Hypericon

Auteur : Manuele Fior.
Éditeur : Dargaud.
Date de sortie : 25 novembre 2022
144 pages
Genre : historique, social.

«Le sommeil, vous savez ce que c’est ? Une invention de l’homme pour qu’on ne remarque pas la durée de la nuit.»


Le résume éditeur.
1998, Teresa, brillante étudiante en archéologie, décroche une bourse et un poste à Berlin pour participer à la préparation d’une grande exposition sur la découverte du tombeau de Toutankhamon. Sa bible de travail, le journal d’Howard Carter.
Elle rencontre Ruben, un jeune Italien rêveur et fantasque, venu s’éclater à Berlin.
Parallèlement aux crises de couple dues aux insomnies chroniques de la jeune femme et à leurs moments intimes d’un amour passionné, leur histoire se révèle entre la Vallée des Rois et la folie berlinoise de la fin du XXe siècle….

Mon avis.
J’ai retrouvé dans cet album, la même touche qu’on retrouve parfois dans le cinéma italien, cette touche douce-amère retraçant une partie de notre vie mais traitée avec délicatesse mais aussi sans fioriture.  Gli anni più belli ( nos plus belles années) est un bel exemple de cet état d’esprit. Le rapport pourrait sembler lointain avec Hypericon puisqu’on se retrouve au pays de la rigueur, l’Allemagne, mais les deux protagonistes principaux sont un couple d’italiens et c’est là que la magie de ce récit opère. Un drôle de mélange, car on y parle essentiellement de la découverte d’Howard carter : le tombeau de Toutankhamon. Vu les 100 ans de cette découverte, pas mal de BD en ont parlées récemment, par exemple chez Petit à Petit, aux arènes et donc ici chez Dargaud. Ce dernier est certainement le plus original, mélanger la vie amoureuse d’une archéologue avec la découverte du jeune pharaon. C’ est pour le moins étonnant et c’est certainement sa force. On est assez vite désarçonné par la personnalité de Teresa et de ses problèmes de sommeil. Cette alchimie bizarre fait qu’on lit la partie « découverte » sans vraiment s’en rendre compte et que la lecture se révèle très agréable, un peu comme une lecture du soir avant de s’endormir.
Je ne sais pas vous mais j’ai ressenti énormément d’empathie et de tendresse pour ce couple.
Le dessin lui aussi sort des sentiers battus mais on retiendra essentiellement son côté « vivant » . Manuele Fior a d’ailleurs déjà été primé à de nombreuses reprises et est un auteur reconnu.
Vous l’aurez compris , la petite musique de cet album m’a touchée allez savoir trop pourquoi. Parfois il faut simplement se laisser emporter par une voix, une présence…elle nous mènera qui sait vers le bonheur.

Samba.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :