La crème de la crème.

Déjà la fin d’année. Voilà l’occasion de faire un point et de vous proposer notre sélection collégiale (5 blogueurs) et indispensable des 10 Albums de l’année !      

Ceux qui me restent
ceux-qui-me-restent

Ceux qui me restent est un voyage en Alzheimer. Mais littéralement. Damien Marie, le scénariste, nous propose une immersion dans le mental d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, une maladie qui désoriente celui qui en est victime, lui fait oublier ses souvenirs récents pour ne plus se focaliser que sur quelques évènements clés de son passé… Lire la chronique chez Yaneck, des chroniques de l’invisible.      

Le_muret
Le muret

(de Céline Fraipont et Pierre Bailly), éditions Casterman Un portrait d’adolescence sensible et touchant, aux accents mélancoliques et universels… Lire la chronique chez SambaBD.      

vieux_fourneaux_t1_couv
Les vieux fourneaux (Tome 1)

(de Wilfrid Lupano & Paul Cauuet), éditions Dargaud, Comédie sociale grinçante et décalée, Lupano et Cauuet nous offrent un petit bijou d’humour. Personnages attachants et “justes”, leurs trois pépères vont vous embarquer sur la route avec eux, c’est certain ! Lire la chronique chez Un Amour de BD.    

Johnson-ma-tue
Johnson m’a tuer

(de Louis Theillier), éditions Futuropolis, C’est un livre exceptionnel que nous propose Futuropolis. Il s’agit au travers d’une BD du récit de la lutte d’ouvriers qui combattent pour garder leurs emplois et leur usine avant qu’elle ne soit délocalisée… Lire la chronique chez Oncle Fumetti.      

Moi_assassin
Moi, assassin

(de Antonio Altarriba et Keko), éditions Denoël graphic, Ce roman graphique est incroyable. Le postulat de départ est que c’est une lecture pour adulte et pour adulte équilibré. Une fois cette information donnée et elle est ncécessaire, on peut lire ce livre. Les auteurs se proposent de mettre sur un même plan et en relation le meurtre et l’Art. Lire la chronique chez Oncle Fumetti.  

urban_T3
Urban (Tome 3)

(de Luc Brunschwig & Roberto Ricci), éditions Futuropolis, À l’aide d’une narration toujours aussi experte, distillant ses flash-backs avec précision et parcimonie, mon scénariste préféré apporte un nouvel éclairage sur certains de ses protagonistes, dont Ishrat et Springy Fool. Lire la chronique chez Yvan (de Brusselboys).      

Carnets_cerise_T3_Couv
Les carnets de Cerise (Tome 3)

(de Joris Chamblain & Aurélie Neyret), éditions Soleil, Tendre, subtil, sensible, beau à en pleurer et d’une rare intelligence narrative, Joris Chamblain et Aurélie Neyret nous embarquent dans un jeu de piste, mâtiné d’un drame personnel et d’une réflexion sur le temps qui passe. Que vous ayez 10/12 ans (comme les héroïnes) ou que vous soyez parents, offrez-leurs, offrez-vous cet album. Chacun y trouvera son plaisir ! Lire la chronique chez Un Amour de BD.    

Jean-Norbert
Jean-Norbert

(de Marc Retera, éditions Kramiek) Cet album, c’est de la bombe! Vous aimez, l’humour noir, le non-sens, l’humour vachard poussé à son paroxysme ? Cet album est fait pour vous ! Mark Retera est fan de l’humour de Gary Larson, une référence… Lire la chronique chez SambaBD.      

lockeandkeyT6
Locke and Key, Alpha & Oméga (Tome 6)

(de Joe Hill et Gabriel Rodriguez), éditions Denoël graphic, Ce sixième et dernier tome de Locke & Key est l’occasion d’effectuer un ultime plongeon dans l’univers fascinant de Joe Hill, scénariste virtuose de cette saga et fils de Stephen King. Cette conclusion tant attendue met en effet définitivement fin aux déboires de cette sympathique petite famille venue prendre un nouveau départ à Lovecraft, dans le Massachusetts. Lire la chronique chez Yvan (de Brusselboys).    

superman-identitc3a9-secrc3a8te

Superman Identité Secrète

Je sais ce que vous allez me dire. La BD du Mercredi, le super-héros en collant, le slip par dessus de caleçon, c’est pas trop notre truc. Je vous arrête immédiatement. Si vous ne devez en lire qu’une, d’histoire de Superman, c’est celle-ci. Si vous voulez capter l’essence même du super-héros à l’américaine, c’est cette histoire là que vous devez lire. Elle a tous les atouts pour vous convaincre. Et je vais essayer de l’aider…. Lire la chronique chez Yaneck, des chroniques de l’invisible.

EXPOSITION EDGAR P.JACOBS & L’ESPADON.

-Communiqué de presse-

Exposition, Edgar P. Jacobs, Espadon, Ziller, Juillard, Maison Autrique, 12/2014.

 

EDGAR P. JACOBS & L’ESPADON

ZILLER – JUILLARD

Cette exposition est une évocation spectaculaire d’Edgar P. Jacobs et de l’ambiance qu’il a su créer au sein de sa série de BD d’aventures Blake et Mortimer.

Gilles Ziller et André Juillard exposent leurs créations nées des images inoubliables de Blake et Mortimer. Des sérigraphies inédites inspirées d’illustrations récentes de François Schuiten ornent également les cimaises. Il s’agit de variations autour du Palais de Justice de Bruxelles.

 

E.P. JACOBS ET L’ESPADON

Exposition, Edgar P. Jacobs, Espadon, Ziller, Juillard, Maison Autrique, 12/2014.Edgar Pierre Jacobs, né en mars 1904 à Bruxelles, est devenu auteur de bandes dessinées à 40 ans. Tout au long de sa carrière, il n’a cessé d’expérimenter différentes techniques et divers styles.

En 1946, le Journal Tintin fait appel à son talent de dessinateur et scénariste pour la réalisation d’une série. Les autres auteurs ayant tous imaginé des aventures tournées vers le passé, Jacobs est chargé de concevoir une bande dessinée réaliste et contemporaine. Le Secret de l’Espadon est né. Il paraît en épisodes hebdomadaires, en dernière page du journal. L’Espadon est un avion sous-marin, un appareil capable de se soustraire à la surveillance de l’ennemi. De manière surprenante pour une histoire destinée aux enfants, Le Secret de l’Espadon offre aux lecteurs une aventure mettant en scène des quadragénaires et privilégie le point de vue des « méchants ». Cette Troisième Guerre Mondiale uchronique s’inspire des récits de Conan Doyle, H.G. Wells et Jules Verne. Chez Jacobs, les cases fourmillent de détails, de décors et de couleurs remarquables, pour parfois constituer de petits tableaux en elles-mêmes. De la même manière, ses planches symétriques, même isolées, conservent leur harmonie et une valeur décorative certaine. Le Secret de l’Espadon inaugure les aventures de Blake et Mortimer et remporte un succès immédiat qui ne s’est pas démenti depuis.

 

ANDRÉ JUILLARD & YVES SENTE

LE BÂTON DE PLUTARQUE

Exposition, Edgar P. Jacobs, Espadon, Ziller, Juillard, Maison Autrique, 12/2014.En 2000, André Juillard et Yves Sente se projettent dans l’univers de Blake et Mortimer avec une première collaboration : La Machination Voronov. Depuis qu’ils collaborent aux aventures de Blake et Mortimer, Juillard et Sente font référence à la série originelle. Tout autant, ils incorporent à la fiction des événements et des personnages ayant existé ou des allusions à des oeuvres connues. Ils respectent le monde de Blake et Mortimer, mais ancrent le récit dans la réalité contemporaine ou historiquement proche. Tout comme le faisait Jacobs à l’époque où il concevait ses histoires. Que s’est-il passé avant Le Secret de l’Espadon ? Blake et Mortimer se connaissaient ils durant la Deuxième Guerre mondiale ? Avaient-ils déjà rencontré Olrik ? La lecture attentive du Secret de l’Espadon indique que oui. L’action du Bâton de Plutarque s’achève donc en 1944, 90 minutes avant le début du légendaire Secret de l’Espadon.

Exposition, Edgar P. Jacobs, Espadon, Ziller, Juillard, Maison Autrique, 12/2014.

 

GILLES ZILLER & ARCHIVES INTERNATIONALES

Savoir – faire et qualité d’une technique manuelle au service de l’image et de la couleur;

Après des études de graphiste plasticien, Gilles Ziller enseigne le graphisme aux Beaux-Arts de Nancy et la sérigraphie aux Art Décoratifs de Paris. Parallèlement, il édite des estampes en grand format extraites de planches de bande dessinée. Cette activité qui se développe en marge du marché de la BD est relativement nouvelle. Gilles Ziller crée les Archives Internationales en 1985 et se spécialise dans l’édition de sérigraphies. Autour s’articule toute une série de ramifications aux formes diverses mais qui sont toutes conçues dans le souci d’une ligne graphique bien définie : logo, tampon, papier à lettre, cartes de voeux, catalogues. Ziller était le premier à éditer E. P. Jacobs en sérigraphie. C’est par une nuit d’hiver, sur le parking d’une grande surface, après quelques appels de phares codés, que les deux hommes se rencontrent pour la première fois.Jacobsien féru, Ziller avoue que le personnage ne l’a pas déçu et qu’il reste pour lui le « Grand dessinateur ».

Exposition, Edgar P. Jacobs, Espadon, Ziller, Juillard, Maison Autrique, 12/2014.

 

INFORMATIONS PRATIQUES

ORGANISATION ET SCÉNOGRAPHIE

Maison Autrique asbl

LIEU

Maison Autrique

Chaussée de Haecht 266

B-1030 Schaerbeek (Bruxelles)

Téléphone : 02/215.66.00

Site web : www.autrique.be

« EDGAR P. JACOBS ET L’ESPADON. ZILLER – JUILLARD. »

Du 05 décembre 2014 au 15 février 2015

Horaires d’ouverture : du mercredi au dimanche (fermé les jours fériés) de 12h à 18h (dernière entrée 17h30).

Groupes admis (maximum 15 personnes). Réservation obligatoire pour les visites guidées.

Prix d’entrée : €3,00 – €5,00 – €7,00.

I.R.$. Tome 15. Plus values sur la mort

ir$,desberg,vrancken,plus-values sur la mort,action,trafic d'armesir$,desberg,vrancken,plus-values sur la mort,action,trafic d'armesScénario : Desberg, Stephen
Dessin : Koller, Daniel / Vrancken, Bernard
Couleurs : MiKl
Dépot légal : 10/2014
Estimation : non coté
Editeur : Le Lombard
Collection : Troisième Vague
Planches : 46

Des livraisons d’armes disparaissent et alimentent des réseaux terroristes. Larry B. Max est sur le coup. Il débusque avec ses méthodes « border ligne » des informations sur des citoyens américains, en apparence totalement inoffensifs. Mais rien de mieux que des faux-semblants pour aiguiser la curiosité de Max….surtout quand les instructions de sa hiérarchie lui intiment l’ordre de tout arrêter !

ir$,desberg,vrancken,plus-values sur la mort,action,trafic d'armesJe pourrais vous parler de Larry B Max et de sa croisade contre les fraudeurs

Je pourrais vous parler des démons de Larry B Max et de ses tentatives de les exorciser avec une voix téléphonique féminine

Je pourrais vous parler de l’excellent scénario de Stephen Desberg et de son imagination fertile toujours prompte à nous etonner

Je pourrais vous parler de mon enthousiasme de voir les dessins de Vrancken évoluer vers plus de rondeurs et de détails dans les décors.

Je pourrais vous parler de la surprise de voir arriver dans le trio historique (Vrancken-Desberg), un dessinateur supplémentaire aux crayonnées (Daniel Koller), renforçant ainsi l’encrage

Je pourrais vous dévoiler les nombreux  rebondissements de ce dyptique.

Je pourrais vous parler des femmes, faire valoir pour certaines, héroïnes pour d’autres mais toutes à la plastique irréprochable !

Je pourrais vous transmettre le je-ne-sais-quoi poussant les fans à revenir malgré 15 albums et deux séries spin-off

Je pourrais vous parler de ma surprise de voir un autocolant BFM TV en une de couverture ( ???). Larry B. Max n’a pas besoin de ce genre de « parrain » !

Car I.R.$ c’est tout cela !

Mais non, je voudrais juste vous entrainer à la lecture de ce nouvel opus car le souffle de l’aventure et des cascades sont au rendez-vous ! Rien à dire de plus, Larry B Max est de retour.

 

ir$,desberg,vrancken,plus-values sur la mort,action,trafic d'armes

 

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin

a06-3e788fc.gifTotal 

Tigrevolant

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑