XIII – Tome 20: Le jour du Mayflower

Capitol, XIII, Iouri Jigounov, Yves Sente, William Vance, Jean Van Hamme,Bérengère Marquebreucq, Dargaud, Thriller, espionnage, complotCapitol, XIII, Iouri Jigounov, Yves Sente, William Vance, Jean Van Hamme,Bérengère Marquebreucq, Dargaud, Thriller, espionnage, complotDessin : Iouri Jigounov – Scénario: Yves Sente

Avec la participation de William Vance

Couleurs : Bérengère Marquebreucq

Editions Dargaud

Sortie : 18/11/2011

Prix conseillé : 11,95 € 

Genre : Aventures-Thriller

 

Résumé (de l’éditeur: Après avoir découvert la vérité sur son identité, XIII va tenter de percer les mystères de sa mémoire. Ce 20e album marque le début d’un nouveau cycle, où le héros cherche à retrouver ses souvenirs. Pour ce faire, une charmante psychiatre du Maine, le Docteur Suzanne Levinson, lui recommande la stimulation cérébrale. Grâce à cette expérience XIII croise la piste providentielle d’un vieux copain de classe, Jim Drake. Mais les tueurs de la USafe Incorporated empêchent les retrouvailles. Avant de mourir, Drake a néanmoins eu le temps d’évoquer devant son ami le jour du Mayflower. Voilà XIII face à un nouveau complot…

 

 

Capitol, XIII, Iouri Jigounov, Yves Sente, William Vance, Jean Van Hamme,Bérengère Marquebreucq, Dargaud, Thriller, espionnage, complot

 

Mon avis : William Vance et Jean Van Hamme ont décidé de passer la main. La série vedette de Dargaud est donc reprise par Iouri Jigounov (le talentueux dessinateur de la série « Alpha ») et le scénariste Yves Sente ( Blake et Mortimer, Thorgal,…).Avec ce nouveau duo de choc, Dargaud voulait absolument marquer l’essai et perpétuer le phénomène marketing de cette série emblématique de la BD franco-belge. La mayonnaise allait-elle prendre ? Les attentes du lectorat seront-elles rencontrées? C’est donc avec une pointe d’excitation mais aussi d’appréhension que j’ai ouvert ce fameux album…Tout d’abord, la couverture est bien dessinée par William Vance ainsi que les pages 42 à 45 qui retracent l’histoire du Mayflower, bateau qui a transporté les premiers vrais colons anglais, fondateurs de l’imaginaire historique de l’Amérique.

Capitol, XIII, Iouri Jigounov, Yves Sente, William Vance, Jean Van Hamme,Bérengère Marquebreucq, Dargaud, Thriller, espionnage, complot

Le dessin de Jigounov est somptueux mais ça, ce n’est pas une nouveauté. Dans le type de dessin « réaliste », c’est un maître, une référence. Un autre élément qui saute aux yeux,  ce sont les couleurs extraordinaires et vives de Bérengère Marquebreucq. Elles me font penser à la colorisation des albums de Largo Winch. J’aime ces couleurs saturées ! Reste le scénario d’Yves Sente, scénariste mis à toutes les sauces via des reprises de séries prestigieuses. Ne va-t-on pas arriver à la saturation d’un auteur mis à très large contribution ces derniers temps ? Je vous rassure de suite. Cet album est le début d’un nouveau cycle et l’histoire en elle-même est très prometteuse. J’ai l’impression qu’on est reparti sur de meilleures bases que le second cycle qui était plus basé sur de l’action basique, ressemblait plus à un allongement de la sauce qu’à un réel thriller d’espionnage sur fond de coup d’état. Cet album me fait plus penser au premier cycle de la série, où le mystère, les services secrets, des organisations privées opaques occupent le devant de la scène. Dès le départ, une expérience neurologique sur XIII va permettre de retrouver quelques éléments de son passé  enfouis dans sa mémoire bloquée. Et toute la mécanique se remet en route ! De nouveaux éléments mystérieux apparaissent, de nouveaux personnages, de l’action. Tous les ingrédients sont là pour relancer du bon pied la série. Reste à voir si Sente va tenir la distance…

 

Capitol, XIII, Iouri Jigounov, Yves Sente, William Vance, Jean Van Hamme,Bérengère Marquebreucq, Dargaud, Thriller, espionnage, complot

A noter qu’en fin d’album, une auto promotion pour « XIII mystery – tome 4 » avec les cinq première planches de l’album de la série « spin off ».Et si je vous disais que cette série est bien à la pointe du marketing ?

Mais ne gâchons pas notre plaisir… En conclusion, je crois que la série XIII est en de bonnes mains. Pour ma part, ce fut une lecture agréable et captivante.

 

 

Graphisme :  10,0/10

Scénario :     8,0/10

Moyenne :     9.0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Capitol, XIII, Iouri Jigounov, Yves Sente, William Vance, Jean Van Hamme,Bérengère Marquebreucq, Dargaud, Thriller, espionnage, complot

6 commentaires sur “XIII – Tome 20: Le jour du Mayflower

  1. Mais elle a bénéficié d’un terrible battage médiatique même à la tété RTL …
    Il en existe pourtant de plus belles et encore mieux dessinnées …
    Je préférais les ancienne bandes dessinées .. Spirou, Tintin dans les années 50-60
    Bonne fête de Noël

    J'aime

  2. Entièrement d’accord avec Capitol ☺
    Les dessins de Jigounov sont à la fois très fidèles aux personnages de Vance (avec même un imitation du style) et en même temps très personnels, c’est à dire exceptionnels (c’est un de mes dessinateurs préférés) … et comme le souligne Capitol, les couleurs les mettent en valeur, c’est un vrai plaisir des yeux.
    Juste une remarque concernant la couverture. Si l’arrière-plan du voilier est bien de Vance, XIII et son portable sont bien de Jigounov et ça se voit (même si la signature est très discrète !).
    Quant à l’histoire, il faut reconnaitre qu’elle est bien relancée par Sente … en tout cas, moi je vais me laisser embarquer et ne pas bouder mon plaisir !

    J'aime

  3. Ce sont des super notes, dignes des plus grands chefs d’oeuvre !
    Je trouve ça assez étonnant pour la reprise en triple-pontage d’une série qui s’essouffle depuis 10 tomes déjà…
    Bon je le lirai tout de même pour me faire un avis, mais je m’attend pas à une claque.

    J'aime

  4. il m’a fallu un grand coup pied au cul pour débuter cette lecture et ……j’ai abandonné celle çi au 3/4. Le sentiment qu’on nous sert de nouveau la même recette , il y a toujours une grosse machination( de moins en moins crédible d’ailleurs) et la même psychologie de base, mais quand on vient de lire un Luc Brunschwig , c’est affligeant de banalité ce XIII.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :