Murena,Le sang des bêtes.

Le résumé.
Massam, l’esclave chargé des basses oeuvres de l’impératrice Poppée, a reçu l’ordre d’exterminer le gladiateur Balba, l’ami de Lucius Murena, et sa compagne Evix qui osa vaincre Néron à la course de chars. Déterminés à venger l’assassinat de Britannicus, ils sont considérés comme de dangereux ennemis de l’empereur. Les deux colosses finissent par s’affronter et Balba l’emporte sur Massam.

Au palais impérial, tandis que Néron projette de construire une Rome nouvelle, Poppée se prélasse en compagnie de ses suivantes. L’une de ses plus intimes, Arsilia, est invitée à rejoindre secrètement le poète Pétrone dans un quartier populaire de la ville. Elle s’y retrouve en présence de Murena dont elle s’était éprise au temps où celui-ci était l’un des proches de l’empereur.
Murena est persuadé qu’Arsilia est complice de l’enlèvement de la seule femme qu’il aime et qu’elle sait où elle a été emmenée. Toujours aussi éperdument épris et résolu à retrouver son aimée, Murena décide ainsi de partir en Gaule à sa recherche. Balba et Evix acceptent de le suivre à la condition qu’au retour, il les aide à éliminer Néron, le tyran et l’assassin de Britannicus. L’aboutissement de ce projet semble maintenant facilité par la disparition de Massam. Laissé pour mort, celui-ci se remet pourtant de ses blessures et Poppée veille personnellement à ce qu’il redevienne l’implacable tueur qu’il était…

40887-dyn005_original_500_687_jpeg_2551150_2d413f616c9ffc41641de2afa84f64a8

Mon avis.
Il y a de ces BD que vous vous faites une joie de les lire et de les relire .Murena fait partie de cette catégorie. Déjà, il n’y a pas besoin de vous faire un dessin, j’adore le talent narratif de Jean Dufaux.  Un exemple tiré de ce tome 6 , le sang des bêtes : « je cherche les conspirateurs qui souillent le nom de César » et cette phrase est dite dans un Latrinum. Si ça, ce n’est pas faire mouche. Et puis, on est vraiment happé par cette Rome antique, par ses mœurs parfois débridés, ses colères, sa violence, sa sensualité. Et il était préférable de ne pas être un esclave à Rome car votre vie ne valait pas tripette. Dans ce tome, on découvre aussi la Gaule comme un animal blessé qui crache sa rage sur ses envahisseurs .C’est magnifiquement bien retranscrit par un Philippe Delaby toujours au sommet de son art notamment lorsqu’il faut dessiner une expression sur un visage. Que dire de plus que c’est simplement sublimissime.
Sinon, vous le savez sans doute, il existe une édition spéciale avec un DVD. Un outil indispensable pour ceux qui s’intéressent d’un peu plus près au monde du 9 ème art.
Vous y verrez comment les auteurs ont travaillé à cet album, leurs recherches, leurs discutions, leur passion pour leur métier et plein d’infos parfois surprenantes comme la censure made in USA.
surprises.smileysmiley.com.10

Le lien sur la pochette, des petites infos chez Dargaud du dessinateur belge.
Pour le lien vidéo, l’épisode un de Rome.

863murenapl4

NB: Le tome 5 vient d’etre primer par la prestigieuse « Société des gens de lettres de France ».Il est à noter que c’est la première fois dans son histoire que cet organisme attribue un prix à un album de bande dessinée.

3 commentaires sur “Murena,Le sang des bêtes.

  1. Tu dois aimer la série Rome alors….j’ai regardé les 1er feuilleton de la saison 2 …c’est toujours aussi bon. BeTv les difusse à partir de juillet.

    J'aime

  2. Oui j’ai bien aimé, mais pour la saison 2, il faudra que j’ attende qu’il soit diffusé sur le Retebeef .

    J'aime

  3. Il me semblait bien que cette série était plus que valable ! J’ai commencé par acheté le premier tome.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :