est un voyage qui risque d’être initiatique pour les différents personnages, tous très différents les uns des autres. Le dessin de Jean-François Charles, tout en couleurs directes est magnifique. De plus une plaquette, un carnet de croquis, est livré avec la première édition de l’album. On peut y découvrir la force du trait du dessinateur. Le scénario de Maryse Charles est une mise en place des personnages. L’histoire, même si on passe d’un personnage à l’autre, est très linéaire et agréable à lire.

En conclusion, C’est une bonne occasion de plonger dans l’univers des Charles avec cet « India Dreams ».Ce sont de vrais conteurs. C’est une très bonne entrée en matière et qui donne envie de lire la suite. Excellent.

 

8/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

174445bis.JPG

Le réseau Bombyce T3: Stigmates.

Réseau Bombyce (Le)3.jpgRéseau Bombyce (Le).jpgAuteur : Cécil.
Editeur : Les humanoïdes Associés.
Sortie : 11/2010.

Le réseau.
L’heure des réponses et des règlements de compte a sonné pour Mouche et Eustache ; nul n’en sortira indemne

La fin du vol.
On n’y croyait plus trop et puis non, voilà enfin l’ultime tom e du réseau Bambyce. D’un coup, j’ai ressorti ma vielle édition de 1999 pour relire ces 3 tomes. Point de vue du dessin, Cecil est toujours aussi bon surtout pour nous créer une atmosphère « belle époque » envoutante .Les personnages ont toujours une gueule pas possible et la finesse des détails est admirable. Par contre, on note tout de suite une colorisation différence, plus lumineuse mais également plus froide.
Pour ce qui est du scénario, c’est également Cécil qui s’en occupe .Vu comme Corbeyran traite ses fins de série, on peut même s’en réjouir de voir son abandon sur cette série.
Comme il s’agit de boucler ce tome avec de la matière pour 2, fatalement le scénario est condensé .Le nombre de personnages n’aide pas vraiment à la bonne compréhension du dénouement .Parfois, on note aussi quelques raccourcis bien pratique pour faire avancer le smilblick .Mais bon à part ça, on doit remercier Cécil d’avoir eu la persévérance de nous proposer une fin. Un beau respect vis-à-vis des lecteurs. Pour ce qui est du final, il est âpre, dur mais comme  le réseau Bombyce n’a jamais fait dans la dentelle, on ne s’en étonne même pas .J’ai même remarqué une certaine retenue, voir une pudeur de ce point vue là.
Pour moi donc un album correct qui a le grand mérite d’exister.
7-17b0.gif

 

 

On en parle sur le forum.

rond.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

La question du dimanche (12).

C’est le moment des bonnes intentions. Le pape prône comme d’habitude la paix dans le monde, notre bon roi Albert II voudrait un gouvernement, les communes belges espèrent avoir du sel, les français un autre président et les traders encore plus d’argent.

souhait.jpg

Et les amateurs de BD, qu’espérez-vous pour l’année qui s’annonce ?

Enfin le tome 2 de Sasmira ?
Que Corbeyran arrive enfin à faire des bonnes fins ?
Que soleil fasse autre chose de l’héroïc Fantasy ?
Qu’Angoulême ne  choisisse pas comme d’habitude des BD qui personne ne connait à part eux ?
Que Futuropolis soigne un peu leurs couvertures ?
Que Casterman arrête un peu de ne sortir que des rééditions ?
Que soleil aie enfin un site digne de ce nom ?
Etc

Allez à vous la parole, vous pouvez le  faire comme moi avec un peu de mauvaise foi.Clin d'œil

 

Le faucon du desert T2:Hal far.

Faucon du désert (Le)2.jpgFaucon du désert (Le)21.jpgAuteur : Zumstein.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 09/2010
Le vol du faucon.
Ali est devenu un As de l’Afrika Korps et vole de succès en succès, tel un faucon. Ses équipiers n’ont d’ailleurs pas tardé à lui donner ce surnom « Le Faucon du Désert », et ses mécanos ne se firent pas prier pour lui dessiner un faucon sur le fuselage de son Me 109.

Et pourquoi pas ?
Mon appréciation du tome 1 n’a guère évolué pour ce nouvel album du faucon du désert. Question dessin, c’est toujours très agréable à regarder surtout si vous êtes fan d’aviation. Cette panoplie d’avions est d’ailleurs l’intérêt majeur de cette BD car pour le scénario, c’est assez catastrophique. On a déjà des dialogues qui  semblent s’adresser à un gosse de 8 ans. On en arrive même à croire que la guerre était une partie de plaisir D’un coup, au lieu de trembler pour notre héros, j’ai lu cette BD sans aucune émotion. Mais le pire, c’est la crédibilité de l’histoire .Déjà le passage d’Ali chez les italiens est des plus improbables mais l’enroulement d’Ali le caméléon chez les anglais est d’un ridicule rarement atteint. On oublie aussi allégrement les barrières des langues. On a un début de pseudo solution à ce problème en faisant passer Ali pour un polonais. Ali un Polonais ????? C’est un peu comme si on faisait passer un suédois pour un marocain ! Franchement, le scénario ressemble pour moi  à du grand n’importe quoi. En plus si vous comparez cette BD à un autre volatile de nuit, un grand duc par exemple, il n’y a pas photo entre les deux.
5-17ae.gif

 

 

On en parle sur le forum.

Faucon du désert (Le)2v.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

LA ZONE – Tome 2: Résistances

Couv_118045.jpgPlancheA_118045.jpgDessin et  scénario : Eric Stalner

Editions Glenat

Sortie le  01/12/2010

Prix conseillé : 13,50 €

Genre : Anticipation

 

Résumé (de l’éditeur)  Depuis 2019, 95% de la population britannique ont disparu… En 2067, Lawrence et la jeune Keira vivent dans un village relativement calme de la Zone. Keira s’est enfuie pour voir le monde et se sentant responsable, Lawrence est parti à sa recherche. Mais la Zone n’épargne personne : la jeune fille est enlevée par un homme visiblement plus civilisé que les habituels zonards… Lawrence retourne alors chercher de l’aide à la grande bibliothèque d’Édimbourg où il a vécu il y a longtemps. Avec l’aide de ses anciens compagnons, il part à la poursuite de la jeune fille et de l’homme qui la détient. C’est en réalité l’employé d’une multinationale de l’extérieur, qui a acheté la Zone et s’apprête à en disposer à sa guise. Et notamment des femmes qui sont encore fertiles, contrairement à celles de l’extérieur…

 

Mon avis : Après la lecture du premier tome, j’avais un avis plutôt positif sur la série. La preuve, c’est que j’ai acheté le deuxième tome. Mais plutôt que de confirmer ma première impression, je reste franchement sur ma fin. J’ai eu l’impression que déjà l’histoire tourne en rond. Il y a bien eu quelques péripéties mais rien de bien excitant. Le dessin reste excellent et c’est, je crois, l’élément principal qui m’a fait acheter le premier tome. Pour le scénario, par contre, je demande à voir le tome 3 pour me décider définitivement sur la qualité de la série. Mais je reste très méfiant et sur la réserve. Le pitch général laissait présager beaucoup de possibilités de développement mais quand on va dans le détail, cela manque de pêche, de panache. C’est un peu brouillon en fin de compte. C’est trop plat à mon goût, j’aurais voulu être surpris par des innovations scénaristiques. Laissons à cette série une dernière chance …

 

6,5/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

LZ-2-pl16.jpg

LARGO WINCH -IMAGES EN MARGE 1990-2010

Couv_118616.jpgDessin : Philippe Francq –   scénario : Jean Van Hamme

Editions Dupuis

Sortie le  26/11/2010

Prix conseillé : 28 €

Genre : aventures

 

Résumé (de l’éditeur)  Vingt ans d’ex-libris, frontispices, croquis et dessins nous racontent la légende Largo Winch. Véritable phénomène de la bande dessinée, Largo Winch a rejoint le club des héros mythiques du 9ème art, ceux dont le nom évoque à lui seul un univers de référence connu de tous. L’aventurier milliardaire le plus populaire de la BD se dévoile dans ce beau recueil truffé d’inédits.

 

Mon avis : Magnifique album édité par les éditions Dupuis ! Pour fêter les 20 ans de Largo Winch, Dupuis sort une magnifique compilation de tous les travaux graphiques annexes à la BD de Philippe Francq, dans le cadre de la série. Vous pouvez donc admirer des ex-libris, des affiches, des projets de publicité, etc…

Cet album permet de mettre en lumière le travail graphique du dessinateur de Largo Winch et la colorisation spéciale, spécifique à la série.

Quant à Jean Van Hamme, il se fend d’une introduction où il explique sa relation avec Philippe Francq.

Un magnifique livre d’art que les inconditionnels se procureront. Seul bémol, c’est le prix.

Je vous rassure, beau mais pas indispensable…

 

7/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

PlancheA_118616.jpg

ALDO REMY – Tome 3: La rage au coeur.

Couv_114856.jpgPlancheA_114856.jpgDessin et  scénario : Tibet

Editions le gang

Sortie le  01/09/2010

Prix conseillé : 18 €

Genre : policier/aventures

 

Résumé (de l’éditeur) Aldo Rémy est un brave gars qui a souffert d’amnésie. Il en a profité pour se reconstruire une vie plus sympa que celle d’origine. Par exemple, il vit avec la jolie Manon avec qui il doit passer des vacances dans une maison prêtée par un ami. C’est là que les choses se compliquent. A peine arrivés, ils découvrent un squatteur sort en fanfare en assenant un coup de bâton dans la tronche du pauvre Aldo. Malgré cela, ils retapent la baraque et passent de bons moments. Quand Edmond, un ami, les emmène en ville, ils ne pensent qu’à l’excellente soirée qu’ils vont vivre. Seulement Manon a noté qu’une des mendiantes changeait de bébé entre deux passages. Elle décide de mener l’enquête, ce qui l’embarquera dans une drôle d’embrouille.

 

Mon avis : C’est la dernière série en date de Tibet. Son éditeur historique, le Lombard, avait refusé la série, estimant qu’elle risquait de casser l’image de Tibet. Après 55 ans de métier, Tibet avait encore envie d’innover. Il se tourne alors vers Glenat qui va publier cette nouvelle série. Les résultats des ventes n’étant pas extraordinaires, l’éditeur va arrêter les frais après les deux premiers tomes. Sans éditeur, Tibet faire confiance à un petit éditeur, le gang, pour sortir ce troisième tome. Entre-temps, Tibet décède. Il s’agit donc d’un album posthume dont le premier tirage est  tiré à 3000 exemplaires. En fin d’album, un carnet de dessins « hommage à Tibet » complète l’ouvrage.

Voilà pour  ce qui concerne la genèse de l’album. Reste maintenant la critique. Je dois bien avouer que je n’ai pas lu les deux premiers tomes mais cela n’empêche pas de comprendre l’histoire et de se faire une idée précise du travail de Tibet. Tout d’abord, Tibet s’occupe seul du dessin et du scénario. Pas d’André Paul Duchateau mais ce n’est pas une nouveauté pour Tibet puisqu’il a déjà travaillé de cette façon sur la série « Chick Bill ». Il garde le même style de dessin que sur Ric Hochet (appelé par certains « semi réaliste »).Le récit est raconté à la première personne, c’est Aldo Remy qui raconte. Et on ne peut pas dire que c’est langue de bois. C’est direct, c’est moderne. Le personnage principal est un peu « brut de coffrage », son langage n’est pas très châtié. Sa copine Manon est plus nue qu’habillée (Elle fait le ménage avec un petit tablier,…rien que le tablier)…Le ton est donné. Plus rien à voir avec l’amour platonique entre Ric Hochet et Nadine…La trame de l’histoire est plutôt dramatique mais le traitement du sujet met une touche de dérision, le cocasse est de bon aloi. Cela donne un album décalé et tout à fait différent de ce que faisait habituellement Tibet.

Une remise en cause d’un grand dessinateur qui n’a pas eu peur de s’exposer à un revers éditorial. Je dois bien avouer que j’ai plutôt acheté cet album par curiosité mais j’ai été agréablement surpris et plutôt séduit par l’audace. A découvrir.

 

7/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Verso_114856.jpg

La question du dimanche (11).

Récemment sur un jeu du forum où l’on doit répondre par j’ai lu ou j’ai pas lu , c’est l’album des Kérascoët , Jolies Ténèbres qui était proposé. Stupeur et tremblement, très peu de j’ai lu .Comme c’était notre Samb’or 2009, je suis un peu étonné de cette désertion. D’un coup, je me demande si vous êtes influencé ou pas par les avis que vous lisez sur le net et plus particulièrement sur Samba Bugatti ?
Personnellement, je suis satisfait d’avoir suivi les conseils de Capitol and Co pour des albums comme Kraa, Ken Games ou seuls.
Et vous ?

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑