Cellule Poison T4:Dans les serres de l’aigle.

Cellule Poison4.jpgCellule Poison.jpgAuteur : Laurent Astier
Editeur : Dargaud.

L’étau.
La poussière d’ange est aussi pure que les neiges éternelles au sommet des montagnes du nord de l’Albanie.
Mais, du haut de son nid d’aigle qu’il croit imprenable, Zani rêve déjà de sa future proie. L’étau se resserre…

Echec et presque mat.
Après avoir avancé ses points par des flashbacks astucieux, Laurent Astier attaque les grosses tours de la mafia albanaise par une opération cheval de Troie .Malheureusement pour Claire, cette approche des positions blanches est un joli fiasco .Le fou adverse veillait à honorer sa reine de cœur. Tout reste donc à faire sur cet échiquier fatalement bichromique . On saura donc avec l’ultime tome 5 qui va gagner cette partie d’échec des plus originales surtout dans son approche graphique.
Avant ça, je pars faire un puzzle pour me préparer à l’apothéose.
8-17b1.gif

 

 

On en parle sur le forum

 

laurent astier.jpg

Inscrivez vous à la newsletter.

 

LUCKY LUKE CONTRE PINKERTON

115925_c.jpg115925_pla.jpgDessin : Achdé – scénario : Daniel Pennac et Tonino Benacquista

D’après Morris

Editions Lucky comics

Sortie le  15/10/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : Western humoristique

Résumé (de l’éditeur) : Rentré d’une mission secrète au Mexique, Lucky Luke découvre qu’un nouveau héros a conquis l’Ouest. Allan Pinkerton, adepte de méthodes d’investigation révolutionnaires et de la tolérance zéro, veut pousser le justicier solitaire vers la retraite afin de gagner les faveurs du président Lincoln.

 

Mon avis : Exit Laurent Gerra (fort controversé), bonjour Daniel Pennac (prix Renaudot 2007 – La débauche avec Tardi en 2000) et Tonino Benacquista (l’outremangeur avec Fernandez). Un nouveau duo de scénaristes, issus du roman, s’y atèle. Achdé au dessin nous livre un travail digne de Morris, le mimétisme est extraordinaire.

La forme, il n’y a vraiment rien à dire, pas de mouron à se faire. Reste le contenu et plus particulièrement le scénario, la pierre angulaire de l’édifice, le « gros problème récurrent » de la série actuelle.

Les auteurs se sont basés sur deux éléments réels à savoir Alan Pinkerton (un personnage déjà rencontré dans plusieurs séries) et le complot de Baltimore. C’est toujours un excellent début pour broder une histoire qui tient la route. Reste le traitement de l’histoire et surtout, le plus difficile, trouver le recul nécessaire pour soupoudrer le tout d’un humour de bon aloi, juste à bonne dose, sans pour autant polluer le récit. En d’autre terme, ne pas faire du Gerra période « Belle Province » et essayer de s’approcher de l’œuvre du Maître « Goscinny ». La quadrature du cercle ? Pas nécessairement. Et je pense que le duo Pennac-Benacquista n’est pas loin de la « grande distinction », même si  par moment le background est plutôt sombre (le fichage des individus, les fausses rumeurs, la délation, l’emprisonnement sans discernement, la naissance des prémices du Big Brother,…).On est loin de la franche rigolade mais cela reste cependant léger dans le ton, avec quelques bonnes trouvailles, et c’est le principal. Au final, c’est une histoire qui tient la route, bien montée, avec des rebondissements, avec la présence des Daltons qui font avancer l’histoire de façon très intelligente. Non, vraiment, cet album ne dépareille pas avec les meilleurs albums de la série. C’est en fin de compte un excellent travail qui ravira beaucoup de lecteurs. Pour moi, le pari des éditeurs est réussi. Je sais qu’il y aura toujours des gardiens du temple ronchons qui râleront sur la comparaison avec le duo Morris-Goscinny. Personne n’est éternel, les cimetières sont remplis de gens irremplaçables. Mais il faut parfois savoir faire son deuil et évoluer. Des albums comme ceux-là, j’en veux bien d’autres…L’avenir nous dira si la formule est reconduite pour un prochain album.

 

 

7,5 /10

 

 

Capitol.

 

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑