Les guerriers de Dieu Tome 5 (final)

Le massacre de la Saint-Barthélemy

Scénario : Philippe Richelle
Dessin : Pierre Wachs
Éditeur : Glénat
Date de sortie : 05/09/2018
Genre : Histoire, religions, guerre

Autant dire que ce passage historique a de quoi marquer les esprits et clôture en grandeur la saga sur « Les guerriers de Dieu ». Tout du long, nous aurons pu découvrir en détail les tenants et aboutissants de ces atrocités commises au nom du Seigneur

Présentation de l’éditeur :

La BD sur les guerres de religion

Paris, 1571. La paix de Saint-Germain, conclue l’année précédente, a mis fin à la troisième guerre de religion. Mais les dissensions restent vives… Les Guise, ardents défenseurs du Catholicisme, traversent une période de disgrâce et s’éloignent de la cour. L’amiral de Coligny, à l’inverse, se rapproche du roi Charles IX. Certains en prennent ombrage, à commencer par la reine mère, Catherine de Médicis, et son fils préféré, le duc d’Anjou…

Philippe Richelle et Pierre Wachs concluent en majesté leur série consacrée aux guerres de religion. En point d’orgue de cet ultime tome : l’épisode dramatique du massacre de la Saint-Barthélémy…

page03

Mon avis :

Dans la pure lignée des précédents tomes (« 1557, la chasse aux hérétiques », « Les pendus d’Amboise », « Les martyrs de Wassy » et « Le tueur du roi »), ce tome dépeint un pan d’histoire de France peu glorieux.

Ce 5e volume débute sur les manigances de la Reine Mère, Catherine de Médicis, avec son fils préféré. Mais bien vite, ces sournoiseries de couloirs vont s’étendre à toute la capitale. Les rues sont à feu et à sang, les protestants massacrés sans commune mesure.

Dans cette nouvelle folie meurtrière, notre héros et fil conducteur de cette série, Arnaud de Boissac ne se contente plus d’être spectateur, voire allié d’un camp face à l’autre : il se retrouve embrigadé dans cette nouvelle tragédie mieux connue sous le nom du « Massacre de la Saint-Barthélemy ».

Les différentes portes de la ville sont fermées, personne n’entre ni ne sort. Les militaires sont à pied d’œuvre et hommes, femmes et enfants sont sortis de leurs lits sans ménagement pour être assassinés sans aucune autre forme de procès. Ils sont protestants : ils doivent mourir !

page10

Autant dire que ce passage historique a de quoi marquer les esprits et clôture en grandeur la saga sur « Les guerriers de Dieu ». Tout du long, nous aurons pu découvrir en détails les tenants et aboutissants de ces atrocités commises au nom du Seigneur alors que finalement, ces crimes odieux ont clairement été perpétrés par des puissants craignant de perdre leurs pouvoirs sur le peuple.

Il n’en reste pas moins que le dessin, tantôt remarquable – comme dans l’entièreté de cette série – reste grossier, voire assez laid dans la représentation des personnages. Une reine presque trop masculine, des personnages difficilement identifiables, … sans oublier les actions figées, comme suspendues dans le temps alors que l’énergie de la colère, du désespoir et de la rage devrait animer les scènes.

Petit bémol supplémentaire : la fin. Bâclée, expéditive, … évidemment, les auteurs auraient pu continuer sur tout le règne de Catherine de Médicis et de ses fils, mais il fallait bien clôturer, bien que ce fut dans ces conditions pour nos héros.

Mais « Les guerriers de Dieu » reste une belle représentation historique !

ShayHlyn

 

Un commentaire sur “Les guerriers de Dieu Tome 5 (final)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :