VOYAGE AUX ILES DE LA DESOLATION

Couv_123523.jpgPlancheA_123523.jpgDessin et Scénario : Emmanuel Lepage

Editions Futuropolis

Sortie le  10/03/2011

Prix conseillé : 24 € 

Genre : Récit de voyage

 

Résumé (de l’éditeur: Pour la mer — afin de la comprendre et de savoir la dessiner —, pour les Terres australes — qui sont comme la promesse d’un temps qui n’est plus —, en mars et avril 2010, pendant plusieurs semaines, Emmanuel Lepage a embarqué sur le Marion Dufresne, au départ de Saint-Denis de La Réunion, pour faire le voyage dans les T. A. A. F., les Terres Australes et Antarctiques Françaises.
Les Terres australes : îles de Crozet, d’Amsterdam, de Saint-Paul et, la plus connue, de Kerguelen, jadis surnommées les îles de la Désolation. Des confettis d’empire, égarés dans l’immensité bleue à des milliers de kilomètres de toute terre habitée. Îles inconnues, sauvages, inhospitalières, mystérieuses. Battues par des vents violents, elles ne comptent d’humains que les scientifiques, de toutes disciplines, venus le temps de missions pouvant durer plusieurs mois, et les quelques militaires et contractuels chargés de faire fonctionner leurs bases d’habitation et de travail.
Emmanuel Lepage, le Breton, en toute contradiction, n’avait jamais pris la mer. Il a été servi !  Cap au Sud ! 

 

Mon avis : Un album qui parait chez Futuropolis est pour moi en général un gage de qualité.Il s’agit d’un livre imposant de 160 pages (230x325mm) qui est le récit de voyage de l’auteur, Emmanuel Lepage, dans les terres australes et antarctiques Françaises. Qui n’a pas entendu parler un jour de l’île de Kerguelen? Ce nom fait partie de notre imaginaire et pourtant il s’agit d’un endroit, compte tenu des éléments météorologiques, peu accessible mais surtout hostile. Ce livre, c’est donc l’histoire de ce voyage hors du commun.  Ce qui est remarquable dans cet album, c’est qu’il s’agit bien d’une bande dessinée dans laquelle sont intégrés des images, le plus souvent en couleurs, de grand format représentant des portraits, des paysages, des animaux, des hommes dans leur environnement. C’est par moment didactique mais c’est aussi un vrai scénario qui crée un fil d’Ariane que nous suivons tout a long du récit. Cela peut paraître long mais ce n’est nullement handicapant car c’est réellement passionnant. Sur un mois de voyage, l’auteur a su capter les ambiances, retenir l’essentiel mais surtout faire un tri dans ses observations, ses émotions. Sur ce point, cette BD est une vraie réussite. Ce n’est pas évident car ce n’est pas non plus un style très couru dans la bande dessinée. Le dessin est la pierre angulaire de l’ouvrage. La majorité des dessins sont en noir et blanc et ça et là, la couleur vient souligner un portrait, un paysage. Il s’agit d’aquarelles qui ont pour caractéristique de respecter les traits, elles ne les cannibalisent pas. Le dessin est très fin mais aussi très spontané, pris sur le vif. En conclusion, une véritable découverte pour moi pour un style d’album que j’aime beaucoup, le récit de voyage. Evadez-vous et laissez-vous embarquer !

 

9/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

voyage_aux_iles_de_la_desolation.jpg

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑