NICO – Tome 2: Opération Caraïbes.

Couv_114863.jpgPlancheA_114863.jpgDessin : Philippe Berthet- Scénario : Fred Duval

Editions Dargaud

Sortie le  22/10/2010

Prix conseillé : 13,50 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Depuis la découverte de deux soucoupes volantes sur les territoires russes et américains, la lutte pour la suprématie technologique entre les superpuissances s’intensifie. L’agent de la C. I. A. Nico et l’espion russe Fidel Castro s’allient pour empêcher Ike Eisenhower de lancer un missile sur le centre de recherche de Guantanamo qu’inaugure le président Kennedy. De son côté, l’agent Moog, père adoptif de Nico, cherche des preuves pour innocenter sa fille, accusée du meurtre du milliardaire Max Wonder, l’inventeur du disque laser. Pendant ce temps, la police est-allemande retrouve la mère de Nico.

 

Mon avis : Voici le tome 2 des aventures de Nico, la dernière série en date de Berthet et Duval. Rappelons qu’il s’agit d’une uchronie qui se déroule dans les années ’60.Que ce serait-il passé si la technologie des soucoupes volantes de Roswell avait été récupérée par les grandes puissances ? Voilà le point de départ du récit. Je dois bien avouer que j’ai des difficultés à rentrer dans la narration. C’est de la science fiction à rebours. Etrange…Beaucoup de clins d’œil à l’Histoire avec un grand H. Cela nous donne au final une espèce d’aventure à la sauce d’un James Bond féminin. Berthet excelle toujours pour dessiner de jolies héroïnes (ici Nico) dans des décors typés année ’60. Esthétisme pas mort…Son dessin épuré et sa fluidité dans la composition des cases et des planches restent ses atouts n°1 dans cet album. Je reste malgré tout sur ma réserve au niveau du scénario et je confirme mon impression du premier tome. Bonne BD mais pas exceptionnelle. A noter que Dargaud s’est donné de la peine pour sortir un bel album, je veux dire par là un bel objet, avec du papier épais et qui a de la classe.En plus un tirage plus limité est également sorti avec un cahier graphique du meilleur effet en fin d’album.

 

7/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Nico2-couv_115924.jpg

LARGO WINCH -Tome 17:Mer noire.

Couv_117360.jpgPlancheA_117360.jpgDessin : Philippe Francq- Scénario : Jean Van Hamme

Editions Dupuis

Sortie le  12/11/2010

Prix conseillé : 11,50 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Largo Winch est impliqué malgré lui dans une affaire de trafic d’armes et de terrorisme international. Cible d’adversaires très organisés, Largo se retrouve avec le FBI aux trousses. Pour comprendre ce qui se passe, il n’a pas le choix : direction les ports de la mer noire, où les eaux sont manifestement des plus troubles…

 

Mon avis : Largo winch fête ses 20 ans avec ce tome 17 qui sera en réalité un diptyque !

L’album commence par une note de service envoyée à tous les collaborateurs du Groupe Winch signée par Largo et qui fait le topo de situation économique actuelle. Une bonne mise en bouche. Les planches 5,6 et 7 sont un pastiche d’une interview de Largo parue dans Newsweek.com. Il y explique les mesures prises pour passer sans trop de casse la crise et sortir son groupe du marasme conjoncturel. Van Hamme remet ainsi l’album dans le contexte du moment et fait passer via son héros sa philosophie de la gestion de la crise, du personnel et des salaires avec des mesures comme celle de raboter de 50% les salaires des Top managers du Groupe W. Certains zapperont ces pages mais elles donnent malgré tout un éclairage particulier sur la psychologie des personnages principaux du groupe W. Page 15 un des Top manager parle à un de ses collègues et dit : « Ma femme râle à mort depuis que j’ai accepté de réduire mes appointements de moitié »…Par petites touches, ça et là, Jean Van Hamme vise juste. Mis à part, c’est deux intermèdes en début d’album, c’est du Largo Winch « pur jus » avec des coups tordus, de l’action, des jolies filles, de l’humour…A la planche n°9, Largo est à une réception de mariage et on y voit l’avocat de Largo qui a les traits de Jean Van Hamme déclarer sous forme de clin d’oeil : « (je suis) Son avocat. Il m’arrive de temps à autre de devoir le tirer d’un mauvais pas ».Autre exemple : planche 28. Largo se retrouve au lit avec son « ex » qui lui dit : « Mmh…Tu as fait des progrès depuis le jour où je t’ai dépucelé ».

Au niveau du scénario, c’est donc très bien parti d’autant plus que l’intrigue se déroule dans le cadre de la marine commerciale, qui est un monde tout à fait à part et qui laisse de grosses perspectives au niveau du récit. Je me réjouis de voir ce que va nous concocter Maître Van Hamme. Une grosse attente donc pour cette suite qui s’appellera : « colère rouge ».

Reste l’aspect graphique. Encore une fois, en ouvrant l’album, c’est les couleurs qui sautent aux yeux.Ca en jette un maximum et je m’extasie toujours des couleurs de Fred Besson et Philippe Francq. Pas franchement naturelles car saturées un maximum mais que c’est beau…

Le dessin de Philippe Francq est toujours aussi exceptionnel : les attitudes, les expressions, les jolies filles, des décors somptueux, un sens du cadrage, c’est du cinémascope sur papier…

Faut pas être grand connaisseur pour s’en rendre compte…

Pour terminer cette chronique, je dirai que c’est du tout bon Largo Winch et cela confirme la tendance existante depuis quatre à cinq volumes. J’ai dévoré d’une traite et il ne fallait pas me déranger à ce moment là… La série Largo Winch se vend bien (pas bien pour les ronchons !) mais c’est aussi vachement bien foutu comme série…

 

8,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑